navigation.


 
 Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t153-tyldr-viarson-i-m-not-satisfied-


Týldr Víðarson
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 253
SEPTIMS : 1363
ARRIVAL : 30/01/2017
IDENTITY : Thomas / Bangerang_Wiver
FACECLAIM : Travis Fimmel / ©Bang_Wiver / ©Dakini vava

AGE : 35 ans
STATUT CIVIL : L'esprit et le cœur aussi libre que le vent s’engouffrant dans les crevasses glaciales et escarpés d'Isenseg
METIER : Fermier / Guerrier
INVENTAIRE : Mon barda se compose d'une épée de bonne facture ainsi qu'une hache de taille plus réduite. Un bouclier robuste attelé sur mon épaule quand l'heure du combat se fait sentir. Des vivres, une source d'eau bien remplie. joker n°1.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   - Sam 25 Fév - 12:22



Qu'attendons nous de ce monde ?

Enkil & Týldr




Tout semblait si calme durant mon voyage à travers les plaines. Une tranquillité qui régnait de concert avec une douce brise qui soufflait ses alizés auprès de la rivière qui poursuivait sa route à travers l'immensité de ces terres. Ma monture allait bon train mais je préférais ménager sa fougue et entretenir une allure modérée. Sur ma route j'admirais les étendues sauvages d'une contrée qui ne manquait d'absolument de rien. Le parfum des fleurs sauvages m'accompagnaient ainsi que les rayons lumineux du soleil réchauffant mon corps. Beaucoup de temps s'était écoulé depuis le décès de mon père. Je m’attelais à la tâche allant de l'avant mais gardant un pied en arrière. Le passé m'accompagnait sur le chemin du deuil. J'avais honoré sa mort de ma présence qui pouvait bien me blâmer pour ça ? J'ai entendu de nombreuses fois que le temps guérit toutes les blessures, mais en regardant mon père j'ai compris que je me trompais lourdement sur ce sujet. Aurais-je droit moi aussi à cette inlassable envie de rester accroché au passé ? À ceux qui me sont chers et qui tôt ou tard ne seraient plus de ce monde ?

J’apercevais au loin Skogen, c'est ici que mon destin m’appelait et je comptais bien obtenir les réponses dont j'avais besoin plus que de raison. Mes pas rapidement me menèrent dans un lieu que je connaissais que trop bien. Accueillant et chaleureux le lieu était atypique et il y régnait une ambiance ou convivialité et hospitalité étaient au rendez-vous. Il régnait dans l'établissement une ambiance joviale et décontractée. Les clients allaient et venaient de part et d'autres dans la vaste pièce qui nous accueillaient pour boire et se sustenter. L'enceinte de l'établissement laissait la lumière des bougies crée une ambiance tamisée et permettait de voir juste comme il faut. Confortablement installé mes yeux perçants allait de part et d'autres des tables et des visages cherchant à reconnaître l'un d'entre eux. Bien sur il était plaisant d'être la cause des regards curieux qui se retournaient sur mon passage. Il y avait pourtant bien des raisons à essayer au contraire d'être discret et de ne pas attirer trop l'attention sur sois non plus. Mes yeux se plissèrent et je souriais instinctivement à la vue de l'objet de ma recherche. J'empoignais un pichet de bière d'une main et deux gobelets de l'autre agrippant ceux-ci avec mes doigts. Mon corps se mouvait silencieusement à travers la salle et je prenais place sur le banc juste en face de lui.

Les traits de mon visage s'étirèrent posant devant nous les deux gobelets de bois. « Enkil Iversen en personne. Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas croisé ici l'ami. » Déclarais-je laissant mes lèvres subtilement se plisser en entamant la conversation d'un regard espiègle et observer sa réaction à mon arrivée. « Je t'offres à boire ? » Déclarais-je sans attendre une quelconque réponse de sa part et versais une bonne lampée d'alcool dans chaque verre.

_________________


« The world is changing and we must change with it. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   - Sam 25 Fév - 19:48

qu'attendons nous de ce monde ?
ENKIL & TÝLDR

Les yeux perdus dans l'immensité des cieux, couché dans l'herbe,les mains derrière la tête, il profitait d'une pause amplement méritée. Les doigts écorchées par le dur labeur d'une vie agricole, il avait passé la matinée a labourer ses terres sous un soleil impitoyable qui avait daigner se montrer après une longue absence remarquée. Les muscles endoloris, il baignait dans la crasse et la sueur, se foutant de sa propre apparence. Depuis la mort de son père, le guerrier avait reprit les rennes de la ferme familiale et autant dire que le travail ne manquait pas. Les dieux avaient offert une bonne récolte à la famille Iversen, il passait la majorité de son temps à retourner la terre en compagnie d'une mère éreintée par l'âge et d'une sœur qui rêvassait à d'autres aventures. Son père lui manquait, le temps n'altérant en rien cette blessure infernale qui peinait à cicatriser. Il l'imaginait festoyer en compagnie des dieux, guerrier brave qui avait offert sa vie lors d'un raid. Enkil avait décidé de suivre les traces ensanglantées de son géniteur, prêt à mourir dans l'honneur et la loyauté. N'était-ce pas le but de tous les guerriers ? Embrasser une gloire éternelle sur Asgard ? Il était tout autant rêveur que sa jeune sœur qui venait de lui jeter une boule de boue sur son torse marquée par les batailles. Il expia un soupir et se releva difficilement en jetant un regard à la fois amusé et blasé à sa cadette. Il fallait qu'elle grandisse un peu, il ne serait pas toujours là pour la seconder et leur mère commençait à courber l'échine face au poids du temps sur sa frêle carcasse abîmée. Il  reprit alors le râteau pour recommencer ce ballet de gestes répété inlassablement chaque jours. Elles étaient loin les batailles, l'arc abandonné au profit d'outils fermier.

Une fois le travail terminé, le géant abandonna ses terres pour retrouver la chaleur du foyer familial où une odeur appétissante de ragoût flottait déjà dans l'air. Il s'approcha de sa mère pour lui embrasser le front et alla prendre un bain pour se décrasser et surtout se soulager après cette longue matinée. L'avantage d'être libre de toutes responsabilités maritales c'était qu'il pouvait profiter de son temps libre comme il le souhaitait. Des heures qu'il consacrait à la chasse, à la nature et parfois à la taverne pour s'envoyer quelques pintes et anesthésier son esprit tortueux. C'était cette perspective qui semblait le séduire pour le reste de sa journée. Il quitta son bain et s'habilla rapidement, attrapant les premières guenilles qui lui tombaient sous la main. Skogen avait beau être un petit village, les gens allaient et venaient dans la cité. Il n'était pas un adorateur de la foule et des gens en général, pressant le pas pour rejoindre la place du chêne. Il poussa alors les portes de la taverne, baigné dès son entrée par l'ambiance festive et chaleureuse qui régnait dans le commerce. Rendez-vous incontournable des buveurs et des coureurs de jupons — de ceux qui étaient désireux de souffler un peu loin du stresse quotidien — comme lui.

Observateur et solitaire, le blond n'allait pas vraiment chercher la compagnie. Il préférait rester dans son coin tout en admirant la vie s'animer autour de lui. Seul, il observait le contenu de sa coupe se vider au fur et à mesure que son coude se levait pour sustenter agréablement sa gorge. « Enkil Iversen en personne. Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas croisé ici l'ami. » Le guerrier leva alors la tête sur celui qui semblait avoir lu dans ses pensées. Des lippes qui s'étirent dans un sourire satisfait, les traits animés par la surprise de voir se dessiner sous ses yeux l'allure familière de cet ami qu'il n'avait pas croisé depuis un moment. « Je t'offres à boire ? » Les coupes se remplirent rapidement et le protagoniste s’enfonça alors dans son siège tout en se perdant dans le iris azuréennes de Týldr. Un regard perçant qu'on ne pouvait aisément oublier après s'y être noyé. « Il m'arrive encore de céder aux chants des ivrognes et de venir noyer mon ennui ici. » Souffla alors Enkil pour justifier sa présence ici. Il attrapa alors sa coupe gracieusement rempli par son ami et fit tinter son gobelet contre le sien pour trinquer. Il était content de le retrouver, voyant le guerrier comme un proche ami, comme le frère qu'il aurait aimé avoir. « Un moment qu'on s'est pas vu en effet. Que racontes-tu ? Tu dois bien avoir quelques récits palpitants à me faire partager. » Il avala ensuite une bonne lampée de bière, sachant pertinemment que face au viking, il aurait du mal à suivre.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t153-tyldr-viarson-i-m-not-satisfied-


Týldr Víðarson
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 253
SEPTIMS : 1363
ARRIVAL : 30/01/2017
IDENTITY : Thomas / Bangerang_Wiver
FACECLAIM : Travis Fimmel / ©Bang_Wiver / ©Dakini vava

AGE : 35 ans
STATUT CIVIL : L'esprit et le cœur aussi libre que le vent s’engouffrant dans les crevasses glaciales et escarpés d'Isenseg
METIER : Fermier / Guerrier
INVENTAIRE : Mon barda se compose d'une épée de bonne facture ainsi qu'une hache de taille plus réduite. Un bouclier robuste attelé sur mon épaule quand l'heure du combat se fait sentir. Des vivres, une source d'eau bien remplie. joker n°1.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   - Dim 26 Fév - 20:19



Qu'attendons nous de ce monde ?

Enkil & Týldr




Seul dans un lieu si convoité des esprits assoiffés de nos semblables, Enkil semblait plongé dans ses pensées. Rien d'étonnant à cela j'étais aussi expressif que lui dans ces moments d'absence loin de ce monde, loin de tout ce qui nous rattachait à la réalité. C'est une longue histoire qui lia notre destin lui et moi. J'avais combattu auprès des siens et bien avant cela une branche cousine de sa famille m'avait aidé à surmonter la rude épreuve d'être orphelin. Nous nous ressemblions sur bien des points. Enkil et moi avions traversés des épreuves similaires, la perte d'êtres qui nous sont chers, une enfance en proie à la rudesse d'un climat inhospitalier. Le comble pour deux fermiers qui passaient leurs temps à travailler et partir dès que l'occasion se présentait en raid d'été. Malgré l'écart d'âge d'une dizaine d'années, nos deux comparses c'étaient mutuellement liés d'amitié.

J'avais vécu longtemps auprès du clan Iversen, assez pour voir le jeune adulte qu'Enkil était devenu. Les périples et les traversées faisaient de lui un combattant, un guerrier avec qui j'irais sans hésiter combattre qu'importe le danger et le champ de bataille. Je pouvais compter sur lui et à l'inverse sur moi, ensemble le mur de bouclier serait indivisible. Cette simple pensée me faisait ressentir l’insatiable envie qui m'habitait depuis mon départ et le but premier de mon retour à Skogen. Nos verres s’entrechoquèrent laissant le liquide se déverser dans un éclat abrupte sur la table qui nous séparaient l'un de l'autre. « Oh tu sais rien qui ne sort du lot des fermiers. Labourer les terres, les semailles, avoir une bonne récolte si les dieux sont cléments. » Déclarais-je tapotant de mon index le gobelet de bois observant mon camarade qui ne connaissait que trop bien cette vie misérable à laquelle nous tenions inexorablement. Je portais mon verre de bière à mes lèvres et en renversais une lampée sur ma barbe. Du revers d'une main je crissais mon menton pour m’essuyer. Rafraîchissante il n'y avait pas de doute là dessus. La bière de notre région était à la hauteur de nos espérances. Je souriais instinctivement sur ses paroles détournant mon regard quelques instants. À croire que celui-ci pouvait deviner mes pensées. Je me redressais spontanément de mon siège penchant mes avant bras sur la table. Mon œil brillait à la lueur des flammes. La simple idée de partager ce que je voulais entreprendre animait mon visage d'une jovialité certaine mais qui ne devait pas s'ébruiter.

« Je vais partir, dans quelques jours. Pour Isenseg. » Murmurais-je pour éviter d'être entendu des oreilles indiscrètes pouvant s’immiscer. « Je ne compte pas croupir ici et attendre qu'Aldarik ne cause notre perte. » Poursuivais-je pestant contre moi même à la simple prononciation de son nom. L'ambition de cet homme n'avait pas de limite et les bravades envers le roi de Norvège nous mettaient dans une position délicate et dangereuse. « Je compte bien m'y faire un nom auprès du jarl et prier Bertha une fois là bas. » Terminais-je retombant mollement dans le fond de mon siège. Qu'étais-je entrain de faire ? Que pouvais-je bien faire d'autres ? Mes dents se serraient machinalement sous le poids de ces décisions et de ces choix qui étaient si lourdement pesés. J'avais fais mon choix. En cela je trouvais une certaine forme de quiétude et d'apaisement mais, parsemés de remords de mécontentement et de colère. Une colère sourde que je tentais vainement de feinté à travers l'excès d'alcool imbiber et brouiller mon esprit. Ma gorge asséchée quémandait à boire et je n'avais rien d'autre à faire que de sustenter cette soif qui dévorait mon insatiable envie et désir d'enivrement. « Et toi ? Des projets ? » Déclarais-je curieux de savoir si Enkil peut être serait à même d'entreprendre lui aussi une telle entreprise.

_________________


« The world is changing and we must change with it. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   - Lun 27 Fév - 17:36

qu'attendons nous de ce monde ?
ENKIL & TÝLDR

Les alcools menaient la danse chez ces vikings assoiffés, la taverne animée par les rires gras et bruyants de ses congénères venus noyés l'ennuis dans la boisson. Pas vraiment amoureux de ce genre d'ambiance, il fallait avouer que de temps en temps, c'était appréciable. Le fermier venait conclure une journée harassante en compagnie de litres alcoolisés et de pensées moyennement joyeuses. Il était venu maintes et maintes fois avec son père célébrer le retour de raids et de récoltes fastidieuses. Il se souvenait avec nostalgie du regard bleuté de ce géniteur qui lui manquait chaque jours. Sévère mais juste, il continuait à vivre aux travers de ses actions et du nom qu'il transmettrait un jour à son propre fils. Des songes hantés par les fantômes du passé, presque reconnaissant de voir Týldr débarquer et mettre fin à ses élucubrations morbides. L'homme assis en face de lui n'avait pas vraiment changé, fidèle à lui-même et ses valeurs, c'était toujours un plaisir d'échanger avec lui. Ils n'avaient que cinq petites années de différence et pourtant — ils semblaient vivre le même quotidien harassant et porter les mêmes blessures. Les gobelets débordaient de bières, assis dans un coin de la taverne éclairés par des bougies qui ne se lassaient pas de brûler. Il y avait peu de personnes dans ce village en qui il pouvait avoir confiance, le blond en face de lui faisant parti de ceux pour qui il était prêt à se battre. Du sentimentalisme qu'il préférait garder pour lui, n'étant pas de ceux qui montraient leurs sentiments, pudique et réservé. Boire en sa compagnie était une perspective parfaite pour clore cette longue journée de dur labeur.

Naturellement, la conversation débuta par des banalités, buvant les paroles de son ami tout en vidant rapidement sa coupe avec de grosses lampées, la barbe inondée de mousses et le ventre qui criait déjà famine. « Oh tu sais rien qui ne sort du lot des fermiers. Labourer les terres, les semailles, avoir une bonne récolte si les dieux sont cléments. » Enkil écoutait le fermier lui raconter l'existence qu'il vivait chaque jours. Hormis les raids, la vie d'agriculteur n'avait rien de bien passionnante. La terre, les mains sales, les ongles encrassés et les doigts écorchés. Une routine infernale et pourtant sécurisante à la longue. Il n'avait connu que ça et ne se voyait pas vivre autrement pour le moment. Le guerrier se pencha alors ensuite vers son homonyme qui tendait l'oreille avec curiosité. « Je vais partir, dans quelques jours. Pour Isenseg. » Enkil ne cacha pas vraiment sa surprise, traduite par un haussement de sourcil interrogateur. « Je ne compte pas croupir ici et attendre qu'Aldarik ne cause notre perte. » Le nom du Jarl laissa un goût amer dans la bouche du trentenaire qui ne l'appréciait guère. Les habitants de Skogen subissaient plus ou moins sa folie et son règne capricieux. « Je compte bien m'y faire un nom auprès du jarl et prier Bertha une fois là bas. » Enkil noya alors de nouveau ses songes dans l'alcool sans quitter du regard son ami. Il ne savait pas trop quoi penser de cette nouvelle qui le laissait quelque-peu pantois.

« Et toi ? Des projets ? » Enkil fit alors entendre son rire, se balançant un instant sur sa chaise pour faire signe au tavernier de venir leur remettre une autre tournée. « Après ce que tu viens de me dire, j'ai peur que mes ambitions paraissent quelque-peu insignifiantes. » Avoua-il en se penchant de nouveau vers lui. Il voulait en savoir plus et vivre à travers lui cette aventure qu'il lui était impossible de goûter. « Skogen va perdre un guerrier et moi un frère. » Souffla alors le blond qui observait le vide de son gobelet hurler son ennui. « Je comprends tes motivations. Si je pouvais, je te suivrais. Mais j'ai ma soeur, ma mère et je pourrais pas les laisser à la merci de Aldarik. Mon père serait capable de revenir me botter le cul. » Un rire franc tandis qu'il retrouvait le confort du dossier de sa chaise et que le tavernier venait avec de nouvelles pintes débordantes. Un signe de tête en guise de merci et il le regarda s'éloigner pour ensuite redonner toute son attention à Týldr. « Pourquoi Isenseg ?Pour la beauté du paysage ou de ces femmes ? » Il était rare que les lippes de Enkil s'illuminent d'un sourire. Mais il était vrai que Isenseg n'était pas que réputé pour ces bûcherons — mais aussi pour la population féminine et la beauté d'un jarl qui faisait l'unanimité.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t153-tyldr-viarson-i-m-not-satisfied-


Týldr Víðarson
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 253
SEPTIMS : 1363
ARRIVAL : 30/01/2017
IDENTITY : Thomas / Bangerang_Wiver
FACECLAIM : Travis Fimmel / ©Bang_Wiver / ©Dakini vava

AGE : 35 ans
STATUT CIVIL : L'esprit et le cœur aussi libre que le vent s’engouffrant dans les crevasses glaciales et escarpés d'Isenseg
METIER : Fermier / Guerrier
INVENTAIRE : Mon barda se compose d'une épée de bonne facture ainsi qu'une hache de taille plus réduite. Un bouclier robuste attelé sur mon épaule quand l'heure du combat se fait sentir. Des vivres, une source d'eau bien remplie. joker n°1.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   - Ven 3 Mar - 11:13



Qu'attendons nous de ce monde ?

Enkil & Týldr




La discussion allait bon train et l'ambiance était au rendez vous. L'on ne ressent pas le poids des mots auprès d'un ami, d'un frère, d'un camarade et particulièrement quand nous sommes là assis l'un face à l'autre. Nos chemins se croisaient et s'écartaient au fil des années mais rien jusqu'ici ne nous avait réellement séparé définitivement. Ce qu'il me disait me faisait instinctivement sourire, l'enivrement de l'alcool jouant peut être un rôle lui aussi dans cette affaire. L'ambition qui m'animait avait peut être de quoi en faire frémir plus d'un mais, à quoi bon vivre si nous ne prenions pas des risques pour y apporter quelques changements ? Moi je rêvais d'une autre vie, je ne voulais pas croire en un quotidien plus irascible et cruel qui était le lot de nous autres femmes, enfants, fils et filles de fermiers. Je n'avais peut être pas la certitude de ce qui se profilait devant moi, seul le passé lui parlait pour nous et il n'avait rien de plaisant. Les souvenirs bien vivant en mon esprit avaient forgés en moi une destinée toute autre que celle que je subissais sans rechigner.

Dévoiler nos sentiments n'était pas dans nos habitudes. Nous ne les refoulions pas, pas totalement non mais, nous ne les exprimions pas. Je pouvais voir dans ses yeux, cette lumière, cette lueur qui brillait en son regard et qui ne demandait cas se joindre à moi. Mon attention se focalisait sur ses paroles qui abreuvait l'ouïe d'un compagnon d'arme prêt à mourir pour lui. Le discours qu'il me tenait s’essoufflait sans perdre son intonation habituelle. Telle une pierre mes espérances se réduisait peu à peu, la roche friable rendait l'espoir à son état de poussière mais je ne pouvais rien faire à cela. Bien sûr que nous avions peur pour nos familles, ce n'était pas l’absence de crainte qui me faisait partir au contraire. « Si ton père était capable de revenir, le mien m'aurait sûrement réservé le même sort. » Déclarais-je en jouant avec mon gobelet vide. « Mais nous savons tous les deux, que nous sommes pas nos pères. » Reprenais-je laissant les rires de côtés quelques instants pour reprendre se sérieux qui ne me sciait parfois guère. Nos chopes se remplirent aussitôt alors que je mûrissais quelques réflexions. Bientôt la curiosité reprit et c'est d'une bien belle manière qu'Enkil me questionnait sur ma destination.

Je laissais échapper de mes lèvres un fin sourire mêlant timidité et taquinerie je me posais contre le dossier laissant mes yeux divaguer vers le plafond imaginant toutes les jolies femmes qui pouvaient séjourner dans ces contrées. Cette pensée me faisait rêver, sourire, rigoler. « L'un et l'autre... Peut être bien les deux. » Glissais-je au travers de mes lèvres. Isenseg faisait beaucoup parlé, la réputation d'un lieu si vaste et pourtant aux habitations reculées. Leur population majoritairement féminine et un jarl dont la beauté faisait parler plus que de raison au travers du pays. Je relevais ma carcasse m'empressant de boire une gorgée d'alcool. « Je dois encore consulter la voyante, si les dieux sont favorables à mon départ je ne tarderais pas plus longtemps. » Lançais-je alors que le fracas d'une chaise retentissait non loin de là. Un fier homme bourru valsa trop plein qu'il était il semblait avoir du mal à se relever de lui même. J'arquais un sourcil intrigué par ce spectacle bien lamentable espérant ne pas finir ainsi. Cela n'en restait pas moins drôle et je plissais mon regard en direction d'Enkil d'un ton empreint d'humour. « Heureusement que tu es aussi bon guerrier que celui là. » Terminais-je avant de boire cul sec mon verre. « Je serais de retour pour les raids d'été, d'ici là garde un œil sur ma sœur veux tu bien ? » Demandais-je humblement avant de me relever et tendre mon avant bras vers le sien pour le serrer. « Es tu sur de ne pas vouloir m'accompagner ? » Défiais-je une énième fois mon ami de mes yeux étincelants essayant de le convaincre subtilement.

_________________


« The world is changing and we must change with it. »

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'attendons nous de ce monde ? (Enkil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nous attendons impatiemment la nouvelle version de kakakok
» Pourquoi fêter le 1er mai? Jean Erich René Miami le 1er mai 2009 Nous nous co
» Venez nous faire découvrir de nouveau groupe (ou chanteur ;p)
» Le monde est un grand bal où chacun est masqué... [Akinoshi Elma]
» Nous avons la droite la plus CON du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: