navigation.


 
 Someone I've been missing ~ Karáh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Someone I've been missing ~ Karáh   - Lun 10 Avr - 22:33

Freymar ne cessait de ressasser les mots qui avaient été prononcé le soir du banquet. Les images associées à ces paroles défilaient dans sa tête, des images pleines de sang, de violence et de mort. Des images où des visages qu'il connaissait bien étaient figés, les yeux ouverts, leur corps reposant sur un sol boueux, leurs tripes à la main, ou bien le sang maculant leur visage. Ces images sanglantes, il les avait déjà vu. Il avait déjà vécu des batailles, des raids pendant lesquels des camarades avaient trouvé la mort, mais les visages qu'il voyait dans ces rêves étaient différents, comme si les vivants qui partageaient son quotidien prenaient la place de ceux qui avait déjà gagné leur place pour le Valhalla.

Cependant, là où une âme plus sensible aurait pu se trouver incommodée par ce sombre tableau, là où quelqu'un d'autre fuirait le sommeil pour ne plus y être confronté, Freymar dormait du sommeil du juste. Freymar savait ce que ce message annonçait. Il ne croyait pas que le Ragnarök soit proche, en revanche, il comprenait les implications d'un tel discours prononcé le soir d'un anniversaire de règne. Il comprenait simplement que le moment était venu. Le moment de rejoindre les héros les plus braves de leur civilisation. Le moment d'embrasser son destin et de se couvrir d'une gloire teintée de rouge. Comme l'avait prédit Karáh, le moment des choix était venu, et il y avait longtemps que Freymar avait fait le sien.

Comme répondant à l'appel de sa pensée, la femme qui occupait depuis peu une grande partie de ses pensées éveillées passa devant lui, aussi belle qu'à l'accoutumée, si ce n'est plus. Elle ne faisait que traverser la cour, sans lui prêter la moindre attention. L'avait-elle seulement remarqué ? Cette scène était d'une simplicité enfantine, d'une pudeur et d'une pureté telle que son regard ne pu s'arracher à sa contemplation, quand bien même un enfant passa en le bousculant pour la rejoindre. Sans doute un enfant de valet cherchant les conseils ou la bonté de cette femme, après tout elle était populaire au palais, assez sans doute pour que même les enfants cherchent à s'attirer ses bonnes grâces. Elle se montra étrangement tendre avec lui, puis le laissa s'enfuir avant de partir de son côté. Étrangement, cette interruption n'avait rien enlevé à la beauté fragile de cette scène.

Soudainement, comme mue par le destin lui-même, Freymar prit une résolution et se mit en mouvement, suivant la Völva royale à bonne distance pour ne pas l'alerter, se disant qu'en tant que garde royal, son devoir pouvait bien s'étendre un peu sur la Völva, surtout alors qu'un nuage de violence planait au dessus de leur tête à tous, menaçant à tout moment de déverser son orage de sang sur leur vie. Il la suivit donc avec tous le peu de discrétion qu'il possédait à travers les rues de la capitale, puis en dehors, jusqu'à la forêt où il accéléra le pas pour la rattraper.

-Karáh !

Il se rendit compte un peu tard qu'il aurait sans doute mieux valu lui dire dès le départ qu'il la suivait. Qu'il avait sans doute l'air louche, armé jusqu'aux dents, la lance à la main, loin du palais qui était sensé être son lieu de travail, immense et comme à son habitude, peu avenant. Il jeta un regard aux alentours avant de reporter son attention sur Karáh, tâchant de prendre son air le plus sérieux et le plus professionnel

-Je t'ai vu partir. Avec ce qu'il s'est passé l'autre soir, j'ai pensé qu'il était de mon devoir de m'assurer que la Völva Royale se déplaçait en... toute sécurité. Hum.

En vérité, il ne savait toujours pas ce qui l'avait poussé à la suivre. Il savait simplement que cette image qu'elle lui avait offerte sans même le savoir avait remplacé pendant un instant la violence de ses rêves. Que ses yeux étaient ceux qu'il avait pourtant tout fait pour éviter pendant cette soirée néfaste, de peur de ne pouvoir s'en détacher une nouvelle fois.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 12 Avr - 18:28

On ne parlait plus que de ce qui s’était déroulé au banquet, cette fameuse soirée d’anniversaire de règne. Mais personne n’avait remit en cause la Völva royale, bien trop étaient venus la voir avant cette soirée pour connaître le destin, et pas une fois ses visions ne lui avaient fait défaut. S’inquiétait-elle de savoir pourquoi les dieux n’avaient pas choisi ses lèvres plutôt que celles d’une étrangère ? Elle leur en était plutôt reconnaissante en vérité : le destin aurait été funeste et tragique si cela avait été le cas. Elle avait remerciée Freya pour sa protection, et plus encore la mortelle qui était décédée pour porter le message à ses pairs, mais Karáh ne s’était pas encore lancée dans l’entreprise de décrypter ces paroles. Le ragnarök n’était pas pour l’immédiat, il y avait encore du temps pour cela, Loki se devait de préparer sa ruse avec une lenteur calculée, cela, elle le savait. C’était bien autre chose qui se dessinait dans l’horizon, qu’il lui faudrait tôt ou tard explorer. Peut-être ce jour, peut-être demain. N’en demeurait pas moins que ses pensées étaient elles aussi accaparées, et qu’il lui fallait des réponses à ses propres interrogations.

Traversant la cour, elle ne prêta aucune attention aux personnes qui l’entouraient, jouant avec sa longue chevelure tressée du bout des phalanges, lissant quelques mèches distraitement. Son pas était lent, néanmoins déterminé. Elle savait où elle souhaitait se rendre, s’évader le temps de quelques heures. Ce n’était pas rare après tout qu’elle disparaisse ainsi. Même la reine avait fini par comprendre que la prophétesse nécessitait d’instants bien à elle. Cela lui permettait de méditer entre autres, et de répondre à des interrogations plus subtiles qu’il n’y paraissait. La voix de sa chair la tira pourtant de son absence, l’incitant à s’arrêter pour entendre sa requête. Acquiesçant d’un signe de tête avant de passer sa main dans cette chevelure courte mais de même couleur que la sienne, l’observant s’éloigner au pas de course avant de finalement reprendre sa propre marche. Cet enfant ressemblait définitivement trop à son père. Il était même étonnant que ce dernier n’ait pas encore remarqué la frimousse du gamin traînant pourtant assez près des gardes royaux. Tant que cela lui permettait de le garder plus longtemps pour elle… Mais les dieux avaient été très clairs : cela ne durerait pas.

Elle déambula, jusqu’à finalement quitter la ville elle-même, apercevoir l’orée de la forêt. Sa retraite pouvait enfin débuter. Ou tout du moins le pensait-elle, lorsqu’une voix qu’elle ne connaissait que trop bien n’atteigne ses oreilles, l’incitant une nouvelle fois à s’arrêter, l’obligeant aussi à réprimer un frisson. Elle aurait put faire comme si elle n’avait rien entendue, mais il était bien trop tard, elle s’était déjà retournée sur la silhouette du géant s’approchant vers elle. Armé. Ecarquillant les prunelles, elle observa celui pour qui son cœur s’emballait toujours malgré elle, malgré sa résolution de passer à autre chose. Les mots qu’il employât ne tardèrent pas à la faire sourire malgré elle, tandis qu’elle délaissait enfin sa longue chevelure d’ébène pour focaliser totalement son attention sur l’homme soucieux de sa sécurité. « Qui oserait s’en prendre à une Völva ? » glissa t’elle d’une voix amusée, avant de finalement acquiescer d’un signe de tête, en signe de respect pour son devoir. « Soit. J’avais envie de me promener, souhaites-tu m’accompagner, et… faire ton devoir ? »

Bien sûr, elle n’attendit pas qu’il réponde, reprenant sa marche, et reprenant sa distraction là où elle l’avait délaissée. Combien de temps durerait ce moment de paix ? Il n’y avait plus eu un jour sans que le géant et elle ne se heurtent violemment, provoquant un orage bien pis que celui que Thor pouvait engendrer avec son marteau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Jeu 13 Avr - 12:08

Son discours sur la protection et ses nobles intentions sembla l'amuser, mais pour une fois il n'en prit pas ombrage. Il connaissait parfaitement le caractère bancale de cette excuse et ne risquait pas de démarrer un conflit de plus en lui en voulait pour cette broutille. À la place il lui offrit un sourire hésitant, sinon timide, comme cherchant à savoir s'il pouvait parler ou bien s'il devait se murer dans un silence plein de repentis. Sans doute lui en voulait-elle pour la façon dont leur dernière rencontre s'était déroulée. Sans doute lui en voulait-il également. Pourtant il sentait que des remerciements étaient de mise, exprimés à voix haute ou non, grâce à l'exactitude de ses prédictions.

-Qu'il soit homme ou Dieu, tant que je suis là, personne ne se risquera à essayer, je peux te le garantir, répondit-il d'un ton calme, un sourire plus franc sur les lèvres.

Il hocha la tête lorsqu'elle lui proposa de l'accompagner. Il ne l'avait certes pas suivit à travers la ville et ses environs pour rebrousser chemin après lui avoir dit deux mots. Freymar lui emboîta donc le pas, à l'aise malgré son armement lourd. Sans doute devait-il remercier les enseignements de la Svart, mais aussi les entraînements sans pitié auxquels les soumettait la capitaine de la garde. En revanche, on ne pouvait se féliciter de sa discrétion. Y eut-il un quelconque animal sauvage dans les environs, ou même un simple randonneur, qu'il eut entendu Freymar se déplacer bien avant de l'apercevoir.

Il faut dire que le garde royal n'était pas dans son environnement naturel et d'ailleurs, il ne faisait pas particulièrement d'effort pour se montrer silencieux. Freymar avait l'esprit concentré sur autre chose, ses yeux braqués sur la nuque de la Volvä, il essayait de comprendre ce qui lui arrivait. Normalement il n'aurait pas quitté son poste pour la suivre, après tout il était commun que Karáh s'en aille seule hors de la ville, la plupart des habitants du palais étaient désormais habitués à ses sorties solitaires. Cependant, une force qui le dépassait s'était emparée de lui au moment où il avait pris la décision de l'accompagner et il ne pouvait plus faire marche arrière désormais.

-Je ne savais pas que tu avais du succès même auprès des enfants.

Il se demandait s'il était vraiment autorisé à lui parler, ou bien si toute sa présence ne gênait pas tout simplement la volvä. Après tout, elle venait ici pour s'isoler, sans doute, pas pour que l'on vienne la harceler de question dans sa retraite. Cependant, cette image qu'il avait toujours en tête, avec désormais cet enfant au milieu, ne quittait pas ses pensées. Il se demandait également ce qu'un enfant pouvait bien vouloir à une Volvä, celui-ci ne devait pas avoir plus de huit ou neuf ans.

En y repensant, il lui semblait avoir déjà vu cette frimousse à de multiples occasions, courant partout dans le palais royal, sans cesse dans les pattes des uns et des autres. Un petit jeune plein d'énergie qui finirait sans doute guerrier, il en avait la conviction. Après tout, une si belle énergie avait besoin d'être canalisée et quel meilleur moyen que de lui confier une arme pour ce faire ?

Mais l'avenir des enfants du palais ne le concernait pas et il chassa rapidement cette idée de son esprit. Karáh était toujours devant lui, faisant son chemin pendant qu'il se contentait de la suivre. Il ne savait pas où mènerait cette promenade, mais il y avait quelque chose d'étrangement relaxant à se retrouver loin du bruit de la capitale, malgré tout le barda qu'il transportait sur lui. Peu lui importait la destination de cette balade, il lui semblait que le trajet en lui-même était suffisant pour apaiser son esprit.

Il faillit parler, s'excuser de s'être emporté alors qu'elle ne faisait que faire son travail la dernière fois, mais il se retint. Il ne souhaitait pas relancer une conversation qui risquait de ne pas lui convenir, ou de relancer les hostilités. Il ne souhaitait pas qu'il y ai de remarque acerbe de sa part, ou bien de commentaire sur des excuses qu'il n'avait pas l'habitude de faire. Il souhaitait préserver cet instant de paix tant qu'il durait, comme s'il ravivait en lui des souvenirs venus d'une époque où les choses étaient tout simplement plus faciles entre eux.

-J'espère que tu ne vois pas d'inconvénient à ma présence, en tout cas, dit-il à la place.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 19 Avr - 13:12

La prophétesse tourna le visage vers le soldat, la pupille véritablement amusée d’une telle assurance. N’était-ce pas ce qui l’avait charmé lorsqu’elle l’avait rencontré ? Cette manière d’être aussi sûr de lui, sans jamais douter une seule fois de son échec. Elle n’acquiesça que d’un signe de tête devant cette arrogance charmante. Il n’y avait rien à dire de plus, rien de ce qui avait déjà été sous-entendu. Elle reconnaissait ses qualités de guerrier, ne le lui avait jamais caché. Pas une fois. Aussi amorça t’elle le pas, prenant un rythme tranquille à mesure qu’il s’éloignait de la civilisation. Du brouhaha du peuple et des objets, le silence s’installa progressivement, ne laissant plus qu’une légère brise caresser les feuilles des arbres, les craquements des bois, le bruit des ailes des oiseaux. La nature reprenait ses droits, marquait le début de son territoire. C’était paisible, c’était exactement ce que recherchait la völva lorsqu’elle venait se perdre ici-bas. De temps en temps, elle s’arrêtait, quittant le sentier pour se pencher quelque part, ramassant les herbes dont elle avait besoin. Ceux qui la connaissaient savaient qu’elle possédait une petite réserve, une serre de même. Il n’était pas étonnant finalement de la voir aller dans la forêt pour autre chose que méditer. Et lorsqu’enfin elle avait obtenu ce qu’elle souhaitait, elle revenait près du soldat, dont la démarche lourde parvenait à faire cesser certains bruits naturels, ce qui avait tendance finalement, à ennuyer la mortelle aux yeux fixés sur le petit sentier.

Elle tenta de ne pas se figer, de ne pas se raidir face à son interrogation, comprenant alors qu’il avait certainement aperçu Fenÿr. L’avait-il reconnu ? Était-ce jour que les dieux avaient annoncé ? Allait-elle perdre son fils en cette belle journée ? Reprenant une respiration normale, elle se tourna vers lui, marchant en arrière pour mieux lui faire face. Assurément, elle ne ferait pas cela tout le chemin. « Ah oui ? En quoi cela est-il étonnant ? Tout le monde veut savoir ce que les dieux leur réserve. Les enfants ne sont pas différents… Certains veulent devenir de grands guerriers, et d’autres… D’autres se demandent si la fille du forgeron acceptera de venir à la fête du printemps. » Ce n’était pas un mensonge. Certaines de ces questions lui avaient déjà été posées, mais jamais elle n’avait mit son don au service des petits, trop jeunes pour comprendre les conséquences de telles interrogations, préservant leur innocence. Elle haussa finalement les épaules et esquissa une moue amusée avant de se retourner de nouveau, n’offrant plus que sa nuque à l’ancien amant.

Cinq minutes n’étaient pas écoulées avant qu’il ne reprenne la parole, obligeant la prophétesse à s’arrêter, la moue réflexive. « En fait, si. Je vois un inconvénient. » glissa t’elle tout en se rapprochant de lui, la mine sévère, celle-là même qu’elle prenait lorsqu’elle grondait son propre fils. « Tu fais trop de bruit Freymar. Si je ne te connaissais pas, je dirai que tu es un descendant de géant ! » Pouffa t’elle, avant de lui prendre ses armes de la main pour les lancer près d’un arbre. « Défais-toi de tout cet attirail. Allez ! » Sermonna t’elle, prête à rire, ses phalanges habiles aidant déjà le guerrier à enlever sa côte de maille. Il y avait quelque chose de familier dans ces gestes, une vieille habitude lorsqu’elle ne pouvait pas attendre qu’il se dévêtît pour l’honorer. « Il n’y a aucun danger dans cette forêt, et tu effraies les animaux. » Lui lança t’elle finalement, appuyant ses propos pour qu’il se range de son avis. « Et si tu as vraiment peur qu’il m’arrive quelque chose… Eh bien… Tu n’as qu’à garder ton épée. Mais rien de plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 19 Avr - 19:28

Freymar ressentit une pointe de satisfaction en la voyait accepter ses paroles pour ce qu'elles étaient. S'il y avait bien une chose sur laquelle elle ne le contredisait pas, c'était bien ses talents de guerrier, que ça soit lance à la main ou bien épée au poing. Il la suivit donc sans se plaindre des sentier étroits par lesquels elle l'entraînait, s'arrêtant parfois pour l'observer ramasser des plantes. Dans ces cas là, il prenait appui sur le manche de sa lance et attendait dans une immobilité parfaite, mais absolument pas réglementaire, perdu dans les pensées que sa contemplation lui imposait.

Elle ne semblait pas lui en vouloir. Elle ne semblait jamais lui en vouloir. Il ne savait pas comment elle faisait, mais en repensant au temps où l'amour les unissait encore, il ne se souvenait pas d'une seule fois où elle ne l'ai pas pardonné pour avoir laisser exploser son tempérament colérique. Parfois il lui avait fallu se racheter, mais jamais il n'avait semblé proche d'attendre la fois de trop. Jamais elle n'avait semblé sur le point de lui dire de tout simplement foutre le camp car elle ne pouvait plus le supporter. Bien sûr, la plupart de ses violents coup de sang lui semblaient toujours justifiés, mais même ainsi elle avait fait preuve d'une patience exemplaire à son égard.

C'est en reprenant la route qu'il lui posa la question sur les enfants qui venaient la consulter. Freymar aurait pu ne pas s'apercevoir du trouble qu'il avait provoqué en quelques mots sur la Volvä, si seulement il n'avait pas un sens de l'observation aiguisé par des années à guetter le moindre signe avant coureur d'une attaque. Il plissa légèrement les yeux, mais la laissa répondre sans lui poser plus de question, gardant simplement cette réaction dans un coin de sa tête pour enquêter plus tard. Elle avait visiblement pris grand soin de minimiser au maximum ses réactions, mais un léger trouble était un trouble tout de même. Karáh lui cachait quelque chose.

-Hmm voilà qui est charmant. Je n'ose imaginer à quel point il serait terrible pour un enfant d'entendre les révélations que les Dieux ont à leur offrir, commenta-t-il simplement.

Il ne dissertèrent pas plus sur le sujet, mais Freymar se doutait que s'il avait pu se rendre compte que la question ne la laissait pas aussi indifférente qu'il n'y paraissait, elle avait aussi du comprendre qu'il n'était pas entièrement dupe. Il se contenta donc de fixer son dos pour les minutes suivantes, essayant d'additionner les éléments qu'il avait à sa disposition à propos d'un enfant et de Karáh. Il ne se rappelait pas d'avoir entendu parler que la Volvä était tombée enceinte au cours des dernières années, elle ne pouvait donc pas avoir d'enfant, il le saurait. Mais alors pour quoi ? Ou bien c'était cet enfant en particulier ? Il se rappelait de la tendresse dont elle avait fait preuve auprès de cette tête brune, le naturel avec lequel l'enfant avait interrompu la Volvä, sans aucune crainte, sans faire preuve de la déférence avec laquelle la plupart des autres la traitait. Ils se connaissaient, à présent il en était sûr. Mais d'où ?

Incapable de faire le lien, il en vint à se souvenir de sa propre présence qu'il imposait à Karáh. Puisqu'elle n'était sans doute pas venue ici pour être la cible d'une enquête, ou pour jouer les gardes forestières avec un homme qui faisait plus de bruit qu'une caravane de marchands à lui tout seul, il trouva plus correct de lui demande si sa présence ne la gênait pas trop et la réponse le surpris. Sa lance et son bouclier furent tout simplement jeté au sol, sans respect aucun, alors que Karáh le taquinait sur ses potentielles origines de géant. Encore une fois, elle semblait être passée outre la question ou les suspicions qu'il pouvait avoir au sujet de l'enfant. N'y tenant plus, il attrapa ses poignets pour l'empêcher de continuer à le déharnacher et chercha son regard, sans la lâcher.

-Comment fais-tu ? Souffla-t-il. J'ai l'impression que tu ne cesses jamais de me pardonner, que peu importe à quel point je peux me montrer dur ou cruel avec toi, tu recommences à t'adresser à moi comme si je n'avais rien dit ou fais de plus grave que de renverser un verre d'eau sur la table.

Ses yeux observaient désormais les siens, si spéciaux, uniques dans la capitale et sans doute uniques dans toute la Norvège. Il cherchait la colère, il cherchait le ressentiment. Il cherchait une rancune égale à la sienne, ou au moins tout simplement existante. Ses mains glissèrent sur sa peau pour prendre les siennes, qu'il serra un moment avant de les poser sur son torse. Il avait oublié à quel point il était dangereux pour lui de la toucher, ou même simplement de la regarder de trop près. Il avait oublié les raisons pour lesquelles il chérissait autrefois ce genre de contact. Mais si sa mémoire avaient été effacée par la colère et l'humiliation qu'il avait cru subir, son corps lui se souvenait parfaitement que ses mains étaient bien plus agréables lorsqu'elles étaient directement sur sa peau.

Se rendant soudain compte qu'il outrepassait ses prérogatives, le guerrier se recula, s'arrachant à son contact et repris le travail déjà entamé par la volvä pour faire finalement passer sa chemise de mailles par dessus sa tête, conservant néanmoins les couches qu'il avait en dessous, il la lança avec le reste, mais resta fermement planté sur ses pieds. Il n'irait pas plus loin en laissant son barda ici, où n'importe quel vagabond pouvait dérober son équipement.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 19 Avr - 21:52

« Tu n’as pas idée. Les plus téméraires affronteraient le destin avec toute l’inconscience possible, sans cesser de se croire invincibles. Je n’accepte de leur conter leur destin que lorsqu’ils atteignent l’âge de partir en raid. » Laissa t’elle échapper, haussant les épaules. « Et encore, être au palais me permet d’éviter d’avoir à dire non sans cesse. J’aimerai pouvoir en dire autant de la völva de la ville. » Celle-ci, Karáh ne l’avait pas souvent rencontrée, ne s’attardant pas suffisamment dans les méandres des ruelles. Quitter le palais pour se rendre dans la forêt constituait déjà une épreuve en soi, affrontant plus ou moins le mécontentement de la reine Emma. La prophétesse pourtant, avait finit par obtenir gain de cause. Mais déjà la belle hausse de nouveau les épaules avant de laisser ses phalanges jouer avec sa longue chevelure tressée. Elle espérait sincèrement que le guerrier n’insisterait pas plus sur ce sujet. Que pourrait-elle répondre après tout ? Qu’il s’agissait de son fils ? Ce serait le début d’une nouvelle dispute assurément, et ce jour… Ce jour, elle ne souhaitait pas troubler la paix qu’elle commençait tout juste à ressentir. Peut-être dans les jours à venir, lui faudrait-il se montrer plus prudente, éviter d’être vue en compagnie de Fenÿr… Mais l’enfant risquerait de ne pas comprendre, et blesser la chair de sa chair n’était pas dans ses intentions, conscientes ou inconscientes. Tôt ou tard, la vérité sortirait du puits, elle le savait plus que quiconque, mais tant qu’elle pouvait préserver l’innocence du garçon et l’ignorance du père, elle se sentirait rassurée.

Mais déjà, ils étaient passés à autre chose, déjà, ses phalanges étaient en train de défaire les liens qui retenaient son armure. Combien de fois l’avait-elle fait par le passé ? Il lui avait montré comment faire, elle en avait apprit bien plus encore. Il n’y avait jamais de patience dans ses gestes lorsqu’elle le faisait, contrairement à ce jour, où elle semblait prendre tout son temps, le sermonnant avec un amusement certain. Autrefois, elle se serait contentée de le faire taire sous ses lèvres. Ce n’était plus le cas aujourd’hui. Mais alors qu’elle touchait enfin au but, il l’arrêta, emprisonnant ses poignets et l’obligeant à le regarder. Elle aurait voulu fuir ce regard. Il n’y avait que lui pour la faire fondre comme neige au soleil, pour l’embraser de la tête aux pieds. Était-elle surprise de ses interrogations ? De son monologue ? Jamais. Elle en avait l’habitude. Elle ne pipa mot, inspirant doucement, comme pour ne pas effaroucher la bête en face d’elle. Comment faisait-elle ? Elle-même n’aurait su le dire. Peut-être tout simplement parce que par amour, elle était prête à tout lui pardonner. Pour sentir sa peau contre la sienne et entendre battre son cœur pour elle, elle était prête à balayer d’un revers de main tout le mal qu’il pouvait lui faire. Jamais elle ne pourrait renier l’affection qu’elle lui portait, quand bien même il lui fallait désormais aller de l’avant. Résistance pourtant détruite à l’instant même où il fit glisser ses mains dans les siennes, avant de les poser naturellement sur son torse, là où elle avait l’habitude de les poser lorsqu’elle s’apprêtait à lui réclamer un baiser.

Souffle court, gorge sèche, jusqu’à ce qu’elle lèche ses lèvres pour lui répondre. « Je ne sais pas. » Elle était sincère, plus que jamais. « Peut-être fallait-il que l’un de nous deux soit capable de pardonner l’autre et que les dieux ont préféré me choisir moi. » Ses phalanges glissent le long du tissu. Elle préférait amplement lorsqu’il n’y avait pas cette barrière entre eux. « Préfèrerais-tu que je sois en colère contre toi ? Que je te fasse payer chaque erreur de ta part ? » Elle n’était pas cette rancunière. Et pourtant, depuis sept ans, ne lui faisait-elle pas payer le fait de ne pas savoir qu’il était père ? C’était là sa plus grande cruauté, qu’elle préférait ne pas voir ainsi. Mais elle ne put en penser plus, le contact rompu, ses mains retombant le long de sa robe. Elle l’observa retirer son attirail, mais peu désireux de poursuivre le chemin. « Personne ne passe ici. Mais si tu crains vraiment de te faire voler, cache le tout dans les fourrés. Ou tu peux rester ici. » conforta t’elle, se détournant déjà de lui, incapable de demeurer forte plus longtemps. Elle n’avait pas terminé sa promenade, c’était la seule certitude qu’elle possédait, aussi amorça t’elle déjà les pas le séparant de lui. Plus il y avait de distance, mieux c’était. Elle ne pouvait pas se permettre de retomber sous le charme du géant. Elle ne pouvait pas se permettre de fondre une nouvelle fois dans ses bras. Quelques jours seulement les séparaient de leur entrevue officielle, et pas une nuit ne s’était écoulée sans qu’elle ne veuille changer quelque chose durant cette soirée. Quelque chose qui lui aurait permit de goûter de nouveau à la saveur de son être, de brûler sous sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Jeu 20 Avr - 21:20

Dire que les Dieux avaient disposé l'un d'entre eux à toujours pardonner l'autre avait pour Freymar une signification plus profonde que Karáh ne devait le soupçonner. En effet, si leurs deux cœurs n'étaient pas fait pour s'accorder, quel Dieu aurait prit la peine de faire en sorte qu'elle ne cesse de ne jamais garder rancune contre lui ? Cela impliquait beaucoup de choses pour le garde. Comme le fait qu'ils étaient sans doute plus accordés qu'il ne le pensait. Cependant, pourquoi les Dieux auraient-ils souhaités confier le cœur et le corps de leur servante à un homme tel que lui ? Y avait-il un message à voir de leur part ? Ou simplement une volonté des divins de l'attacher à un homme capable de la protéger pendant les temps troublés qu'ils allaient connaître ?

-Non, ça n'est pas ce que je souhaite, mais c'eut été plus logique, marmonna-t-il pour lui-même dans sa barbe.

Mais déjà la volvä lui disait de laisser là son attirail et reprenait son chemin, sans l'attendre. Partagé, Freymar ne voulait pas abandonner ses affaires (fort chères) dans une forêt où n'importe qui pouvait les récupérer, mais il sentait que partir dès maintenant serait une erreur, qu'ils avaient encore des choses à se dire, qu'ils tenaient là une occasion de se parler enfin seul à seul sans que quiconque ne les interrompe, qu'il soit Dieu ou homme. Il hésita encore quelque seconde avant de mettre à profit ses talents de pisteur pour dissimuler son équipement, retenant soigneusement l'endroit avant de suivre les traces de Karáh pour la retrouver, ayant gardé son épée pour garder l'illusion qu'il n'était là que pour sa protection, malgré l'absence de son armure de mailles.

Tout en la rattrapant, il avait continué à réfléchir sur ce qu'elle lui avait dit et en avait tiré une conclusion. Les Dieux avaient peut-être leurs raisons de faire en sorte que ses yeux ne cessent de vouloir la contempler alors même qu'il faisait tous les efforts du monde pour l'ignorer, ils avaient peut-être leurs raisons pour pousser son cœur à s'emballer dès qu'ils s'effleuraient, mais le message que lui avait envoyé Karáh, peut-être même sans s'en rendre compte, était bien moins sibyllins. Elle lui avait pardonné, mais s'était à son tour de s'excuser désormais, car elle le méritait. D'eux deux, elle était sans conteste la plus grande dans une mesure qui n'avait rien à voir avec leurs tailles. Lorsqu'il l'aperçu, il l'appela à nouveau, il avait besoin qu'elle le regarde quand il le lui dirait, qu'elle se montre attentive car il ne supporterait pas d'avoir à se répéter. Il attendit donc d'être sûr qu'elle l'écoute pour reprendre la parole, incertain de la façon dont elle allait prendre ce qu'il allait lui dire, mais il lui apparaissait limpide désormais qu'il ne pouvait pas continuer ainsi sans qu'elle l'aie entendu.

-Écoute, l'autre soir ça c'est très mal passé mais... tu m'as vraiment donné à réfléchir. Je ne parle pas de ton travail, mais de tout ce qui s'est passé autour. La vérité c'est que c'était dur. Il contracta un instant les mâchoires et fronça les sourcils avant de reprendre, presque douloureusement. C'était dur, reprit-il, de me rendre compte que je me suis laissé aveuglé par la colère et que je cachais derrière ma rancune le fait que tu me manquais terriblement pendant tout ce temps.

Et c'était vrai, car même après l'avoir revu, toute sa colère, toute sa rancune s'étaient laissées érodées par le doute qu'elle avait planté dans son esprit. Le doute sur le bien fondé de cette décision qu'il avait pris de la rayer de sa vie, une chose qui, il le comprenait à présent, relevait de l'impossible depuis qu'il l'avait revue. Il ne désirait rien de plus en ce moment que de prolonger ce contact si fugace qu'ils avaient entretenu quelques minutes auparavant, brûlant d'envie de s'approcher à nouveau, de glisser ses mains autour de sa taille, de sentir son corps se presser contre le sien et de goûter à nouveau à ces lèvres dont il s'était lui-même privé comme le pauvre fou qu'il était.

-Je suis désolé, Karáh, souffla-t-il finalement. Pas seulement pour cette fois-là, mais aussi pour t'avoir accusé de m'avoir trahi, pour avoir refusé de t'écouter, pour n'avoir suivit que le cours de ma colère à ce moment là et de t'avoir chassée si violemment de ma vie.

Alors il se tut, attendant le verdicte. Jamais encore il ne s'était excusé aussi complètement de tout ce qu'il avait pu faire. Jamais il n'était descendu aussi bas de son piédestal pour se rendre compte que celui-ci était érigé sur de branlantes fondations. Jamais encore il n'avait d'ailleurs attendu avec autant d’appréhension le jugement de quelqu'un d'autre. Il réalisa que c'était ça, se mettre à nu, et que ça n'avait rien d'agréable.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Ven 21 Avr - 20:40

Elle avance la prophétesse, sans chercher à disséquer le comportement du garde et ancien amant. Elle craint plus que tout que chaque parole ne soit prise dans le mauvais sens, qu’il ne comprenne encore de travers ce qu’elle n’ose plus lui dire. Alors elle inspire et expire, avance sur le petit sentier qui semble peu à peu disparaître pour ne laisser plus que le sauvage reprendre ses droits. Combien de fois s’est-elle perdue ici ? Déjà enfant, son sens de l’orientation n’était pas des plus fameux, l’obligeant à trouver des stratégies pour ne plus perdre son chemin. Une entaille ci-et-là, des pierres posées d’une certaines façon, trop humaine pour les confondre avec l’état naturel des lieux. Tout est bon pour qu’elle retrouve sa route, quoi qu’il arrive. Prudente, elle continua d’avancer, tachant de faire le moins de bruit possible, évitant d’effrayer par cette occasion les petits habitants qui ne s’étaient pas arrêtés de chanter pour le moment. Là, sous ses prunelles éclatantes, elle avait reconnu une autre plante dont elle avait besoin, et dont elle n’avait jamais pu prendre autre chose que les feuilles. Mais celle-ci lui semblait suffisamment jeune pour pouvoir être déterrée puis replantée, aussi s’agenouilla t’elle, extirpant sa dague fétiche de son fourreau pour commencer à creuser autour du plant. Elle entend la voix qui l’appelle, esquisse un vague « un instant » tandis qu’elle s’acharne à ne pas abîmer l’objet de sa convoitise. Elle n’a pas besoin de se retourner pour entendre le géant la rejoindre. Même sans son attirail, il demeure incapable d’être discret. Peut-être a t’elle vu vrai, peut-être a t’il effectivement du sang de géant dans le sang. L’idée l’amuse, étire discrètement ses lèvres tandis que ses paumes extirpent enfin la plante, qu’elle glisse dans son sac, à l’abri.

La dague rangée, les mains époussetées pour se défaire de la terre qui s’incruste sur sa peau blanche, elle tourne enfin le faciès vers son vis-à-vis, laisse une mine étonnée s’afficher sur son visage devant sa mine sérieuse. Est-ce le début des ennuis ? La suite qui revient à la charge ? Il semble prendre son courage à deux mains, et il lui semble que son propre cœur se lance dans une violente embardée sous ses mots. Elle reste silencieuse, choquée, ses jambes ont du mal à la porter, l’obligent à aller se caler contre l’arbre le plus proche pour trouver un soutien qu’elle n’aura nul part ailleurs. Est-ce une ruse pour obtenir des aveux dont elle ne dispose pas ? Non. Elle connaît trop son ancien amant pour savoir quand il est sincère et quand il ne l’est pas. Ses excuses possédaient la même saveur que celles dont il usait autrefois lorsqu’il se rendait compte de son erreur, lorsqu’il lui était encore possible de pardonner. Elle lui manquait, terriblement, mais bien moins que ce qu’il pouvait imaginer. Combien de fois lui avait-il semblé mourir sans sa présence à ses côtés ? Sans son regard sur elle ? Sans son parfum sur sa peau ? Elle ne vivait plus qu’à travers le regard de son fils, ce portrait craché. Et cela aussi il l’ignorait. Est-ce le moment des confessions ?

Et son cœur s’arrête de battre sous les excuses. Elle peine à y croire et pourtant, le moment qu’elle attend depuis des années est arrivé. Cette fois-ci, c’est sa tête qui se repose contre le tronc d’arbre, tandis que ses phalanges serre le tissu de sa robe, comme pour se raccrocher à la réalité. Le silence perdure, jusqu’à ce qu’elle se décolle enfin de son arbre, amenuise la distance entre eux deux. Ses phalanges frôlent sa joue, sa barbe naissante, un contact qu’elle n’a plus eu depuis longtemps. C’est familier et lointain, elle craint de se trouver dans un énième rêve, encore. Elle se rapproche, encore, jusqu’à se hisser sur la pointe des pieds pour déposer ses lèvres sur les siennes. Ce n’est pas les baisers d’autrefois, c’est plus chaste, mais sincère, un amour qui ne s’oublie pas. Quand elle s’écarte de lui, elle ne le quitte pas des yeux, refoule les larmes qui pourraient couler si elle le voulait vraiment. « Merci. » souffle t’elle. Elle n’a pas besoin d’autres mots pour lui donner son pardon. Cela a toujours été ainsi. Est-ce différent des autres fois ? Le pardon précédait bien souvent la passion et la reprise de leur vie commune. Mais de tout cela, que subsistait-il aujourd’hui ? La passion était sous-jacente, refoulée. Leur vie commune n’existait plus. Et pourtant, la völva se sent apaisée, délivrée d’une sentence injuste. Ses phalanges dérivent, glissent sur le torse. « Ne refais plus jamais ça Freymar. Plus jamais. C’était bien plus douloureux de mon côté. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Sam 22 Avr - 0:07

Le silence s'éternisait, long, lourd pour Freymar, alors qu'il venait tout juste de lui présenter les excuses les plus sincères qu'il lui ai jamais adressé. Alors que les secondes s'égrenaient et que Karáh refusait de sortir de son mutisme, il sentait chacun de ses muscles être parcouru d'un grand froid avant de se contracter. Il imaginait sans peine les paroles pleines de sécheresse qu'elle pourrait lui adresser après toutes ces années sans entendre un mot de lui, sans même espérer recevoir un jour ce qui lui revenait de juste. Il savait qu'il n'aurait pas le droit de lui en vouloir pour ça, mais il savait aussi qu'il le ferait quand même, sans comprendre que ça n'était que faiblesse de sa part, sans savoir que c'était uniquement parce qu'il était plus facile de lui en vouloir à elle que de s'en vouloir à lui-même.

L'envie de fuir survint alors, faible, mais présente et la colère qu'il ressentit contre cette envie était en revanche parfaitement bien dirigée contre lui. Alors comme ça il supportait sans broncher les assauts des guerriers les plus féroces, mais menaçait de prendre ses jambes à son cou lorsqu'il se trouvait menacé par du silence ? Il se serait giflé, ça n'était pas digne de lui. Pourtant cette attente, courte en réalité, lui semblait durer une éternité ; il soupçonnait que s'il baissait les yeux, il verrait sa barbe traîner sur le sol à force d'être resté suspendu au moindre geste de la devineresse pendant trop longtemps.

Lorsque enfin la belle cesse de vouloir se fondre dans l'arbre, Freymar ne la quitta pas des yeux, tendu alors que pas à pas, elle le rejoignait. Sa main se souleva doucement pour se poser sur sa joue et Freymar poussa un soupir de soulagement et de bien être, fermant les yeux. Pour ne pas la forcer à se mettre sur la pointe des pieds, il se pencha sur elle et recueillit sur ses lèvres le baiser qu'elle lui offrait et qu'il était désormais prêt à lui rendre. Ce baiser ne dura qu'un instant bien trop court qu'il prolongea en se penchant un peu plus, puis il du se résoudre à se séparer de ses lèvres.

-Je ne te ferais plus de mal, promit-il à voix basse.

Ses mains retrouvèrent naturellement le chemin de ses hanches et il l'attira complètement à lui, désireux de sentir son corps contre lui après toutes ces années passées à la fuir. Immédiatement, une sensation familière s'empara de son être alors que les battements désordonnés de son cœur s'accéléraient. Aucune autre femme en Norvège ne pouvait lui faire ressentir avec une telle intensité la chaleur qui couvait dans son ventre. Il se pencha à nouveau pour l'embrasser, voulant retrouver le goût si addictif de ses lèvres, ressentir à nouveau cette communion avec elle, ce moment ou plus rien d'autre ne comptait à part la femme qu'il tenait dans ses bras. Il finit cependant par devoir s'écarter pour respirer alors qu'il commençait à laisser libre cours à sa passion.

-Karáh tu m'as toujours rendu fou, souffla-t-il contre ses lèvres. Je ne veux plus être séparé de toi, reviens vivre chez moi. On pourrait être heureux à nouveau...

La proposition était sincère, sa porte lui était grande ouverte. Il ne demandait que ça, qu'elle revienne se lover dans ses bras quand la nuit tombait, qu'elle échauffe son sang avec ses sourires pleins de promesses et qu'elle l'aide à déranger ses draps à l'aide de toute la passion dont ils étaient capables. Karáh était la femme qu'il voulait, il en était sûr à présent. Il avait l'impression de l'avoir toujours été. Même après sept ans à tout faire pour la chasser hors de sa mémoire et de sa vie, il avait l'impression de n'avoir rien perdu à la passion qu'il lui vouait au départ. Son retour dans sa vie lui serait un véritable soulagement car après tout, plus rien ne les empêchait d'être réunis désormais.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 26 Avr - 22:06

Les lèvres s’attardent sur les siennes, et c’est tout un souvenir qui revient à la surface : leur premier baiser, alors qu’ils n’imaginaient pas encore ce que les dieux leurs réservaient. Elle était tombée amoureuse au premier regard, au premier toucher, au premier baiser. Elle l’avait aimé plus encore lorsque ses paumes s’étaient mises en tête de l’apprendre par cœur, découvrant des parcelles inexplorées, et au delà de la mort lorsqu’il avait fondu en elle pour ne former plus qu’un seul être. En cet instant pourtant, ils ne se découvraient plus comme durant toutes ces premières fois, ils se redécouvraient, et elle sut qu’elle aurait put faire cela inlassablement, toute la journée, toute la nuit, toute la vie. Il n’y avait que cet homme pour lui offrir des frissons aussi délicieux traversant sa colonne vertébrale. Une promesse, faite de mots, et pour lesquels elle aurait aimé ne jamais douter, hélas. Elle avait bien trop souffert ces dernières années, pensé mourir lorsqu’elle s’éveillait dans le froid glacial d’un lit qui n’était pas celui qu’elle partageait alors avec lui. Comment survivrait-elle s’il l’accusait de nouveaux maux et s’éloignait une fois encore ? Elle ne le pourrait pas, elle le savait. Ses lèvres auraient aimé souffler ses craintes, ici, maintenant, mais sa peau répondit d’instinct à ce qu’elle connaissait, ses paumes sur ses hanches, le feu de ses reins prêt à s’étendre pour qu’il l’apaise au mieux.

Ses lèvres de nouveau sur les siennes, et elle fond, incapable de se défaire de cette sensation de familiarité, qui pousse sa main à se caler derrière la nuque de son amant, tandis que l’autre se pose sur son bras. La passion s’emballe, elle se sent sur le point de craquer et de céder à celle-ci. Il en faut peu pour qu’elle relève la robe et ne fasse passer le message, tourment qu’elle souhaite voir apaisé. Déraisonnable dès lors qu’il est avec elle, elle reprend son souffle lorsqu’il se détache d’elle, se gifle mentalement pour reprendre ses esprits, pour apaiser son cœur qui bat à tout rompre. Il suffit pourtant de ces quelques paroles pour plus d’effet, et le glas sonne le trépas de la flamme. Combien de temps avait-elle attendu cette invitation ? Trop longtemps. Beaucoup trop pour que les choses soient si simples désormais.

La völva ferme les paupières, retient les perles salées qui voudraient certainement s’en évader. À regret, elle s’éloigne d’un pas, distance éphémère mais nécessaire pour mettre les idées au clair, poser les mots sur le refus qu’elle s’apprête à prononcer. Elle expire la prophétesse qui n’a pas vu cela venir, avant de poser de nouveau ses prunelles différentes sur l’élu de son cœur, le seul et unique. « Je ne peux pas. » Et pourtant, elle le désire plus que tout. Elle veut se plonger de nouveau dans ses bras, puis ses draps. Elle veut rire de nouveau à ses plaisanteries, et sourire sous son regard. « Je le voudrais vraiment Freymar. Plus que tout au  monde… Mais les choses ont changé… J’ai souffert pendant sept ans de ton absence, et je commence seulement à m’en remettre. J’ai peur que tu ne me rejettes à nouveau et que je n’y survive pas. » Ses phalanges essuient une larme qui s’est égarée. « Je ne supporterai pas être de nouveau chassée. » Pas encore. « Et ma mère est tombée malade, je ne peux pas la laisser seule. Et Fënyr… il… » Elle s’interrompt, se détourne, fait dos. La sentence est tombée, tandis qu’elle pose ses deux mains sur son visage, cherche le courage dans ses ténèbres ponctuelles. « C’est ton fils. Le garçon que tu as vu avec moi tout à l’heure. C’est ta chair et ton sang. » Les dieux l’avaient prévenue. Ce jour devait arriver. « Je ne pouvais pas te le dire. Pas avec ce que tu pensais à l’époque. Je ne voulais pas qu’il soit rejeté comme je l’ai été. » Elle lui fait face de nouveau, décomposée. Comment un moment aussi beau pouvait il tourner au cauchemar ? « Il ne mérite pas que je fasse passer mon bonheur avant le sien. » Expie t’elle. « Je suis profondément désolée de te l’avoir caché. C’est l’unique trahison de ma vie. » Elle triture le tissu de sa robe, prête à entendre la nouvelle sentence qui risque de s’abattre sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Jeu 27 Avr - 14:58

La main qui s'accrocha à sa nuque fut la bienvenue et l'ardeur avec laquelle elle répondit à sa propre passion ne fit rien pour affaiblir le désir qu'il sentait gronder en lui. Eussent-ils été dans un autre endroit, Freymar n'aurait pas parlé, se serait contenté de lui prouver à quel point il se souvenait encore de tout, même de après sept ans d'ostracisme non mérité. Il se serait fait pardonner à sa propre manière en lui rappelant à quel point leur corps s'accordaient toujours comme au premier jour. Cependant, ce fantasme alimenté par sa frustration et son impatience de cette femme qui s'était dénudée devant lui à peine quelques jours auparavant, ne semblait pas fait pour être assouvi en ce jour. En effet sa proposition fit reculer la volvä, à son grand étonnement. Alors sa frustration grandit, mais avant qu'il ne puisse demander pourquoi, elle le devança et lui donna ses raisons.

Il s'apprêtait à protester lorsque la révélation le frappa de plein fouet. Le géant vascilla, soufflé par ce qu'elle venait de lui annoncer. Un fils. La volvä lui avait caché un fils. Sept ans maintenant qu'il avait engendré et sept ans privé de la vue de sa descendance, ignorant jusqu'à son existence. La colère gronda devant cette trahison, plus grande encore que tout ce qu'elle aurait pu lui faire subir. Pourtant cette colère était balayée par l'idée même que le sang de son sang parcourait la terre en ce moment même, privé de père, tout comme lui était privé de fils. Il fit un pas en arrière et se pencha, posant ses mains sur ses genoux pour s'appuyer, reprendre ses esprits.

-Fënyr ? Répéta-t-il d'une voix blanche. J'ai un fils nommé Fënyr.

Il était prêt à retourner à la ville immédiatement, en courant, tant pis pour le matériel dont il faisait grand cas à peine quelques minutes plus tôt. Il voulait voir cet enfant, le connaître, s'imposer à lui comme son père. Quel enfant, quel petit homme regretterait le retour d'un père après tout ? Soudainement, il se mit à rire, d'abord doucement, puis de plus en plus fort alors que son hilarité allait croissante. Il franchit les deux pas qui le séparaient de Karah et la souleva dans ses bras, la faisant tourner avant de la reposer et la tenir à bouts de bras, le sourire aux lèvres.

-Femme, je ne passerais pas une journée de plus sur cette terre sans connaître ce fils que tu m'as offert sans me le dire. Lui as-tu parler de son père ? Sait-il qu'il en a un ?

Il la lâcha et se retourna en se passant une main dans les cheveux, courts pour le combat. Son fil avait-il l'étoffe d'un guerrier ? Le rendrait-il fier ? Il ne supporterait pas de se rendre compte qu'il avait engendré une chiffe molle. Sept ans, donc encore six avant qu'il ne soit digne de recevoir les bracelets qui feraient de lui un homme. Encore quelques années de plus et Fënyr pourrait participer aux raids avec lui, piller les côtes et gagner sa place au Valhalla à ses côtés. Des années pendant lesquelles Freymar pourrait s'appliquer à aimer sa mère et à lui donner des frères et des sœurs avec qui continuer de grandir et sur qui veiller. Pour ça cependant, il lui faudrait la confiance de sa mère et c'était pour l'instant la seule chose qui se dressait entre lui et ses objectifs. Empli d'une détermination nouvelle et sans faille, il se tourna vers elle et vrilla sur ses yeux un regard saturé d'une obstination qu'elle ne connaissait que trop bien avant de lui prendre les mains pour les embrasser.

-Épouse-moi. Tu dis que tu n'as plus confiance, que tu crains d'être blessée, alors épouse moi. C'est une garantie que jamais je ne te chasserais à nouveau car je serais lié à toi d'une façon plus forte que nous ne l'ayons jamais été. Je serais le mari que j'aurais du être et pour Fënyr, je serais le père que j'aurais du être. Je ne t'en veux pas de m'avoir caché son existence, parce que tu le faisais par loyauté pour lui et la loyauté est quelque chose qui m'est cher. Ma loyauté, je te l'offre aujourd'hui, ainsi qu'à notre fils. Devient ma femme et seul la mort nous séparera.

Son regard brûlant ne la lâchait pas une seconde, ajoutant du poids à ses mots. Il était mortellement sérieux, pour ce fils il était prêt à l'épouser. Pour elle-même, il était prêt à l'épouser. À présent il savait de qui parlaient les Dieux lorsqu'elle lui avait rapporté leur parole, à leur dernière rencontre. Un être à qui se vouer. Son fils. Fënyr.

-Karah je suis persuadé que nous sommes fait pour être ensemble. Sept ans de séparation et ma passion pour toi n'as pas décru d'un pouce. Il n'y a aucune femme que je souhaite avoir plus à mes côtés que toi, aucune femme à laquelle j'ai voulu me dévouer plus que toi. Tu me dis maintenant qu'ensemble, nous avons engendré un fils, cadeau des Dieux qui ont béni notre amour. Ne reviens pas vivre chez moi si tu ne le souhaites pas pour le moment, mais accepte de m'épouser.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Sam 27 Mai - 15:03

Elle la perçoit sans peine, cette étincelle de fureur dans le regard de son ancien amant, de l’homme de sa vie et plus encore. Ses phalanges jouent avec le tissu, attendent l’orage qui ne tardera plus à lui tomber dessus. Sans doute le géant sera t’il aidé de Thor dans sa fureur. Les secondes lui parurent une éternité, sans que jamais la voix ne vienne se hausser, ou que le fiel ne coule hors de ses lèvres tentatrices. Le silence, et l’incrédulité. La surprise face au géant qui ploie devant elle, comme si, pour la première fois de leur vie commune, elle avait réussit à le mettre à genou, à remporter le combat. Elle cesse de jouer avec le tissu écru de sa robe, observe la scène qui lui paraît irréelle. Le nom du fils est prononcé, rendant la sentence plus réelle que jamais. Puis la folie semble s’installer doucement, alors que la bouche laisse un rire se sauver, atteindre ses oreilles. La völva ignore comment réagir face à cela, jamais encore elle n’a vu son géant agir de la sorte. Pas plus qu’elle n’a vu venir la réaction suivante, n’a pas le temps de se raidir ou même de reculer tandis que l’homme se redresse et détruit la distance qui les sépare.

Les pieds ne touchent plus le sol et le ciel tourne autour d’elle, ou est-ce elle qui tourne ? Elle n’en sait rien, tandis qu’elle retrouve la fermeté de la terre, toujours prisonnière des bras du soldat. Il transpire une joie qu’elle ne lui connaissait pas. Mais ce n’est rien à côté de ses paroles, qui la laissent elle-même sans voix. Ne vient-il pas d’annoncer fermement qu’il ne passerait pas une journée sans connaître leur fils ? Elle l’observe, de ses prunelles différentes, écarquillés sous la surprise. Elle balbutie, peu certaine qu’il l’écoute, car déjà il lui tourne le dos, se comporte d’une manière qui ne lui ressemble pas, ou qu’elle a oublié. Alors elle se tait, parce que le silence lui semble bien plus aisé.

Mais tout va bien trop vite, même pour elle, car a peine à t’elle réussit à reprendre un semblant de contenance que le géant se précipite de nouveau sur elle, embrassant ses mains et assenant un coup bien plus violent que tous les autres. La prophétesse ignore ce que son visage renvoie, si elle a conservé ses couleurs ou si elle a brusquement pâlie. Elle ne sait rien de tout cela, car ses prunelles ne quittent plus le géant, se libère d’une main pour la porter à sa bouche. A t’elle jamais entendu plus belles paroles de la bouche du père de son fils ? Peut-être la première fois qu’il lui a fait une déclaration. Mais celle-ci est sans conteste la plus belle. Sous le coup de l’émotion, elle ne parvint à maintenir les perles salées qui coulent sur ses joues. Il continue de parler, expose les raisons, arrondie les angles, et finalement, sa main libre glisse sur sa joue pour le ramener vers elle, pour que ses lèvres se posent de nouveau sur les siennes et que d’un murmure, elle n’offre sa réponse. « Oui. » Oui, bien sûr qu’elle le voulait, tandis qu’elle lui offre toute cette passion qu’elle a toujours retenue pour lui seulement. « Bien sûr que je le veux ! » Lui répond t’elle entre plusieurs baisers. Comment pourrait-elle refuser ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Dim 28 Mai - 1:26

Alors qu'il se dévoilait à elle, Freymar voyait Karáh perdre ses couleurs, loin de réussir à conserver cette convenance qu'elle affectait depuis qu'ils s'étaient éloignés tout deux dans les bois. De son discours, Freymar en pensait chaque mot. Il était prêt à l'épouser sur le champ, ici même, dans cette forêt si cela avait été possible avec son approbation. Il était prêt à lui vouer sa vie à présent qu'il était certain que cette femme était celle faite pour lui. Et lui pour elle. Quant à son fils, qu'elle accepte ou non de l'épouser, il le rencontrerait et il l'aimerait comme un père se doit d'aimer la chair de sa chair. Il forcerait son admiration. Il le pousserait à l'aimer, à vouloir lui ressembler.

Cependant, c'était bien la réponse de la mère qu'il attendait pour le moment. Une réponse qui déterminerait le cours de leur avenir à tous les deux. Un mariage pouvait être défait, mais cela ne voulait pas dire qu'il fallait le faire à la légère. Freymar était certain d'être capable de se donner entièrement à elle puisque c'était ce qu'il avait fait pendant de longues années avant leur séparation violente et injustifiée. Pourtant, elle l'avait déjà rejeté une fois aujourd'hui et serait sans doute capable de le refaire s'il ne s'était pas montré suffisamment convaincant.

Aussi, c'est avec une joie féroce et un soulagement palpable que Freymar lui laissa libérer ses mains pour qu'elles s'emparent de son visage, avant que la femme qu'il aimait ne s'empare de ses lèvres. Oui. Il n'avait besoin de rien d'autre. Elle l'avait dit. Elle le lui montrait en l'embrassant avec plus d'abandon que quelques minutes plus tôt et Freymar ne pouvait que sentir son cœur s'embraser sous cette passion qu'elle lui réservait et cette perspective d'avoir à nouveau dans sa vie une femme qu'il désirait plus que n'importe quelle autre.


_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t326-i-m-the-one-at-the-sail-i


Karáh Sæther
VOLVÄ - tisseuse du destin.

behind the shield.
POSTS : 157
SEPTIMS : 521
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : smoke&mirror
FACECLAIM : marie avgeropoulos › smoke&mirrors

AGE : Voilà près de vingt-sept années qu'elle frôle la vie et la mort, qu'elle laisse ses prunelles différentes observer le monde.
STATUT CIVIL : Créature infidèle aux coutumes, elle s'est vue mère avant d'être mariée, regrettable nuit sans lune. Son fils, Fënyr, n'est rien de moins que l'ombre de son père.
METIER : Elle est née pour écouter et servir les dieux, Völva roÿale de Solstheim.
LOCALISATION : Incapable de tenir en place, la créature va là où les dieux lui murmurent de se rendre. Les heures peuvent défiler autant que les jours avant qu'elle ne daigne réapparaitre.

INVENTAIRE : joker n°1 › une dague qu'elle garde toujours sur elle › son manteau noir aux pierres bleues signe qu'elle est une völva › quelques plantes et herbes ramassées au détour d'un chemin › un sac de runes ›

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Mer 14 Juin - 18:17

Il lui avait manqué. Ses lèvres lui avaient manqué, son souffle, son être. Nulle perspective en réalité, n’était plus attrayante que celle de retrouver l’homme dont elle était tombée amoureuse des années plus tôt. N’y eut-il eu Fënyr né de leur union et qu’elle souhaitait préserver d’un changement trop brutal, qu’elle aurait certainement accepté de rentrer chez lui, chez eux, cette petite maison dans laquelle elle avait évolué pour devenir plus qu’une simple völva, mais aussi une future épouse. Après des années de séparation, ce rôle allait enfin lui incomber. Elle ne tiendrait pas seulement les clés de la demeure, elle pourrait fonder un foyer légitime et se réveiller autant que se coucher aux côtés de ce géant qu’elle affectionnait tant.

Enfin la souffrance prenait fin après tant d’années. N’eut-elle été en train de l’embrasser qu’elle en aurait pleuré, de joie, de soulagement… Mais ses lèvres étaient déjà occupées, répondant à un baiser dont elle avait presque oublié la danse.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t328-freymar-hrorek-he-who-can


Freymar Hrorek
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 263
SEPTIMS : 756
ARRIVAL : 04/03/2017
IDENTITY : Jostophe
MULTILINK : Sidroc Grimrsen
FACECLAIM : Tom Hopper (smoke&mirror et arté)

AGE : 32
STATUT CIVIL : Célibataire
METIER : Garde royal
LOCALISATION : Solstheim

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   - Lun 19 Juin - 23:09

Freymar n'était jamais tombé amoureux de Karáh, car tomber n'était pas le mot juste. Il se souvenait de l'avoir voulu dès l'instant où ses yeux s'étaient posés sur elle, de s'être subitement trouvé incapable de penser à autre chose que leur prochaine entrevue lorsqu'il avait commencé à lui faire la cour, d'avoir soupçonné les dieux de s'être mêlé de ses sentiments, puis d'avoir soupçonné Karáh elle-même de lui avoir jeté un sort qui le rendait à ce point fous d'elle. Non, Freymar n'était pas tombé amoureux de Karáh, il serait plus correct de dire qu'il avait été littéralement asservit par la Völva, un seul regard de ces yeux si différents ayant suffit pour le faire sien à jamais. Il se souvenait de la première fois qu'ils s'étaient frôlés, joueurs, mais plus encore de la première fois qu'ils s'étaient étreins, consumés comme si rien d'autre n'avait d'importance que le moment qu'ils étaient en train de vivre ensemble. Dès cet instant, le garde royal avait su que Karáh serait la femme qu'il épouserait, ou qu'il resterait seul pour toujours, car jamais il ne s'était senti aussi complet, aussi vivant que dans ses bras.
.

_________________
   
       (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Someone I've been missing ~ Karáh   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Someone I've been missing ~ Karáh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» List below with people that are alive and also missing
» pourquoi DSK a t il ete enferme?
» Dépotoir a images
» It's as if my heart knows you're the missing piece • Oméline
» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: SOLSTHEIM-
Sauter vers: