navigation.


 
 sun kill moon (helja)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: sun kill moon (helja)   - Lun 27 Fév - 22:35



sun kill moon

Helja & Enkil



Le soleil se levait pour chasser les ténèbres d'une nuit entachée de sombres cauchemars gâchant la beauté du jour. Ce père fauché par l'épée ennemie, une présence qui lui manquait constamment. Même si l'imaginer festoyer à Valhalla en compagnie des dieux n'était qu'un maigre réconfort pour lui et sa famille. Il quitta sa couche pour entamer une journée agricole qui s'annonçait déjà harassante et routinière. Sa mère dormait encore et sa sœur était en train de s'occuper des animaux de la ferme Iversen. Il possédait une bonne exploitation, les dieux semblant récompenser sa bravoure lors des raids par des récoltes généreuses. La perspective de passer la journée a labourer la terre ne semblait pas vraiment l'enchanter. Il avait envie de s'évader dans la nature, écouter les arbres chanter sous le souffle du vent et se laisser aller à quelques rêveries pour s'échapper de ce quotidien parfois étroit et envahissant. Après sa toilette, il s'habilla et attrapa son arc pour aller chasser. Une bonne excuse pour remettre le travail fermier à des lendemains moins accoutumés. Skogen se réveillait à peine lorsque le viking quitta le village pour se perdre en forêt. Les oiseaux chantaient et le soleil n'arrivait pas a percer la flore qui régnait en silence dans l'immensité des cieux. Un spectacle qu'il appréciait particulièrement, reconnaissant envers la nature. Il s'installa alors au bord d'une petite rivière pour écouter le bruit de l'eau déferler. Loin des médisances du village et d'un jarl qu'il préférait éviter pour ne pas se risquer à lui cracher des vérités que beaucoup partageaient. La vie à Skogen se révélait être difficile sous le règne de Aldarik et son noir cortège de caprices qui coûtaient cher à la communauté. Les iris bleutés fixaient l'eau se frayer un chemin entre les pierres, songeur face au temps qui passait. Il aimait son village et pourtant, il rêvait parfois d'autres horizons, d'autres aventures.

L'astre solaire commençait a s'infiltrer dans la forêt avec des rayons brûlants qui venaient lui rappeler qu'il était temps de rentrer. Pas bredouille, deux lapins pendouillant à sa ceinture. Sa sœur vint alors accueillir le guerrier d'un sourire tout en le débarrassant du dîner de ce soir. Il devait être dans les alentours de midi quand le blond se rappela qu'il devait aller voir Helja. Plus que la guérisseuse du village, ils partageaient parfois des discutions intéressantes. La jeune femme avait d'ailleurs signés son corps de coups d'aiguilles maintes et maintes fois. Il lui avait promis de lui rapporter des herbes avant de partir pour son dernier raid et il était temps d'honorer sa promesse. Il attrapa alors un petit sac en tissus qui contenait quelques plantes médicinales qu'il avait gardé précieusement pour cette amie d'enfance. Enkil quitta de nouveau son habitation pour se traîner jusqu'à celle des Leifsson. Il espérait que le patriarche n'était pas là, n'appréciant pas la façon dont il traitait sa fille. Ses poings le démangeait à chaque fois, mais il gardait son sang-froid pour ne pas entaché cette amitié qu'il partageait avec la guérisseuse.

Voila bien des semaines qu'il ne l'avait pas vu. Il la trouva devant chez elle, le soleil faisant ressortir sa blondeur et le bleu de ses iris. Elle était belle. Un bijoux pour les yeux et il ne pouvait pas le nier. Heureusement qu'il restait des personnes comme elle à Skogen pour rendre la vie de ces habitants plus agréable. Enkil s'approcha alors d'elle, les traits encore marqués par de nouvelles cicatrices. « J'espère que je ne te dérange pas ? » Souffla alors le guerrier qui s'arrêta à la hauteur de la jeune femme qu'il dépassait bien d'une tête. « Comment vas-tu ? » demanda-il en lui tendant le petit sac de tissus qui renfermait les précieuses plantes. « Ce que je t'avais promis. » Les lippes du viking s'étirèrent alors dans un petit sourire, plissant le regard sous le soleil qui venait l'aveugler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: sun kill moon (helja)   - Mar 28 Fév - 1:28

Sun Kills MoonSol, chassée par Skoll, mettait en déroute Mani, chassé par Hati, amenant sur Skogen une aube levant le voile des mauvais rêves savetant la splendeur du jour. Cet ascendant dirigeant l'épée du bourreau sur Sigvard... Une présence te manquait constamment. Penser qu'il réside dans la froide, brumeuse et noire demeure de Hel, en compagnie des morts de maladies et de vieillesse, des couards et des faibles, n'était pas pour te réjouir. Tu quittas ta couche pour entamer une journée de soins qui s'annonçait déjà harassante et routinière... « Ne sors pas aujourd'hui, tu as du travail dans cette demeure. Vu son état, tu sembles l'oublier. » Therfhild le forgeron avait toujours une bonne parole, paternelle et... acerbe et acrimonieuse. Chaque jour parvenant à faire sentir cette haine, cette rage que lui inspire sa propre fille. Tu n'y es pour rien, mais c'est à toi qu'il incombe de racheter les fautes de cette mère infidèle, de racheter les crimes non avoués d'un être que tu as osé aimé contre la volonté de ton père. Tel est le fardeau que tu dois porter. « Je pourrais faire cela en rentrant, il faut que je rende quelques visites. » De trois foulées allongées il s'avança. D'un revers de sa dextre il te gifla. La tête penchant sur la gauche, le regard ailleurs. Ces maux étaient un lot quotidien depuis tant d'années... Mais il en était ainsi des liens du sang : on ne les choisi guère. « Balivernes. Tu auras tout le loisir de faire tes jérémiades plus tard ! Pour l'heure, ne t'avise pas de mettre un pied dehors si ce n'est pas rangé et lavé. » Du reste de graines et d'épices, le forgeron fit un mélange qu'il renversa par terre. Tes yeux se plissent, mais aucun mot ne sort. Mieux valait qu'il en soit ainsi.

La forge l'attendait à présent, l'air dédaigneux et déçu, il quitta la demeure. Les paupières se refermant, tu soupires, ressentant alors un soulagement vain. Ce serait la même rengaine. Ce soir. Demain. Après-demain... Une chaîne infinie telle une ritournelle incessante. Apprêtée pour tes visites, tu poses finalement tes affaires et commences à ranger, trier, nettoyer... « I remember ancient times when life was all that existed ; No mournful battles, only the dance of the elvenking, only beauty. Nothing can now ease the painful death of my friends. Nothing can now prevent, norns runes and my cry in distress. » Déchargeant la colère et les mauvais sentiments t'animant, tu mis du cœur à l'ouvrage et parvins au bout de tes peines. Assise près du foyer de la modeste halle que possédait ta famille, ton regard se perdait. Les flammes du de l'âtre dansaient en reflets estompés dans le bleu de tes yeux. Lorsqu'un bruit, une voix familière, vint heurter le silence du crépitement du feu. Lentement, tu te levas pour voir ce qu'il se passait dehors. Rien. Les bras croisés, tu observais le chemin qui menait au Sud de la forêt. Qu'est-ce qui t'empêchait finalement de marcher et de rejoindre un autre village ? Une autre vie ? Quelqu'un approchait derrière toi. En toute douceur, tu te retournes pour voir de qui il s'agissait. Enkil Iversen. « J'espère que je ne te dérange pas ? » Un sourire sans joie t'échappe. Pensive mais ne voulant pas se montrer impolie ou de mauvaise compagnie. Cela semblait faire une lune que tu ne l'avais pas vu. La curiosité quant à la raison de sa visite se dessinait avec surprise sur ton visage. Cet homme, brave et vaillant, avait vécu bien des drames. Cela t'attristait, comme à chaque fois que l'envol d'une âme finissait par s'associer à toi. Il était indéniable que ceci changeait la façon avec laquelle l'on finissait par te regarder.

Enkil n'était pas de ceux qui allaient t'en vouloir de ne pas avoir été capable de contrer les choix des dieux. Il n'aimait pas te voir souffrir, ni personne d'autre te disais-tu. Ces marques sur ton visage n'étaient pas pour le rassurer. Nonobstant cela, il s'avança jusqu'à ta hauteur. Il te dépassait d'une tête, alors il te fallait lever les yeux pour croiser les siens. Se lisait dans les siens toute une épopée qu'il a vécu, vit et vivra. Un homme destiné à de grandes choses, cela ne faisait pas l'ombre d'un doute. Ces épreuves que les nornes lui infligeaient, le rendait plus fort, plus grand. Mais il en gardait les stigmates, au fond de son âme. « Comment vas-tu ? » Sans réponse, tu te contentas de hausser les épaules. Les mots n'étaient pas nécessaires. Tout le monde à Skogen savait : Helja Leifsson est forte, son moral est aussi robuste que l'acier forgé par son père. Tout le monde ne le sait pas : ce qu'Helja Leifsson subit au-delà des peines et des souffrances de ceux qu'elle soigne. Lui, il le sait. Tu vas bien. Pour autant que tu puisses l'être, aujourd'hui est une bonne journée. Comme hier le fut. Comme demain le sera. Parce que c'est ainsi qu'il faut vivre à Skogen. Pour rester debout et digne. Tu pris du bout de tes doigts fins le sachet qu'il te tendait. « Ce que je t'avais promis. » Son sourire, tes lèvres l'imitèrent. « Ce que tu m'avais promis ? » Une moue suspicieuse se dessina sur ton visage alors que tu ouvrais la bourse en tissu. « Aaah ! En voilà un bon disciple de Munin. » De pas lents, tu te diriges vers la porte d'entrée de la demeure Leifsson, tentant de déceler ce qui se trouvait dans ce sachet. Marquant un arrêt, tu te tournes vers Enkil. « As-tu le temps d'entrer ? » Tu aimais parler avec Enkil. Non pas à cause de l'empathie que tu lui portais, mais car tu l'estimais en tant qu'ami et ce que l'un comme l'autre, vous sembliez en avoir un certain besoin.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: sun kill moon (helja)   - Mar 28 Fév - 17:06



sun kill moon

Helja & Enkil



L'astre de feu venait éblouir les boucles dorées de la loeknir, lui rappelant alors la couleur des champs de blés sous le soleil d'été. Une pause bien méritée, loins de ses terres pas encore labourées. Il oublia un instant ses responsabilités tandis qu'il se perdait dans le céruléen des yeux de la jeune femme. Une amitié vétuste et quelque-peu mise de côté par les raids et son travail de fermier. Enkil faisait parti de ceux qui n'étaient pas très portés sur la compagnie, amant d'une solitude douloureuse qu'il avait fini par épouser par dépit. Il préférait de loin se perdre dans la nature, écouter le bruissement des feuilles sous le vent printanier, rêveur et isolé du reste du monde jugé décalé. Skogen était l'endroit parfait lorsqu'on aimait pas vraiment les gens. Un village peu habité, coupé du reste de la société. Trente années déjà à pourrir dans cette cité où régnait un vent de misère apporté par un jarl despote et frelaté. Les temps changeaient et les dieux semblaient les avoir oublier. Helja représentait une douce perspective pour cette journée normalement dédiée aux travaux fermiers. Il ne voulait pas la déranger et à en juger par sa joue marquée, son père avait encore une fois expié sa colère non justifiée sur la peau diaphane de sa fille délaissée. Une inquiétude qu'il tentait de cacher, demandant alors comment elle allait. Il n'eut le droit qu'à un faible haussement d'épaules, désabusé. Le blond laissa échapper un soupire tandis qu'il lui remettait ce pour quoi il était venu. Un sachet d'herbes médicinales dont il avait oublié le nom, n'étant pas vraiment connaisseur vis à vis des plantes. « Ce que tu m'avais promis ? » Il laissa alors découvrir le petit trésors contenu dans ce petit carré de tissu, le regard alpagué par les nuages qui dansaient. « Aaah ! En voilà un bon disciple de Munin. » Il laissa alors apparaître un fin de sourire, le regard de nouveau alpagué par la guérisseuse qui s'apprêtait a rentrer. « As-tu le temps d'entrer ? » Du temps il en avait. La question était en avait-il envie ? Un simple hochement de tête en guise de réponse tandis qu'il suivait la jeune femme à l'intérieur de sa modeste habitation.

Un bon moment qu'il n'était pas venu ici. Autant dire que le père de celle-ci ne donnait pas vraiment envie de s'aventurer dans sa demeure. Tout le monde connaissait le caractère quelque-peu difficile du forgeron. Enkil s'était toujours montré respectueux envers ses aînés, mais en présence de Therfhild, il avait du mal à gérer sa colère à son encontre et se retenait de lui faire goûter ses poings par simple égard vis à vis de sa fille. Il n'avait aucun respect pour un homme lâche qui osait frapper une femme. Voir les traits de Helja marquée par la bêtise de cet homme ne faisait que renforcer ce sentiment de mépris vis à vis de son géniteur. Une fois à l'intérieur, il laissa la jeune femme déterminer si les plantes avaient un quelconque intérêt. « Elles viennent des contrées sauvages. Une guérisseuse me les a données. » Souffla-il tandis qu'il faisait quelques pas dans la maison de son amie, s'approchant ensuite d'elle pour examiner sa joue enflammée.  « Peut-être qu'elles te soigneront. » Face à elle, il cherchait dans son regard une vérité qu'il connaissait déjà. Comment pouvait-on vouloir abîmer un si beau visage ? Une si belle personne débordante de générosité. « Au lieu de soigner les autres, tu devrais prendre un peu de temps pour toi Helja. »  Ou alors le laisser s'occuper de ce père infâme qui méritait de goûter à ses propres humiliations songea-t'il; énervé. Le viking caressa un instant la joue de la blonde du bout des doigts et alla se poser près du feu pour se perdre dans la contemplation hypnotique de cette danse enflammée.

Pourquoi restait-elle prisonnière de cet homme ? Parfois il se le demandait. Il ne tenait qu'à elle de briser les murs de cette prison invisible. Ébranlement du néant et des dieux. Un jour viendra où elle pourra enfin vivre loin de la joute patriarcale, se révéler au monde et dicter sa propre loi. « Songes-tu parfois à découvrir le reste du monde Helja ?  » Demanda-il tandis qu'il écoutait les flammes dévorer le bois de la cheminée. Au-delà de Midgar, d'Yggdrasil. Il aimerait remonter au temps des océans ancestraux. Là où les dieux avaient foulés la terre avant eux. « Qu'est-ce qui te retiens ici et t'empêche de vivre pleinement ta vie ? » Il tourna son regard bleuté vers elle. La vraie question étant pourquoi elle continuait à subir les mauvais traitements de Therfhild. Il se sentait impuissant face à la situation. Sachant qu'il ne ferait qu'envenimer les choses si il venait à s'interposer. Comment pouvait-il l'aider ? Prêt à encaisser les coups à sa place si cela pouvait lui offrir l'opportunité d'arrêter de faire semblant d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: sun kill moon (helja)   - Mar 28 Fév - 18:49

Sun Kills MoonLa famille Leifsson n'était pas des plus riches, mais pas à plaindre non plus. Une maison assez grande pour trois, quatre personnes, deux chambres derrière une halle qui laissait apparaître deux portes à sa droite. L'une menant à une salle d'eau et une présentant la cuisine et la réserve. Le convive avait de quoi s'asseoir, près du feu des assises étaient disposées. Des bancs recouverts de tissages de laine et de quelques peaux, au bout une petite table où est disposée un récipient contenant de l'eau pour se laver les mains. Tout était fraîchement en ordre et installé. Les rayons lumineux de Sol traversaient les interstices de la porte d'entrée alors que de frêles bougies de cire se consumaient pour faire apparaître une lumière vacillante et tamisée. L'endroit paraissait austère, malgré son confort et son agencement. On sentait le poids de cet endroit sur tes épaules. Les marques sur ton corps. Seules celles de ton visage sont visibles, prompte à respecter la pudeur et les mœurs. Quand bien même le village serait mis à sac, ravagé à feu et à sang, il te tenait à cœur de rester droite et respectable. Peu importait ce qu'en disait Therfhild, tu savais que tu faisais partie des bonnes personnes, justes et humaines.

Enkil entra juste après toi, déposant le contenu du sachet sur une table afin de le détailler. « Elles viennent des contrées sauvages. Une guérisseuse me les a données. » Expliqua l'invité. Étudiant de plus près les feuilles, les traits de ces plantes, j'écoutais Enkil. Curieuse d'en apprendre plus sur leurs propriétés. Mais ce n'est pas ce qu'il te détailla. Il s'attarda plus sur ta joue, sans voir son regard, du coin de l'œil, tu savais ce que ses yeux à lui observaient. « Peut-être qu'elles te soigneront. » Ton attention quitte ces plantes. Parler de cette violence que tu te persuadais toujours justifiée par ses blessures passées, te gênait profondément. Ton visage ne se durcissait pas pour autant. Pas devant celui que tu estimais en tant qu'ami. « Au lieu de soigner les autres, tu devrais prendre un peu de temps pour toi Helja. » Au fond de toi, laisser Therfhild extérioriser la haine et la colère qu'il ressent par rapport sa défunte épouse, cette rage face à tant de déshonneur, est bien mieux si elle est déportée sur toi, celle dont le visage lui rappelle cette femme, que sur les autres habitants de Skogen. Cette dévotion, tu ne la lui accordais pas par amour. Tu ne l'aimais pas non. Ce n'était pas un secret pour Enkil qui semblait près à agir au moindre signe de ta part. Tes paupières se closent lorsqu'il effleure du bout de ses doigts ta joue. Un air mélancolique te prend quand il finit par aller s'installer près de l'âtre. Reconnaître qu'il avait raison te fendait le cœur. Tu vis cette existence altruiste pour racheter l'âme perdue dans les champs austères du Helheim de ta mère. Sans même te poser de questions sur ce que tu aurais pu ou pourrais faire de ta vie. Mettant tes ambitions et tes désirs de côté, surtout depuis que Sigvard est mort.

L'air morne, tu ranges les plantes dans la bourse de tissu que tu refermes soigneusement. Comme si elle contenait un trésor. La guérison est, à ton sens, une magie inestimable. Celle que les dieux eux-mêmes utilisent. Dans ces plantes, dans les éléments, se cachent la vie et ses secrets. Soigner grâce à eux est comme une traduction de leur secret. De pas lents, tu viens t'asseoir auprès de ton invité. Il ne semble pas en paix dans ce foyer qui est le tien, mais à vrai dire, toi non plus tu ne t'y sens pas à l'aise. Alors difficile de lui en tenir rigueur. « Songes-tu parfois à découvrir le reste du monde Helja ? » Un sourire fini par trouver son chemin sur tes lèvres alors que vos regards s'entremêlent dans les flammes du feu trônant au milieu de la halle. « Cela m'arrive d'y penser. » Pouvoir s'évader, couper court aux obligations, aux responsabilités, à la pression perpétuelle que les familles posent sur ton dos. Cependant, les rêveries ne mènent nulle part alors qu'ici, tu as ta place, quelques amis, ton père - qui, malgré son comportement, reste ta famille, celle que tu dois respecter et dont tu dois honorer le nom - et ton confort. L'aventure est une chose qui saurait te stimuler, mais une femme seule, sans connaissances avancées du combat et de la survie dans les conditions que porte cette région, tu ne saurais ne serait-ce qu'arriver jusqu'à Solstheim... Quand bien même tu y parviendrais, ton sens du devoir prévaut. Alors même si cela paraît tentant, tu persistes à croire que tu ne serais pas heureuse avec ce souvenir de Skogen que tu aurais laissé derrière toi. Tu n'étais pas grand chose dans ce village, mais tu n'étais pas sans ignorer ce que tu lui apportais. Et vu les temps que Skogen traverse, partir n'est même pas envisageable.

Les hommes comme Enkil avait ceci que tu leur enviais : la possibilité de découvrir le monde, de rencontrer de nouvelles cultures - bien que ce soient souvent les mêmes, elles restaient pleines de mystères encore aujourd'hui - ce qui était payé très cher. Même si donner leur vie pour leur peuple, mourir en guerrier pour festoyer jusqu'au Ragnarok avec les dieux, cela restait un coût que tous n'étaient pas encore près à faire. Tu n'étais pas prête à le faire. Malgré tes pensées sombres te vouant au Helheim, il t'arrive de croire que Freyja te tendrait les bras lorsque ton dernier souffle sur Midgard sera arrivé. « Qu'est-ce qui te retiens ici et t'empêche de vivre pleinement ta vie ? » Ton regard resta rivé sur le feu le temps d'une inspiration avant de se poser sur lui. « J'aime Skogen. Ses habitants, son histoire. Malgré les peines, les épreuves, je pense que ma place reste ici. J'ai l'impression de faire partie de ce village autant qu'il fait partie de moi. Et c'est la vie que je choisis de vivre. Même si pour ça, je... » ...tu dois subir ton père. Cet attachement, tu te doutes que ton ami ne le perçoive pas de la même façon. cela peut paraître pour de la faiblesse, un manque de courage ou de détermination. Mais tu n'en manques pas, de tout ça. C'est seulement ta façon de voir les choses et de t'y attacher qui t'enracine dans ce quotidien qui te blesse. « On a tous un rôle à jouer, Enkil. Et le mien, je le sais, est de venir en aide à Skogen. Par mes seuls moyens, certes, mais l'aider tout de même. Comme ton rôle est de défendre sa voix au Thing, te battre pour lui, son nom, ses habitants. On a tous un rôle à jouer. Et si l'on commençait à s'en détacher, que penses-tu qu'il adviendrait de ce village ? Crois-tu qu'il tiendrait debout ? Surtout maintenant que nous sommes livrés à nous-mêmes ? » La politique n'est pas ton fort et ne t'intéresse pas à vrai dire. Mais tu n'étais pas non plus sans ignorer ce qui se passait.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: sun kill moon (helja)   - Mer 1 Mar - 15:59



sun kill moon

Helja & Enkil



Face à l'âtre, il observait les flammes dévorer petit à petit l'espoir de lendemains meilleurs. Skogen n'était plus ce petit village tranquille où il avait aimé grandir. Hanté par un jarl qui faisait régner un climat délétère et cahoteux. Les feu semblait lui montrer un avenir incertain, un futur brûlant et enflammé fait de cendres et de poussières. Il songeait parfois à partir, à refaire sa vie dans un autre village, loin d'un passé qui venait sans cesse le tourmenter. Malgré le temps qui s'évertuait à s'écouler, le guerrier ne se remettait pas vraiment de l'absence de son père. Il aurait été capable de dire à son fils quoi faire, trouver les mots pour lui redonner envie de se battre, de vivre. Accablé sous le poids des responsabilités, cette vie ne semblait plus vraiment lui convenir. Helja lui redonnait un peu d'espoir, elle qui vivait sous les injures et les crachats, elle ne faiblissait pas. Un courage dont il aimait s'imprégner, elle était tout aussi vaillante que n'importe quel guerrier ou skjaldmö. Un héroïsme qui semblait l'inspirer tandis qu'il imaginait quelle autre existence il lui était possible de vivre. Il ne se voyait pas abandonner sa mère, sa soeur, sa famille et ses quelques amis dont elle faisait partie. Peut-être qu'il devait tout simplement remercier les dieux et se contenter de ce qu'il avait déjà. Il n'était pas malheureux, juste ce sentiment inexplicable qu'il lui manquait quelque-chose pour sourire à nouveau. Fonder une famille, avoir des enfants. C'était la suite logique qui l'attendait, un schémas qui ne semblait pas l'enthousiasmer plus que ça, il voyait avant tout la construction d'une famille comme un devoir plus qu'une envie. La solitude le rongeait et pour le moment il n'avait pas d'autres alternatives que de subir sans broncher.

Posé près de la cheminée, il fut rejoint par la guérisseuse tandis qu'il se perdait dans ses yeux au brûlant du feu. « Cela m'arrive d'y penser. » Avait-elle répondu, laissant le protagoniste songeur. Helja n'était pas mariée, elle pouvait aisément s'en aller et faire profiter ses talents de soigneuse dans une autre communauté. La loyauté envers son père l'emprisonnait dans une geôle douloureuse et amer, du sel sur les plaies. Elle méritait tellement mieux, ne souhaitant que la voir avancer loin de son passé tortueux et s'épanouir pleinement. Loin des coups et des misères qu'elle subissait chaque jours de la part de son geôlier de père. « J'aime Skogen. Ses habitants, son histoire. Malgré les peines, les épreuves, je pense que ma place reste ici. J'ai l'impression de faire partie de ce village autant qu'il fait partie de moi. Et c'est la vie que je choisis de vivre. Même si pour ça, je... »  Helja n'avait pas besoin de terminer sa phrase pour que le guerrier en saisisse le sens douloureux. « On a tous un rôle à jouer, Enkil. Et le mien, je le sais, est de venir en aide à Skogen. Par mes seuls moyens, certes, mais l'aider tout de même. Comme ton rôle est de défendre sa voix au Thing, te battre pour lui, son nom, ses habitants. On a tous un rôle à jouer. Et si l'on commençait à s'en détacher, que penses-tu qu'il adviendrait de ce village ? Crois-tu qu'il tiendrait debout ? Surtout maintenant que nous sommes livrés à nous-mêmes ? » Enkil garda un instant son regard planté dans celui de son interlocutrice. Admiratif face à tant de courage et détermination, il poussa alors un soupir tandis qu'elle évoquait les heures sombres qui s'abattaient sur leur village. Dépassé par le contexte, obligé de se battre pour un jarl qui détestait et qui avait détruit la vie de personnes auxquelles il tenait. Enkil se laissa alors glisser sur le sol, adossé contre le banc pour se rapprocher un peu plus du feu dans l'espoir que sa lumière puisse chasser les ténèbres.

« Ton courage me laisse rêveur. Tu n'as point besoin d'acier pour affronter la vie. Tes mots et ta détermination font de toi une vraie combattante armée. Mais je dois t'avouer qu'à chaque fois que je suis obligé de partir, j'ai toujours cette crainte de ne pas te retrouver. Je me sens impuissant face à ça. »  Sincère, il était rare que le guerrier s'autorise à montrer des sentiments qu'il préférait en général garder pour lui. Il laissa alors tomber sa tête contre le banc, observant quelques rayons solaires tenter de percer le bois de la bâtisse. « Aujourd'hui plus que jamais des choix vont devoir se faire. Beaucoup vont choisir la facilité et je ne sais pas trop encore où je vais me placer. Je prie les Dieux pour qu'ils me montrent le chemin à prendre et d'avoir le courage de mener d'autres batailles. Avec Aldarik comme Jarl, je ne suis pas vraiment optimiste pour la suite. »  Ils demeuraient enchaînés à ce village à cause de l'amour qu'ils portaient pour ces terres où ils avaient grandi. Aujourd'hui Skogen n'avait plus rien à voir avec le souvenir de son enfance. Dénaturé par l'autorité de ce jarl ô combien détesté. « Peut-être qu'on doit tout simplement affronter la vie un jour à la fois et ne pas se poser trop de questions. » Finit-il par conclure en retrouvant le regard azure de la belle guérisseuse. Demain serait un jour semblable à celui-ci, fait de doutes et de craintes et de moments privilégiés comme celui qu'il partageait avec son amie.  
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: sun kill moon (helja)   -

Revenir en haut Aller en bas
 
sun kill moon (helja)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: