navigation.


 
 the child and the liar, arne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: the child and the liar, arne   - Sam 25 Fév - 19:36

the child and the liar
arne & keetja
-----------------------

Il y avait tant que de monde à l’hydromellerie du crépuscule ce soir-là que Keetja n’eut pas une minute de répit pour espérer boire ou manger quelque chose. Epuisée, les pieds douloureux à forcer d’aller et venir entre les clients, à jouer des coudes et manquer de se faire renverser par quelque homme un peu trop ivre, elle était surtout profondément agacée par la présence d’Arne Haraldson, dont chaque nouveau regard la faisait un peu plus grincer des dents. Sa seule présence suffisait à la mettre dans une colère noire. Irritée, elle supportait mal les critiques ou remarques graveleuses des clients auxquelles elle aurait ri et répondu dans d’autres circonstances. Pire encore, l’écouter se vanter des circonstances dans lesquelles il avait perdu son œil à des voyageurs venus d’autres villages ou des passionnés qui ne se lassaient pas de ses aventures donnait à Keetja des envies de meurtre. Lorsque vint à nouveau le tour de leur table d’être servie, la jeune femme déposa délicatement les choppes d’hydromel devant les hommes attablés et plus brusquement celle d’Arne, de sorte à ce que la moitié de ce précieux breuvage se déverse sur la table et éclabousse le tissu de ses vêtements. Un sourire ironique se dessina sur ses lèvres pulpeuses. « Quelle maladroite je fais … » commença-t-elle d’un air candide, avant d’enchaîner : « Mais les menteurs ne méritent pas d’être servis mieux que cela.  En réalité, ils ne méritent rien du tout. » Elle se perdit un instant dans son regard azur et frissonna de la tête aux pieds. Son visage inquiétant – à cause de la blessure qu’elle lui avait infligée et de la profonde noirceur qui embaumait l’air autour de lui – ne lui inspirait plus tant de crainte que la première fois qu’elle s’était attaquée à lui. Keetja avait désormais l’habitude de voir Arne ici, plus que lorsqu’il était marié à sa sœur. Leur animosité l’un envers l’autre était devenue supportable ; lui tenant à rigueur à l’enfant de lui avoir crevé l’œil, elle pour tout le reste. Son désir de vengeance en était-il moins fort ? Certainement pas. Keetja était déterminée à voir ce chien s’agenouiller devant elle dans la boue, la suppliant d’épargner sa misérable vie d’assassin et de bonimenteur. Et pourtant, quelque part, elle commençait aussi à comprendre ce que Herkja avait pu lui trouver. Parce que même cette blessure donnait à Haraldson un charisme évident, que Keetja n’aurait pu nier. Le genre à serrer son cœur, à enflammer ses reins, à la rendre plus agressive encore. Tout chez lui n’inspirait que haine et passion. « Ce sont de bien belles histoires Haraldson, mais qu’en est-il de la vérité ? Tu devrais la conter à tes amis, elle devrait les intéresser tout autant. » Et puis, en se retournant, un pan de sa robe vert émeraude ne manqua pas de renverser définitivement la chope d’hydromel d’Arne sur les genoux de ce dernier. Elle virevolta entre les tables pour échapper à son courroux, en sachant pertinemment que jamais elle ne serait à l’abri de lui, et que quelques tables ne suffiraient pas à l'arrêter s'il décidait de la faire payer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: the child and the liar, arne   - Dim 26 Fév - 19:58


the child and the liar
keetja x arne
« Allez Haraldson ! Encore une autre, soit pas salaud ! » C’est le tintement des chopes de bières qui accueille l’ovation du guerrier, faisant se tourner une série de regards torves -  brillant d’hydromel – vers l’homme assit au bout de la table. Les cadavres de chopes en bois, désespérément vides, s’entassent devant lui – or Arne Haraldson semble tout sauf en souffrir. Son œil unique est alerte. Ses gestes sont vifs et précis. Pourtant son haleine empeste l’alcool, déliant une langue habituellement rude, alors qu’il s’empresse de conter le récit de la perte de son iris droit à ses quelques camarades réunit ce soir à l’hydromellerie. « Keetja, sers nous donc une nouvelle tournée ! » gueule un homme à sa droite. Tous sont trop avinés pour remarquer la grimace que cela tire à Arne, qui se contente alors de serrer les dents en évitant de suivre du regard la silhouette élancée de son ex belle-sœur. Un rire fracasse soudain sa mémoire. Un rire qu’il est le seul à entendre. Ses doigts se souviennent encore des courbes graciles, effleurées lors de nuits d’amour jamais réellement oubliées.  Puis le rire est remplacé par un hurlement. Une série de suppliques. Et le silence. Soudain, tout est rouge, le cœur est brisé, la haine remplace le bonheur, et lorsqu’il lance le corps au-dessus des monts abrupts, ce n’est plus que de la colère qui agite les tréfonds de son âme.

Ses poings se crispent lorsqu’elle s’avance vers eux, son parfum animant en lui des sentiments contradictoires, aussi violents que passionnés, aussi méprisants qu’admiratifs. Mais son visage ne laisse paraitre rien d’autre qu’une indifférence morne alors qu’il débute son récit avec lenteur, se plaisant à faire durer le suspense, à se délecter des visages attentifs qui l’observent et attendent la suite de cette incroyable histoire que tous connaissent pourtant par cœur. Les lèvres s’étirent dans un demi-sourire sauvage lorsque soudain quelques éclaboussures lui fait dresser le regard, heurtant le mépris candide de la serveuse qui déverse déjà son venin. La mâchoire se contracte, et les traits se durcissent tandis que le borgne la toise de son mieux, évitant d’effleurer toutes les promesses de ce corps qu’il lui semble déjà connaître par cœur «  Et qu’est-ce qu’une gamine comme toi connait à la vérité ? J’aimerai bien le savoir. » grince-t-il, alors que son palpitant s’enflamme déjà dans sa poitrine. Le silence autour d’eux s’est fait, et plus encore lorsque la donzelle – dans un énième geste théâtrale – se détourne de sa victime, veillant cependant à ce qu’il ne puisse profiter à nouveau des bienfaits d’un verre d’alcool pourtant bien mérité. Arne sent déjà l’adrénaline courir dans ses veines, la colère enflammer ses joues mangées par une barbe châtain bien entretenue. Aussi, en quelques secondes il est déjà dressé sur ses jambes, se lançant à la suite de Keetja qui s’empresse de le fuir, ignorant les cris de protestations de ces camarades qui réclament la suite de l’histoire à grand renfort de cris et de gesticulations. « Plus tard ! » grogne t-il alors qu’il presse le pas, saisissant le bras de la jeune femme pour la tirer au-dehors sans douceur, la jetant contre le mur de l’hydromellerie où il passait pourtant un bon moment. « Toi et moi, faut qu’on cause. » sa paume toujours pressée sur le muscle fin de son bras, espérant secrètement y laisser un bleu, une trace de cette soirée tandis qu’il rugit déjà « A quoi tu joues Keetja ? A quoi tu joues ?! » répète t-il plus fort, pressant ses os contre les siens, imaginant les briser comme des brindilles ; comme il l’avait fait du crâne de son épouse. « Si tu cherches à me provoquer, saches que c’est réussi. Je devrais te coller une raclée pour l’injure qui tu m’as causé ce soir ! » fit-il en désignant ses vêtements encore trempé d’alcool, la colère faisant trembler ses membres, sa prunelle saphir la toisant avec une lueur de dédain dissimulant le désir qu’elle anime chez lui, brûlant chaque parcelle de sa peau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: the child and the liar, arne   - Dim 5 Mar - 20:20

the child and the liar
arne & keetja
-----------------------

Si Keetja savait qu’Arne répliquerait, elle ne s’attendait pas à ce qu’il l’empoigne – publiquement de surcroit, quand bien même personne n’y prêta la moindre attention – avec une telle violence et l’attire hors de l’hydromellerie. La brune grogna et tenta de se dégager de son étreinte, mais sa force n’était en rien comparable à celle de son ainé qui l’écrasa contre le mur de la bâtisse avec une facilité déconcertante. Elle détestait se sentir vulnérable de la sorte, surtout face à celui qu’elle exécrait le plus en ce monde. Il fallait à tout prix qu’elle apprenne au plus vite à se battre – quitte à réitérer ses menaces auprès de Frida. Une plainte s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle heurtait le bois froid, à la fois irritée d’être ainsi traitée et blessée par la poigne qui la faisait souffrir. Malgré tout, elle trouva en elle le courage de le défier encore du regard, respiration saccadée par la colère et le trouble.

« Fais-le, Arne, met-moi une raclée. Prouve-moi que j’ai raison et que tu lèves la main sur les femmes. Prouve-moi que tu es assez violent pour avoir tué ma sœur. » répondit-elle dans un souffle, en se demandant s’il oserait à présent le faire ou non. Keetja savait qu’elle jouait avec le feu et que tout ça finirait sûrement très mal pour elle. Elle s’était embarquée dans quelque chose de trop grand pour elle. Elle se décolla du mur pour se rapprocher davantage de lui, et, malgré la douleur qui commençait à lui faire perdre son sang-froid, ajouta - son visage à quelques centimètres du sien : « A quoi je joue ? Je ne vois pas de quoi tu parles. J’essaye simplement de te protéger. Penses-tu sincèrement que les Dieux apprécient de te voir mentir de la sorte ? Penses-tu qu’Odin accueillera au Valhalla un homme qui s’invente de fausses batailles ? » Lentement, elle leva sa main libre vers la joue d’Arne et glissa ses doigts dans sa barbe qu’elle caressa tendrement. La jeune femme ignorait d’où pouvait bien venir ce désir brutal qu’elle ressentait à l’égard de cet homme qui, même après qu’elle l’ait estropié, continuait de la faire vibrer derrière toute cette noirceur et ce mal qui émanait de lui. Etait-ce le désir de briller à la place de feu sa sœur aînée qui la poussait à ressentir jusqu’au cœur de ses entrailles l’envie de l’énerver lui, ne serait-ce que pour passer quelques secondes en sa compagnie ? Un sourire se dessina sur ses lèvres pulpeuses. « Sache qu’aussi longtemps que je vivrai, tu ne trouveras pas la paix – dussé-je en payer le prix fort. Je ne suis pas ma sœur, je n’ai pas peur de toi. Brise-moi les os si ça te soulage, mais jamais je ne sortirai de ta vie. » Ces quelques mots lui parurent bien ambigus tout droit sortis de sa bouche. ses joues se teintèrent d’un rouge bien visible à la lueur des étoiles et des torches qui éclairaient maigrement l’entrée de l’hydromellerie du Crépuscule. Au lieu de revenir sur ses propos, Keetja n’en joua que davantage en souriant un peu plus. Tantôt lionne, tantôt chatte, elle plantait les griffes, séduisait, caressait, pour attaquer avec plus de férocité encore. Que cherchait-elle vraiment, elle l’ignorait. Le besoin de ressentir quelque chose de fort. De vrai. Keetja, l’éternelle seconde, moins belle que ses sœurs ; aubergiste sans avenir, sans amour, vouée à entretenir une famille qui rejoignait le royaume des morts plus vite qu’elle n’engendrait des enfants, avait besoin de vivre.

Peut-être qu’au fond ce n’était pas aider sa sœur qu’elle voulait en s’attaquant à Arne Haraldson, mais juste son propre plaisir. « Alors, qu’est-ce que tu vas me faire ? Me frapper ? Me briser le crâne et me jeter du haut d’une falaise ? Ou me laisser te servir une choppe d’hydromel en guise de pardon ? Il y en a à l'intérieur qui s'impatientent d'écouter tes merveilleux mensonges. » souffla-t-elle en retirant ses doigts de sa barbe, avant de s’éloigner de lui – non sans cesser de le fixer avec tout l’intérêt du monde.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: the child and the liar, arne   -

Revenir en haut Aller en bas
 
the child and the liar, arne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» John Arne Riise :: Liverpool
» Spoliation de terrains a Fermathe 45
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» Arne Agning - Mercenaire et brigand.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: