navigation.


 
 beyond the veil (+) osten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 502
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: beyond the veil (+) osten   - Sam 22 Avr - 13:56



beyond the veil

Aine & Osten





« On est vraiment obligée d’y aller ? » Hilde n’arrêtait pas de poser cette question, vraiment pas emballé par l’idée de devoir assister à une exécution. Aine, quant à elle, soupira. Elle non plus n’aimait pas ça. Elle trouvait ça malsain et à part asseoir davantage la tyrannie du jarl Aldarik, cela ne servait à rien. Pour une nouvelle fois, l’aînée des Iversen expliqua que oui elle devait y aller. Le condamné était un ancien partisan des Digh. Le jarl était persuadé qu’il s’était mis à comploter pour l’assassiner, sur quoi il demanda son arrestation et depuis peu, l’annonce de son exécution pour trahison était tombée. Les Iversen était proches des Digh, tout le monde le sait à Skogen, ce n’est un secret pour personne. Et avec cette annonce de trahison et de mise à mort, Aine était inquiète. Car après tout, le jarl pourrait un jour avoir des soupçons sur cette famille. Bien qu’un viking estropié et deux filles seules, cela n’effraie pas grand monde… Mais c’était pourquoi il fallait absolument que l’on voit les Iversen à cette exécution. Qu’elles affirment leur position de soutien au jarl. Bien qu’il faille être honnête, Aine aurait préféré qu’Aldarik ne devienne jamais jarl. Mais elle se gardait bien de le dire à tout le monde. Aine et Hilde avaient fini de se préparer, Henrik quant à lui ne pourrait pas les accompagner. Le chemin jusqu’au village était long et en pente. C’était trop fatigant pour lui. Ses filles le représenteraient, bien que de les laisser voir une exécution publique ne l’enchantait guère. Cette tyrannie ne lui convenait pas de toute façon… Les deux filles se mirent en route afin de ne pas être en retard.

Comme pour tout événement important à Skogen, l’exécution aurait lieu à la place du chêne, au centre du village et devant la maison du jarl. Quant Aine et Hilde arrivèrent, il y avait déjà du monde devant la bâtisse. Une estrade avait été mise en place pour que tout le monde puisse bien profiter de ce spectacle sordide. Il ne fallut pas plus de quelques minutes pour que tout le Skogen soit rassemblé. Les jeunes filles se frayèrent un chemin pour être plutôt devant. Non pas pour profiter au mieux de l’exécution mais pour que le jarl les remarque. Ce dernier ne tarda pas à sortir de sa maison, monta sur l’estrade et entama un discours. Comme quoi, c’était un grand jarl, qu’il faisait tout pour son peuple, pour que Skogen soit forte et que cela le désole de voir que certains l’attaquent encore et toujours. Qu’il méritait sa place et qu’il n’accepterait pas les trahisons. Aujourd’hui Ulrik Hansson en faisait en les frais. Il avait comploté contre lui, avait voulu le renverser et maintenant, il allait payer. A l’entente de son nom, Aine eut un frisson. Elle connaissait bien Ulrik, c’était un gars un peu bourru mais bien. Il méritait d’aller au Valhalla et non de mourir sur le billot. Certains le huèrent quand il arriva mais la jeune éleveuse était plutôt remplie de tristesse. Mais son regard se tourna vers le bourreau et son cœur manqua un battement. Son cerveau se retrouva dans l’incapacité de réfléchir, complètement déconnecté de la réalité. Elle reconnaissait le bourreau, elle l’avait déjà rencontré et mieux encore, elle avait apprécié le peu de temps passé en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 215
SEPTIMS : 742
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Sam 22 Avr - 16:17



beyond the veil

Aine & Osten





Mon voyage fut bien plus long que prévu, et arriver enfin à Skogen était un soulagement. J'avais profité de retrouver un ami en chemin mais avait également perdu ma jument et rencontré des personnes bien différentes de celles de Solstheim. On m'avait prêté un âne pour quitter Isenseg, mais je devais le rendre sur mon chemin de retour et me trouver un cheval dans les deux jours avant mon départ. Le souvenir de la petite éleveuse de Skogen me vint alors en tête. Aine. Si tant est qu'elle n'assiste pas à l’exécution, je pourrais peut-être récupérer un destrier par son biais.
On m’accueillit en ville comme on m’accueillait partout : comme si la mort elle même venait passer la nuit à l'auberge. Le Jarl dont le comportement n'était pas de mon registre, insistât pour que le complotiste n'ait pas une mort rapide, ni sans souffrance ; il voulait faire de lui un exemple pour tous ceux qui auraient idée de le trahir. C'est d'ailleurs pour cela que j'étais là, sans quoi il aurait fait faire à ses hommes le sale boulot. Il passa en revu de nombreuses méthodes dont je tenta de l'en dissuader pour plus d'une, bien trop sanglantes pour le public à mon avis, mais son choix s’arrêta sur le découpage au couteau de chacune des vertèbres du malheureux ; il me faudrait donc lui ouvrir le dos et procéder à même la chaire, comme on le fait pour l'aigle de sang.

L'heure de l'exécution vint après une nuit un peu trop courte. On enferma Vaïle à l’intérieur d'une des stalles de l'auberge, et le petit monde afflua sur la grande-place dés l'aube. Le village était magnifique à la lumière d'or de l'aurore. La brume qui montait des ruisseaux et de la neige fraîche, couvrait les troncs des arbres et m'empêchait de voir l'horizon ; mais je n'étais pas là pour admirer le paysage et la voix du Jarl m'aida à m'en convaincre. Dur et froid, Aldarik pris son temps pour dire à son peuple ce qu'il avait à leur dire, et je fis de mon mieux pour n'afficher aucune expression. Tout cela ne me concernait en rien, ni l'homme qui allait mourir ce matin, ni la raison, ni  les décisions du Jarl. Je n'étais là que pour faire mon travail, et rien de plus. La Reine m'avait nommé Bourreau royal en applaudissant ma capacité à faire abstraction de mes émotions et de mes sentiments ; je devais donc faire honneur à sa parole en me concentrant sur ma tâche.
On plaça l'homme -que l'on déshabillât au passage- juste devant moi, les mains et les pieds attachés de chaque cotés à des troncs verticaux. Il était musclé et semblait fort, mais pas autant que la volonté du Wilhjelm. Le pauvre bougre était retenu sans aucun moyen de s'affaisser quand je commencerais. Le Jarl et ses hommes prirent place derrière nous, et la foule commença à s’exciter quand je sorti ma lame de son fourreau. N’acclamez pas un homme qui va mourir quand vous pourriez être le prochain.
Le couteau trancha la chaire comme si c'était du beurre, et je pris le temps de remonter par à-coups pour ne pas déchirer salement la peau. Jusque là, l'homme avait tenu bon, et se mordait certainement la langue jusqu'au sang pour ne pas donner la satisfaction au Jarl de l'entendre crier. Sous le brouhaha du peuple, je lui dis, dans le creux l'oreille : « Ulrik Hansson, si tu ne hurle pas, tu iras au Valhalla. Serre les dents, tiens bon. » Une fois la peau ouverte, j'avais encore à découper unes à unes ses vertèbres. Malgré la contre-indication du Jarl, je choisi d’être franc et rapide dans mes gestes : il y en avait 24 à faire, car on ne comptait pas celles du coccyx, et c'était déjà assez difficile comme ça. La première céda assez facilement, mais Ulrik bougeait trop sous la douleur pour que les autres ne viennent aussi simplement. Le sang qui coulait de la plaie de son dos, formait une mare autour de nous deux, dans laquelle je piétinais pour le maintenir en place tandis qu'il se contractait de souffrance. Cède à la mort mais ne crie pas.

La foule retenait son souffle, tout comme moi. Je me surpris à y jeter un regard, chose qui n'était pas autorisé pour les gens comme nous et sur lequel mon père avait longuement insisté. Mais si il me parlait des regards horrifiés de la familles et des gens vomissant, rien ne m'avait pas prévenu du regard bleuté sur lequel je mis un nom : Aine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 502
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Mar 25 Avr - 22:43



beyond the veil

Aine & Osten





La lumière dorée des rayons du soleil sur la place du chêne avait quelque chose de magique, de divin. Dommage qu’en cette matinée à Skogen, les dieux avaient décidé de prendre une vie pour l’avidité d’un autre. Aine n’avait jamais été très à l’aise avec les exécutions, bien qu’aucun membre de sa famille n’avait jamais été condamné à mort. C’était le principe d’ôter une vie de manière parfaitement arbitraire qu’elle n’arrivait à apprécier. Et l’exécution commença. Lui couper simplement la tête aurait été trop facile, pas assez spectaculaire. Il fallut que le jarl décide d’une mort lente et affreusement douloureuse. En voyant les gerbes de sang coulaient le long du dos formant une flaque sur l’estrade et entendant le bruit de la chaire que l’on tranche, Hilde ne put s’empêcher de détourner le regard. Aine attrapa sa tête avec douceur et vint la poser contre son épaule. Elle avait beau être stricte et pas toujours en accord, la grande sœur n’allait pas laisser la petite assister à ce sordide spectacle. Du haut de ses dix-sept ans, elle faisait parfois l’adulte mais elle n’était pas prête pour certaines choses. Quoique les exécutions, on ne peut pas vraiment dire que l’on soit un jour prêt. On ne s’y fait jamais vraiment, on apprend à vivre avec les images qui défilent devant nos yeux. A louer les dieux de ne pas être celui qui subit le châtiment. Aine détourna les yeux un instant et son regard se posa sur deux femmes. Helga et Frida, respectivement la femme et la fille d’Ulrik, pleuraient en silence. Que ce dernier n’entende pas la douleur qui les déchirait à cet instant. Comme lui ne montrait pas sa douleur pour que les portes du Valhalla s’ouvrent pour lui. A ses yeux, Ulrik méritait une mort honorable durant un raid ou une quelconque bataille. Pas comme ça.

Il lui fallut du courage pour obliger ses yeux à revenir se poser sur la scène. Sur l’homme qui exécutait ses mouvements. Précis, méticuleux. Aine n’arrivait pas à croire qu’Osten faisait ça. C’était impossible, ça ne pouvait pas être lui. L’homme attentionné qui l’avait protégé de la tempête ne pouvait pas être celui qui exécute froidement quelqu’un. Elle serra son poing, sentant les ongles lui rentrer dans la paume. Et se mit à haïr l’homme devant elle. Elle ne regardait plus le condamné, oubliant la foule à ses côtés. Elle ne voyait plus que lui. Son sang bouillonnait dans ses veines. Si elle s’écoutait, elle monterait sur l’estrade pour lui cracher son venin. Mais elle devait se contenir, attendre le funeste dénouement. Puis la vie quitta le corps d’Ulrik. Sans un cri, sans un appel. Un vrai viking. Aine espéra maintenant que Brunhilde ou tout autre walkyrie viendrait rapidement l’emmener festoyer auprès d’Odin. Il l’avait plus que mérité. L’exécution terminée, petit à petit, les habitants de Skogen retournèrent à leur activité. Hilde et Aine commencèrent à en faire de même quand l’aînée s’arrêta « Rentre à la maison, j’arrive. » Elle ne savait pas pourquoi elle restait là, pourquoi elle avait besoin d’aller le voir et de s’expliquer. Elle n’arrivait pas à croire ce qu’elle venait de voir et peut-être, cherchait-elle une explication, une illusion de se dire que ça n’a pas eu lieu. Le jarl rentra chez lui, laissant le bourreau et ses hommes de main s’occupaient du corps. Helga et Frida le réclamant pour lui offrir des obsèques décentes. Aine, quant à elle, ne bougea pas. Restant devant l’estrade à regarder Osten. Elle ne savait pas quoi dire, ni même si elle allait savoir dire quelque chose. Et pourtant si elle était restée, ce n’était pas pour le regarder durant des heures. Là où elle lui avait accordé des traits dignes de Baldr, elle ne voyait plus que le visage manipulateur de Loki. Quand il descendit de l’estrade, Aine alla le rejoindre, n’ayant rien prévu de lui dire. Sa langue se déliait toute seule, sans que son cerveau ne prenne les commandes « C’est à croire que la mort te suit partout… » C’est la seule chose qu’elle réussit à lui dire, essayant encore de se contrôler avant de commencer à exploser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 215
SEPTIMS : 742
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Dim 30 Avr - 19:26



beyond the veil

Aine & Osten





La séance fut sanglante, bien plus torture qu'exécution à mon goût ; mais c'était là aussi mon métier. La souffrance.

L'âme d'Ulrik quitta son corps bien avant que j'en ai eu fini avec lui, et comme pour soulager ma conscience, il ne cria pas une seule fois. Le Jarl rentra chez lui dés que j’eus fini, et ses hommes m’aidèrent à ramasser le corps et à balayer le sang ; l'or rouge coula du bois de l'estrade pour venir éclabousser la terre humide, comme on le fait lors d'un sacrifice. Mais cette mort là n'avait rien d'une gloire pour l'homme dont la chaire était maintenant étendue vers le ciel. La femme et la fille du mort réclamèrent le corps pour lui offrir des obsèques décentes, et si je leur aurait donné avec un triste plaisir, les ordres étaient de le brûler dans une fosse ; mais je n'avais pas à m'occuper de cela, les hommes du Jarl en étant chargés.

Comme après chaque exécution, j'avais le cœur lourd, et le poids des regards chargeait encore un peu plus mes épaules affaissés ; la seule idée d'un rafraîchissement à l'auberge ou à l'hydromelerie me ferrait tenir jusqu'au lendemain, et l'envie de ne pas recroiser le regard de la jeune femme que j'avais accueilli sous la pluie à Solstheim était plus forte que tout. Tellement forte, qu'elle fit même venir Aine à moi. Alors que je descendais de l'estrade, les mains encore pleines de sang, et le visage tout aussi souillé, elle se tenait droite, beaucoup trop immobile, une rage intérieure me couvrant à travers son regard. Qu'allais-je lui dire : que je suis désolé de faire le métier que je fais, mais qu'il faut bien vivre de quelque chose ? Jamais elle ne voudrait l'entendre ou même ne comprendrait cette perspective. « C’est à croire que la mort te suit partout… ». Froide, sèche et mauvaise, si je n'avais pas autant étudié son visage la dernière fois, j'aurais pu croire que j'avais face à moi une toute autre personne. Que voulais-t-elle que je lui dise ? J'essuyais le sang encore frais sur mon bas et passais ma main passablement propre sur mon visage pour en enlever le maximum, certainement sans grande réussite. Je serrais les dents en lui répondant très bas : «A croire qu'elle apprécie ma compagnie. » Une colère monte en moi, contre moi même et contre Aine, que je croyais être une sorte d'élue, bien plus bonne que tout le monde ici-bas, qui comprendrait alors, qui me comprendrait. Visiblement j'ai un don particulier pour mon tromper. Sans lui accorder à nouveau un regard, je lui tourne le dos et me dirige vers l'auberge où je pourrais me laver de tout ce sang qui tache continuellement mes mains et mon âme, un peu plus définitivement à chaque fois. Les seuls mots que j'arrive à articuler après ça, sont : «  Ravi de te revoir aussi, Aine. » Mais je le fais assez fort pour que d'autres l'entende. Qu'elle honte serais-ce alors pour elle d'avoir déjà été en compagnie d'une ignominie comme moi ! Elle avait pourtant l'air d'apprécier ma présence la fois d'avant… Pauvre créature mortelle, moi qui ai cru qu'elle pourrait venir des cieux, forme incertaine de Freya ou de Frigg.

Elle n'est qu'une de plus de ces enfant n'ayant que le dégoût à la bouche et incompréhension dans la tête.   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 502
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Mer 10 Mai - 13:57



beyond the veil

Aine & Osten





Cette rencontre était des plus inattendues. Quand Aine pensait à Osten, elle s’imaginait une rencontre agréable, comme la dernière fois. Une rencontre où elle aurait pu continuer à le connaître, à le voir s’ouvrir un peu. Cette timidité fragile venait de se briser en mille morceaux pour montrer une âme plus sombre, teintée de pourpre. Il était loin le chasseur de Solstheim, envolé et Aine commença à se demander s’il avait réellement existé. Loki se serait-il déguisé en Baldr pour s’amuser d’elle ? Elle ne saurait le dire, ce qu’elle savait c’était qu’elle voulait lui cracher son venin. Dire à Osten à quel point elle été déçue. Elle pensait qu’il valait mieux que ça. Sûrement à tort, elle ne le connaissait pas après tout. Sur une seule rencontre, comment peut-on dire que l’on connait la personne après tout ? Sans vraiment savoir quoi lui dire, Aine été allée le voir. Qu’importe ce qu’il dirait, à un moment, elle devrait lui dire tout ce qu’elle a sur le cœur. Le ton employé par la jeune femme est froid de base et la réponse d’Osten ne se fit pas attendre « A croire qu'elle apprécie ma compagnie. » Ce ton désinvolte, cette manière presque hautaine de lui répondre. Nan mais il se prenait pour qui ? Aine bouillonnait, elle n’avait qu’une envie c’était de lui hurler dessus. Pourquoi est-ce qu’il faisait ça ? Quel plaisir malsain tordu de tuer comme ça ? A quel moment dans sa vie, Osten s’est dit, tient et si je faisais bourreau ? Cette question lui brûlait les lèvres, les mots serraient sa gorge. Et quand elle le vit partir, sur le coup, elle aussi lui tourna le dos pour rentrer chez elle, faire comme si elle ne l’avait connu, que cette journée de pluie chez lui n’avait pas existé, qu’elle n’avait pas eu d’importance. Mais ses muscles se crispèrent, non elle ne pouvait pas rentrer comme ça, elle ne l’avait pas attendu en bas de l’échafaud pour juste lui dire trois mots et repartir. Elle fit alors demi-tour et le suivit en direction de la taverne. Elle l’intercepta avant qu’il ne rentre dans la bâtisse. « Pourquoi Osten ? »

C’était tout ce qu’elle avait à dire. Pourquoi ce choix, pourquoi obéir bêtement ? Pourquoi n’avait-il pas choisi quelque chose de plus simple ? Quelque chose qui ne l’aurait pas rebuté… Elle mit de côté cette réflexion égoïste pour se rappeler de la victime « Ulrik ne t’avait rien fait. » Elle rectifia plutôt « Il n’avait rien fait. » C’était un homme bon, un ami proche de son père. Ils partaient en raid ensemble, avaient grandi ensemble à Skogen. Chacun avait réussi à trouver sa voie, à fonder sa famille. Et tout était terminé. Mais il était innocent, ça Aine en était sûre. Et à défaut de pouvoir le crier à Skogen tout entier, c’était Osten qui prenait. Il payait pour la rage qu’elle avait en elle de ce tyran qui se donne la permission d’exécuter pour son bon plaisir. « Comment tu peux tuer juste parce qu’on te le demande ?! Tu as vu sa femme et sa fille ?! » Comment Helga et Frida allaient elles vivre désormais ? Frida trouverait elle un jour un bon mari quand on a un père exécuté sur la place publique ? Ça Osten ne s'en posait pas la question, il se lavait de toute la misère que ses actions entraînaient. Il ne cherchait pas plus loin ? Alors que ses actions étaient certainement les plus lourdes de toute la Norvège. Et c’était ça peut-être qui énervait le plus Aine. Qu’il prenne des vies sans laisser l’autre se défendre. Dans un duel, les deux combattants se mettent en danger, même si l’un d’eux doit mourir. Le vaincu a eu sa chance, il n’a pas su être à la hauteur. Là, Osten ne laissait aucune chance, il abat froidement, comme un boucher découpe un bœuf. C’était ça qu’elle n’acceptait pas, qu’elle ne comprenait pas. Mais pas sûre qu’Aine ait envie d’entendre et de comprendre… 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 215
SEPTIMS : 742
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Dim 21 Mai - 13:02



beyond the veil

Aine & Osten





« Pourquoi Osten ? »
, elle m'avait rattrapé et me bloquait maintenant l’accès à l'entrée de l'auberge. Et toi, Aine, pourquoi ? Pourquoi n'aurais-tu pas pu rester chez toi ce matin, prétendre une maladie et ne jamais voir ça ? Rester dans ta jolie maison que tu m'as si bien décrite et que je voudrais voir de mes propres yeux, entourée des plaines de Skogen et des poulains de ton élevage. Mais non, c'est trop beau, trop facile ! Il faut que tu sois là, aussi haineuse que les autres, si ce n'est plus encore. « Ulrik ne t’avait rien fait. Il n’avait rien fait. » me dit-elle, comme si je ne le savais pas très bien cela. Car c'est pareil pour tous. Je ne fais jamais rien par vengeance, juste par devoir, car les fils de bourreaux le sont à leur tour. « On ne me demande pas de juger ou non l'innocence d'un homme... ». J'haussais le ton, et ma voix était soudainement plus forte. Les gens autour croyaient certainement que je lui parlais ainsi car une femme n'a pas à avoir ce genre d'attitude avec un homme, mais la raison était bien plus profonde, propre à nous deux. J'avais vu ce que je voulais voir en cette fille, et maintenant l'illusion passée, la déception était telle que j'avais comme l'impression qu'elle me trahissait, alors qu'il n'avais jamais été question d'autre chose que de courtoisie entre nous. « Comment tu peux tuer juste parce qu’on te le demande ?! Tu as vu sa femme et sa fille ?! ». Aine atteignait là un point de non retour. Je ne pouvais plus me tenir face à elle et devant tout ce monde en restant passablement aussi calme. Évidement que j'avais vu sa femme, et sa fille, et toutes les autres femmes, mère, filles, ayant elles qui avaient pleurés sur les victimes que je faisais. Mais pourquoi ne comprenait-elle donc pas que je n'était que l'arme de l'exécuteur pour faire le travail, comme la hache tenue par le boucher. Je ne suis pas commanditaire du crime, juste ce qui est utilisé pour le réaliser. Blâme-t-on la hache pour le crime d'un voisin sur un autre pour une histoire de terres ? Non.

J’attrapais Aine par le bras, et malgré ses protestations, l’entraînait avec moi derrière la dite Auberge, loin des regards et des oreilles indiscrètes.  Elle se reculait aussitôt que je relâchais mon emprise, mais avant qu'elle ne prenne la fuite, je lui disait : « Je tue parce que je ne suis bon que à ça !». Mon regard se logeait dans le sien, et je n'osais plus m'en défaire. « Appel moi comme tu veux : bête, monstre, animal… Il n'y à que ça que je sache faire correctement : abstraire toute mes émotions, et exécuter des ordres. Je n'ai pas l'âme d'un guerrier, ni celle d'un artisan. Je suis un pauvre orphelin qui aurait fini esclave ou mort de froid dans la neige si je n'étais pas tombé sur mon père, l'homme que tu as vu la dernière fois ! M'imagines-tu lui dire : Merci de m'avoir sauvé la vie et élevé comme un fils, mais non, je ne vais pas respecter la tradition et devenir bourreau comme toi, car c'est très mal perçu par le peuple ? ». Je marque un temps de pause. Je voudrais m'avancer, ou même encore la toucher, prendre sa main pour mieux encore lui faire comprendre, mais jamais je n'arriverais alors au résultat souhaité. Je n'ai que les mots pour moi, et les dieux savent que je ne sais que trop mal comment les utiliser. «  Nous sommes ce que nous sommes, Aine. Tu es de ces gens qui sont bons, et visiblement, je suis de l'autre coté… des mauvais. Ne t'acharne pas sur moi, tu n'arriveras qu'a te blesser encore plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 502
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Ven 26 Mai - 23:53



beyond the veil

Aine & Osten





Aine ne savait pas vraiment ce qu’elle cherchait en se mettant face à Osten. Des réponses ? Pas sûr qu’elle ait envie de les entendre. Une raison à son choix de vie ? Non plus. Elle demandait le pourquoi sans avoir réellement envie de le savoir. Elle n’était pas prête à comprendre. Ses oreilles étaient sourdes à toute explication qu’elle recevrait, comme ses yeux étaient aveuglés par tout le sang qu’elle avait vu coulé. Elle resta un instant à le regarder, attendant cette réponse qu’elle ne souhaitait pas entendre. Pendant une seconde, elle se dit qu’elle ferait mieux de partir, quelle que soit la réponse, Aine n’aurait pas envie de savoir. Mais il lui agrippa le bras, le serrant un peu trop fort. La jeune fille essaya de se débattre, elle avait déjà la prédiction qu’elle finirait vieille fille, tenir tête à un bourreau ne serait qu’une nouvelle chose à ajouter à sa liste. Ils arrivèrent derrière l’auberge où Aine réussit à échapper à l’emprise du bourreau. Elle plongea alors son regard dans le sien. Un regard mêlant le défi et l’envie de revoir ce qu’elle avait vu lors de leur première rencontre. Il n’était pas juste un exécuteur, il ne pouvait pas être ça. « Tu as pourtant un libre arbitre. Tu n’es pas qu’une arme qui ne peut ni penser ni prendre des décisions. Tu te réduis à ce que tu n’es pas… » lâcha la jeune femme. Ou alors c’était Aine qui avait vu trop de choses en lui. Qui s’était imaginée qu’Osten était un homme bon, un peu timide voire antipathique mais pas comme ça. Pas aussi froid, insensible et sanguinaire. Il n’y était presque pour rien dans cette image qu’Aine s’était faite de lui. Et pourtant par cette exécution, tout avait été brisé, parti en mille morceaux. Elle ne savait si c’était parce qu’elle s’était sentie bien chez lui, qu’elle avait pu mettre de côté la fille d’écurie. Et avec ça, elle avait l’impression qu’il lui enlevait cette partie. Ce moment sous la pluie. Aine refusait de croire qu’elle avait pu se tromper car la déception n’en était que trop grande.

Puis Osten continua à essayer de s’expliquer, de lui faire comprendre pourquoi il faisait ça. Et la révélation lui fit un électrochoc. L’homme qu’elle avait vu n’était pas son père biologique. Pendant un instant, Aine s’imagina ce petit garçon frêle qui ne connaissait pas ses parents, qui apprenait qu’il été élevé par des inconnus. Elle n’arrivait pas à croire son histoire et surtout, devoir l’apprendre de cette façon, en le forçant à se justifier par cette révélation si personnelle. Finalement, ils n’étaient pas si différents, à reprendre le métier de leur père respectif, sans penser à ce qu’ils voudraient réellement faire. Toutefois ce métier déshumanisait la personne, on n’y voyait que le couteau et le sang. Elle ne voyait que tous ces hommes sur l’échafaud. Il n’y avait qu’un amas de sang autour de lui. Aine finit par détacher son regard d’Osten. Cherchant ses mots, cherchant quoi faire. Si elle pouvait aisément comprendre qu’il pouvait difficilement se présenter comme bourreau à leur première rencontre, elle aurait tellement aimé que cela se passe autrement. Sans vraiment savoir pourquoi. Comme elle, il faisait son devoir. Un devoir qu’elle ne comprendrait certainement jamais. Et sa gorge se noua en pensant qu’elle ne pourrait jamais le comprendre. « Du côté des mauvais… » répéta-t-elle. « Alors ce jour-là à Solstheim, là aussi, tu étais du côté des mauvais ? Tu as juste fait semblant d’être gentil pour aider une pauvre fille venue de la campagne. » Aine en était pourtant sûre. Ce jour-là, c’était le jour où elle avait vu son vrai visage. Elle n’avait pas encore eu le courage de le regarder à nouveau dans les yeux, affronter ses pupilles de saphir. Il avait peut-être raison, à s’acharner sur lui, c’est à elle qu’elle faisait du mal. Pendant un instant, elle pensa faire demi-tour, revenir sur ses pas, rentrer à la maison et faire comme si cet instant n’avait jamais existé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 215
SEPTIMS : 742
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Dim 23 Juil - 12:32



beyond the veil

Aine & Osten





« Tu as pourtant un libre-arbitre. Tu n’es pas qu’une arme qui ne peut ni penser ni prendre des décisions. Tu te réduis à ce que tu n’es pas… ». J'avais envie de lui hurler qu'elle ne me connaissait pas, qu'elle s'était fait des idées, exactement comme je l'avais fait avec elle lorsque nous nous étions rencontrés. Que j'étais même exactement ce qu'elle venait de décrire : une arme sans libre-arbitre, un instrument des hommes et peut-être aussi des dieux. Son regard se détacha du mien si brusquement, que je sus que tout ce que j'avais vu en elle était mort et terminé à présent.  « Du côté des mauvais… » répéta-t-elle. « Alors ce jour-là à Solstheim, là aussi, tu étais du côté des mauvais ? Tu as juste fait semblant d’être gentil pour aider une pauvre fille venue de la campagne. » Et là, tout ce qui s'était formé en moi qui se brisait. Pas en mille morceaux, non. Tout doucement. Comme une fissure qui parcoure la roche : lente, mais destructrice.
Le masque de non-sentiments dont je m'étais venté la possession juste avant n'était plus. Plus pour le moment. J'essayais tant bien que mal de me contenir, de ne pas lui montrer que j'ai vu en elle beaucoup trop de choses. « Ce matin-là, j'ai... » Commençais-je. Rien ne m'obligeait à me justifier, ni même à lui parler. Mais j'en avais profondément envie, car c'était bien la première à m'avoir vue différemment, depuis longtemps. À m'avoir vu comme je suis, comme un homme et pas un monstre. « Je ne faisais pas semblant. Je suis bien des choses, mais je ne suis pas un menteur.» Je m'avancais d'un pas, assez prés pour soutenir son regard même si elle n'en avait surement pas envie : « Je crois qu'on s'est juste tous les deux fait des idées.»

Sans attendre de réponse de sa part, je lui tournais le dos et partais je ne sais où, loin de mes illusions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t142-valar-morghulis


Aine Iversen
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 251
SEPTIMS : 502
ARRIVAL : 22/02/2017
IDENTITY : sayo
MULTILINK : ailill grímsson
FACECLAIM : sophie lowe (arté)

AGE : vingt trois ans
STATUT CIVIL : célibataire, elle n'a pas beaucoup le temps de se consacrer pour trouver l'amour
METIER : éleveur de chevaux, elle a repris l'élevage de son père, devenu incapable de le gérer
LOCALISATION : skogen

INVENTAIRE : joker n°1.

LOST ON YOU

it's not like you to say sorry, i was waiting on a different story. this time i'm mistaken for handing you. a heart worth breaking. and I've been wrong i've been down into the bottom of every bottle. these five words in my head, scream are we having fun yet?. nickelback
there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   - Jeu 14 Sep - 13:57



beyond the veil

Aine & Osten





La colère voilait les yeux d'Aine. Une colère qui parcourait ses veines, tel un poison rongeant son sang. Mais une colère pour quoi ? Après tout, elle ne connaissait pas Osten et n'avait pas la prétention du contraire mais pourtant... Pourtant elle avait autre chose en lui, s'été imaginée beaucoup d'autres choses sur lui. Et le fait qu'il soit bourreau ne lui avait jamais traversé l'esprit. C’était peut-être contre elle qu’elle était le plus énervée. Enervée d’avoir espéré autre chose, sûrement. De l’avoir jugé et imaginé sans le connaître vraiment. Elle s’été faite son idée mais il fallait qu’elle se rende compte qu’elle s’été trompée. L’homme qu’elle avait vu avait réussi à cacher un monstre. Ou c’est le monstre sur l’estrade qui cachait bien l’homme. Aine s’était mise à le juger, à le détester pour ce qu’il faisait parce que peut-être, elle avait espéré autre chose de lui. Elle n’osait pas dire mieux mais quelque chose de différent… Durant ces longues minutes face à face l’un de l’autre, l’éleveuse ne détacha pas son regard. Pourtant elle eut envie de tourner les yeux, de ne plus voir ses traits qui commençaient à lui devenir si familiers. Quand Osten se rapprocha d’elle, elle sentit son cœur accélérer. Elle releva légèrement la tête, comme prête à lui faire face. Elle n’aimait pas la tournure des événements et aurait aimé qu’il en soit autrement avec le bourreau. Mais il fallait croire que les dieux avaient d’autres projets pour eux. Que cette journée chez lui à Solstheim n’était qu’un bref moment agréable, une éclaircie avant la tempête. « Je crois qu'on s'est juste tous les deux fait des idées.» Il avait tellement résumé ce qu'elle ressentait par cette phrase. Elle ne sait pourquoi, elle sentit son cœur s'alourdir dans sa poitrine, comme s'il n'était plus maintenu et tombait en chute libre. Elle n'osa même pas le regarder partir. À son tour, elle prit le chemin pour rentrer à la ferme, Hildr devait commencer à s'inquiéter. Elle ne prêta guère attention aux regards des autres habitants de Skogen, trop concentrée sur ce qui venait de se passer. C'était peut-être bien mieux ainsi. Pour tous les deux...
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: beyond the veil (+) osten   -

Revenir en haut Aller en bas
 
beyond the veil (+) osten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: PARADIS DU RP.-
Sauter vers: