navigation.


 
 « Such a strange meeting [Aine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t217-enola-sivertsen


Enóla Sivertsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 499
SEPTIMS : 761
ARRIVAL : 25/02/2017
IDENTITY : Drathir
FACECLAIM : Olga Kurylenko (Praimfaya)

AGE : Trente-quatre ans
STATUT CIVIL : Divorcée
METIER : Chasseur
LOCALISATION : Isenseg

INVENTAIRE : joker n°1.
Un arc offert par sa famille auquel elle tient comme à la prunelle de ses yeux, un carquois plein de flèches. Un couteau de chasse à hauteur de la ceinture, un autre plus petit glissé dans la botte. Elle peut avoir également une besace lors de plus longs trajets contenant de l'eau, un peu de nourriture séchée, de la corde et une petite statuette de bois représentant une femme qui lui ressemble étrangement.
Elle a également quelques pièges en réserve qu'elle dépose à certains endroits stratégiques aux alentours d'Isenseg et elle va en vérifier les prises tous les jours.

Listen, listen. I would take a whisper if that's all you have to give, but it isn't. You could come and save me. Try to chase it crazy right out of my head.




(Asunn ♥️)

Sign Isenseg (Winter Soldier)
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: « Such a strange meeting [Aine]   - Mer 19 Avr - 15:55


Such a strange meeting.
Aine & Enóla


Enóla s’était levée tôt, une fois de plus, et avait tenu à partir chasser seule, laissant à Enkil le soin de s’occuper de sa ferme. De cette façon, la jeune femme avait pu prendre connaissance sereinement des environs, s’imprégnant de la forêt qui ressemblait fortement à celle qu’elle connaissait à Isenseg. Malgré le fait que sa venue en ces contrées soit une première, la chasseresse s’avéra être suffisamment habile pour trouver une proie de bonne taille malgré tout, un butin qu’elle s’empressa d’offrir à cette famille qui avait pris soin d’elle depuis son arrivée. Touchée par la générosité des Iversen, la brune estimait que c’était le moins qu’elle puisse faire et si elle s’était tenue prête à participer à d’autres tâches pour le reste de la journée, l’on envoya gentiment paître. Une fois de plus la générosité des occupants de la maisonnée la touchait profondément et ce fut dans un sourire en guise de remerciement, et d’excuse à la fois, qu’elle les laissa occuper leur quotidien à leur guise tandis qu’elle-même pouvait désormais profiter du temps qui lui était offert pour découvrir pleinement le village. Après tout, elle n’était pas réellement là pour des vacances et si sa curiosité se satisfaisait de tout ce qui pouvait lui sembler nouveau, elle n’en avait pas moins pour objectif d’apprendre ce qu’elle pouvait sur la popularité du jarl des environs. Ce fut pour cela que, délaissant son arc à la ferme mais conservant son couteau de chasse à la ceinture et un autre plus petit dans la botte, la jeune femme se décida à parcourir les environs. Elle ignorait tout de Skogen et bien que la matriarche Iversen lui ait quelque peu expliqué comment était organisé le village, Enóla avait tout à découvrir, se laissant de ce fait porter par son instinct et ses pas, dans le plus grand des hasards. Plus vite qu’elle ne l’aurait cru, elle finit par arriver à hauteur de ce qui semblait être une autre ferme. Si ce n’est que, plutôt que de larges champs labourés, la brune voyait déjà s’étendre au loin de larges prés, des chevaux s’y élançant déjà. Largement intriguée par la présence des équidés, elle n’hésita pas plus longtemps pour s’avancer afin de satisfaire sa curiosité.

L’espace d’une seconde, Enóla s’interrompt dans sa marche dès lors qu’elle perçoit une silhouette plus loin. Craignant de déranger, elle aurait été prête à faire demi tour si sa raison ne l’avait pas rappelée à elle, lui soufflant que de partir aussi promptement attirerait forcément la méfiance. Ce fut donc dans l’optique de se présenter, afin de dissiper tout potentiel malentendu, que la chasseresse brisa la distance qui la séparait de la jeune femme plus loin. Plus elle s’avançait, plus elle comprenait qu’il était véritablement question d’une jeune femme, bien plus jeune qu’elle. Cette simple vision la renvoie aux souvenirs de sa propre jeunesse, trop lointaine à son goût parfois, où l’innocence guidait encore ses pas. De l’innocence, à moins qu’il n’était question d’un optimisme qui avait fini par se heurter aux diverses épreuves de la vie. Enóla était plus cynique, plus méfiante, moins prompte à attendre de la vie un bonheur absolu. Cela ne la rendait pas moins souriante, juste un peu moins naïve sûrement. Un peu moins belle aussi, en un sens. En tous les cas, sourire il y aura de nouveau dès lors que le vert de ses yeux captera cette chatoyante chevelure, des mèches blondes telle qu’elle en aura longuement envié dans sa jeunesse. Se postant face à la concernée, hochant doucement la tête en guise de premier salut, l’inconnue n’attendit guère plus longtemps pour s’adresser à elle,  d’une voix douce, polie, qui mettait tout de suite en confiance. Enóla n’attendit pas longtemps pour s’excuser, un large sourire aux lèvres. « Je m’excuse, je ne suis pas d’ici et je m’étais fait un devoir d’en découvrir un peu plus sur la région. Vos chevaux m’ont intrigué et j’ai commencé à m’avancer. Comme vous m’avez remarqué de loin, j’ai jugé préférable de venir me présenter, plutôt que de vous laisser croire que j’étais un mauvais présage. Qui sait, il aurait été aisé de penser qu’elle n’était qu’une voleuse venant jauger le lieu avant de revenir plus tard commettre ses méfaits. Le doute aurait été permis et la chasseuse préférait de ce fait dissiper celui-ci avant même qu’il ne commence à naître.  Je m’appelle Enóla. Se présente-t-elle rapidement, le regard brillant et inclinant doucement la tête une nouvelle fois comme pour signifier qu’elle était enchantée par cette rencontre. Vous élevez ces chevaux ? » Demanda-t-elle alors rapidement, jetant un bref coup d’œil sur le côté comme dans l’espoir de voir passer l’un des équidés en question. Mais il n’y a rien, les deux femmes étant désormais trop proches de la maison pour avoir le moindre aperçu sur ce qui pouvait se faire dans les pâtures d’à côté. La brune tenait également ainsi à savoir si son interlocutrice était seule, ce qui lui semblerait bien dangereux et étrange. Elle lui aurait volontiers demandé cela de but en blanc, mais cela aurait été trop intrusif à son goût et elle ne tenait pas à attiser méfiance ou suspicion quelconque.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 618
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: « Such a strange meeting [Aine]   - Dim 30 Avr - 23:51



Such a strange meeting

Aine & Enóla





Aine était en train de terminer de préparer son cheval. Elle avait un dernier entrainement à effectuer avant de pouvoir le vendre. Elle avait déjà trouvé un acheteur, il avait une idée assez précise de ce qu’il voulait. Un cheval énergique, fort avec tout de même de l’endurance et une bonne réactivité. Aine avait tout de suite pensé à ce cheval et cette dernière séance serait la preuve finale qu’elle ne s’était pas trompée. La jeune fille se mit en selle et se mit rapidement au galop, filant vers les bois. Il avait un bon souffle, répondant tout de suite aux jambes. C’est à la vitesse du vent qu’ils disparurent parmi les arbres. Le changement de lieu de l’effrayait absolument, se contentant de suivre le chemin que son cavalier lui indiquait. Un tronc d’arbre sur la route, il le sauta sans aucun souci. Le pied sûr et bien dans sa tête, Aine prenait énormément de plaisir sur son dos. Une légère pression sur les rênes et l’animal repassa au trot puis au pas. La pente qui terminait le chemin était assez raide. Il passait d’un galop soutenu à un pas posé et réfléchi. Retour au trot, passage dans un ruisseau sans encombre. La cavalière en était sûre, il était prêt et s’il n’avait pas encore eu d’acheteur, elle se le serait garder pour elle. Le tour en forêt continua ainsi sans aucun souci. Pas besoin d’épuiser la bête plus que de raison, Aine repassa au pas et prit le chemin pour rentrer à la maison. La journée s’était encore une fois bien vite écoulée et si elle ne voulait pas être rattrapée par Nótt, Aine devait se dépêcher de rentrer. Le soleil commençait à se cacher derrière la cime des arbres quand elle sortit de la forêt.

Elle profita de son retour pour observer la vue sur la ferme. La maison en contre bas et les chevaux tout autour. Aine aimait cette vue plus que tout. Elle repensa à sa mère, quand elle tenait la maison. Tout était si simple quand elle était encore vivante. Et Sven aussi… Aine sourit en se disant qu’il était maintenant trop occupé à festoyer avec Odin pour regarder en direction de Skogen. Et enfin ses pensées se tournèrent vers Hilde. Cette petite écervelée de sœur. Aine n’arrêtait pas de se rappeler, Hilde c’est elle à son âge avec plus de caractère. Et c’était peut-être pour ça qu’elle était aussi dur avec elle. Enfin en parti… D’ailleurs en rentrant à la maison, Aine aperçut sa jeune sœur, assise sur une pierre non loin de la maison. Elle ne connaissait que trop bien Hilde, elle profitait de cet endroit pour laisser son esprit s’échapper, s’envoler au loin avec les nuages. Mais ce qui l’interpella le plus, c’était cette silhouette féminine avec elle. Une femme aux cheveux noirs. Bien qu’Aine fût encore loin pour la distinguer parfaitement, elle ne lui disait rien. Elle en était certaine, cette femme ne venait pas de Skogen. Et par principe, l’aînée des Iversen se méfiait des étrangers. Elle partit à leur rencontre. Elle n’aimait pas savoir sa petite sœur avec des inconnus, même s’il s’agissait d’une femme. Elles peuvent parfois être bien plus dangereuses que les hommes. Arrivée à leur hauteur, Aine salua alors l’étrangère « Bonsoir » Et de la voir en face, ses doutes se confirmèrent, la jeune femme ne venait pas de leur village. Afin d’être un peu tranquille et qu’elle soit à l’écart de tout ça, Aine renvoya sa sœur « Hilde, rentre à la maison, père a besoin de toi. » Bon officiellement elle n’en savait rien mais c’était de toute façon fort probable. La jeune fille tourna les talons et se rendit à la maison un peu plus en hauteur. Avant d’entamer la conversation, Aine se laissa quelques secondes pour jauger son interlocutrice. Elle semblait avoir beaucoup voyagé et d’être même un peu fatiguée. Mais si Aine se méfiait des étrangers, ce n’était pas pour autant qu’elle les mettrait dehors à grands coups de pied. « On peut vous aider ? » Elle s’était peut-être perdue ou avait besoin de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t217-enola-sivertsen


Enóla Sivertsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 499
SEPTIMS : 761
ARRIVAL : 25/02/2017
IDENTITY : Drathir
FACECLAIM : Olga Kurylenko (Praimfaya)

AGE : Trente-quatre ans
STATUT CIVIL : Divorcée
METIER : Chasseur
LOCALISATION : Isenseg

INVENTAIRE : joker n°1.
Un arc offert par sa famille auquel elle tient comme à la prunelle de ses yeux, un carquois plein de flèches. Un couteau de chasse à hauteur de la ceinture, un autre plus petit glissé dans la botte. Elle peut avoir également une besace lors de plus longs trajets contenant de l'eau, un peu de nourriture séchée, de la corde et une petite statuette de bois représentant une femme qui lui ressemble étrangement.
Elle a également quelques pièges en réserve qu'elle dépose à certains endroits stratégiques aux alentours d'Isenseg et elle va en vérifier les prises tous les jours.

Listen, listen. I would take a whisper if that's all you have to give, but it isn't. You could come and save me. Try to chase it crazy right out of my head.




(Asunn ♥️)

Sign Isenseg (Winter Soldier)
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: « Such a strange meeting [Aine]   - Mer 3 Mai - 2:08


Such a strange meeting.
Aine & Enóla


La jeune femme à laquelle elle s’adressait n’aura finalement pas le temps de répondre que déjà une nouvelle voix se faisait entendre, s’accaparant l’attention de la chasseuse. Relevant les yeux en direction du bruit, ce fut une autre demoiselle, visiblement un peu plus vieille bien que le doute demeurait permis, qui s’approcha. Si Enóla avait tenu à se montrer pour éviter tout quiproquo, elle était désormais quelque peu mal à l’aise de voir quelqu’un d’autre arriver. Indéniablement, elle se sentait plus que jamais étrangère et estimait que l’on le lui reprochait très vite. Elle avait à peine eu le temps de s’adresser à son interlocutrice que déjà la nouvelle arrivante conseillait à cette dernière de rentrer voir leur père. Bien que ne pouvant être fixée, la chasseresse estimait qu’il s’agissait là d’un simple subterfuge pour qu’elle ne puisse pas communiquer avec la jeune blonde. Faisait-elle donc si peur que cela ? Certes elle ne devait pas être la plus belle des environs, devant paraître un peu crasseuse malgré le repos qu’elle se sera déjà procurée à la ferme d’Enkil, et sa fatigue demeurait encore réelle. Mais de là à soupçonner qu’elle voulait forcément du mal… Ceci dit, elle était sûrement mal placée pour critiquer, elle-même ayant déjà sauté à la gorge de parfaits inconnus par simple méfiance. Sa nouvelle interlocutrice cherchait sûrement à défendre ses proches, dans le doute. Cependant cela suffisait à Enóla pour comprendre que l’accueil que l’on réservait aux gens de passage à Skogen n’était peut être pas le plus courtois du monde. Etais-ce lié à la présence du jarl actuel, globalement peu apprécié de ce qu’elle avait pu en entendre ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, la brune ne broncha pas lorsque l’on se posta à sa hauteur, et ne chercha pas non plus à échapper au regard discret mais néanmoins inquisiteur que l’on posait désormais sur elle. Finalement, l’on daigne s’enquérir des raisons de sa venue ici, la politesse était de vigueur et cela suffit pour la détendre quelque peu. On n’irait pas -pour le moment- la chasser à coup de couteau.

« Je suis désolée si je vous dérange, comme je l’expliquais je suis une voyageuse qui a eu la chance d'être hébergée dans une ferme voisine, et j’ai profité d’un peu de temps libre pour visiter les environs. Polie, calme, elle cherche à se présenter sous un jour favorable pour gommer la première impression, peut-être mauvaise, qu’elle avait pu faire. Là encore, à croire que c’était une habitude que de penser qu’elle était pétrie de mauvaises intentions. Ne s’offusquant pas toutefois, la jeune femme se contente de préciser sa pensée en désignant les champs un peu plus au loin d’un simple signe de tête. J’étais intriguée par vos chevaux, je viens d’Isenseg et je dois admettre que l’élevage n’est pas ce que nous pratiquons le plus. Je voulais donc les voir de plus près et j’ai préféré me présenter à votre… sœur ? Conclut-elle dans une brève hésitation, estimant que ce qui était le plus logique dans l’immédiat. Plutôt que de vous laisser douter de mon honnêteté à me voir ainsi rôder dans les environs. Avec le sale temps qui régnait dans les montagnes, trouver de quoi nourrir des chevaux relevait presque de l’impossible aussi était-il rare que quelqu’un ne s’occupe d’en dresser, d’où sa curiosité, sans parler du fait qu’il s’agissait de nobles animaux qu’elle appréciait tout particulièrement. Comme tout le monde sûrement. Conservant le silence l’espace d’un instant, la chasseuse reprit un peu soudainement, comme si elle prenait conscience du fait qu’elle avait oublié l’essentiel : Je m’appelle Enóla, par ailleurs. » Conclut-elle pour de bon dans un sourire.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 618
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: « Such a strange meeting [Aine]   - Mar 20 Juin - 15:32



Such a strange meeting

Aine & Enóla





Les étrangers, Aine s'en méfiait. Elle pouvait alors paraître quelqu'un ayant l'esprit fermé mais avec toutes les histoires, les relations tendues que Skogen entretient avec le reste du pays, la viking avait de quoi s'inquiéter. On ne savait jamais trop qui pouvait frapper à notre porte et il ne faudrait pas être imminente völva pour comprendre que la ferme des Iversen, légèrement placée à l’écart du reste du village, ne comptait que deux jeunes filles et un homme invalide. Autant dire, des cibles faciles pour un groupe un tant soit peu organisé. Aine devenait peut-être paranoïaque, à force... C'est pourquoi Aine préféra envoyer sa petite sœur chez elle, on ne sait jamais. Bien qu'évidemment, Hilde était moyennement ravie de se voir congédier. Une voyageuse à Skogen. Elle avait certainement plein de choses à lui raconter. Et ça L'aînée des filles n'était pas vraiment pour. Quand Hilde prit le chemin pour rentrer, Aine demanda à l'étrangère ce qu'ils pourraient faire pour elle. Était-elle perdue ? Cherchait-elle quelque chose ? Ou même avait-elle besoin d'un cheval ? L'éleveuse était tout de même partagée entre son inquiétude, voulant éloigner les étrangers, et sa nature à aider les autres. De plus par cette question, Aine espérait pouvoir rapidement la congédier. L’aider dans sa recherche et la voir partir. Manquait-elle d’hospitalier ? A n’en point douter ! Aine avait appris à se méfier de tout et surtout de tout le monde. Surtout qu’elle remarqua le couteau de chasse à la ceinture de la jeune femme et elle ne douta pas qu’elle sache s’en servir. Aine préféra alors rester sur ses gardes, cherchant à voir ce qu’elle voulait.

« Je suis désolée si je vous dérange, comme je l’expliquais je suis une voyageuse qui a eu la chance d'être hébergée dans une ferme voisine, et j’ai profité d’un peu de temps libre pour visiter les environs. » Le calme émanait de cette personne, une véritable différence avec l’éleveuse qui elle ne dégageait que méfiance et distance. Aine fut aussi étonnée par la prestance de la voyageuse que par sa réponse. Sa curiosité fut titiller et elle demanda alors « Qui vous héberge ? » Selon qui ouvrait sa porte aux inconnus, l'éleveuse se sentirait - ou non - rassurée. Puis l'étrangère lui parla de pourquoi elle était venue ici, de sa curiosité pour leur élevage. C'est vrai que l'élevage de chevaux n'est pas l'activité la plus répandue en Norvège. Et c'était ce qui avait fait la force des Iversen. Réussir à trouver le bon équilibre entre le nombre de chevaux, le terrain qu'ils avaient à leur disposition et les vendre à un bon prix. Cela n’avait pas été facile à mettre en place mais son père avait réussi et Aine tenait à garder cet héritage. La jeune fille apprécia d’ailleurs l'honnêteté de la voyageuse. Car voir quelqu’un qu’elle ne connaissait pas rôder autour de la ferme n’aurait pas rassuré les vikings. Elle se mit alors à espérer que ce n’était pas une démarche pour gagner sa confiance mais elle finit par se dire qu’elle était beaucoup trop sur la défensive et qu’il serait temps qu’elle se calme. « Aine » répondit-elle à la présentation de la voyageuse, ajoutant un sourire, essayant de paraître plus agréable qu’aux premières minutes de leur rencontre. Pour continuer dans son élan de sympathie, elle poursuivit « Qu’est-ce qui vous amène à Skogen ? » Les gens venaient rarement au coin le plus reculé de la Norvège juste pour visiter. Surtout avec les décisions du jarl du village. Son envie de se séparer du reste du pays, de rejeter les accords passés avec la famille royale. Skogen été rapidement devenue une ville à éviter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t217-enola-sivertsen


Enóla Sivertsen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 499
SEPTIMS : 761
ARRIVAL : 25/02/2017
IDENTITY : Drathir
FACECLAIM : Olga Kurylenko (Praimfaya)

AGE : Trente-quatre ans
STATUT CIVIL : Divorcée
METIER : Chasseur
LOCALISATION : Isenseg

INVENTAIRE : joker n°1.
Un arc offert par sa famille auquel elle tient comme à la prunelle de ses yeux, un carquois plein de flèches. Un couteau de chasse à hauteur de la ceinture, un autre plus petit glissé dans la botte. Elle peut avoir également une besace lors de plus longs trajets contenant de l'eau, un peu de nourriture séchée, de la corde et une petite statuette de bois représentant une femme qui lui ressemble étrangement.
Elle a également quelques pièges en réserve qu'elle dépose à certains endroits stratégiques aux alentours d'Isenseg et elle va en vérifier les prises tous les jours.

Listen, listen. I would take a whisper if that's all you have to give, but it isn't. You could come and save me. Try to chase it crazy right out of my head.




(Asunn ♥️)

Sign Isenseg (Winter Soldier)
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: « Such a strange meeting [Aine]   - Dim 30 Juil - 17:10


Such a strange meeting.
Aine & Enóla


Enóla comprend la méfiance et la suspicion qui émane de son interlocutrice. C’est pour cela qu’elle ne s’offusque guère et prend soin à se montrer sous son meilleur jour, demeurant calme et polie et gratifiant la jeune femme face à elle de sourires aussi réguliers que sincères. De toute manière, la chasseresse avait beau avoir ses secrets et ses raisons d’être ici, cela ne changeait rien au fait qu’elle ne voulait pas le moindre mal à la personne qui lui faisait face ou à sa famille. En vérité elle ne voulait de mal à quiconque ici et espérait bien pouvoir profiter d’un séjour paisible malgré ses errances au sein du village et la curiosité qu’elle pouvait éveiller chez ses habitants. Ce fut pour cela qu’elle n’hésita pas à expliquer comment elle avait fini par atterrir ici, évoquant la famille qui avait eu l’extrême gentillesse de l’héberger et de l’aider à soigner les plaies liées à son voyage jusqu’ici. La brune ne manqua d’ailleurs pas de constater que cette information avait éveillé quelque chose chez son interlocutrice, comme une lueur curieuse, un regain d’intérêt. Enóla comprit qu’il fallait exploiter cette faille, pourtant elle ignorait comment le faire. Elle se doutait qu’une mauvaise réponse, même inconsciente, lui fermerait des portes, mais elle n’était qu’une étrangère, incapable de ce fait de deviner la réponse que voulait entendre la jeune femme face à elle. Incapable donc de miser sur autre chose que sur son honnêteté, Enóla répondit rapidement : « Les Iversen. Enkil n’avait pas l’air ravi d’avoir une étrangère dans les parages mais je ne lui ai donné aucune raison de se méfier de moi, sa mère et sa sœur sont quant à elles d’une bonté sans nom. » Et elle espérait sincèrement avoir un jour l’occasion de leur rendre la pareille. Pour l’heure toutefois, Enóla préfère reprendre ses explications, précisant sincèrement qu’elle n’avait guère voulu passer pour une voleuse, ou pire, en se contentant de rester au loin et, afin de parfaire son discours, elle finit par se présenter. Un autre pas en avant qui porte ses fruits étant donné que l’habitante d’Isenseg peut enfin mettre un nom sur la blonde lui faisant face : Aine.

Plus le temps passait et plus la chasseresse comprenait que son interlocutrice était certainement, d’une certaine façon, en charge de la demeure. Sa façon de couver sa sœur et sa méfiance prouvaient en tous les cas qu’elle avait des responsabilités et qu’elle ne comptait pas y déroger, l’hospitalité et l’amabilité passaient en second plan et qui était-elle pour juger cela ? Hochant doucement la tête dans un sourire pour signifier avoir entendu le prénom de l’éleveuse de chevaux, cette dernière ne manqua pas de poser de nouvelles questions bien que sur un ton plus aimable qui incita la brune à poursuivre la conversation. Peut-être qu’à force de persévérance elle n’aurait plus l’impression de se heurter à un mur. « La curiosité bien sûr, répond-elle alors comme s’il s’agissait d’une évidence. S’autorisant un sourire plus large que les autres, la brune finit par hausser les épaules avant de reprendre son explication, son regard détaillant les environs comme pour appuyer ses propos : Je n’ai jamais véritablement quitté Isenseg, je n’en éprouvais pas forcément l’envie à vrai dire, mon foyer suffit à mon bonheur. Mais je vieillis et… Je me suis simplement dit qu’il serait dommage de mourir aussi bête, avec en mémoire les simples images des régions que je connais depuis l’enfance. Je veux donc voir, au moins une fois, ce qui m’entoure. J’ai commencé par Skogkatt, il y a de cela pas mal d’années, et le village m’a laissé un affreux souvenir. Aujourd’hui, je veux découvrir Skogen et d’une certaine façon je suis déjà dépaysée. Elle se souvenait de sa réaction lorsqu’elle fut partie chasser avec Enkil pour la première fois. La forêt des environs n’avait rien à voir avec celle qu’elle connaissait à Isenseg, et ici les habitations étaient tellement éloignées les unes des autres que cela différait énormément du mode de vie qu’elle connaissait. Ramenant son regard en direction de son interlocutrice, elle finit par conclure dans un sourire. Et quand j’aurais fini ici, j’ai l’intention d’aller à Solstheim également. Il faut garder le meilleur pour la fin à ce qu’il paraît, soit dit sans vous vexer. Loin d’elle l’intention de critiquer Skogen, qu’elle ne connaissait à peine, mais il fallait admettre que les rumeurs et les ragots étaient plus cléments avec la capitale qu’avec le village qui accueillait les forges les plus efficaces du pays. Conservant le silence un instant, elle hésita et, préférant qu’Aine ne se mette pas à l’assaillir de questions peut-être indiscrètes, la jeune femme reprit rapidement la parole, une lueur excitée au fond des yeux : Je peux voir vos chevaux ? » Demande-t-elle dans un sourire, espérant avoir l’occasion de les voir de plus près évoluer dans leur environnement.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: « Such a strange meeting [Aine]   -

Revenir en haut Aller en bas
 
« Such a strange meeting [Aine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Such a strange meeting [Aine]
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» Meeting with the infinity
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: SKOGEN :: HABITATIONS-
Sauter vers: