navigation.


 
 (sorvald) med eller uten deg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: (sorvald) med eller uten deg   - Ven 24 Fév - 14:52



de frère à ennemi ou d'allié à traître, il n'y a qu'un pas.
tu es destiné à être grand, plus que tous les autres,
alors lève-toi, mon frère,
lève-toi, mon roi.


Le début de la nuit n'a pas été très agréable. Ragvald n'a pas su dormir et ne pouvait pas garder ses yeux fermés. Rien à faire, c'était impossible. Alors qu'il suait à grosses gouttes, c'est à la situation actuelle qu'il pensait. Le traité d'Isenserg. Soren n'est certainement pas le plus emballé - chose que Rag n'arrive pas à digérer car après tout, monsieur se dit aîné, se dit sage, se dit brave et fort mais semble incapable d'affronter son destin. Il doit comprendre, il doit se battre, quitte à affronter les dieux, à affronter la nature humaine, à bousiller sa foutue humanité qui nous bloque tous. Les mots avant les gestes, voilà ce que compte prôner le cadet ; mais il saura en venir aux mains, à la lame, à la mort. En quelques secondes ses pieds touchent le sol froid et boisé puis il quitte la demeure familiale. La lune est haute sans être pleine, c'est la main armée d'une torche que Ragvald s'engouffre dans les ténèbres ; il ne marche pas bien longtemps avant de se retrouver face à la bâtisse.
C'est ici, maintenant, que tout commence.

Il n'a pas l'habitude, ne toque quasiment jamais chez son frère, pour dire vrai il ne se souvient même plus de l'intérieur. Les seules fois qu'il est entré ici, c'était pour décuver d'une soirée arrosée ; si Rag avait le culot de retourner chez ses géniteurs après ces soirées là, Alfhildr aurait été l'inquiète la plus chiante des quatre clans réunis. En bref, c'est pas la meilleure option. Et, sans l'avouer réellement, Ragvald sait qu'il peut avoir une confiance aveugle en son ancien exemple. Soren a toujours été quelqu'un capable de faire briller ses yeux, malgré ses défauts, ses défaites et faiblesses, il se relevait et ne baissait pas les bras - c'est ce que Ragvald aime chez lui, du moins, aimait. Depuis qu'il assiste à la quasi-phobie du trône, l'image héroïque de Soren n'est plus la même, elle est beaucoup plus sombre et noire, plus ternie, plus repoussante. Eux qui, étant petits, faisaient claquer la lame boisée de leur épée, allaient devoir pointer l'acier vers un ennemi commun. Du moins, un adversaire. Ragvald veut gagner, veut crier victoire dans sa tête, veut voir son frère porter fièrement le titre de Jarl. Soren, que souhaite-t-il à la fin ? Bam, bam, bam. Ragvald commence à toquer, essaye d'être silencieux pour ne pas alerter sa belle-sœur. Une conversation entièrement masculine, voilà ce qu'il veut. Une conversation entre le feu et la glace. La porte s'ouvre, l’héritier se présente, torse nu, cheveux arrivant aux épaules, regard mature et viril. Face à lui, un bouclé aux expressions moins visibles que celles d'une pierre. Différents en tout points.

Face à face, yeux dans les yeux - même si la taille empêche réellement d'appeler ça un face à face, mais on va faire comme si. « Enfile quelque chose, on sort. » Il ne lui laisse pas le temps de répondre ou même de donner un avis, quoiqu'il peut le faire, mais il parlera aux dieux et aux vents. Ragvald s'adosse au mur, regarde aux alentours. Surveille, peut-être. S'emmerde déjà à attendre son frère, c'est possible aussi. Il n'a pas envie que les habitants se doutent d'une magouille entre les deux aînés d'Ødegard, même si la chose va bien finir par se savoir un jour, autant ne pas le crier sur tous les toits tout de suite. Se prendre une baffe (méritée ?) par son père devant tous les regards ne l'intéresse pas vraiment. Et encore, la baffe n'est qu'un avant-goût. Le bannissement serait sans doute le final, son propre final. Une fois Soren à l'extérieur, plus habillé, Ragvald se replante devant lui, visage toujours aussi vide. À croire qu'il a salué un mort dix minutes plus tôt. « J'espère que Signi n'a pas été réveillée. » Ça l'affecterai ? Hm, c'est comme demander ce qui est apparu en premier, l’œuf ou la poule.


Dernière édition par Ragvald Ødegard le Sam 25 Fév - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: (sorvald) med eller uten deg   - Sam 25 Fév - 12:56


med eller uten deg

La pénombre, les ténèbres, l'obscurité, la nuit. Tant de mots pour décrire une sensation qui prend jusqu'à la gorge chaque être vivant, Soren n'est pas une exception. Certains sont des corbeaux, amateurs des ombres et d'autres sont des enfants du soleil, préférant le jour à la nuit. Tu es l'un et l'autre. Créature nocturne, le fils ainé du jarl n'aime l'ombre que quand celle-ci lui rend bien, car derrière les ténèbres se cachent n'importe qui et pas besoin d'un masque pour porter le premier coup, la nuit cache très bien les couteaux et les coups bas. Un univers familier à d'autres comme Ragvald et sitôt que le soleil disparaît à l'ouest, Soren est de ceux qui retrouve l'épouse chez lui après avoir traîné les pieds à l'hydromellerie quelques heures, sans doute de trop. Parricide. Le mot revient en boucle dans l'esprit du jeune guerrier. C'est clairement ce qu'a sous-entendu le cadet à son ainé il y a de cela quelques nuits déjà. Tuer leur géniteur, devenir les assassins du père, lui qui les aime mais qui c'est vrai, ne prend plus les bonnes décisions pour Skogkatt, pour l'avenir tout simplement. Pour cette raison, peut-on trancher sa gorge et couper net le fil de sa longue vie ? Que disent les dieux à propos de cela ? Rien. Absolument rien. Silencieux, ils semblent se plaire à devenir muet à toutes les prières et offrandes pour laisser le clan Ødegard se déchirer de lui-même, dans sa propre chaire, dans sa propre colère devenue une haine qui tranche bien plus que la peau et brise bien plus que des os. Alors ce soir, la nuit mon frère, n'est pas notre amie.

Quelques coups. Trois coups très précisément à la porte qui sorte l'ainé de sa torpeur, lui qui commençait enfin à s'endormir vers des contrées lointaines se redresse subitement, les réflexes d'années liées à un entraînement de guerrier viking intensif. Son regard cobalt reflétant les différents fonds marins se posent successivement sur la porte puis sur le visage de Signi. Elle dort. Léger soupir de repos tandis que l'homme se lève pour se rendre à la porte. Il l'ouvre presque à la volée pour dévisager l'inconnu qui n'en est pas un. Ragvald. Ils ne se sont pas vu depuis la mention du meurtre du jarl et paternel. Le regard fermé, la barbe épaisse et les boucles du corbeau sont sa signature tandis qu'il ordonne à l'ainé de sortir avant de s'éloigner.
La porte de nouveau fermée, Soren ne bouge pas pendant quelques secondes qui peuvent apparaître comme de longues minutes. Son regard se perd dans la contemplation du foyer qui crépite, les flammes dansent et dansent encore, destruction prochaine pour un renouveau ? Le visage du jarl, cerné et ridé lui revient à l'esprit et il y voit d'avantage un chef qu'un père, mais un chef qui protège son troupeau en pensant faire le bien. Il n'est pas un mauvais homme et nous ne sommes pas la main des dieux, nous n'avons pas le droit. Pas le droit. Agacé par des réflexions qui finalement, ne lui offrent aucune réponse concrète, il s'empare d'une chemise et de sa veste épaisse pour sortir. Sa ceinture, il ne la prend pas et sort sans arme, excepté ses poings fermes et puissants.

Quelques pas et le voici face au corbeau. La confrontation ne l'enchante pas, mais Soren ne craint pas son cadet. Il connait sa force, sa talent, sa pugnacité, mais il ne le craint pas et n''aura jamais peur de lui. C'est réciproque, il le sait. « Enfile quelque chose, on sort. » c'est sa signature. Parler de rien pour parler du sujet qui fâche après. Les cheveux détachés et le regard fermé, presque fuyant, il répond vaguement, Soren, d'un air détaché car il sait que tout ceci n'est qu'une façade. Une façon détournée de dire que les choses sérieuses commencent. « Elle dort. » ni plus, ni moins car Soren n'est pas de ceux qui perdent leur temps dans de belles paroles et de beaux discours. C'est sans doute pour cela que la capitale et ce soit-disant roi lui donne un goût abjecte en bouche. « Ne perdons pas de temps avec ces paroles futiles, mon frère. » commence-t-il d'un ton sec, mais pas dédaigneux. Soren est froid et austère de nature, son cadet le sait et le connait pour cela. « Tu n'es guère venu ici par hasard et surtout pas pour t'inquiéter du sommeil de ma femme. » il croise les bras, toise légèrement Ragvald car après tout, il est le petit ours et lui est le grand ours comme on aimait les appeler quand ils n'étaient pas encore des hommes. « Tu veux encore me convaincre à propos de la succession. » léger soupir, agacé il ne le cache pas tandis qu'il lance plusieurs oeillades vers les alentours, personne ne les écoute. « Que tu le veuilles ou pas, il est notre père, il nous a donné la vie par la grâce des dieux et nous n'avons aucun droit de la lui prendre. La diplomatie me semble la meilleure solution. Le temps va le rattraper et il partira, sois patient, mon frère. »

Et le seul goût amer qui reste coincé au fond de la gorge porte le nom de lâcheté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: (sorvald) med eller uten deg   - Mar 28 Fév - 19:06


Ils devaient parler. Ragvald n'allait pas venir toquer à la porte du grand ours pour lui souhaiter une bonne nuit. Des idées plus grandes, des envies plus grandes – et une réalité plus réaliste que l'existence des dieux. Leur père n'a plus sa jeunesse d'autrefois et ses idéaux ne collent plus au monde actuel, les femmes ne sont pas que de simples guerrières un bouclier au bras, elles sont vaillantes et fortes, elles méritent les mêmes droits que nos guerriers.

Ragvald n'a jamais réellement pensé à mettre une fin à la vie de son géniteur, il l'a envisagé, il l'a sous-entendu, mais un fils reste un fils. Même si la discussion n'est pas quelque chose de présent dans la relation entre Folker et son fils, Ragvald en reste vicieusement proche. Leur père est quelqu'un de buté, de déterminé, de stratège. Capable de tout pour protéger les siens, sa famille, ses filles et son peuple ; Ragvald se focalise sur quelque chose de plus large, les autres, les clans voisins. Donner un moyen plus conséquent pour se défendre aux gardiennes du foyer est quelque chose qui le touche particulièrement. De l'injustice entre les sexes ne l'intéresse pas. Une rousse, avant même qu'elle soit faible d'un bras, ne méritait pas d'abandonner ses rêves.

Soren est rapidement revenu. Toujours aussi austère et froid, il n'allait pas changer. Alors que le cadet restait inexpressif, l'aîné, lui, voulait foncer dans le vif du sujet. Écoutant les paroles de son frère, Ragvald fit rouler ses yeux avant de soupirer. « Ne commence pas à jouer les saints avec moi, Soren. Je n'aime pas ce petit jeu. Je sais que tu as peur d'endosser le rôle d'hériter alors ne me parle pas de patience quand tu vas prier les dieux pour que ce jour n'arrive pas. » Ils devaient parler, mais pas ici. « Qu'il soit notre père ou non, tu l'as toujours considéré comme le Jarl. Rien de plus. » Les filles sont favorisées. Chouchoutées. Des princesses qui finiront engrossées pour faire perdurer le nom des Ødegard. Ne cherchant pas la moindre réponse, le bouclé commenca à marcher, les nerfs qui chauffaient très légèrement. « Partons avant que quelqu'un décide de nous observer. » Ensembles, les deux frères s’éloignèrent, traversant quelques ruelles, suffisamment pour sortir de Skogkatt.

Dos à Soren, Ragvald s'arrêta net, plongeant ses yeux vides dans ceux de son aîné. « Que l'on soit d'accord sur une chose, je ne souhaite pas faire un parricide. » Avec toi, lâche. « Nous irons lui parler ensembles. Et tu montreras à quel point tu peux être un bon Jarl, Soren. » Pointant sa main vers les portes de Skogkatt dans le dos de son frère, il reprit « Ils ont besoin de changement. Les femmes doivent devenir plus fortes. J'annonce au moins une mort à chaque raid. On doit faire changer les choses avant qu'elles ne s'aggravent. » Sa mâchoire s'est contractée. Ses doigts agrippèrent plus fermement le bois de la torche. Marre de voir des larmes. Marre d'entendre des noms à annoncer. Marre de ne pas réagir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: (sorvald) med eller uten deg   - Ven 3 Mar - 12:15


Le sens du devoir.
Une notion à la fois familière et étrangère du guerrier. Familière car il sait se battre, il sait faire passer le combat avant le reste et il effleure du bout des doigts la gloire d'un viking qui va, il l'espère, finir ses jours au Valhalla. Plus qu'étrangère car il refuse d'assumer sa charge qui est la sienne, celle d'héritier, celle de fils du jarl. Cette ombre grandit un peu plus chaque jour. Soren le sait et le ressent. Le regard fatigué, non pas par l'entraînement, mais par les nuits blanches, par les nombreuses insomnies. Chaque nuit, les yeux clos, les dieux viennent torturer l'esprit de l'homme, le malin ne cesse de lui murmurer à l'oreille qu'il sera jarl, qu'il soit oui ou non d'accord et qu'il sera un piètre jarl, qu'il amènera la ruine et le déshonneur sur son village, sur son nom, car c'est écrit dans son sang. Un sang béni et maudit à la fois, un sang que leur père a réussi à redonner ses lettres de noblesse en créant la Svart brotherhood, mais un sang meurtri par les dérives de leur grand-père qui apporta la honte. Chaque règne est différent, quel sera le tien ? Prend le risque n'est pas de l'avis du viking, il n'y tient pas, il préfère rester dans sa position, confortable et continuer à se battre, l'épée à la main.
Ton frère ne peut comprendre cela.
Ragvald est différent, il est le feu, Soren est la glace. Le même sang coule dans leurs veines, mais animé par une envie différente. Comment son cadet peut-il comprendre ses maux ? Ragvald est un homme d'action, un enfant qui, depuis tout petit, veut se révolter, veut se faire entendre, lui qui n'a que le second rôle, lui qui est souvent dans l'ombre des autres, il ne supporte plus le poids qui pèse sur ses épaules, épaules qui semblent s'écrouler par son rôle, corbeau annonciateur d'une mort certaine. La femme, ils la respectent tous les deux et chacun, l'ainé comme le cadet, savent qu'elle est forte, une force différente d'un homme, mais une force puissante et à ne pas sous-estimer. Elle a son rôle ici, au village et peut lui permettre de croître quand la terre se veut infertile et les récoltes pauvres. L'un comme l'autre le sait, mais contrairement à son frère, Soren ne souhaite pas l'imposer par la force, ni même par la diplomatie. Les mots sont dit, le refus de faire couler le sang également, mais Ragvald s'agace rapidement, ses traits du visage se durcissent sous les yeux de son frère qui, à mesure qu'il parle, peut voir la réaction de son cadet. Celle-ci ne se fait pas attendre. « Ne commence pas à jouer les saints avec moi, Soren. Je n'aime pas ce petit jeu. Je sais que tu as peur d'endosser le rôle d'hériter alors ne me parle pas de patience quand tu vas prier les dieux pour que ce jour n'arrive pas. Qu'il soit notre père ou non, tu l'as toujours considéré comme le Jarl. Rien de plus. » Un mur. C'est un mur jonchée de flammes dansantes et incendiaires qui se dresse devant la statue de cire et de glace. Agacé, Soren émet un léger sifflement pour signaler qu'il n'est pas d'accord avec le viking qui se dresse devant lui. « J'ignorais que tu étais au courant de mes discussions avec les dieux, après guerrier et coursier de décès, te voici devenu devin, mon frère. » la pointe d'ironie s'accompagne d'un sarcasme non dissimulé, car même si leur relation est forte, elle a toujours été violente à la fois.
De feu et de glace.

Les oreilles traînent partout ici et la discussion est en suspend tandis que les deux frères s'éloignent du village pour se diriger vers ses extérieurs, loin des curieux et des espions. Ici, la pénombre se fait d'avantage plus grande et les ombres sont plus prononcées. Le visage de Ragvald n'est qu'une figure pâle et peu visible, ses yeux sont plongés dans l'obscurité et on ne distingue que quelques traits d'un visage épuisé par la vie quotidienne. « Que l'on soit d'accord sur une chose, je ne souhaite pas faire un parricide. Nous irons lui parler ensembles. Et tu montreras à quel point tu peux être un bon Jarl, Soren. » pas un mot, l'intéressé reste silencieux en croisant les bras contre son torse. Ragvald se révèle toujours un peu plus devant son frère ainé. Un homme vigoureux, entêté et déterminé, un bon soldat en prime, mais pas un bon souverain. Le regard plissé, Soren attend la fin des paroles de son frère, pour lui expliquer concrètement ce qu'il pense de la situation, des propos de son petit frère. « Ils ont besoin de changement. Les femmes doivent devenir plus fortes. J'annonce au moins une mort à chaque raid. On doit faire changer les choses avant qu'elles ne s'aggravent. » Léger silence, la lune est invisible sous les épais nuages sombres qui recouvrent Skogkatt, donnant an village, une ambiance lugubre et presque démoniaque, hanté. Quelques pas en arrière et Soren s'adosse au tronc épais d'un arbre. « Tu peux dire ce que tu veux, Ragvald, tu l'as sous-entendu, tu l'as même dis, tu es prêt à aller jusqu'au bout pour que je sois le prochain jarl. Certes, ce n'est pas ce que tu souhaites au premier abord et je te crois quand tu dis vouloir convaincre avant tout notre père, mais cette situation t'exaspère, je le vois, je le ressens, tout en toi exacerbe cette position. » la main se glisse dans la barbe de quelques jours et les yeux restent plantés sur l'ombre du soldat, à peine visible. « Qu'on se le dise, je n'y participerai pas et si tu envisages sérieusement cette solution, nous serons ennemis. » il accentue le dernier mot, pour lui donner toute son importance. « Mais ce que je constate avant tout, Ragvald, c'est que cette situation t'épuise. Tu m'accuses de prier pour ne jamais devenir le prochain jarl, mais toi, que veux-tu ? je vais te le dire. Tu veux que je sois le prochain jarl pour ne plus avoir à faire la sale besogne qui es tienne, annoncer les décès. Tu veux changer la situation pour améliorer ton quotidienne. En somme, tu me reproches exactement ce que tu fais. » les mots claquent et l'agacement s'accroît, devenant petit à petit colère. La glace fond face au feu, mais la glace est plus brûlante que n'importe quel brasier. N'oublie pas cela. « Néanmoins, je suis de ton avis concernant les femmes et l'avenir de Skogkatt. Notre père est ancré dans une époque révolue. J'accepte d'aller lui parler avec toi pour le convaincre de revoir son jugement. » un accord et une promesse qu'il compte tenir, car au fond de son coeur, Soren sait que son frère à raison, mais à lui, il ne veut rien laisser passer, ni rien laisser paraître.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: (sorvald) med eller uten deg   -

Revenir en haut Aller en bas
 
(sorvald) med eller uten deg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2 eime ronde Tampa Bay repêche l'allier Lars Eller
» Lars Eller.
» MTL canadiens
» Vos joueurs préférés dans chaque équipes
» Le Journal de Montréal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: