navigation.


 
 everything counts (+) sigrid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 498
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: everything counts (+) sigrid   - Mar 28 Fév - 22:42



everything counts

Aine & Sigrid




Aine n’était jamais sereine de laisser sa petite sœur et son père seuls à Skogen. S’il arrivait la moindre chose, elle n’était pas là pour assurer et remédier au problème. Bien que sa petite sœur la rassurât, elle aussi avait grandi plus vite qu’elle n’aurait dû. Elles avaient maintenant l’habitude des différentes livraisons. Aine partait avec le cheval qu’elle allait vendre pendant tout le temps du trajet, la dernière Iversen restait à la maison et prenait le relais sur la vie de l’élevage. Si tout était parfait rôder, Aine ne cessait de craindre qu’un jour, des voleurs ou des pillards s’en prennent à la ferme. Profitant qu’il n’y ait plus qu’une des deux filles et le père invalide. Devinant ses troubles, sa petite sœur la rassura une dernière fois et donna une tape sur la croupe du cheval d’Aine pour qu’elle se mette en route. Pour celle qui voulait un jour vivre à la capitale, elle n’arrivait plus à quitter ses racines, la ferme de son enfance. Mais la livraison ne se ferait pas toute seule. Elle avait un peu plus de trois jours de voyage et cela serait long. Mais en soit, aller aussi loin la rassurait. L’élevage de son père continuait à fournir de bons chevaux et on allait encore les chercher dans la ville reculée de Skogen. Il n’y avait pas plus grande fierté. Le marchand avait été assez précis sur ce qu’il voulait comme cheval et Aine s’était efforcée à lui trouver et former l’animal dont il avait besoin. Un travail de longue haleine qui finit toujours par payer – du moins c’est ce qu’elle espérait.

Si les premières fois qu’elle dût se rendre à Isenseg, Aine s’était perdue et avait mis du temps pour arriver à destination. A force de faire le chemin, la jeune fille avait fini par se repérer et arrêter de se perdre. C’est donc après trois jours de cheval qu’Aine arrivait enfin aux portes de la ville. Isenseg, nichée au pied de la montagne. La jeune fille aimait toujours s’arrêter et admirait la vue en entrant dans la cité. Skogen était cachée par les pins, les forêts étaient omniprésentes dans sa ville natale. Et la majesté de cette immense montagne lui coupait toujours autant le souffle. Mais son observation s’arrêta rapidement, le jeune cheval commençait à perdre patiente et Aine n’avait plus autant de force pour parfaitement le retenir. Elle entra alors dans Isenseg. Pour faciliter la transaction, ils s’étaient donnés rendez-vous à la place de la ville. C’était un lieu simple et toujours facile d’accès avec les chevaux. Et Aine préférait faire affaire au milieu de plusieurs personnes, plutôt que de se retrouver elle se sait où et prendre le risque de se faire détrousser. On pouvait lui reprocher son manque d’expérience mais pas son manque de prudence. Une fois qu’elle vit le marchand, tout sourire en voyant son futur cheval, Aine mit pied à terre et la négociation commença. Une fois la vente de l’animal terminée, la jeune Iversen se rendit à l’auberge pour prendre une chambre, avant de repartir le lendemain.

Mais avant de partir, elle avait quelqu’un à voir. Depuis sa première rencontre avec elle, Aine ne cesse d’aller lui rendre visite dès qu’elle se rendait à Isenseg. Sigrid, une skjaldmö du jarl. Elle s’en voudrait d’être passée en ville sans aller voir celle qu’Aine admirait tant. Il se dégageait de la guerrière quelque chose qu’Aine ne saurait expliquer. Une beauté, une force, une aura qu’elle ne saisissait pas et dont elle avait envie de se rapprocher. Aine se rendit à la maison du jarl, là où elle était sûre de trouver son amie. La jeune fille était toujours impressionnée par ce lieu. La réputation des habitants vis à vis de la menuiserie n’était vraiment plus à faire. Dès qu’elle aperçut un domestique, elle demanda aussitôt « Est-ce que Sigrid est là ? » On lui confirma que la skjaldmö était bien présente et on alla la chercher. Aine continua d’admirer l’endroit en entendant son arrivée. Tout en espérant de ne pas la déranger.


Dernière édition par Aine Iversen le Mar 21 Mar - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t136-sigrid-snovit-when-i-came


Sigrid Snövit
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 207
SEPTIMS : 917
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : Poison Ivy ou Dakini
FACECLAIM : Alyssa Sutherland (luxaeterna) + kat (citation) thelothbroks, laeriegloriana, makebeliever (gifs) ban (wintersoldier)

AGE : 30 printemps
STATUT CIVIL : amoureuse
METIER : Skjaldmö au service du Jarl Silke
LOCALISATION : Isenseg

INVENTAIRE : joker n°1 + une lance + un bouclier + une épée + une cotte de maille + quelques boucles d'oreilles


I will die a warrior’s death !
Stories will be told of this day !




there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: everything counts (+) sigrid   - Mar 14 Mar - 23:04


everything counts
- Aine & Sigrid -


And I've always lived like this keeping a comfortable distance. And up until now I have sworn to myself that I'm content with loneliness. Because none of it was ever worth the risk. Well you are the only exception.

Rare était ceux qui trouvaient grâce aux yeux de la tempétueuse Sigrid. Le commun des mortels lui inspirait l'indifférence parfois l'ennui voire la colère. Les personnes pour qui elle ressentait de la sympathie se comptaient sur les doigts de la main. En premier lieu venait sa sœur, naturellement, sa jumelle, son double, sa moitié. Elles s'étaient formées dans le même giron. Cette gémellité faisait d'elle une seule et même personne. Nées ensemble pour mourir ensemble. Si Saga lui avait accordé le don de manier les mots elle lui chanterait chaque jour la force de son amour, mais elle en était incapable et il lui était impensable de s'abaisser à un vulgaire "je t'aime". Harald, s'il était un tant soit peu prétentieux, pourrait se vanter de posséder l'affection d'un fauve, car Sigrid estimait cet homme plus que tout autre. En acceptant de devenir son mentor il lui avait offert une échappatoire quand elle se croyait condamnée à vivre sous la tutelle de la hargneuse génitrice. Jarl Silke figurait également parmi les personnes estimée par la féroce skjaldmö pour des raisons si évidentes que les mots étaient inutiles. On pouvait également nommer quelques membres du villages, principalement des compagnes d’armes. Et puis il y avait Aine. Un éleveuse de chevaux, native du village de Skogen. Quelque chose dans ce brin de jeune fille plaisait à Sigrid qui n’était pourtant pas du genre à se laisser attendrir par un joli minois. Pourtant lorsqu’elle avait vu Aine pour la première fois sur la place du village alors que tous les regards étaient tournés vers le vigoureux destrier dont elle tenait la bride Sigrid n’avait eu d’yeux que pour la jouvencelle. La lueur du crépuscule, formant comme un halo  autour de sa silhouette et la douceur de son visage la faisaient presque passer pour un membre du petit peuple. Sans pouvoir l’expliquer elle l’avait émue.

« La petite éleveuse de chevaux demande si tu es là. »

Sigrid leva les yeux du métal qu’elle s’appliquait à aiguiser. Le domestique s’était planté à côté d’elle affichait une mine qui ne lui revenait pas. Il n’était pas né thraell et cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Et au cas où on aurait des doutes sur sa naissance, il ne se gênait pas pour rappeler son ancien statut d’homme libre dans un quelconque hameau perdu du sud par une attitude très irritante. Elle pourrait se tenir de toute sa hauteur devant lui – et le dépasser d’une tête – lui demander s’il avait quelque chose à dire et lui casser les dents s’il avait le malheur de l’ouvrir mais non elle ne le ferait pas. Elle ne gaspillerait ni son temps ni sa salive pour tenter d’expliquer que ce regard plein de sous-entendus lui tapait sur les nerfs. En tout cas pas aujourd’hui. Elle avait mieux à faire. Le visage impassible elle posa ses affaires, se leva sans remercier le messager – ça lui fera les pieds – et se dirigea vers la porte de la demeure du jarl. Dès que la guerrière posa les yeux sur la jeune fille, les traits de son visage se détendirent.  

« Aine.  » salua-t-elle dans un souffle.

Doucement elle posa sa main sur le bras de la demoiselle pour l’entraîner à l’écart. Les commères d’Isenseg possédaient des yeux et des oreilles partout. Les hauteurs de la ville offrait une vue imprenable sur la plaine. Au loin on pouvait distinguer la cité royale lorsque le temps était dégagé. Par chance c’était le cas aujourd’hui. L’air était frais, mais pas désagréable.

« Je suis contente de te revoir.  »

Leur dernières retrouvailles semblaient remonter à une éternité, du moins de son point de vue. Elle appréciait la brise rafraîchissante que représentait Aine, son regard plein de gentillesse et son sourire franc. Lorsqu’elle était en sa présence Sigrid ne craignait pas un énième échange de regards douteux ou une énième moquerie. Elle pouvait agir sans crainte et même se laisser aller parfois à sourire de toutes ses dents – une sensation étrange et pourtant agréable quand Aine en était la cause. Une fois l’euphorie de se revoir passée, Sigrid réalisa que la journée était trop avancée pour reprendre la route.

« As-tu un endroit pour dormir cette nuit ? Est-ce que tu repars dès l’aube ? »

Les réponses étaient évidentes et il était impensable de lui demander de prolonger son séjour. Elle avait un élevage dont elle devait s’occuper ainsi qu’une famille qui l’attendait à Skogen. Pourtant elle aurait aimé qu’elle reste un peu plus longtemps. Hélas elle devrait se contenter du temps présent, ce qui au final n’était pas si mal.
code by lizzou — img/gifs by jorindelle — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 498
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: everything counts (+) sigrid   - Lun 27 Mar - 23:09



everything counts

Aine & Sigrid




Aine était toujours impressionnée par la maison du jarl Silke et par la finesse des lieux. Le charme des montagnes sans doute. Dès qu’elle entra à l’intérieur, elle demanda Sigrid à un domestique. Il n’y a que pour elle que l’éleveuse faisait un détour pour cet endroit. Il n’était pas question qu’elle reprenne la route pour Skogen sans être passée la voir. Son amie, son mentor presque. Voilà ce que représentait Sigrid pour Aine. La Skjaldmö bien plus grande que toutes les autres femmes et même les hommes. Au de-là de cette méfiance innée et de la distance que la jeune femme mettait en place, Aine avait réussi à y apercevoir une femme douce, aimante et attentionnée. Une maman, une grande sœur qu’Aine aurait aimé avoir. Sigrid, c’était la beauté froide, celle qui glace le sang, qui hypnotise. Mélanger à ça, elle possédait un tempérament de feu, une lueur ardente dans son regard qui impressionne, qui défie ce qui l’entoure. C’était une contradiction qui fascinait Aine, qui l’attirait vers elle. Parfois l’éleveuse se surprenait à envier la Skjaldmö. Si elle ne pouvait avoir ne serait-ce qu’un tiers de sa force…


Mais Aine finit par être couper de ses pensées. Voyant Sigrid arriver, elle afficha un sourire franc sur ses lèvres, elle était bien là. L’éleveuse se laissa guider dans la demeure, se retrouvant dans les hauteurs de la ville. La vue était magnifique. Skogen n’offrirait jamais un tel paysage, et si Aine aimait ses forêts et ses ruisseaux, les montagnes d’Isenseg imposaient le respect telle des gardiennes majestueuses, comme Sigrid en somme. Cette vision était apaisante et Aine n’arrivait pas à croire qu’elle devinait au loin la capitale, cela semblait si loin et si proche en même temps… Sigrid la fit revenir à Isenseg, après tout elle était là pour cette dernière pas pour le paysage. Un nouveau sourire franc se dessina sur son visage « Moi aussi je suis contente de te retrouver. Je passais livrer un cheval à un marchand, je ne pouvais pas repartir sans venir te voir. » Aine lui prit les mains, un geste plein de tendresse, vraiment contente de la retrouver. Elle avait hâte d’apprendre de nouvelles choses de la part de la Skjaldmö. Toutefois la question de cette dernière fit passer un voile de tristesse dans les yeux d’Aine. La réalité était bien là, loin de cette superbe vue. Mais la jeune fille préféra esquisser un sourire « Oui malheureusement, je ne peux rester trop longtemps ici. Je ne suis jamais sereine de laisser ma petite sœur et mon père tout seuls. Je dormirai à la taverne, il doit rester quelques chambres de libre je pense. » Entre Henrik qui était invalide et Hilde qui pourrait se carapater en deux minutes, Aine préférait toujours rentrer le plus vite possible et s’assurer que tout fonctionne correctement à la ferme. Et puis s’ils se faisaient attaquer, que feraient ils ? Que leur arriveraient ils si elle mettait trop de temps à rentrer ? Elle ne cessait de s’inquiéter pour les siens qu’elle avait parfois l’impression qu’elle portait le monde sur ses épaules. C’était épuisant mais ne pas savoir la bouffer de l’intérieur. Finalement être avec Sigrid lui faisait oublier un instant tout ça. Toutes ces responsabilités, ces choix et ces craintes. C’était facile et reposant.

Mais elle n’était pas là pour penser à cela, elle voulait penser à des choses plus positives et profitait de l’instant présent avec Sigrid. « Mais n’en parlons pas, raconte-moi plutôt tes dernières aventures ! » Elle devait voir pas mal de choses de raconter et Aine aimait tellement ses histoires. Elle détourna le regard, en contrebas la vie continuait dans les rues de la ville. C’est là qu’elle pensa qu’elles ne pouvaient se voir que quand Aine venait et pourtant la jeune voudrait la voir plus voir plus souvent. « J’aimerai tellement un jour que tu viennes à Skogen. Je te montrerai comment c’est chez moi. » Les ruisseaux et les forêts… Elle en était sûre, Sigrid adorerait !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t136-sigrid-snovit-when-i-came


Sigrid Snövit
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 207
SEPTIMS : 917
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : Poison Ivy ou Dakini
FACECLAIM : Alyssa Sutherland (luxaeterna) + kat (citation) thelothbroks, laeriegloriana, makebeliever (gifs) ban (wintersoldier)

AGE : 30 printemps
STATUT CIVIL : amoureuse
METIER : Skjaldmö au service du Jarl Silke
LOCALISATION : Isenseg

INVENTAIRE : joker n°1 + une lance + un bouclier + une épée + une cotte de maille + quelques boucles d'oreilles


I will die a warrior’s death !
Stories will be told of this day !




there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: everything counts (+) sigrid   - Jeu 1 Juin - 20:53

Sigrid comprenait l'inquiétude d'Aine, elle n'avait pas de famille à sa charge mais elle avait un jarl à protéger et si elle n'avait pas la prétention d'aimer Silke comme un membre de sa famille la situation pouvait être un peu comparable. Tout juste arrivée au pouvoir sa position demeurait fragile car elle était une femme, une ancienne esclave et la veuve qui prenait le contre-pied de feu son époux. Elle avait prouvé à maintes reprises son habileté à régner avec force et diplomatie mais il y aurait toujours des opposants plus ou moins virulents. Cela semblait inévitable. Le prix du pouvoir diraient certains. Le gouvernement n'intéressait pas Sigrid. Elle ne se projetait pas dans ce rôle bien trop chargé de responsabilités. Et puis il faudrait écouter les complaintes de chacun autant dire une véritable torture pour elle qui supportait à peine les bavardages des personnes se trouvant à proximité. Silke était douée pour diriger un village. Puisse son règne durer longtemps. Heureusement il y avait toujours de fidèles skjaldmos pour protéger leur jarl et quitter le village n'était pas une source d'angoisse même si l'inquiétude demeurait car nul n'était à l'abri. Aine n'avait pas cette chance, personne sur qui compter en son absence. Quelle force de caractère, elle était admirable de prendre sur elle malgré ses appréhensions et de voyager seule. Aine l'admirait pour sa force et sa bravoure mais en réalité elle n'avait rien à lui envier.

"Tu dois être inquiète, je compatis. Ce n'est pas aisé de laisser les autres derrière soi. Quand je pars en raid et que ma soeur reste je pense constamment à elle."

Dagmar était tout à fait capable de se défendre mais il existait toujours plus fort que soi. Sigrid ne le savait que trop bien. Elle se souvenait d'un adversaire qui l'avait frappé si violemment qu'elle était tombée de toute sa hauteur et si une compagne d'armes ne l'avait pas secourue il n'y aurait pas eu que sa mâchoire de brisée. Pour se consoler de manger de la bouillie pendant des mois elle s'imaginait arracher une à une les dents de ce fumier. Une autre fois elle était restée alitée pour laisser ses cotes se ressouder. Allongée sur un lit dans cette maison qu'elle détestait - même si Dagmar l'avait entièrement redécorée pour effacer toute trace de leur mère - le souvenir de sa lamentable enfance faisait partie intégrante des murs. Incapable de bouger et continuellement frustrée par son immobilité, elle s'était retrouvée dans la même position que sa mère. Elle avait méprisé cette situation parallèle et le sentiment de pitié qu'elle avait ressenti contre toute attente envers cette femme pour qui elle n'avait que de l'aversion.

"Pourquoi aller à la taverne ? Viens plutôt chez moi. D'habitude je dors dans la maison du jarl mais ce soir nous pouvons dormir dans mon ancienne maison, Dagmar sera ravie. Tu la fascines tu sais."

Parce qu'elle l'aimait alors qu'elle n'aimait personne. Quand Sigrid avait parlé d'Aine à Dagmar pour la première fois, sa jumelle avait écarquillé les yeux en s'étonnant - de manière volontairement exagérée - qu'une simple mortelle soit parvenue à s'attirer la sympathie de la louve solitaire qu'était sa soeur. Sigrid avait rit de bon coeur car elle avait raison, les personnes qu'elle affectionnait se comptaient sur les doigts d'une main. Aine nécessitait sa deuxième main ce qui était bon signe, elle devenait un être sociable. Mais pas trop quand même.

"Aventure. Tu dis cela comme si j'étais un personnage de saga. Traverser le pays seule pour livrer un cheval c'est une aventure. Tu dois avoir un excellent sens de l'orientation."

Chose qu'elle ne possédait. A part cogner elle n'était pas bonne à grand chose de toute façon. Elle imaginait la frêle silhouette d'Aine se distinguant à peine à travers la sylve épaisse. Vision des plus charmante. Si des trolls l'avaient aperçue ils avaient dû lutter férocement contre leur envie de l'enlever. C'était la première chose qu'elle avait pensé en voyant la jeune fille "elle a un physique à se faire enlever par les trolls". Ce qui était un compliment de sa part.

Rares étaient ceux qui avaient pris le risque de l'inviter chez eux et ce n'était généralement pas par choix mais par courtoisie ou par obligation. Les enfants de son âge n'avaient aucune envie d'avoir la géante dans leur maison pour jouer et les adultes craignaient que son caractère orageux ne provoque un accident. Sigrid ne voulait pas leur donner raison, ni fournir une occasion à sa mère de la dévaloriser alors elle rongeait son frein, serrait les dents et les poings, attendait que le temps passe. Puis elle se riait dans la forêt pour hurler sa rage et par la même occasion effrayer la faune sylvestre qui n'avait rien demandé. L'invitation de la jeune fille lui réchauffa le coeur et provoqua un sourire ravi.

"Cela me plairait beaucoup. Je suppose que cela doit être très différent de ce village avec les maisons les unes sur les autres. Raconte moi."

Lui prenant le bras, elle entraîna sa compagne vers la maison de son enfance. Elle n'éprouvait aucune gêne à marcher auprès d'Aine, les regards ne l'importunaient pas et si un imbécile osait dire quelque chose, quoi que ce soit, elle lui mettrait son point dans le nez. Vivre dans un village était rassurant parce qu'on n'était jamais seul dans l'adversité mais cette proximité constante pouvait être oppressante, particulièrement pour Sigrid. Une ferme devait respirer le calme, le matin être réveillé par les premières lueurs de l'aube et le soir n'entendre que les bruits de la nature, le coucher des animaux diurnes et l'éveil des animaux nocturnes. Mais les activités fermières ne seraient sûrement pas à son goût, encore qu'elle n'avait jamais essayé, peut-être que si elle continuait l'entraînement et les raids elle se plairait en fermière. Ou pas. Les seuls animaux qu'elle appréciait étaient les chats premièrement parce qu'ils étaient liés à Freyja, cheftaine des valkyries ensuite pour leur beauté et surtout pour leur indépendance. Pas besoin de les brosser, de nettoyer après eux, une coupelle d'eau sur un rebord de fenêtre pour s'étancher après avoir chassé des souris et quelques caresses de temps à autre. Simple.

La silhouette de la maison se dessinait tandis qu'elles avançaient. Sigrid sentit ses entrailles se nouer. C'était une réaction systématique quand elle revoyait ces lieux, si bien qu'elle n'y prêtait plus attention. Elle toqua à la porte et une grande - mais moins grande qu'elle - femme blonde leur ouvrit la porte.

"Bonsoir ma soeur. Tu voulais voir de tes yeux la douce Aine, hé bien la voici."

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: everything counts (+) sigrid   -

Revenir en haut Aller en bas
 
everything counts (+) sigrid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» Le Secret de Maître Joachim - Sigrid Heuck
» Sigrid ∆ ou comment amadouer le renard
» Sigrid ∆ cry for the moon
» Sigrid, la fille de Bard [fiche validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: ISENSEG-
Sauter vers: