navigation.


 
 Quelques paris festifs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t357-northern-lights-garth


Garth Sturtsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 175
SEPTIMS : 830
ARRIVAL : 07/03/2017
IDENTITY : Fred, deadpool.
FACECLAIM : Tom Riley + coatlicue.
runner on the loose
AGE : Trente-sept ans.
STATUT CIVIL : Célibataire au coeur mou.
METIER : Scalde moisi.
LOCALISATION : Sur les routes, aux côtés de Verdandi.

INVENTAIRE : joker n°1 • une lyre et une flûte en corne, dont il joue encore plus mal que tout ce que vous pouvez imaginer • deux dagues, une dans sa botte et l'autre à son côté gauche • vêtements, cordes et collets, champignons séchés, peigne en os, une gourde de vin et d'eau mêlés : nécessaire du petit voyageur exemplaire • une amulette de fer rouillé, gravée d'une rune (perth) et d'un croissant de lune




And when they've given you their all
Some stagger and fall
After all it's not easy
Banging your heart against some mad buggers wall


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Quelques paris festifs   - Dim 12 Mar - 6:18

« C’pas vrai ! Tu triches ! Non, j’vous dis, c’soir, j’ai Odin avec moi ! ODIN ! ET SON CACHE-ŒIL DE LA VICTOIRE ! PIS LES NORNES AVEC LUI ! » Les cris éclatent, les rires aussi, alors qu’autour d’une table de la taverne bondée par les voyageurs venus expressément à Solstheim pour honorer les quinze ans de règne du roi, s’agite un groupe d’hommes apparemment déjà bien avancés dans leur taux d’alcoolémie. Parmi ces personnages, votre serviteur, ce soir pris d’une vigueur joueuse quasi mythique, quand on connaît son habituelle poisse aux jeux de hasard. Bien que Verdandi et lui aient chambre au Loup Borgne, à leur habitude, ce n’est pas là qu’il compte passer une partie de la nuit ; on l’a invité à quelques parties de dés, dans cette taverne bien sympathique où la bière coule à flots pour les gagnants et les perdants, sans distinction, et ce soir, pour une fois, Garth est chanceux. Les septims vont en sa direction, alors que les coups s’enchaînent et qu’avec la bande de scaldes, de menuisiers et de chasseurs mêlés, les blagues graveleuses s’échangent.

Même bien abreuvé, les réflexes de l’homme ne le quittent pas, et à chaque fois que la porte des lieux s’ouvre et qu’il sent sur sa peau la bise de mars, ses yeux sombres détaillent rapidement qui donc se joint aux festivités. Il n’a relevé personne de connu, pour le moment, mais il se fige, intéressé, lorsqu’une dame à la chevelure pâle passe la porte. Elle ne l’a pas vu, mais lui est pratiquement sûr de ne pas se tromper. « Thorgad ! », bafouille le musicien, d’une langue fortement empâtée par l’alcool. Lorsque la tête blonde se retourne, à la recherche de celui ayant prononcé son nom, son doute est confirmé. Maladroitement, il réussit à se lever de son siège pour aller accueillir la guerrière en bonne et due forme, donc en tête à tête, lui empestant son haleine de bière au visage. Car il faut dire, oui, qu’il la regarde de bien proche, la dame, comme s’il ne croyait pas à sa présence. « Es-tu… bien là ? Sa main estropiée vient effleurer la femme, jusqu’à pousser son épaule du bout de l’index. Bien là, bien vivante, bien physique. J'pensais que tu n'dormais jamais. Trop occupée à veiller notre Jarl jour et nuit. » Blague, ou vérité, c’est difficile à dire, mais pourtant, il est… content de la voir. Leurs voyages à Isenseg sont rares, à Verdandi et lui, et il y a toujours un étrange sentiment qui le prend lorsqu’il vient à voir des visages connus, heureux ou malheureux. « Elle est pas avec toi, hein ? » Il jette un œil derrière elle, sans trouver trace de la si belle brune (dommage). Ni d’elle, ni de Sigrid (bien merci, il n’a pas envie de la voir, cette chipie indigeste), ni de sa tendre Enóla (dommage bis).
Enfin, à voir ses gestes un peu lents, un peu hésitants, à écouter son parlé hasardeux, Thorgad peut conclure une chose certaine : Garth est finement torché.


Dernière édition par Garth Sturtsen le Dim 12 Mar - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Dim 12 Mar - 17:26

Thorgad ne participait pas réellement à la fête, elle n’avait pas encore touché à l’alcool. A proprement parler. Elle avait bu quelques gorgées d'hydromel sans pour autant abuser. Peut-être prenait-elle bien trop au sérieuse sa tâche de garde personnel. Pourtant, elle ne pouvait pas empêcher ses sens d’être aux aguets : à l’affût du moindre danger. Le jarl était bien entouré, mais une part d’elle se méfiait de ce qui se terrait dans les coins de la salle pire encore : qu’est-ce qui se cachait dans cette immense cité ? Elle était toujours inconfortable dans ce genre d’environnement et elle réalisait toujours bien rapidement qu’elle préférait clairement le calme de son village natal. Cependant, elle faisait partie de la délégation d’Isenseg, dès lors elle devait faire bonne figure et prendre son mal en patience. Qui sait, elle croiserait des regards familiers comme celui de Ravn. Une fois certaine que le Jarl était en sécurité et bien entouré, elle s’octroya un moment de détente et suivit quelques guerrières jusqu’à la taverne pour partager un godet autour d’une table.
A peine rentrer dans l’établissement qu’elle entend son nom. Sourcils froncés, elle se redresse et se met rapidement sur la pointe des pieds pour regarder autour. Quand elle voit enfin Garth, un long soupire traverse ses lèvres et elle se remet sur ses talons. Il était donc lui aussi venu. Elle espère cependant que l’alcoolémie est trop importante dans son système pour qu’il soit en mesure de l’atteindre. Qu’à cela ne tienne, elle remarque déjà qu’il se fait un passage à travers les clients. Il lui fit honneur de son haleine une fois à sa hauteur. Elle grimace d’ailleurs. Thorgad aimait boire certes, mais avec modération sauf exception. Il la pousse avec sa main, elle serre les dents et se retient de lui coller la sienne dans la figure. Elle n’en fait rien cependant, se contentant de répondre.

« Bien sûr que je suis là. Le Jarl étant conviée, j’ai suivi. Et si un bougre comme toi est là : je suppose que ma présence est presque obligatoire. Bien sûr que si je dors, mais même endormie je garde une oreille attentive. Encore plus durant ce genre d’événement. »

Elle se force à sourire presque et regarde autour. Il y avait beaucoup de monde et elle ne voyait pas une place où s’installer. Garth alpague à nouveau son attention quand il s’inquiète de savoir si le Silke était ici. Thorgad en déduit également que le ‘elle’ valait aussi pour Sigrid. Vrai que les deux gardes faisaient la paire et ne rigolaient pas souvent.

« Non, je ne l’amènerais pas dans ce genre d’endroit. Pas assez de visibilité et de place. Trop dangereux. » Elle regarde Garth : « T’as l’air d’un homme qui a besoin de prendre l’air. » Elle se recule légèrement et rouvre la porte : « Je fais ça pour ton bien. » Et pour le sien. Elle ne savait pas ce qu’avait en tête le Scalde mais elle se doutait qu’il allait encore la défier pour un truc idiot et qui la mettrait dans une position gênante. « Et puis je sauve aussi tes septims. Tout le monde sait que la chance n’est jamais avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t357-northern-lights-garth


Garth Sturtsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 175
SEPTIMS : 830
ARRIVAL : 07/03/2017
IDENTITY : Fred, deadpool.
FACECLAIM : Tom Riley + coatlicue.
runner on the loose
AGE : Trente-sept ans.
STATUT CIVIL : Célibataire au coeur mou.
METIER : Scalde moisi.
LOCALISATION : Sur les routes, aux côtés de Verdandi.

INVENTAIRE : joker n°1 • une lyre et une flûte en corne, dont il joue encore plus mal que tout ce que vous pouvez imaginer • deux dagues, une dans sa botte et l'autre à son côté gauche • vêtements, cordes et collets, champignons séchés, peigne en os, une gourde de vin et d'eau mêlés : nécessaire du petit voyageur exemplaire • une amulette de fer rouillé, gravée d'une rune (perth) et d'un croissant de lune




And when they've given you their all
Some stagger and fall
After all it's not easy
Banging your heart against some mad buggers wall


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Dim 12 Mar - 22:32

Comme elle est sérieuse, Thorgad ! Beaucoup moins amusante que lorsqu’ils étaient plus jeunes, ça c’est sûr, et tout son visage se crispe alors qu’il l’a à peine touchée du bout du doigt ! Certainement qu’elle n’est plus prête à se prêter à leurs petits jeux de jadis et à se rouler dans la poussière dans le seul but de montrer qui est le plus fort, aujourd’hui. Blablabla, bien sûr que je dors, mais je garde une oreille attentive, blablabla. Et elle ne laisse même pas leur Jarl aller se dévergonder dans une taverne, alors que Garth est persuadé que la Jarl Silke mériterait bien quelques divertissements.  « T’as l’air d’un homme qui a besoin de prendre l’air. Moi ? Mais je vais bien », qu’il proteste, sans trop de conviction. Peut-être un peu chaud, mais vu la foule qu'il y a, ce n'est pas surprenant.

« Je fais ça pour ton bien. Et puis je sauve aussi tes septims. Tout le monde sait que la chance n’est jamais avec toi. J’ai gagné six parties en ligne, je suis pratiquement riche, ce soir ! », qu’il se vante. Ha ! Ils le croient tous plus poissard que la poisse, mais c’est faux ! Parfois, oui, le hasard est de son côté, mais peut-être que Thorgad a raison et qu’il ne faut pas pousser le tout trop loin. Trop souvent, il a reperdu tout ce qu’il avait gagné, alors… Il passe son bras autour des épaules de la guerrière et l’entraîne avec lui à l’extérieur, où le froid de la nuit de mars contraste brusquement avec la chaleur quasi étouffante de la taverne. Le choc le laisse quelques secondes pantois, le souffle coupé. Heureusement que l’été est aux portes de Midgard, chassant déjà les derniers froids de l’hiver et les nuits si longues qu’elles ne finissent jamais. Garth s’appuie contre le mur voisin de la porte, l’oreille attentive aux conversations floues à l’intérieur. Une fois debout, en effet… ça tourne pas mal, tout ce monde, mais pas assez pour qu’il rouvre les yeux et les fixe sur la blonde. « Tu n’as pas emmené Enóla avec toi ? Tu sais que c’est mon amie », qu’il demande et déclare à la fois, d’une voix doucement quémandeuse. Il n’a pas demandé si elle serait là, il ne compte passer à Isenseg que lorsque la saison de la navigation reprendra, comme il le fait à chaque année. « Faudrait que tu te détendes, Thora. Bois… hé, bois, si tu bois, si tu te rends à mon, à mon niveau, je dis, on peut avoir une belle soirée, tous les deux. Il est confus, embrouillé, dans ses mots, néanmoins enthousiaste. Une, je t’en paie une, je te paie une bière. J’ai gagné six parties, je suis riche, je t’ai dit. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Dim 12 Mar - 23:35

Evidemment qu'elle ne pouvait pas se laisser aller aux joies des festivités. Elle avait une responsabilité et même si Thorgad s'était éloignée un peu de son Jarl pour faire un tour : elle gardait en tête qu'elle allait la rejoindre rapidement. Si quelque chose lui arrivait, elle s'en voudrait. N'ayant jusque-là que très peu de regrets ou remords : elle voulait que cela reste ainsi. Pourtant, il fut un temps où elle aurait elle-même commencé une bagarre générale. Surtout lorsque Garth était dans le coin. Parce que cela était évidemment plus drôle lorsqu'ils se châtiaient bien. Une entente cordiale qui finissait souvent en jeu du chat et de la souris. Qui chassait qui ? Pour l'instant, aucun des deux n'a pris l'ascendant sur l'autre et elle espère que cela restera ainsi. A défaut de le dominer, elle préférait être son égal. Thorgad a remarqué l'état d'ébriété du poète et c'est pour cela qu'elle lui propose d'aller dehors prendre l'air et enlever le rouge de ces joues qui le trahissaient en plus de son haleine de fennec.

« A d'autres, je te connais tu sais. »

Elle lui sourit enfin, une légère risette qu'elle garde pour souligner sa malchance aux jeux. Thorgad ne voulait pas qu'il se fasse dépouiller. Il était encore trop tôt pour ne plus avoir d'argent. Quand Garth affirme qu'elle avait tort, que les dieux semblaient lui sourire : elle se mit à rire.

« Soit. Si tu veux pousser ta chance et perdre ton maigre pécule, libre à toi de continuer. »

Mais elle ne comptait pas rester dans la taverne. Il faisait bien trop chaud et elle sentait déjà des perles de sueurs couler sous sa cuirasse de cuir : collant sa sous-robe de lin à sa peau. Une sensation des plus désagréables. La familiarité de Garth fait disparaître rapidement son sourire et elle plisse ses yeux. Dehors, elle arrive à se dégager de son étreinte, sèchement et pourtant doucement pour ne pas qu'il tombe. Si elle n'était pas la plus tactile des personnes : elle n'allait pas le laisser se rétamer par terre. En le voyant s'appuyer sur le mur elle croise ses bras et le regarde. La scène lui donnait à nouveau envie de sourire. Elle croise son regard :

« Elle est là tu sais. Je l'ai aperçu plus tôt. » Elle arque un sourcil : « Oh vraiment ? Vous êtes amis ? »

Thorgad de nature peu curieuse ne pouvait s'empêcher d'être intéressée. Elle priait souvent pour Enóla, pour qu'elle retrouve un compagnon et puisse donner la vie. Certes, certaines femmes n'étaient pas fécondes, mais le problème pouvait aussi venir de l'homme. La pause est de courte durée, voilà que Garth se remet à vouloir la décoincé.

« Et être malade demain ? Je passe mon tour, Garth. » Elle souffle : « Mais d'accord. Un verre. Je prends un verre et c'est tout. » Thorgad cédait. Après tout… Il fallait fêter ces quinze ans de règne non ? « Tu veux que j'aille les chercher et tu restes ici ou tu veux retourner à l'intérieur ? » Le temps était plutôt agréable pour une soirée de mars et le ciel découvert donnait le loisir d'admirer l'astre gris et les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t357-northern-lights-garth


Garth Sturtsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 175
SEPTIMS : 830
ARRIVAL : 07/03/2017
IDENTITY : Fred, deadpool.
FACECLAIM : Tom Riley + coatlicue.
runner on the loose
AGE : Trente-sept ans.
STATUT CIVIL : Célibataire au coeur mou.
METIER : Scalde moisi.
LOCALISATION : Sur les routes, aux côtés de Verdandi.

INVENTAIRE : joker n°1 • une lyre et une flûte en corne, dont il joue encore plus mal que tout ce que vous pouvez imaginer • deux dagues, une dans sa botte et l'autre à son côté gauche • vêtements, cordes et collets, champignons séchés, peigne en os, une gourde de vin et d'eau mêlés : nécessaire du petit voyageur exemplaire • une amulette de fer rouillé, gravée d'une rune (perth) et d'un croissant de lune




And when they've given you their all
Some stagger and fall
After all it's not easy
Banging your heart against some mad buggers wall


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Mar 14 Mar - 17:23

Enóla est là : hourra ! Peut-être qu’il la verra à la fête ? Il pourra peut-être bien la distraire et l'éloigner de ces rabats-joie de guerrières... « Oh vraiment ? vous êtes amis ?  Elle ne t’a jamais dit ? », s’étonne Garth. Ils se connaissent depuis pratiquement toute leur vie, même (enfin, connaître, il suppose que le mot est fort, depuis une dizaine d’années). Doit-il mal le prendre ? Enóla ne passe pas ses journées à parler de lui à ses amies (tristesse, désespoir), ou même à qui que ce soit apparemment, alors il chasse toute potentiellement déception et prend plutôt un air doucement mystérieux afin d’ajouter : « Enfin… vu tout ce qui est arrivé, je crois que ça peut se comprendre. Je te raconterai. » Garth ne raconte que des mensonges, habituellement, ne porte que du vent et des fabulations dans ses paroles, mais le mystère se fait sérieux. Se réserve à lorsqu’ils auront un verre à partager, qu’importe si Thorgad proteste. Si sérieuse, par les couilles d’Odin !

« Et être malade demain ? Je passe mon tour, Garth. Juste un verre ! Mais d'accord. Un verre. Je prends un verre et c'est tout. Ah bah la voilà, la Thora que j’connais », glousse le scalde victorieux d'avoir réussi à obtenir de la blonde cette maigre faveur qu'un verre en sa sévère compagnie. « Tu veux que j'aille les chercher et tu restes ici ou tu veux retourner à l'intérieur ? Vas-y, j’vais rester dehors. L’air frais… ça fait du bien. » Ça lui permet de bien reprendre ses esprits, oui, et d’en effet conserver le pécule (pas maigre du tout, tss) accumulé grâce à une chance au jeu qu’il ne retrouvera certainement pas de sitôt.

Il attend bien peu de temps, avant que la blonde revienne avec l’alcool en main. Son dernier verre de la soirée, qu’il se promet en attrapant la bière pour en tirer une gorgée, aussi fraîche que la nuit de mars. Il trinque, en silence, et attend que la femme revienne à lui pour entamer son récit. Garth sort sa main estropiée de sa poche et réussit à se retenir de la coller sous le nez de Thorgad, qui a déjà vu la blessure depuis longtemps guérie. Juste un coup d’œil. « C’est son mari, qui m’a fait ça, souffle le scalde avec un grand sérieux, comme si toute alcoolémie avait subitement disparue de son organisme. Sa main se range, se cache, sans honte pourtant. Je l’avais demandé en mariage, en même temps que lui, et elle m’avait dit oui. Avant que les fiançailles soient annoncées, j’ai eu la visite de ce, de ce gros imbécile d’Arnulf. Pis il m’a dit que si j’annulais pas tout ça… le reste y passait. Ses yeux se détournent, fixant le bout de ses bottes avec gêne. J’lui ai brisé le cœur, j’ai repris la mer pis après, la route, et… enfin, c’est de l’histoire ancienne, tout ça., conclut-il avec un sourire attristé, qui monte jusqu’à ses yeux sombres. J’essaie de la reconquérir, depuis son divorce, mais… je ne sais pas si elle veut de moi à nouveau. »
Mensonge ?
Certainement.
Thorgad n’est pas obligée de savoir que c’est un mensonge. Après tout, cette version de l’histoire, sans nom et sans date, est déjà populaire à Isenseg. Puis, il est vrai qu’il tente perpétuellement de conquérir Enóla, depuis son mariage, sans se soucier de son statut marital. Seulement, rien ne lui empêche de broder agréablement et d’inventer à leur histoire des tenants et aboutissants dont ils n’ont absolument pas discuté.
« Désolé, j’voulais pas plomber ta soirée avec ça. À la tienne, Thorgad. » Il frappe sa bière contre celle de la blonde, pour mieux en prendre une gorgée satisfaite.


Dernière édition par Garth Sturtsen le Mar 14 Mar - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Mar 14 Mar - 21:34

On ne pouvait pas dire que Thorgad était proche avec Enóla. Sa fille l’était et de facto elle s’était rapprochée de la chasseuse qui avait l’admiration de sa progéniture. Inghinn apprenait beaucoup de la brune et elle lui en était reconnaissante : ravie que son enfant puisse réellement toucher à plusieurs métiers. Elle aura toutes les cartes en main pour choisir sa destinée. Elle hoche la tête pour toute réponse. Non, elles n’avaient pas parlé de leurs possibles relations communes. Elles n’en avaient jamais eu l’occasion il faut dire. Garth allait apparemment lui expliquer, elle se contente d’hausser les épaules.

« C’est vos histoires, pas les miennes. » Elle sourit en coin. Si la phrase se voulait cinglante et froide le ton qu’elle utilisait ne l’était pas. Thorgad n’était juste pas le genre à se mêler des affaires des autres.

Garth proteste vivement quand elle répond simplement qu’elle ne souhaitait pas être malade le lendemain. Elle finit par abdiquer et prévoyait déjà de regretter ça. Enfin… Tant pis. Silke était bien protégée et ce n’était réellement question que d’un seul verre. Pas un de plus, pas un de moins. Thorgad lève ses yeux quand il prétend la connaître, qu’accepter faisait honneur à ce qu’elle avait été avant de prendre les armes. Peut-être que les années à s’entraîner l’avait aigrit. Elle ne serait pas surprise. Etait-ce mal de vouloir être parfaite et faire honneur à ses ancêtres ? Au prénom qu’elle portait fièrement ? Elle plisse ses yeux :

« Ce n’est pas parce que je vais les chercher que tu ne payeras pas hein ? Je vais dire au tavernier de mettre ça sur ton compte. »

Elle tourne les talons et rentre dans l’établissement. Elle arrive à se frayer un chemin et au comptoir demande deux pintes qu’elle met comme promis sur l’ardoise de Garth. Ils l’ont tous vu gagné, ils savaient qu’il avait de l’argent. Thorgad n’en avait pris aucun. Encore une fois, elle n’était pas pour les divertissements mais pour garder en vie le Jarl. Chacun avait un but sur terre. Si les Dieux l’ont empêché d’être à leur service : c’est parce qu’ils ont décidé qu’elle serait une guerrière.

Thorgad ressort rapidement et tends son verre à Garth avant de s’installer près de lui. Elle trinque et porte la chope à sa bière savourant le goût du houblon dans sa gorge. Il la prend par surpris en collant sous son museau sa main estropiée. Prise par surprise, elle renverse de la bière sur elle et par réflexe a déjà glisser sa main sur le pommeau de sa dague. Quand elle se rend compte qu’il ne lui veut pas de mal, elle grogne et s’éloigne de lui pour essuyer l’alcool sur son armure. Elle l’écoute conter son histoire. Elle plisse ses yeux. Thorgad connait le phénomène et si ses histoires sont populaires : il est également connu pour ses mensonges. Comme le disait son père pourtant il peut y avoir une part de vérité. Elle suit l’histoire, tente de se faire sa propre opinion. Oui elle avait entendu parler d’une rumeur de ce genre. Et tout le monde savait que Garth courrait après Enóla. Cependant quelque chose clochait. Mais encore une fois, elle n’était pas là pour juger ou discerner du vrai et du faux.

« T’es tellement insupportable parfois que ça devait t’arriver tôt ou tard. Je suppose qu’il a été punit de toute façon pour ça non ? » Demande Thorgad quelque peu sceptique. « Je suis juste là pour boire avec toi Garth, tu me dis ce que tu as envie de me dire. » Elle remarque cependant l’éclat sombre dans les iris du poète. « Une femme, il ne faut pas lui courir après. Si elle a envie de venir de toi, elle le fera. » Thorgad hausse les épaules et trinque à nouveau : « A la tienne. » Elle prend plusieurs lampées. Si elle ne buvait pas beaucoup, elle savait tenir l’alcool.

« Je ne connais pas vraiment Enóla personnellement. Inghinn la porte en admiration et c’est pour ça que je la côtoie. Si tu veux mon avis : il n’y a jamais rien eu de mal chez elle. C’est la graine qui était pourrie. Si c’était Enóla : elle n’aurait jamais porté le moindre enfant hors elle a perdu un bébé. Donc le problème venait du père. » Elle était convaincue oui. « Une femme qui n’a pas d’enfant est comme une fleur sans racine. Certaines en ont besoin, d’autres non. Enóla fait partie du premier groupe si tu veux mon avis. Je vois bien comment elle regarde Inghinn. Et si tu veux la conquérir sérieusement : c’est une carte à utiliser. »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t357-northern-lights-garth


Garth Sturtsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 175
SEPTIMS : 830
ARRIVAL : 07/03/2017
IDENTITY : Fred, deadpool.
FACECLAIM : Tom Riley + coatlicue.
runner on the loose
AGE : Trente-sept ans.
STATUT CIVIL : Célibataire au coeur mou.
METIER : Scalde moisi.
LOCALISATION : Sur les routes, aux côtés de Verdandi.

INVENTAIRE : joker n°1 • une lyre et une flûte en corne, dont il joue encore plus mal que tout ce que vous pouvez imaginer • deux dagues, une dans sa botte et l'autre à son côté gauche • vêtements, cordes et collets, champignons séchés, peigne en os, une gourde de vin et d'eau mêlés : nécessaire du petit voyageur exemplaire • une amulette de fer rouillé, gravée d'une rune (perth) et d'un croissant de lune




And when they've given you their all
Some stagger and fall
After all it's not easy
Banging your heart against some mad buggers wall


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Mar 2 Mai - 18:44

Sa petite histoire ne semble pas entièrement convaincre Thorgad, mais il n’irait pas jusqu’à dire qu’elle la remet entièrement en cause. Ce qui est déjà un grand« T’es tellement insupportable parfois que ça devait t’arriver tôt ou tard. Je suppose qu’il a été punit de toute façon pour ça non ? Aucune considération, pas même un brin de pitié », se désole le scalde, qui secoue la tête pour indiquer qu’Arnulf n’a pas été puni (parce qu’il n’a jamais rien fait de tout cela, mais elle n’a pas besoin de le savoir). Et n’ose pas relever le fait que si une femme le désire, elle viendra à lui. Il ne perd tout de même rien à essayer…

La bière descend toujours aussi bien dans sa gorge

« Je ne connais pas vraiment Enóla personnellement. Inghinn la porte en admiration et c’est pour ça que je la côtoie. Si tu veux mon avis : il n’y a jamais rien eu de mal chez elle. C’est la graine qui était pourrie. Si c’était Enóla : elle n’aurait jamais porté le moindre enfant hors elle a perdu un bébé. Donc le problème venait du père. Ça, j’suis bien d’accord. » Garth n’a jamais osé aborder le sujet délicat de la maternité avec Enóla. A été incapable de lui dire, à mi-mot, qu’il était là pour elle, si elle avait besoin. Pourtant, il n’en pense pas moins. Tout est la faute de ce crétin d’Arnulf, pas de la sienne. « Une femme qui n’a pas d’enfant est comme une fleur sans racine. Certaines en ont besoin, d’autres non. Enóla fait partie du premier groupe si tu veux mon avis. Je vois bien comment elle regarde Inghinn. Et si tu veux la conquérir sérieusement : c’est une carte à utiliser. J’vais quand même pas la conquérir en lui disant que j’suis fertile », bougonne le scalde, qui ne voit pas du tout ceci comme un argument de choix aux yeux de qui que ce soit. Puis, veut-il conquérir Enóla ? Il ne sait même pas. Tout est un jeu, entre eux, depuis longtemps, un jeu où il est toujours perdant, et pourtant toujours participant. Veut-il, finalement ? Question trop métaphysique pour lui, trop complexe pour tout ce qu’il a bien pu boire, surtout, et qui demande une réflexion qu’il ne veut pas effectuer. Trop de sérieux pour quelqu’un qui veut tant s’en détacher. « Mais toi, d’ailleurs… si t’veux, j’peux t’brancher avec un de ces fins gentilshommes à l’intérieur, afin de te réchauffer le temps de quelques nuits à Solstheim, qu’il propose, le regard brillant, avant de prononcer le mot qui, lorsqu’ils étaient plus jeunes, pouvait terminer une rencontre en pugilat : Cap ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Quelques paris festifs   - Mar 9 Mai - 0:36

Un rire s’échappe de la gorge de la blonde alors que son vis-à-vis prend un air de chien battu pour se plaindre que Thorgad ne semblait avoir aucune considération pour son malheur. Non probablement pas. Même si elle était la première à prendre les armes pour le défendre au besoin. Il faut dire qu’il restait son ami. Avec des défauts certes mais qui n’en a pas. Ces imperfections étaient des cadeaux des Dieux, un moyen comme un autre de les différencier. Thorgad continue de savourer le breuvage alcoolisé, son regard se perdant quelques instants dans la foule alors que Garth reprend la parole. Il faut dire qu’ils avaient abordé un sujet qui semblait piquer la curiosité du brun. Enóla. La chasseuse aux cheveux d’ébène et aussi impitoyable que ses flèches. Une femme qu’Inghinn admire et que Thorgad a appris par la force des choses à apprécier. Après tout, rien n’était trop beau pour son enfant et faire un effort pour parler avec la belle semblait moindre. Enóla n’était pas maudite à ses yeux, on condamnait souvent le ventre sans pour autant remettre en question la semence et cela rendait folle de rage la guerrière qui ne considérait pas son statut de femme comme différent de celui d’un homme. Bien au contraire. Ils étaient complémentaires, mais similaires sur bien des points. Garth bougonne qu’il ne pouvait tout de même pas utiliser cette carte pour l’amadouer, Thorgad réfléchit :

« Si tu y mets les mots et la forme ça pourrait marcher. J’allais dire : montre que tu peux être synonyme d’une stabilité mais cela serait trop en demander. » Taquine-t-elle en rigolant et en reprenant une gorgée d’hydromel.

Le fait que Garth souhaite la voir dans les bras d’un homme fait plisser ses yeux bleus devenus sombres à cause du manque de lumière. Elle réfléchit et hoche la tête :

« Il n’y en a aucun qu’il me mérite. » Dit-elle dans un soupire. « Et l’heure est tardive, ils doivent être ronds comme des tonneaux et ne tiendront même pas dix minutes allongées. » Elle se souvenait quand Zeke était ivre. Il ne tenait jamais longtemps. Et pourtant il utilise les deux mots nécessaires pour lui faire lever ses yeux au ciel avant de rire. « Alors toi je te jure ! » Soupire-t-elle. « Si tu veux me voir au bras d’un homme…. T’as qu’à convaincre un digne représentant de la gente et je verrai s’il me mérite ou non ok ? » En outre, elle acceptait le défi à condition que le butin soit à la hauteur de ses attentes. « Cela veut-il dire que je dois te choisir une prétendante aussi pour ce soir ? Je peux même mettre la barre plus haute et te trouver une belle que tu n’as pas encore touchée. » Une chose impossible à ses yeux bien qu’elle ne sache pas si la réputation de Garth était vrai ou bien si cela était le pur fruit de l’imagination d’un barde désireux d’avoir une image. Après tout… Les rumeurs avaient toujours un part de vérité.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Quelques paris festifs   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques paris festifs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Le salon du chocolat à Paris
» Lucky mâle type Beagle (paris)
» Notre Dame de Paris
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: