navigation.


 
 Un moment de besoin ~ Silke Thorsen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Un moment de besoin ~ Silke Thorsen   - Mar 2 Mai - 19:52

Sidroc observait la main de l'estimée Jarl d'Isenseg en grimaçant. On l'avait arraché à son propre repas pour venir évaluer la gravité d'une blessure qui venait tout juste de se rajouter aux bleus, bosses, brûlures légères et écorchures qu'il avait déjà examinées pendant une bonne partie de la matinée, toutes récoltées pendant le banquet raté d'un roi qui avait visiblement besoin de se rappeler qu'inviter des ennemis à une fête n'était pas le meilleur moyen de passer une bonne soirée. Cette blessure-ci cependant avait pour particularité de ne rien devoir à cette débâcle, puisque Silke Thorsen venait tout juste de briser un verre dans sa main.

-Il y a encore des morceaux de verre à l'intérieur, annonça-t-il sur un ton désapprobateur en jetant un coup d’œil au visage de sa patiente. Je vais devoir les retirer, ça risque de ne pas être agréable, mais je vous prierais de ne pas trop remuer.

Fort heureusement, Sidroc avait eu la présence d'esprit de ramener avec lui sa sacoche contenant à la fois les herbes qu'il transportait en toutes circonstances, des bandages, de l'alcool, ainsi que de quoi recoudre en cas de besoin, bien qu'il doutait que cela soit nécessaire pour cette fois. Il en sortit une pince fine en os qu'il observa un instant avant de hocher la tête et de prendre la main meurtrie de Silke dans sa main gauche, paume vers le plafond, alors qu'il approchait son ustensile des morceaux coupables de s'attarder dans ses chaires.

-Si je puis me permettre, vous avez bien fait de me faire appeler, ça n'en a pas l'air comme ça, mais sans soin ce genre de blessure peut rapidement s'infecter, déclara-t-il. Il sourit avec un air confiant, relevant brièvement les yeux de son travail. Mais n'ayez crainte, ça n'est pas aujourd'hui que vous perdrez votre main, ma dame.

Recommençant à se concentrer sur l'extraction des bouts de verre, Sidroc déposait chaque morceaux dans ce qu'il restait du récipient, préférant ça plutôt que de les poser sur la table. Une précaution qui était fort peu nécessaire lorsqu'on se rendait compte que le sang gouttait peu à peu sur la table, rendant poisseuse la main du guérisseur qui tenait celle de Silke sans même qu'il ne s'en rende compte. En effet l'explorateur avait depuis longtemps pris l'habitude de côtoyer le liquide carmin, bien que prenant garde à en verser le moins possible. Les blessures de guerre, les accidents, les entailles, tout ceci était son lot quotidien lorsqu'il était sur les routes. Gagner sa pitance et son toit revenait souvent à soigner l'un ou l'autre des habitants du village où il souhaitait rester, quand il ne s'agissait pas de réparer des clôtures, d'aider à refaire des réserves de bois, ou bien d'autres tâches du même acabit.

-Je pense que je les ai tous eu, s'avança-t-il en examinant une nouvelle fois la main sous tous les angles, cherchant à faire briller un éclat à l'aide de la lumière qui leur parvenait. Je vais pouvoir désinfecter, mais ça risque de piquer. Une nouvelle fois, j'apprécierais que vous ne bougiez pas trop.

Il posa sa pince à même la table, oubliant sa résolution d'épargner ou non l'entourage du repas du Jarl, non pas par volonté de l'incommoder, mais simplement parce que son esprit était bien trop concentré sur ce qu'il était en train de faire pour continuer de penser à faire attention à l'assiette de Silke. Il sortit un bout de tissu propre de sa sacoche, ainsi qu'une bouteille de taille raisonnable qu'il déboucha pour l'en imbiber. Reprenant alors la main de Silke, il commença à nettoyer les divers endroits où les morceaux de verre s'étaient enfoncés, la tenant fermement pour ne pas qu'elle lui retire sa main. Il nettoya le sang qui avait rougi la peau de la Jarl, puis tint le tissu pressé à l'intérieur de sa main en lui demandant de le tenir en appuyant le plus fort possible. Il prit alors de quoi faire un bandage dans sa sacoche, y ajouta quelques herbes préalablement broyées qu'il humidifia avec de l'eau contenue dans un verre encore entier se trouvant à sa portée, puis demanda à Silke de retirer le morceau de tissu qu'il remplaça prestement par son bandage. Il se recula ensuite d'un air satisfait.

-Et voilà qui est fait. Les herbes vont aider à la cicatrisation et aussi calmer le saignement.

Il allait commencer à ranger ses affaires, fier du travail accompli, lorsqu'il se rendit compte du chantier qu'était devenu le repas de la Jarl d'Isenseg.

-Par les Dieux ! S'exclama-t-il. Je n'ai pas fait attention à voter repas, toutes mes excuses, rajouta-t-il d'un ton légèrement piteux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Silke Thorsen
Jarl de Isenseg.

behind the shield.
POSTS : 343
SEPTIMS : 1360
ARRIVAL : 10/03/2017
IDENTITY : portgas.
FACECLAIM : katie mcgrath. (@arté.)
AGE : trente flocons tombés.
STATUT CIVIL : veuve depuis près d'un an, tu devrais te remarier mais n'en ressens pas encore l’intérêt.
LOCALISATION : Isenseg.

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Un moment de besoin ~ Silke Thorsen   - Lun 8 Mai - 0:36

un moment de besoin.

sidroc et silke


Tu les regardais, ces silhouettes, tournantes et virevoltantes autour de toi tel un ballet méticuleux s'affairant à te parer d'atours plus sophistiqués les uns que les autres. Les yeux dans le vague, tes prunelles céruléennes fixaient désespérément le reflet devant toi, cette image, cette ombre que te renvoyait l'immense miroir. Tu étais là, et tout le monde s'en était sorti aussi, et pourtant, tu avais laissé une partie de toi dans l'incendie; une portion de l'innocence que tu avais, un morceau de candeur perdu avec les flammes qui venaient grimper le long des pierres séculaires. Soudain tu l'as senti à nouveau, cette odeur... cette émanation lourde qui rongeait et grignotait ta poitrine. Tu fus prise d'une violente quinte de toux, si forte que tu t'empoignais le buste afin de garder tes poumons à l'intérieur, tu les sentais presque s'échapper, si tu ne savais pas que c'était là chose impossible; et ce n'est qu'après avoir craché une ultime fois l'air avarié que tu réussis enfin à décemment te redresser. — Pardonnez moi jarl Thorsen, je... Je ne voulais pas... Vous avez bougé si vite que je... Veuillez m'excusez... Je suis si confuse... — Tu haussais un sourcil, perplexe, jusqu'à enfin sentir ce léger picotement sur ta tête et, portant instinctivement une main sur l'endroit sensible, tes doigts se virent teints d'une fine trace rougeâtre. Si tu t'étais trouvée en ta demeure, tu sais que cela ne serait jamais arrivé, tant les mains expertes de ta camériste sculptaient ta chevelure de jais avec habilité, et ce, malgré quelques gestes imprévus; mais tu voyais derrière toi l'image de cette toute jeune fille paniquée et tu ne réussis à te résoudre à la blâmer. — Ne t'excuse pas mon enfant, je suis la seule fautive pour avoir ainsi remuer avec tant de force... — Si elle te rendit un sourire désolé, tu ne réussis pas à faire bouger les traits figés de ton visage; immuable depuis la veille...

Une fois apprêtée et, somme toute, admirablement bien peignée; tu te rendis dans la pièce où fut dressée à la hâte d'une table pour le repas et où tu retrouvais toutes les personnes de ton village t'ayant accompagnées pour cet événement. S'ils te saluèrent et te sourirent avec enthousiasme et déférence, tu décelais tout de même quelques messes basses, des mots chuchotés entre des lèvres à moitié closes... Si tu décidais de ne pas en faire la remarque à voix haute, tu espérais que les bruits de fonds cessent rapidement afin de se diriger vers une conversation aux circonstances moins dramatiques. Les minutes te parurent une éternité et, à ton plus grand désespoir, les échos de ragots continuaient à tourner autour de la table, à te venir par ondes floues et incertaines; ce que tu ne supportais pas, c'était cette manière de parler de toi sans te faire face, sans te le demander directement. Va-t-elle bien? Était-elle visée, avec le roi et l'autre jarl? Pourquoi ne dit-elle rien... D'ordinaire, tu serais restée de marbre devant de tels racontars, mais pas aujourd'hui; et, un verre dans la main, excédée et agacée, resserrant ton emprise sur le contenant cristallin, les jointures de tes doigts blanchissant à vue d’œil; tu finis par exploser. — TAISEZ-VOUS ! TAISEZ-VOUS TOUS ! — Interdits et déconcertés, le silence tomba telle une chape de plomb sur les convives rassemblés autour de la table; et si les hommes au loin retenaient leur respiration en attendant une parole de plus de ta part, c'est tout près de toi qu'une âme miséricordieuse s'enhardie et se décida à te faire une remarque, heureusement, constructive. — Ma jarl... Votre main, vous saignez ma Dame... — Les pupilles dilatées, les yeux écarquillés, tu baissais lentement la tête tout en remontant devant ton visage blafard ta paume meurtrie de laquelle s'écoulait, dans un filet subtil, le vermeil de tes veines; et, tout à la fois fascinée et blasée, tu réussis à déglutir calmement et à reprendre de manière placide. — Sortez; et faites quérir Sidroc, le guérisseur, je crains d'avoir recourir à ses services... —

Tu ne prêtas nullement attention à son arrivée, le reconnaissant simplement aux boucles charbonneuses entourant ce visage poupin lorsqu'il fut assez proche de toi pour observer ta main du bout de ses doigts. Le rebouteux te demanda de ne pas bouger s'il te l'était possible, et commença à s'affairer sur ta plaie brouillée. Tu esquissais un rictus désapprobateur lorsque la pince s'acharnait sur le premier morceau de verre prisonnier de ta chair, mais pourtant, tu restas impassible durant l'exploration de ta meurtrissure, de laquelle sortaient, encore et encore, d'infimes fragments dont tu ignorais même la présence et la quantité. Les gestes habiles et experts finirent par venir à bout des résidus de verre, ce à quoi tu répondis par un bref soupire de soulagement; au moins en avais-tu terminé avec cette première épreuve... L'alcool nettoyant la plaie fut aussi déchirant, si ce n'est plus, que les bords tranchants des éclats qui avaient traversé ta chair et, durant quelques secondes, tu regrettais de t'être si bêtement emporté. Serrant le tissu imbibé entre tes doigts, tu profitais des quelques instants de répits pour regarder Sidroc préparer les herbes qui, tu n'en doutais pas, viendraient panser ta peau à vif; tu respirais l'odeur un peu forte mais néanmoins agréable qu'elles dégageaient à mesure que l'explorateur les écrasaient et les amalgamaient entre elles; te rappelant un peu ce que ta belle-sœur avait l'habitude de faire lorsque vos enfants respectifs en venaient à rentrer à la maison, pieds et mains, genoux et coudes zébrés de petites coupures. Un tendre sourire vint étirer tes lèvres rubis aux souvenirs de ces instants de bonheur, mais tu fus péniblement ramenée à la réalité par l'apposition du cataplasme médicinal et du bandage prévu pour le maintenir; douloureuse et étrange sensation, à la fois dérangeante et salvatrice... — Et voilà qui est fait. Les herbes vont aider à la cicatrisation et aussi calmer le saignement. — Tandis que ton bienfaiteur se retournait pour s'atteler à ranger son attirail, tu en profitais pour délicatement faire bouger ta main, articulant tes doigts avec douceur, sentant les bords contusionnés de ta lésion frotter à t'en faire frémir l'échine; tu abandonnais avec pondération l'idée de parvenir la mouvoir à ton aise. — Par les Dieux ! Je n'ai pas fait attention à voter repas, toutes mes excuses. — Agitant ta main valide à son encontre, tu en profitais pour lui adresser ton tout premier sourire sincère de la journée. Le voir s'affairer auprès de sa blessée, si ardemment, à en oublier ce qui l'entourait; tu n'y voyais là aucune manière pour lui d'avoir à se faire excuser. Admirative de son travail, de sa patience et de sa dextérité; tu lui servis toi-même un verre de liquoreux et lui tendis avec amabilité. — Ne m'en veuillez pas de vous laisser boire seul, je pense éviter les verres de cristaux pendant encore quelques heures. — Un hilarité bienveillante s'emparait de toi, laissant échapper au travers de tes mâchoires relâchées un rire limpide et clair. — J'espère ne pas vous avoir dérangé durant votre repas, le mien fut plutôt frugale et maintenant... légèrement compliqué à reprendre ! — Tu fixais ton assiette où les aliments trônant à l'intérieur étaient souillés de ton propre sang et quelque peu éparpillés en dehors de la plate écuelle. — Partagerez-vous avec la niaise estropiée que je suis un morceau de pain ? — Tu profitais adroitement d'une ombre servante pour faire signe de rapporter une assiette nouvelle et fraîche à l'argonaute de Skogen; puis, en attendant, tu t'installais plus confortablement, laissant aller ton dos contre le bois massif du dossier de la chaise; portant à tes lèvres un gobelet de bois dont le contenu vint te chatouiller la gorge avec délice. — J'imagine n'être qu'une étourdie, comparée à ce que vous avez dû voir depuis ce matin... Des blessés graves à déplorer ? — Tu savais que, originaires d'Isenseg, d'aucun n'était victime du brasier, ou tout juste quelques contusions qui disparaîtront dans les jours à venir; mais mère d'un village, ton statut de jarl te poussais à demander des nouvelles des autres; comme si, pour une journée, il n'y avait plus aucune distinction entre les hameaux.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Un moment de besoin ~ Silke Thorsen   - Jeu 25 Mai - 22:57

À son grand soulagement, la Jarl d'Isenseg ne sembla pas se formaliser que Sidroc lui ai gâché son repas. Il mit un moment à comprendre que la raison pour laquelle elle n'en avait cure était tout simplement parce qu'elle n'avait pas à faire attention à la moindre assiette qu'elle obtenait. Sidroc avait passé tant de temps à manger sur le pouce, ne comblant jamais vraiment sa faim, qu'il avait l'impression d'avoir gâché un véritable festin. Bien entendu les choses avaient changée depuis que le guérisseur était revenu au pays, Aldarik veillait sur lui comme s'il eut véritablement été son frère de sang et le laissait manger à sa faim à chaque repas.

Lorsqu'elle souhaita lui offrir un verre, Sidroc le refusa poliment. Il avait besoin de garder ses réflexes affûtés pour soigner les blessés qui attendaient toujours, le travail était parfois délicat pour les brûlures les plus graves et il suffisait d'un geste de travers pour provoquer plus de mal que de bien. Il avait une réputation de guérisseur à tenir ici, à Solstheim, mais aussi dans toute la Norvège. Il était parti trop longtemps, il ne pouvait se permettre de laisser une mauvaise image à tout ces voyageurs venus à la capitale pour se réjouir et n'avait trouvé pour toute détente que la souffrance, la peur et parfois même la mort. Pourtant, Sidroc ne s'attarderait pas à la capitale, il partirait d'ailleurs dès le lendemain pour relater les faits à Aldarik. Le Jarl de Skogen trouverait sans doute les événements récents fort intéressants.

-Je crains de devoir refuser. Un guérisseur se doit de rester maître de ses gestes lorsqu'il travaille, même si cela me désole de ne pouvoir en profiter. En revanche, je serais ravi de rompre le pain avec vous, puisque vous me l'offrez.

Une servante ne tarda pas à exécuter l'ordre que Silke lui donna et apporta de quoi repaître le vagabond. L'assiette était bien remplie, pour le plus grand bonheur de Sidroc qui n'avait pas eu le temps de toucher à la sienne avant de se faire appeler en urgence. De toute façon, elle n'était pas aussi remplie que celle-ci et beaucoup moins appétissante. Sidroc n'était pas un hôte de choix, contrairement à elle et était logiquement moins bien traité, même s'il n'avait pas à se plaindre.

-L'incendie à malheureusement fait des victimes, quelques grands brûlés, des maladroits qui se sont blessés en voulant fuir trop vite les lieux et ont récolté des écorchures, des bosses, parfois même des os cassés pour les plus impressionnants.

Il commença à se servir dans l'assiette, observant la Jarl d'Isenseg. Il se demandait ce qu'elle pensait des événements de la nuit précédente. Sidroc n'était pas une personnalité importante, il n'avait donc pas le droit aux informations de première main, mais les Jarl de Skogkatt et Isenseg devaient sans doute avoir eu vent de détails que le reste de la plèbe n'était pas digne de recevoir. Un assassin venu s'en prendre au roi, un palais qui brûlait, une sombre déclaration venant d'une femme morte... il ne fallait pas être un génie pour savoir qu'au moins deux de ces événements étaient liés. L'assassin avait forcément un complice qui avait déclenché cet incendie. Quand à l'assassin lui-même, s'il avait été attrapé ou pas par la garde, Sidroc n'en savait rien non plus, mais nul doute qu'il avait pu leur fournir des informations intéressantes s'il s'était fait attrapé.

-Heureusement, il me semble que personne n'a perdu la vie dans ce triste attentat. Profiter d'un moment de célébration pour s'en prendre à la vie de notre souverain, voilà un geste digne d'un lâche.

Un lâche incompétent, en plus de tout. Non content de s'en prendre au souverain, il n'était même pas capable de l'atteindre. Non pas qu'il le regrettait, mais l'échec avait donc été complet, sur tous les plans. Une seule perte était à regretter, un garde royal ayant trouvé la mort en plus de cette femme investie par la parole des Dieux.

-De sombres jours semblent approcher, murmura-t-il en repensant aux paroles du Ragnarok.

Les Dieux qui l'avaient mis sur le chemin de la Norvège semblaient avoir décidé que Sidroc avait à partager le sort que son pays allait subir. Car il ne fallait pas être un génie non plus pour savoir que les soupçons allaient peser sur le seul village dont le Jarl n'avait pas daigné se présenter pour renouveler son serment d'allégeance à la royauté.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Un moment de besoin ~ Silke Thorsen   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Un moment de besoin ~ Silke Thorsen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un moment de besoin ~ Silke Thorsen
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: SOLSTHEIM :: PALAIS ROYAL.-
Sauter vers: