navigation.


 
 shatter me (+) osten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: shatter me (+) osten   - Dim 5 Mar - 19:02



shatter me

Aine & Osten





Solstheim. La capitale de la Norvège. La ville la plus éloignée et la plus belle qu’Aine n’avait jamais vu. Plus cela allait et plus la jeune femme aimait son métier. Elle était déjà venue une fois en étant petite. Toute la famille avait fait le voyage pour une grande vente de chevaux et surtout, pour avoir le plaisir de découvrir la capitale. Et à chaque fois qu’Aine foulait le sol de la ville, ce souvenir remontait en elle. Comme s’il ne pourrait jamais quitter sa mémoire. Et comme si elle ne le voulait pas. C’est là que son envie de servir les dieux s’étaient confirmées. Quand elle avait vu un sacrifice se réalisait en l’honneur d’Odin. Puis la famille était repartie pour Skogen mais tout au fond d’elle, Aine savait qu’elle retournerait là-bas. Et elle se faisait toujours un plaisir d’y revenir, même si le voyage était long et épuisant depuis Skogen. Devant les portes de la capitale, Aine prenait le temps d’admirer le lieu. Pensant aussi à la vie qu’elle aurait pu avoir ici, si son père et son frère étaient revenus sains et saufs de ce raid. A chaque fois elle se demandait, que ferait-elle maintenant si tout c’était passé comme prévu ? Serait-elle plus heureuse, plus épanouie ou est-ce que sa famille lui manquerait et qu’elle retournerait tout de même à Skogen. Les siens représentant beaucoup trop pour elle. Elle ne saurait le dire et savait qu’elle n’aurait jamais la réponse à cette question. Et finalement, mieux valait peut-être ne pas savoir…


Aine souffla et donna un petit coup de talons dans les flancs de sa jument. Elle n’allait pas rester là éternellement, une petite livraison l’attendait. Une livraison pas tout à fait comme les autres. Le client avait souhaité avoir un très jeune cheval, à peine dressé. Il voulait le faire à sa façon, il avait juste besoin d’avoir un bon jeune cheval. Aine n’avait alors fait que le strict nécessaire afin d’assurer que son voyage se passerait bien. Ce qui n’avait pas forcément été de tout repos avec lui. Avec un apprentissage aussi sommaire, le voyage ne pouvait pas bien se passer, contrairement aux autres chevaux parfaitement dressés. S’il avait réussi à s’habituer à Skogen, la vie à Solstheim était beaucoup plus intense. Le poulain était encore impressionné par beaucoup de choses et se mit rapidement à stresser. Aine fit tout ce qu’elle put pour le calmer mais rien n’y fit. Il lui prit la main, l’envoyant balader avant de prendre la fuite en direction de la forêt. Elle pesta, la panique la gagnant. Si le client apprenait ça, la vente serait très vite annulée et sa réputation en pâtirait sans nul doute. Elle talonna sa monture et essaya de rattraper le poulain. Parti au grand galop, affolé, il ne mit pas longtemps à semer Aine. Elle essaya de garder son calme, bien que les larmes de rage ne tardèrent pas à lui monter aux yeux. Elle s’enfonça doucement dans la forêt, essayant de se trouver des points de repères et des traces du poulain. Elle descendit de cheval pour voir mieux, empruntant des chemins assez étroits. Elle n’arrêtait pas de se répéter « Pour vu qu’il n’ait rien… », essayant de se rassurer comme elle le pouvait. S’enfoncer dans une forêt qu’elle ne connaissait pas ne l’enchantait guère, surtout quand elle crut entendre des bruits de pas. Non loin d’elle. Et elle en était sûre, ce n’était pas des bruits de sabots….


Dernière édition par Aine Iversen le Mar 21 Mar - 22:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Mar 7 Mar - 17:17



shatter me

Aine & Osten



La pluie, toujours aussi forte, brouille ma vue et rend mon trajet à travers les bois complexes. J'avance dans la forêt d'un pas prudent. J'ai hâte de rentrer à la cabane et de me reposer. Je suis épuisé. Les journées d'hiver sont longues et difficiles lorsque l'on doit chasser pour se nourrir. Les rations s'épuisent de plus en plus vite et ce manque se fait sentir sur mon corps qui s’amincit. Le froid aussi fait des ravages ces derniers temps, et je ne parle mêmes pas des centaines de morts annoncés dans tout le pays qui ne sont pas de mon fait mais de celui de l'hiver.
Mon carquois sur l'épaule, je me faufile à travers les sapins, en recherche d'une ou deux prises à ramener avant de rentrer. Bien qu'il pleuve, la forêt est calme. Vaïle à mes pieds, mort de fatigue, traîne sa carcasse sans un mot. Quelques oiseaux passent à proximité mais le temps de placer mon arbalète, je suis certain qu'ils se seront déjà envolés. Avec le temps cette dernière n'est plus aussi fiable qu'avant. A proximité, j'aperçois un sanglier bien en chair, en train de fouiller la terre sous un chêne ; assez proche pour être certain de mon tir et assez gros pour nous nourrir au moins trois ou quatre jours. Je m’accroupis donc, prépare mon outil et vise. Je prends bien le temps de respirer avant de tirer. « Il faut être certain d'envoyer la flèche sur une expiration pour que le tir soit franc et précis. », disait-mon père en m’apprenant à chasser, il y a de cela bien des années. Cette arbalète était la sienne. D'ailleurs, je ne l'ai jamais vu s'en servir autrement que dans ces moments, je ne sais même pas s'il en avait l'occasion, mais une chose est certaine : quand j'expire sur un lancer, je ne rate jamais ma cible. Ce qui était pour lui, un jouet acheté au marché noir servant à effrayer les curieux, est pour moi ce qui me permet de survivre tous les jours. Je jette donc un dernier regard.

Expire. Et tire.

Un bruit sourd se fait entendre derrière moi et avant même que ma flèche ait pu atteindre le flanc de l’animal, ce dernier détale. Je me retourne donc, furieux et anxieux. Je m’attends à voir un autre animal ou à un autre chasseur voulant me voler ma proie. Mais rien. Pas un bruit. Vaïle semble alarmé par quelque chose venant de derrière nous. Je me retourne donc, cherchant les traces du sanglier. Cette fois, des pas se font entendre sur ma droite, de plus en plus proche. Ne sachant pas d'où ils viennent, je me retourne à nouveau brusquement. Toujours rien. Pas âme qui vive.

Puis Vaïle jappe et la tête d'un poulain émerge d'entre les fourrées. Bride sur le museau, il semble affolé. Mon premier réflexe est de sortir de mon sac une pomme, dont je coupe un quartier, que je tends vers le poulain. Si ce dernier à un propriétaire fortuné, je me ferrais une belle prime pour la fin du mois. D'abord anxieux, il semble cependant être assez tenté par la friandise mais effrayé par le chiot-loup. J’envoie donc ce dernier un peu plus loin et fait venir le petit à moi. Une fois que son museau est à quelques centimètre de sa main, je m'approche d'un pas et il ne faut pas une seconde pour prendre le bout de pomme. J'en profite donc pour attraper la bride et sort la pomme entière de mon sac pour le distraire.

- Beau petit, que fais-tu ici ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Mer 8 Mar - 14:15



shatter me

Aine & Osten





« Mon père va me tuer » C’était sa nouvelle devise. Le cœur d’Aine ne mit à s’emballer dans sa poitrine. Si son père apprenait qu’elle avait perdu un poulain, il allait lui arracher la tête, les yeux ou tout ce qui pouvait passer par là. Car en plus de perdre un animal, Aine perdait un client, des futures ventes et entacher la réputation de l’élevage. Et c’était ça qui lui faisait le plus peur. Elle ne se donnait donc pas d’autres choix que de retrouver le poulain effrayé. Et la pluie n’aidait en rien à sa recherche. S’il laissait des traces dans la boue, l’eau se donnait à cœur joie de commencer à effacer les traces. Et de toute façon, Aine n’avait pas de talent particulier pour la chasse alors espérer analyser des traces dans la boue, c’était bien au-delà de ses compétences. La jeune viking pesta et refusa d’abandonner, malgré la pluie qui s’immisçait dans ses vêtements et commençait à la faire frissonner. Heureusement la jument qu’elle avait amené avait l’habitude de ce genre d’intempéries et acceptait volontiers de se faufiler entre les arbres, étant aussi trempée que sa cavalière. Aine continuait de s’enfoncer dans la forêt, espérant qu’elle arriverait à retrouver le chemin vers Solstheim. Bien qu’au fond d’elle, ressortir n’était pas totalement sa priorité. En tout cas cette escapade lui aura appris quelque chose. Plus jamais elle n’irait livrer un poulain à peine travailler. Les prochains clients se déplaceront à Skogen pour récupérer leur canasson et se débrouilleront pour le voyage. Plus jamais Aine ne souhaite revivre cette situation et ça n’aurait pas arrivé si on lui avait laissé le temps de travailler le poulain.

Aine s’enfonçait toujours quand d’un coup, sa jument sursauta, un bruit sourd et rapide se fit entendre parmi les arbres. Elle qui était si calme s’énerva quelques instants avant d’être plus sereine. Puis, sorti d’un buisson un peu plus loin, un sanglier courrait à travers la forêt, fuyant quelques chose qui l’avait aussi effrayé. Un bruit sourd, un animal sauvage effrayé… Aine pensa immédiatement à un chasseur et là, l’angoisse la gagna à nouveau. Si ce chasseur tirait sur le poulain et l’abattait sans savoir qu’il était à quelqu’un ? La pire situation se profilait devant les yeux d’Aine. Elle devait vite retrouver le cheval. Elle se remit en selle, tant pis pour les traces et partit au trot entre les arbres. Essayant de se remémorer d’où était venu le sanglier et d’où pouvait provenir le bruit. C’était sa dernière chance pour le retrouver, elle le savait. Et quel soulagement quand elle l’aperçut enfin. Avec quelqu’un. Elle arrêta sa jument et observa rapidement. Elle remarqua tout de suite l’arbalète, se méfiant tout de suite du chasseur. Mais de loin le poulain avait l’air d’aller bien. Toute pression qu’elle avait accumulé ces dernières minutes redescendirent d’un coup. Elle se sentit soulagée, bien qu’elle restait méfiance à l’égard du viking. Elle descendit à nouveau de cheval et s’approcha doucement pour ne pas effrayer le poulain ni le chasseur. Elle afficha un sourire timide et le salua « Bonjour » Elle s’approcha pour caresser le poulain, tellement rassurée de le voir sain et sauf « Merci beaucoup de l’avoir récupéré. J’ai bien cru que je ne le retrouverai jamais. » C’est la première chose qui lui vint à l’esprit. Grâce à lui, le cheval avait été rattrapé et toutes ses craintes s’étaient envolée en quelques secondes. En un sens, il était un peu son sauveur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 12 Mar - 17:41



shatter me

Aine & Osten



« Bonjour ». C'est la voix d'une jeune femme. Cristalline et simple, elle résonne dans la foret aussi mélodieuse que la pluie battant les arbres. Sa voix ne trahis aucune crainte ou aucun ressentiment, et son visage est aussi calme que l'eau d'un lac. Il ne me faut pas plus pour deviner qu'elle n'est pas d'ici. Vaïle semble aussi intrigué que moi par elle, car il s'en approche avec un regard curieux. Mais d'un claquement de langue, je l’arrête dans sa course : au aussi beau visage pourrait très bien être celui d'un elfe ou de toute autre créature hors de ce monde. « Merci beaucoup de l’avoir récupéré. J’ai bien cru que je ne le retrouverai jamais. » J'ai déjà entendu des histoires de dieux descendants sur terre et se faisant passer pour des mortels face à certains humains, pour des raisons diverses : les tester, les aider ou les punir ; et cette jeune femme semple si différente que je n'en serais pas surpris d'y trouver sous le masque le visage d'une déesse. Lui tendant la bride du cheval qui semble être le sien, cependant quand même un peu déçu de ne pas pouvoir en tirer autre chose qu'un remerciement, je me contente de lui dire : «  Derien. »

La pluie redouble soudainement, s'acharnant sur nous deux, déjà trempés jusqu'aux os dans la clairière. Je me demande ce que je dois faire : la laisser repartir avec son poulain ou lui proposer l'abri dans ma cabane jusqu’à ce que la pluie cesse ? Le mieux serait quand même de la laisser continuer son chemin. Après tout, elle ne me connaît pas, elle va penser que je lui veux du mal. Et encore, ce serait pire si elle me connaissait. Je me permet cependant l'interrogation suivante : « Que faites vous à Solstheim avec une si jeune bête ? Il me semble que vous n’êtes pas du coin. » Que trouverais-je donc sous ce visage ? Une jeune femme ayant quitté sa ville natale pour une étrange raison, ou une déesse avec un destin plus intéressant que ma vie morose à me proposer ?

Je suis curieux dans savoir plus dans les deux cas.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Lun 20 Mar - 21:54



shatter me

Aine & Osten





Aine ne savait pas trop comment s’y prendre. Elle ne connaissait pas l’homme devant elle et pourtant de là où elle se trouvait, elle eut l’impression de ressentir une très grande sensibilité de la part du viking. Sa façon de regarder l’animal, ses gestes tout en douceur. Aine prit un peu de temps pour l’observer avant de s’approcher de lui. La pluie couvrant ses pas comme pour garder cet endroit inaccessible aux oreilles indiscrètes. La jeune femme n’avait pas remarqué le jeune chiot et elle fût attendrie à la vue de celui-ci. Il était tellement mignon et apparemment particulièrement bien dressé par son maître. Oui, cet homme avait l’habitude des bêtes. La seule chose qu’Aine trouva à dire était par rapport à son cheval. Quelle idée, c’était tellement intéressé, tellement impersonnel. Si l’équidé avait été l’élément déclencheur de leur rencontre, elle aurait pu l’aborder autrement. Etre moins direct et attachée à son travail. La vue de le revoir sain et sauf aurait dû suffire, que de devoir se jeter sur le cheval comme si les dieux allaient le faire disparaitre. Pendant quelques instants, Aine prit le temps d’observer de plus près de viking. Ses traits fins, ses yeux clairs et ses cheveux courts, un peu en pagaille. Il avait cette sophistication qui n’existait pas à Skogen. Qu’elle ne trouvait en aucun des hommes de son village. A croire que Baldr avait décidé d’y prendre ses traits. Elle ressentit comme un écho au fond de son être. Vivre à Solstheim aurait été la meilleure décision de sa vie. Et les dieux lui donnaient encore la chance de rencontrer un homme comme lui. Elle qui n’était rien.


La pluie redoubla d’effort et continua de s’abattre sur la Norvège. A son habitude, Aine se serait dépêchée de rentrer et de se mettre à l’abri mais là, elle n’en avait pas vraiment envie. Elle ne souhaitait pas mettre un terme à cette rencontre. Pas aussi vite. Si d’ordinaire elle aurait évité la question, Aine avait envie de répondre au chasseur – du moins elle le supposait être. « Je viens de Skogen, j’y élève des chevaux. Et celui-là… doit rencontrer son futur maître. » S’il ne s’était pas aussi bêtement enfui. Et pourtant, c’était grâce à son évasion qu’Aine avait pu croiser la route de cet homme. Sans lui, elle aurait fait sa transaction, aurait pris une chambre pour une nuit et serait repartie ainsi. Sans avoir pu le rencontrer. Peut-être voulait il lui montrer quelque chose. Qu’elle prenne le temps pour elle, pour une fois. Mais la jeune fille avait l’impression de beaucoup parler et son interlocuteur pas assez. Elle lui rendit la pareille, souhaitant en apprendre plus sur lui « Et vous, vous venez de Solstheim ? » Mais avant de continuer, elle se rendit compte de son incroyable impolitesse et se mit en tête de rectifier la situation. Elle était venue l’aborder sans ménagement dans son activité. Le minimum était de se présenter. « Et j’oubliais… Je m’appelle Aine. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 26 Mar - 19:38



shatter me

Aine & Osten





« Je viens de Skogen, j’y élève des chevaux. Et celui-là… doit rencontrer son futur maître. » C'est donc une petite éleveuse ayant fait un long voyage vers la capitale. Charmante, et atypique, bien moins divine que ce que j'aurais pus imaginer mais tout aussi plaisante. Le poulain en question semble bien jeune et énergique : son propriétaire aura du travail. « Et vous, vous venez de Solstheim ? Et j’oubliais… Je m’appelle Aine. » Je souris. Mes zygomatiques y sont tellement peu habitués que je dois afficher un étrange rictus. Même Vaile semble ne pas comprendre l'expression de mon visage. Son nom sonne comme celui d'un oiseau, d'une créature de la nature ; je me surprends d'avoir cette réflexion : les noms ne sont que des étiquettes. Les dieux ont d’innombrables dénominatifs, et cela ne change rien à qui ils sont.

J'hésite une seconde : dois-je lui donner mon vrai non, au risque qu'elle parte en courant, devinant ma fonction, tel un faon effrayé par un chasseur, ou dois-je mentir, bien qu'elle finira dans tous les cas par prendre ses jambes à son cou ? Après tout, elle peut tout aussi ne jamais être amené à savoir, ni à me recroiser... Je choisi de contourner la question en répondant : « Enchanté, Aine. Je suis né ici, dans ces bois même », tout en désignant les bras grands ouverts, l'étendue de verdure qui se fait actuellement battre par la pluie. Pluie qui risque de nous donner la mort si nous ne bougeons pas. Enfin, « né », c'est ici que l'on m'a trouvé. Je frissonne à cause du froid, et vois la jeune femme faire de même : « Voulez vous vous abriter et vérifier qu'il n'a rien ? Je ne vis pas très loin. » Mes mots m’échappent avant même que je n'ai le temps d'y penser à deux fois. Je corrige alors immédiatement : « Ou préférez vous que je vous reconduise vers la ville ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Mer 5 Avr - 10:47



shatter me

Aine & Osten






Cette rencontre était de plus en plus surnaturelle. Entre la pluie, la discussion et les sensations d’Aine, il n’y avait rien de normal. A croire que les dieux, ou les créatures magiques de cette forêt y étaient pour quelque chose. Le lieu, la raison, tout raisonnait comme un appel auquel elle avait répondu présent. La jeune femme essaya toutefois d’être la plus naturelle possible, de mettre outre ses pensées. Paraître aimable et rassurée. Aine s’était présentée bien qu’elle notât toutefois que le viking ne le fit guère. Sa présence était donc si désagréable, si peu intéressante ? La jeune fille ne saurait le dire, elle apprécia cependant l’anecdote sur la naissance du viking. Naître dans ses bois. Image ou réalité, cela raisonnait comme une mythe, l’origine d’un elfe ou toutes autres créatures magiques. Cette pensée la fit sourire et l’amusa. Elle pensa alors à ces histoires dont sa cousine avait le secret. Commençant par quelque chose de magique, de beau. Cependant avec la pluie qui tombait, la forêt revêtait aujourd’hui son habit rempli de tristesse et pouvait effrayer de nombreux voyageurs. Mais ce viking originaire de la forêt apparaissait alors comme un guide, un être bienveillant venu pour l’aider et la sortir de là. Il lui avait retrouvé son cheval et semblait connaître la forêt comme sa poche. Après tout, c’était sa maison.

La pluie continuait de s’immiscer partout tel un parasite impossible à arrêter. Aine commença à frissonner, sentant les gouttes d’eau froides se balader le long de son dos. Ses cheveux s’étaient collés sur son visage, elle devait être affreuse. C’est alors que le viking lui proposa de venir chez lui. La proposition du jeune homme dérouta Aine quelques instants. Il n’était pas prêt à lui dire son nom mais l’invitait à se mettre à l’abri chez lui. C’était étrange et peu rassurant à la fois. Aine avait règle qu’elle s’était fixée le jour où elle avait repris l’élevage de son père. Elle évitait toute rencontre suspecte loin des regards. Toutes les transactions se faisaient au cœur des villes, en pleine journée. Elle n’avait jamais transgressé cette règle depuis deux ans. Et pourtant, ce jour-là, sous cette pluie torrentielle, l’envie de ne plus suivre les règles la tenta. C’était pourtant risqué, dangereux. Aine le savait. « Si cela ne vous dérange pas, je veux bien aller chez vous. » C’était incongru comme phrase, comme décision. Mais en soit pas si idiote. Si le marchand découvrait que le cheval s’était blessé, sa réputation allait en prendre un coup. En se mettant à l’écart pour vérifier, elle ne ferait qu’assurer une bonne transaction et la pérennité de son affaire. Elle le suivit alors dans les bois, tenant les chevaux qui semblaient s’être bien calmés. Dès qu’elle aperçut la maison, un sourire s’afficha sur le visage d’Aine, ils allaient tous pouvoir être à l’abri « Merci encore pour votre hospitalité. » Un sourire sincère se dessina sur son visage. Il était certes peu loquace mais semblait avoir vraiment un bon fond.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 16 Avr - 15:35



shatter me

Aine & Osten


« Si cela ne vous dérange pas, je veux bien aller chez vous. » Elle accepte. Je ne devrais pas être surpris vu que j'ai proposé, et pourtant. Je tente tant bien que mal d'afficher un visage serein mais je ne suis pas habitué à recevoir de jeune femme. Peut-être aurais-je du tourner cinq fois ma langue dans ma bouche avant de parler ? Comme d'habitude, oui. J'aurais peut-être un peu de pain à lui partager, mais avant il faudra vérifier si le poulain va bien.

Nous marchons silencieusement à travers les bois, suivis par la pluie tel Vaïle suit mes pas. « Merci encore pour votre hospitalité. » dit-elle lorsque nous arrivons enfin devant la chaumière. « Derien. » Il n'y a rien de plus naturel que l'hospitalité. Aprés tout, je ne pourrais étre plus redevant que lorsque l'on m'en fait grâce quand je dois me rendre dans un village perdu pour une mission. Elle semble tellement hors de ce monde, plus douce et plus tendre. Comme si Freya s'acharnait tous les jours à lui faire conserver son infernale candeur. On croise peu de femmes aussi frêle par ici. Et en même temps, elle ne l'est pas tant : quelle enfant viendrait de Skogen à Solsteim seule sans avoir une once de courage ? « Mettez vous à l'abri à l’intérieur, faites comme chez vous, je vais mettre vos chevaux dans l'abri et nous irons vérifier si le petit n'a rien, a moins que vous ne vouliez le faire maintenant ? ». Et tout en disant cela, j'ouvre la porte de la cabane. Petite, sobre et simple ; mon lieu de vie n'a rien d’extraordinaire. Construit et aménagé par mes parents, tous les meubles sont en bois et à quelques endroits précis, on peut observer les tissages de ma mère ou ses ouvrages en poteries, vestiges d'un temps où elle régnait en maître sur ces lieux. Dans sa chaise prés du feu, mon père dors, ronflant, un bol de bouillon entre les mains. Tel un bon chien, Vaïle va se placer entre ses jambes.
Quel spectacle à-t-elle devant les yeux ? Ma réalité est-elle pitoyable pour une si jeune et douce femme ? Où il en faut d'avantage pour la faire tiquer ? Tant que mon père ne se réveille pas, je suis hors de danger d'un moment gênant ou pire : de l'effrayer. J'ai l'impression de faire face à une biche, et que chacun de mes pas sur les brindilles peut faire fuir.
« Vous voulez boire ou manger quelque chose ? Si vous avez froid, je peux certainement vous passer une laine. » Cordial et poli. Bien.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Ven 21 Avr - 23:08



shatter me

Aine & Osten






Elle n’arrivait toujours pas à croire qu’elle ait accepté d’aller chez lui. C’était si étrange, si surnaturel. Mais rien ne semblait être normal avec ce chasseur. Ils marchèrent dans la forêt, toujours accompagnés par la pluie qui ne cessait de tomber, inlassable. La maison apparut d’entre les arbres. C’était une chaumière simple mais tellement chaleureuse. Elle avait l’air des plus accueillantes, surtout part ce déluge. Elle était comme le Valhalla en plein milieu du royaume d’Hel. Une lueur d’espoir et une promesse de chaleur et de repos. Et après un long voyage et un peur bleue, c’était tout ce qu’Aine avait besoin. De plus cela permettrait aux chevaux de se reposer et elle pourrait regarder si le jeune poulain s’était blessé. Bien que de prime abord, il avait l’air plutôt en bonne santé. Le chasseur prit les chevaux et alla les installer tandis qu’il invita Aine à se mettre à l’abri.

Elle entra à l’intérieur de la bâtisse. L’intérieur était simple, sobre mais très fonctionnel. Pendant un instant, elle se projeta dans la maison de ses parents. Elle semblait assez similaire sur certains points. Peu de fioritures, quelques éléments de décoration, notamment des tissages qu’Aine appréciait beaucoup, mais rien d’extravagant. Il avait l’air d’avoir une vie assez humble. Mais au milieu de la forêt – c’était comme Aine avec les plaines – il avait toutes les richesses du monde. Puis Aine finit par apercevoir un homme assis dans une chaise, non loin du feu. Endormi. Elle eut un sursaut, ne s’attendant pas à voir quelqu’un à l’intérieur. A cet instant, elle eut peur de respirer et de le réveiller. L’homme avait l’air assez âgé, peut-être le père du jeune homme ? Sûrement. Mais ce n’était pas ses affaires, Aine n’avait pas à s’immiscer ainsi et demander autant de détails sur la vie des occupants de cette maison. Quand son hôte revint, elle lui demanda « On ne risque pas de le réveiller ? Je ne voudrai pas vous déranger » Aine était assez gênée et avait peur de s’imposer. Mais le chasseur lui proposa alors de manger ou de se réchauffer. L’eau froide ruisselait toujours sur sa peau et si le vil vent ne s’engouffrait plus dans ses vêtements, elle frissonnait toujours un peu « Une laine, ça sera parfait » dit-elle en souriant. Il était prévenant, un excellent hôte. A la lumière des flammes, les traits du chasseur semblaient plus apaisés, moins durs que dans la forêt. Tandis qu’il cherchait ce que l’éleveuse lui avait donné, elle se faufila le plus discrètement possible vers l’âtre, tendant ses mains vers le feu et sentant la chaleur parcourir son corps. Quand le jeune homme revint avec la laine, Aine lui demanda « Cela fait longtemps que vous vivez ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 23 Avr - 19:18



shatter me

Aine & Osten






Je reviens assez rapidement aprés avoir mis les chevaux à l'abri de la tempête, et tous les deux semblent aller bien. Quand je reviens, Aine est penchée sur mon pére, qui ronfle un peu plus fort qu'il y a deux minutes. « On ne risque pas de le réveiller ? Je ne voudrai pas vous déranger. » Je souri en regardant celui dont je ne tiens que le nom, et réponds à la jeune femme : «  Non, il hiberne là. », puis j'ajoute plus bas : « Il es réglé comme le soleil, il commencera à ouvrir les yeux quand il sera temps que je lui fasse à manger. » La voyant frissonner, je m'empresse d'aller chercher la laine que je lui ai proposé, et choisi la plus douce que ma mère avait, pour ne pas qu'elle nous pense trop pauvre. Depuis quand je m’intéresse à ce que l'on peut penser de moi? Je secoue la tête comme pour chasser cette idée, et me rends vers l’âtre pour lui tendre le plaid, essayant d’être aussi prévenant qu'une personne lambda le serait ; car je me considère comme une sorte d’ermite pas très social, ce que mon pére est, et de par la façon dont il m'a élevé. « Cela fait longtemps que vous vivez ici ? », demande-t-elle. Il ne me faut pas longtemps pour répondre, en chuchotant : « Depuis toujours, je n'ai jamais connu d'autre chez-moi. » et tout en lui disant ça, je lui propose un tabouret à trois pieds pour qu'elle s’assoie convenablement, tandis que je m'affale par terre, prés du feu. « Cette maison est petite mais assez confortable quand on y passe pas ses journées. Et puis, on est assez loin de la ville pour avoir du calme… Et vous, racontez moi, à quoi ressemble là d'où vous venez ? ». Je le sais parfaitement, mais feint le contraire ; qu'elle ne se souvienne pas m'y avoir déjà vu, ou mon pére, un peu trop prés d'elle à mon goût. Skogen est un petit village charmant, et je serais certainement amené à m'y rendre bientôt, au vu du règne de leur jarl : dans le sang et la peur.

Je regarde par l'ouverture qui sert de fenêtre tout en écoutant sa réponse, et me surprends à espérer que la pluie ne s’arrête jamais, qu'elle coule sans fin et que la jeune femme reste assise pour l’éternité prés de ma cheminée, entourée de cette laine, son regard si innocent posé sur moi. Je ne demanderais rien d'autre d'elle, juste cette sensation agréable d’être une personne à part entière et non pas un monstre sanguinaire tuant pour le plaisir. Bourreau est une profession presque noble, qui se manie de générations en générations : si bien même j'aurais voulu faire autre chose de ma vie, cela aurait été un tel manque de respect envers celui qui m'a sauvé et qui m'a élevé, que le déshonneur aurait été trop lourd à supporter. Je jette un coup d’œil à mon pére : s'il ne m'a pas offert son sang, je porte son nom et ses espoirs. Il m'a offert une vie, un toît, tout ce pour quoi n'importe quel enfant abandonné peut être reconnaissant. Je n'ai jamais cherché à savoir de qui vient la sève dans mes veines, mais il ne pourrait être un homme meilleur que celui qui dort juste là : qu'il soit esclave, marchand, ou Roi de pacotille. Vaïle à ses pieds, viens se placer entre mes jambes, et me donne des coups de museaux, comme il le fait lorsqu'il à faim. Je m'excuse donc auprès d'Aine, et sort de la réserve de la viande séchée que je lui fait ronger dans un coin de la pièce pour qu'il ne nous dérange pas avec ses bruits de mastication. Et tout en observant la jeune femme, j'insiste : «Vous êtes certaine de ne rien vouloir manger, j'ai du bouillon et du lapin si cela vous tente ? Rien de bien fameux, mais il à quand même du goût ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Lun 24 Avr - 21:56



shatter me

Aine & Osten






La jeune fille avait peur de déranger et n’aimait pas s’imposer comme cela. Et quand elle remarqua l’homme assoupi, elle craignait vraiment de le réveiller. Toutefois le chasseur ne tarda pas à la rassurer « Non, il hiberne là. » Aine ne put s’empêcher de rire, bien qu’elle essayât de le contenir pour ne pas réveiller le malheureux. C’est vrai que l’homme avait quelques ressemblances avec un ours au fond de sa tanière, attendant la fin de l’hiver. Elle fit toutefois son maximum pour se faire la plus discrète possible et ne pas troubler son repos par sa présence. Elle trouva d’ailleurs refuge près de la cheminée, profitant des flammes pour se réchauffer et faire sécher un tant soit peu ses vêtements. A sa demande, il alla chercher de quoi l’aider à se réchauffer davantage. « Merci beaucoup » Le tissu était chaud et doux. Aine l’enroula autour de ses épaules, sentant déjà la douce chaleur parcourir son corps, faisant taire les frissons qui la faisait tressauter. Elle s’assit sur le tabouret que le chasseur lui présenta, écoutant avec attention ce qu’il pouvait lui dire sur son chez-lui. Comme il le disait, c’était une maisonnette simple mais suffisante quand on vit dehors. De quoi manger et se restaurer. Un lieu n’a pas besoin de respirer le luxe pour qu’on s’y sente chez soi. A son tour, Aine décrit sa maison « Mon père a aussi décidé de construire une maison un peu en dehors la ville. Il rêvait d’espace, un espace que la ville de Skogen ne permet pas. Il s’est installé au milieu de grandes plaines. Comme nous étions quatre, la maison est un peu plus grande mais assez similaire à la vôtre. A vrai dire… Remplacez simplement les arbres alentours par des plaines et vous aurez mon chez-moi. Avec les chevaux que l’on peut apercevoir au loin. C’était le rêve de mon père… » Henkil a toujours voulu vivre avec cette vision idyllique quand il ouvrait la porte de sa maison. Voir son élevage et l’immense étendue d’herbe que les dieux lui offraient. Durant des années, Aine n’avait rêvé que de Solstheim, de la capitale, la vie à la campagne ne l’intéressait guère, comme Hilde à l’heure actuelle. Cependant elle appréciait désormais cette vue. Avec son presque rôle de chef de famille, elle avait l’impression de voir le monde comme son père l’avait vu avant elle. Finalement, son chez-elle lui manquerait presque si elle devait partir maintenant.

Aine avait eu l’impression de s’emballer en parlant de sa maison et le chiot la ramena à la réalité. Il avait le croc cette petite bête. Aine ne pouvait s’empêcher de le trouver adorable. La voix du chasseur la sortit de sa contemplation animale. Elle allait poliment refuser le repas qu’on lui proposait, plus par politesse qu’autre chose mais son estomac répondit à sa place. Il gronda de l’intérieur, réclamant sa pitance. A force de festins frugales, il voulait un vrai repas. Un rapide coup d’œil vers l’extérieur. La pluie ne semblait pas s’être décidée à s’arrêter. Il continuait de pleuvoir, comme si le ciel se vidait de toute sa réserve. Elle ne pourrait pas reprendre la route tout de suite et manger à l’auberge. Un peu de ragoût et de lapin lui firent alors très envie « Ca serait avec plaisir. » Aine accompagna le jeune homme jusque dans la cuisine, n’ayant pas l’habitude de se faire servir, c’était plutôt l’inverse d’ailleurs, la femme qui sert l’homme. De plus en plus, il lui paraissait étrange. Mais en bien. C’était avec une pointe de curiosité et une envie d’apprendre à le connaître qui florissait en elle. Elle avait cette sensation indescriptible de se retrouver quelque part en lui. Elle le remercia en prenant son assiette, rien que la fumée émanant des légumes la réchauffait de l’intérieur. Et comme l’avait prédit le chasseur, le vieil homme était réglé comme le soleil pour avoir son plat à son tour. Il se réveilla et rendit vers la cuisine. « Osten… As-tu préparé mon…» Il arrêta net sa phrase quand il tomba nez à nez avec leur invitée surprise « Quand tu disais partir à la chasse, je pensais que tu allais ramener un lapin ou deux, pas une fille. » Son ton était cinglant et Aine ne savait alors plus où se mettre. Craignant alors attirer des ennuis à celui qui avait eu la gentillesse de l’héberger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 30 Avr - 18:15



shatter me

Aine & Osten






Le calme et la simplicité de cette conversation me sidère : combien de temps cette paix durera-t-elle ? La jeune femme me parle de son chez-elle, du rêve de son père et du lieu où elle vit, visiblement semblable à chez moi : l’essentiel du confort, mais le meilleur également. Elle me suit lorsque je lui propose de quoi se remplir l'estomac et se laisse servir généreusement : je ne suis pas souvent hôte et mon invitée métrite toute la cordialité du monde. Je souris en me répétant : mon invitée ; mais au-delà de ça, elle me semple être une pause dans le quotidien morne, plus qu'une simple présence à qui j'offre le gîte le temps que la pluie ne cesse.

Mais comme le bon temps n'est définitivement pas fait pour moi, mon père se réveil et se lève en bousculant le chiot qui couine. Sans même faire attention à ce qui l'entoure, il m’assène son habituel refrain : « Osten… As-tu préparé mon…» assiette et mon pain ? Mais il ne termine pas sa phrase, ses yeux laiteux qui ne peuvent plus voir au-delà de la mesure de ses bras, se posent sur Aine. La jeune femme semble gênée, limite effrayée, et je ne peux pas lui en vouloir, mon père à la tête de l'emploi qu'il faisait : il donnerait des cauchemars à quiconque le regarderais un peu trop longtemps. Mais son cœur, bien que durci par le temps, est assez tendre pour avoir fait d'un orphelin son fils. « Quand tu disais partir à la chasse, je pensais que tu allais ramener un lapin ou deux, pas une fille. » dit il, cinglant. Sur le même ton, je m'empresse de répondre, pour détendre l’atmosphère : « Si tu sortais un peu, tu verrais tout ce que l'on peut trouver dans les bois par les temps qui courent...». Mais il ne me répond que par un grognement rauque, comme le ferrait un ours, et attrape l’assiette que je lui tends, avec son morceau de pain, avant de se retourner à nouveau vers Aine, pour l'observer. Je viens donc me placer derrière elle, espérant que ce geste la rassure, mais je voulant surtout pas être intrusif. « J'ai accueilli cette jeune femme âpres avoir retrouver son poulain dans les bois. Et comme il peu à torrents, je lui ai offert de venir s’abriter et de vérifier si son cheval va bien. » Et de son éternel mécontentement, il répond avec la sécheresse de la homme qui en a tué d'autres toute sa vie : « Tu fais bien de lui donner à manger, elle à la peau dur les os. Pas bon pour enfanter ça. » Je fais de mon mieux pour refouler ma gène tandis qu'il retourne s’asseoir, et cherche mes mots pour m'excuser auprès d'Aine : « Je m'excuse vraiment, il n'a plus toute sa tête et ne distingue pas vraiment ce qu'il pense et ce qu'il a le droit de dire tout haut. » J'insiste sur ces derniers mots pour qu'ils les entendes, ce à quoi il à l'automatisme de me répondre : « Je suis peut-être aveugle, mais pas sourd. », et j’enchaîne : « Je sais. Mais aigri ça, tu ne l'est pas à moitié ! ». Je ponctue ma phrase d'un sourire pour Aine, lui faisant comprendre qu'il n'y aucune méchanceté dans notre échange, et entreprends de m'excuser à nouveau, plus bas cette fois : « Ne vous tracassez pas pour ses mots, dans quelques minutes il aura fini de manger et se rendormira aussi vite ! Mangez tant que c'est encore chaud. » Je l'invite à venir se rasseoir prés du feu, et laisse le vieux Fölksonn m'adresser des regards douteux sans y faire attention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Mar 23 Mai - 22:36



shatter me

Aine & Osten






A quand remontait ce genre de conversation ? Aine n’arrivait pas à dire, ni à vraiment s’en rappeler. Elle n’avait quasiment plus fait de rencontres autre que professionnelles. Elle avait l’impression qu’une éternité s’était passée depuis sa dernière vraie rencontre, où elle apprenait à connaître quelqu’un. Où pour une fois, elle n’était pas l’éleveuse de chevaux. Elle était simplement Aine. Une viking de Skogen, une fille de son âge. Sûrement sans s’en rendre compte, Osten lui offrait un moment dont elle avait besoin, où elle se sentait être à nouveau elle-même. Elle ne devrait pas trop s’habituer à ce genre de choses, les habitudes et la vie quotidienne reprendraient bien vite leurs droits. Le réveil du vieil homme interrompit les rêveries d’Aine, un retour à la réalité plein de sarcasme. Et de réflexion plus que déplacer. Aine n’en croyait pas, autant dire qu’elle ne savait plus où se mettre. Trop maigre pour enfanter… C’était vrai que depuis deux ans qu’elle avait repris l’élevage de son père, elle avait beaucoup maigri. Levée avant les lueurs de l’aurore, couchée avec les étoiles, elle passait ses journées dehors, à nourrir les bêtes, à veiller sur les poulains et les juments, préparer les chevaux pour être vendus. Elle n’avait pas un instant à elle et ce mode de vie lui avait fait perdre du poids, la musclant légèrement en contrepartie. Mais c’était sûr qu’avec le temps qui passe et sa corpulence de femme qui travaille, Aine risquait plus de finir vieille fille qu’autre chose. Mais elle chassa cette idée de sa tête, au moins elle avait la satisfaction de servir son père et cela lui suffisait. Quoiqu’il en soit, l’interaction des deux hommes l’a mis mal à l’aise. Cherchant alors une échappatoire dans son assiette, ne sachant que répondre à la répartie aussi impression du vieil homme. Heureusement, son hôte lui proposa rapidement de s’installer, laissant son interlocuteur retournait à sa place, dévorant son repas. Quelle ambiance il devait y avoir dans cette maison ! « C’est un sacré personnage. Au moins vous ne devez pas vous ennuyer avec lui ! » D’ailleurs Osten montra également une certaine répartie à son tour, ne se laissant pas démonter par l’autre homme. Pourtant ce dernier devait avoir un sacré caractère quand il était jeune.
 
Aine commença alors à manger. Son estomac criait famine en silence depuis un moment mais là, de voir la nourriture devant son nez, il lui réclamait le contenu de l’écueil. Elle essaya toutefois de ne pas avoir l’air d’un goinfre, un ogre dévorant son assiette. Aine se régala. Elle sentit la chaleur se répandre dans tout son corps. Le feu et la laine la réchauffait de l’extérieur mais ce repas à se remettre de l’intérieur. Osten était décidément trop modeste. Son ragoût était délicieux et elle ne manqua pas de le lui dire « C’est vraiment bon ! » C’était la moindre des choses de féliciter son hôte, surtout qu’elle le pensait. Après plusieurs jours de voyage, un bon repas chaud était toujours appréciable. Elle mangea un moment en silence, préférant remplir son estomac. Et elle ne savait si c’était une simple sensation mais elle avait l’impression de sentir le regard du vieil homme sur elle. Elle voyait ses grands yeux poser sur son épaule. Elle essaya de ne pas y prêter attention puis elle l’entendit gesticuler, se calant davantage dans son fauteuil. Une nouvelle sieste en vue supposa-t-elle. Se sentant alors moins épiée, Aine reporta à nouveau son attention sur le tissage accroché. Il était fin, précis. On voyait que la personne avait mis du temps à le réaliser. C’était vraiment une très belle œuvre qu’Aine ne se lasserait jamais de regarder. Mais étrangement, elle n’imaginait pas Osten ou l’autre homme réaliser ce genre de choses. La jeune fille se risqua alors à une question déplacée « Vous ne vivez qu’à deux ici ? » Elle comprendrait très bien s’il ne souhaitait pas répondre. Après tout, il ne lui devait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Dim 23 Juil - 12:01



shatter me

Aine & Osten






« C’est vraiment bon ! » Le compliment de la jeune femme ne fait pas partie de ceux que j'ai l'habitude de revoir. De la part de mon père, j'ai souvent droit à : c'est un bon morceau, ou une belle prise, et de la part de mes supérieurs, ils disent souvent après-coup que j'ai fait du bon travail ; mais on me complimente rarement sur ma cuisine. J'observe mon père se rendormir aussi vite qu'il s'est réveillé. Si déjà, nous recevions plus de monde... Mais qui voudrait venir ici ? Je ris de ma propre bêtise. La présence de la jeune éleveuse me ferrait presque oublier qui je suis. Cette dernière brise le silence en me demandant : « Vous ne vivez qu’à deux ici ? ». J'ai dans un premier temps envie de répondre : mais non, il y a le chiot avec nous ; mais je sais bien que ce n'est pas la réponse qu'elle attends. Y a-t-il une femme ? Une mère ? Plus maintenant, et pas plus ma mère que l'homme à côté de moi n'est mon géniteur. J'improvise pour réponse : « Oui, il est bien trop grognon pour que quelqu'un d'autre que moi ne le supporte aujourd'hui. » Aujourd'hui... Il est bien loin le temps où je me cachais dans les jupes de ma mère, ou que j'allais chasser avec mon père. Ils sont bien loin les soirs à manger du bouillon tous les trois devant le feu. J'entends souvent les gens se demander ce qui à bien pu m'arriver quand j'étais enfant pour être un tel monstre à présent : mais j'ai certainement eu une enfance bien plus heureuse que la moitié des "valeureux guerriers" adulés du peuple et des dieux aujourd'hui. C'est qu'il doit y avoir un monstre sommeillant en même le plus blanc des agneaux. Je jette un coup d'œil au-dehors, et il s'est arrêté de pleuvoir. Mais je ne dis rien, et le garde pour moi. Aine le remarquera bien assez vite, et ce sera forcément trop tôt.

Je veux garder cette part d'humanité avec moi, qu'elle reste ici et arrête le temps par sa propre présence comme elle semble déjà le faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 616
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: shatter me (+) osten   - Mer 30 Aoû - 8:24



shatter me

Aine & Osten






À trop poser de questions, Aine se trouvait presque trop curieuse, pour ne pas dire indiscrète. Mais la présence d’Osten n’y était pas pour rien. Elle avait envie de le connaître, qu’il lui raconte l’histoire de cette maison et pourquoi pas même entendre encore quelques grognements du vieil homme. Mais il ne fallait pas être aveugle pour comprendre que ce n’était pas réciproque. Là où elle était bavarde, elle ne tombait que sur des bribes de réponse. Jamais assez pour en savoir plus mais suffisamment pour répondre à la question quand même. Quand Aine lui demanda si d’autres personnes vivaient dans cette maison, elle faisait référence au tissage. Une mère, une sœur, peut-être même une femme. Mais là encore, la réponse était vaste, incomplète mais pas imprécise.

Quand Aine termina son écuelle, elle jeta un coup d’oeil dehors. La pluie avait cessé et le peu d’échange avec son hôte lui indiquaient qu’il était temps de partir. Pourtant elle aurait aimé en savoir plus mais peut-être pour une prochaine fois. Elle déposa son assiette sur la table la plus proche et se leva « Je ne vais pas vous importuner plus longtemps » il se leva également et, sentant une gêne pointée le bout de son nez, Aine préféra faire court. « Merci pour le repas et surtout pour mon cheval » Merci pour ce moment, ces mots et ces silences, pour cette présence et de l’emmener loin de son quotidien. Elle refusa qu’il la ramène jusqu'à Solstheim, le malaise n’en serait que plus grand. Elle le salua, se sentant presque troublée quand son regard croisa le sien. Elle se dépêcha de détacher les chevaux, marchant entre les arbres. Elle avait pourtant la volonté et la conviction qu’elle reviendrait un jour dans cette maison.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: shatter me (+) osten   -

Revenir en haut Aller en bas
 
shatter me (+) osten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De Joyeuses Fêtes...
» [Nitro] Lesnar vs. Steve Austin
» Ellie ✘ Shatter Me
» ≈ ignite, my love, ignite.
» shatter me — feat. anastasia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: PARADIS DU RP.-
Sauter vers: