navigation.


 
 Men have iron claw (thëldr)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Thëa Fosturdóttir
Umagr - maudit par les dieux

behind the shield.
POSTS : 22
SEPTIMS : 452
ARRIVAL : 27/03/2017
IDENTITY : maelle + verveine.
MULTILINK : Osten (bg) Fölksonn.
FACECLAIM : emma watson + verveinecreation.

AGE : Environ dix-huit ans, elle n'en est pas certaine.
STATUT CIVIL : (Aucun).
METIER : Elle suit la meute partout où elle va, elle vole parfois dans les maisons et chasse tous les jours pour se nourrir, ainsi que les petits de sa famille.
LOCALISATION : Généralement prés Isenseg, il arrive que la meute s’aventure plus loin certaines saisons.

INVENTAIRE : Ne possède presque rien, quelques vêtements qu'elle vole chez les homme pour surmonter l'hiver mais si elle peut être nue, elle préfère. Elle n'a pas d'armes, si ce n'est ses crocs et ses griffes, ni outil particulier. Mais il y a bien une chose qu'elle garde toujours prés d'elle, s'est une petite amulette, pierre violette taillée en pampille qu'elle à un jour volé, simplement parce-que la beauté de l'objet la fascinait.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Men have iron claw (thëldr)   - Mer 3 Mai - 21:29


---------------
TYLDR X THEA

"Mens are babies with iron claw, and they kill other babies"
---------------




L'aube est levée depuis peu. La neige commence à fondre et le vert de l'herbe revient colorer les plaines ; le printemps arrive à temps cette année. Les arbres et les fleurs renaissent, et les eaux de fonte gonflent les cascades. Les montagnes n'en perdent pas pour autant leur manteau blanc, mais je ne suis plus obligée de porter toutes ces couches de tissus qui me protègent des engelures. Nue, comme je suis née, c'est ainsi que les choses doivent être, que je dois être. Je suis une enfant de la nature, comment disaient les hommes ; et étrangement, sur ça ils avaient raison : je ne veux pas de leurs superflus tant que je peux m'en passer. Je frissonne en y pensant, mais la caresse agréable du vent dans mes cheveux et sur mes jambes me fait cesser. Mes pieds retrouvent l'agréable contact avec la terre humide et les roches tandis que nous longeons la rivière pour que je puisse me laver. Le premier bain depuis l'hiver. Un bonheur.  Les plaines calmes, silencieuses, inertes. Le silence, le vent, quelques petits oiseaux chanteurs. L’odeur de la terre mouillée, du petrichor, qui emplit mes narines. Les quelques rayons de soleil dans mon dos qui jouent sur ma nuque, un pur bonheur. C’est à peine si le monde des hommes ne deviendrait pas, juste à ce moment, un lieu paisible où il fait bon vivre.

Je marche sur le rythme des pas de Faün. Son pelage perd sa couche d'hiver mais sa tête reste touffue ce qui lui donne un drôle d'aspect. Il quittera bientôt la meute pour aller se trouver une femelle, et me laissera seule avec les nouveaux jeunes. C'est peut-être une des dernières fois où il m’accompagne à travers ces bois. Je pose ma main sur son dos, ce qui le surprends, mais il semble ne pas s'en émouvoir. Les portées s’enchaînent, les petits aussi, mais je suis toujours un louveteau, jamais je ne grandis pour eux.

Je me jette dans l'eau dés que j'arrive sur le point des trois rocs. C'est une partie de la rivière où le courant est ralenti par trois gros roches qui font barrage et où je suis à l’abri des yeux indiscrets. On ne sait jamais où rodent les hommes, même si Faün est là pour veiller sur moi. Il se penche pour boire tandis que je caresse du bout des doigts la surface liquide miroitante. L'eau est froide mais douce, elle enveloppe ma peau et mes couches de pensées, comme si elles aussi, elle allait les laver. J'en avale un peu, et sens le liquide se répandre dans tout mon corps : cette eau pure est bien plus précieuse que l'eau de pluie. Je m'immerge complètement mais ne garde pas longtemps ma tête sous l'eau, angoissée de voir le monde disparaître si j'y reste trop longtemps. Puis j'attrape une pierre polie, la plus lisse sous mes pieds et  frotte mon corps avec pour me débarrasser de la crasse ; et tout en faisant ça, j'observe mon reflet. J'ondule comme l'eau, floue mais pourtant immobile. Ma peau est claire mais pleine de bleus et de cicatrices. Mes cheveux sont trop longs et ma tresse n'en est plus une. Je suis beaucoup trop humaine.

Faün entends avant moi des bruits de pas et relève la tête, avant de grogner et de reculer légèrement. Il y a un ou des hommes pas loin, ou un autre prédateur. Les battements de mon cœur s’accélèrent en pensant à un des mâles du village, mais c'est peut-être une fausse alerte de sa part. Je lâche doucement la petite pierre pour qu'elle ne fasse pas trop de bruits, et me hisse lentement sur un des rochers pour voir ce à quoi j'ai affaire. A quelques pas de l'eau, il y a des affaires d'hommes posés mais le propriétaire est un peu plus loin encore, de dos. Je retiens ma respiration, et étouffe un grognement. Examine, me dis ma conscience. Il y a peut-être des choses à voler. Dans un premier temps, je m'attarde sur les fournitures posées sur le sol. Une lame reflétant le ciel bien mieux que l'eau ne le fait, fige mon regard. Une des ces griffes d'acier dont le mal tue sans justesse. Je lève les yeux pour en observer le propriétaire.
Son corps est imposant, sa musculature particulièrement. Un guerrier ? Je me hisse sur les bras pour mieux voir. Il doit vouloir pêcher pour être à une telle heure prés de la rivière. Il se tourne de trois quart, et je me baisse presque immédiatement sans pourtant arrêter de l'observer. Il se penche pour ramasser quelque chose au sol, et la couleur de ses yeux me transperce bien plus que son étrange encre sur la peau. D'un bleu si clair que je pourrais croire qu'ils appartiennent à un de ces dieux dont les hommes parlent sans cesse. Mon ami de fourrure jappe, inquiet de me savoir si prés d'une de ces créatures de malheur, et l'homme semble l'entendre car il se retourne vers moi. Je me baisse rapidement, espérant qu'il ne m’aie pas vue. Si je récupérais cette lame, je pourrais me défendre bien mieux et tuer plus facilement ? Ou toujours l'échanger contre quelque chose à un passant ? Elle doit quand même être lourde, elle le semble en tous cas. Mais si il me vois, que fera-t-il ? Il m'attaquera avec ? Si il pêche vraiment, il ferrait mieux d'utiliser sa lance, alors ? Mais combien d'autres chances aurais-je de pouvoir voler une de ces lames si facilement ?

Dans un geste furtif, je tends la main vers le fer, prête à fuir au moindre mouvement brusque.



Lancé de dé:
 


Dernière édition par Thëa Fosturdóttir le Mer 16 Aoû - 17:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


The Ancient One
PNJ - maître du jeu.

behind the shield.
POSTS : 436
SEPTIMS : 1364
ARRIVAL : 04/08/2016
IDENTITY : a god has no name.
FACECLAIM : (c) nanda parbat.

compte pnj, ne pas mp.

there's a warrior.


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   - Mer 3 Mai - 21:43

Le membre 'Thëa Fosturdóttir' a effectué l'action suivante : LANCER DE DÉS.


'DÉ DU DESTIN.' : 2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Týldr Víðarson
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 223
SEPTIMS : 1116
ARRIVAL : 30/01/2017
IDENTITY : Thomas / Bangerang_Wiver
FACECLAIM : Travis Fimmel / ©Bang_Wiver / ©Dakini vava

AGE : 35 ans
STATUT CIVIL : L'esprit et le cœur aussi libre que le vent s’engouffrant dans les crevasses glaciales et escarpés d'Isenseg
METIER : Fermier / Guerrier
INVENTAIRE : Mon barda se compose d'une épée de bonne facture ainsi qu'une hache de taille plus réduite. Un bouclier robuste attelé sur mon épaule quand l'heure du combat se fait sentir. Des vivres, une source d'eau bien remplie. joker n°1.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   - Lun 15 Mai - 10:48



Men have iron claw

Thëa & Týldr




J'observe inlassablement l'eau qui s'écoule par delà les rochers. Mes doigts s'imprègne du liquide jouant et malaxant le fluide sans pour autant pouvoir le saisir. Mon esprit s'évade, l'air frais imprègne et gonfle mes poumons. J'écoute le son émit par cette rivière, reposante, apaisante je me sent serein pour entamer cette journée. Les timides rayons du soleil ont encore bien du mal à percer ce ciel de nuage gris. Le temps est pourtant propice pour se frayer un chemin à travers le courant et faire un brin de toilette. Je pénétrais progressivement dans l'eau froide, la morsure du froid n'était qu'un mauvais moment à passer. Je ne perdais pas de temps en futilité, j’immergeais jusqu'à la taille, torse, puis les épaules stoppant subitement mon avancée. Je contemplais autour de moi l'étendue de la création des dieux du panthéon nordique. Qui ne serait pas émerveillé par ces imperfections paressant pourtant si parfaites ? À mes yeux le monde aspirait à être découvert. Combien d'endroits comme celui-ci n'attendaient que mes yeux pour les contempler ? Yggdrasil l'arbre de vie pouvait bien être ici. Qui sait ce que les dieux nous réservent, peut être les croisons nous sans le savoir. Ils nous toisent et nous insufflent l'amour, l'ambition, la curiosité, l'ingéniosité et bien d'autres encore. Nous ne sommes pas tous voués à briller sur cette terre, nous ne sommes que des fragments d'étoiles dont nous pensons percevoir l'ensemble. En vérité nous ne percevons qu'une fraction.

Sortant de l'eau je séchais à l'air libre la pilosité de ma peau se dressant aussi sec que j'aspirais à l'être réellement. Aussitôt je m’accommodais de quelques pans de vêtement laissant mon barda sur la rive. Je m’attelais à la tâche qu'il m'incombait de finir. Minutieusement mes mains aux phalanges meurtris et rugueuses confectionnèrent de quoi me sustenter pour le restant de la journée. Faut-il encore que le poisson daigne se montrer. Si je n'étais pas très doué pour confectionner appâts et filets pour pêcher sur les fjords, j'étais plus habile à la lance. La lame que j'attachais solidement au manche avait des allures quelques peu archaïque contrairement à l'épée que j'arborais issu du travail acharné et innombrables heures passé à travailler le métal chaud dans son foyer. Les forges de Skogen avaient cette particularité. Mes pieds avaient besoin de se dégourdir, c'était rare de me voir plus de quelques minutes resté assit sans rien avoir à faire pour occupé mon esprit. Le travail était tout ce que j'avais jusqu'ici outre les raids qu'il me tardait de retrouver. J'affectionnais l'idée que ma jeune sœur arrivait à s'en sortir sans la présence du frère qu'elle cherchait tant à couvé. Je souriais à cette pensée, à la fois joyeuse et triste elle me rendait un brin nostalgique de mes contrées. Mon choix était limpide comme l'eau s'écoulant au travers de son lit. Rien ne pouvait l'altérer n'y le changer et cela valait mieux ainsi.

Soudain un bruit interpella mon ouïe. Je détournais le regard de la lance sans comprendre concrètement ce qui était entrain de se produire. J'avais du rêver, pendant quelques instants j'aurais jurer entendre quelque chose bouger. Le bruissement de l'air vint finalement me prendre au mot quand le jappement d'une bête se fit sentir. C'est assez proche, beaucoup trop pour ne pas prendre conscience d'un potentiel danger.  Je cherche mon barda du regard, mes jambes se frayant un chemin dans l'eau ondulante de la rivière. Et que vois-je ? Le corps recroqueviller sur lui même d'une jeune femme, aussi vétuste que je ne le suis. Étrange, je frottes mon regard ma mâchoire s’entrouvrant déjà prête à l'interpeller. « Hey ! Toi là bas ! » Lançais-je m'empressant subitement pour forcer celle-ci à regarder dans ma direction. J'avais bien perçu ce qu'elle était entrain de faire. Ma lame était la préoccupation de cette jeune fille.

Je forçais l'allure pour intercepter celle-ci et la forcer à me dire ce qu'elle était entrain d'essayer de me voler.
Lancé de dé:
 

_________________


« The world is changing and we must change with it. »



Dernière édition par Týldr Víðarson le Lun 15 Mai - 10:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


The Ancient One
PNJ - maître du jeu.

behind the shield.
POSTS : 436
SEPTIMS : 1364
ARRIVAL : 04/08/2016
IDENTITY : a god has no name.
FACECLAIM : (c) nanda parbat.

compte pnj, ne pas mp.

there's a warrior.


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   - Lun 15 Mai - 10:48

Le membre 'Týldr Víðarson' a effectué l'action suivante : LANCER DE DÉS.


'DÉ DU DESTIN.' : 51
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Thëa Fosturdóttir
Umagr - maudit par les dieux

behind the shield.
POSTS : 22
SEPTIMS : 452
ARRIVAL : 27/03/2017
IDENTITY : maelle + verveine.
MULTILINK : Osten (bg) Fölksonn.
FACECLAIM : emma watson + verveinecreation.

AGE : Environ dix-huit ans, elle n'en est pas certaine.
STATUT CIVIL : (Aucun).
METIER : Elle suit la meute partout où elle va, elle vole parfois dans les maisons et chasse tous les jours pour se nourrir, ainsi que les petits de sa famille.
LOCALISATION : Généralement prés Isenseg, il arrive que la meute s’aventure plus loin certaines saisons.

INVENTAIRE : Ne possède presque rien, quelques vêtements qu'elle vole chez les homme pour surmonter l'hiver mais si elle peut être nue, elle préfère. Elle n'a pas d'armes, si ce n'est ses crocs et ses griffes, ni outil particulier. Mais il y a bien une chose qu'elle garde toujours prés d'elle, s'est une petite amulette, pierre violette taillée en pampille qu'elle à un jour volé, simplement parce-que la beauté de l'objet la fascinait.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   - Lun 3 Juil - 22:50


---------------
TYLDR X THEA

"Mens are babies with iron claw, and they kill other babies"
---------------




Dans un geste furtif, je tends la main vers le fer, prête à fuir au moindre mouvement brusque.

Je m'élance comme lorsque je chasse : en prenant appui sur mon corps puis en faisant basculer mon poids vers l'avant pour gagner en vitesse. C'est peut-être pour ça que l'homme me remarque, à cause du mouvement ? Ou à cause de Faün, qui a jappé au moment même où j'ai tendu la main vers la lame ? Je ne vais pas me risquer à la lui demander ; j'en oubli même soudainement l'épée et ne me préoccupe plus que de ma survie. Les hommes sont des créatures qui aiment le sang simplement pour s'en délecter. Leurs femelles sont bien les seules à se montrer saines d'esprit. Les bêtes sont moins des monstres que leurs mâles ne le sont. Au moment même où les yeux d'acier de celui face à moi croisent les miens, je pivote et tente de faire demi-tour.
Mauvaise idée de voler sous le nez des gens, petite, très mauvaise idée.

Mon ami à poil à senti le danger dès lors que l'homme à ouvert la bouche pour m'interpeller et est parti sans m'attendre. Je ne peux lui en vouloir, mais j’espère qu'il va prévenir la meute.

Je me demande sincèrement ce qui m'est passé par la tête de faire ça. L'homme, sans mesurer sa force (ou peut-être justement en jouant), attrape ma cheville et me fait tomber. Je m’étale de tout mon long contre la terre, tête la première. Je me mords la langue et le goût métallique du sang emplit ma bouche. Par réflexe, je grogne et me débats, crachant la liquide acre au visage de l'homme sans même réfléchir à ce que je fais. Il est beaucoup plus grand que moi et sa poigne est si forte qu'il pourrait m'assommer d'une claque. J'ai bien plus peur que ce que j'aurais pu anticiper. Je peux toujours essayer de le griffer, mais ça ne fera que renforcer sa hargne ; tous les hommes que j'ai connus étaient comme ça : les combattre à toujours empiré les choses. Mais je ne suis plus une petite fille. Contrairement à d'autres animaux, je ne possède pas grand-chose pour me défendre face à un humain : ni dar, ni glandes venimeuses ou crocs acérés… C'est bien d'ailleurs pour ça que ces créatures du malheur se servent du métal. Mais j'ai une tête bien pleine et la soumission surprend toujours l'adversaire. Ainsi, il va relâcher un peu sa poigne, et il suffira d'un coup de pied bien placé pour prendre la fuite. Pour le moment, je continue à grogner et à me débattre, bien que moins vigoureusement. Comment lui faire comprendre que je cesse du lutter, mais qu'il ne peut pas me faire ce que font les hommes à leurs femmes quand elles se soumettent à eux ? Dés que la femme qui s'occupait de moi s’allongeait ainsi nue face à son mâle, il la faisait crier et gémir de torture en lui donnant des coups de bassins… Et si j'ai bien compris à l'époque, il ne suffit pas que ce soit la femelle exclusive de mâle, cela fonctionne avec toutes. Je chasse tous ses souvenirs douloureux et essayer de me souvenir du regard suppliant la pitié des humains face à l'homme à la hache, face à la mort. Je fais appel à toutes mes forces pour recréer sur mon visage cette expression. Mais je n'ai plus l'habitude d'imiter les hommes et se concentrer pour faire céder mes traits n'est pas une chose facile.

Surtout, je ne dois pas parler, il me ramènerait au village.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Týldr Víðarson
Dengr - les guerriers vikings.

behind the shield.
POSTS : 223
SEPTIMS : 1116
ARRIVAL : 30/01/2017
IDENTITY : Thomas / Bangerang_Wiver
FACECLAIM : Travis Fimmel / ©Bang_Wiver / ©Dakini vava

AGE : 35 ans
STATUT CIVIL : L'esprit et le cœur aussi libre que le vent s’engouffrant dans les crevasses glaciales et escarpés d'Isenseg
METIER : Fermier / Guerrier
INVENTAIRE : Mon barda se compose d'une épée de bonne facture ainsi qu'une hache de taille plus réduite. Un bouclier robuste attelé sur mon épaule quand l'heure du combat se fait sentir. Des vivres, une source d'eau bien remplie. joker n°1.


there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   - Ven 25 Aoû - 3:32



Men have  iron claw

Thëa & Týldr




Son empressement causa sa perte, elle finissait prise dans le piège de phalanges aussi rugueuses que puissantes. C'était pénible d'être le sujet d'une attention particulièrement douteuse. À dire vraie tout ce qui l'intéressait c'était cette épée, une chapardeuse seule en pleine forêt ? Cela relevait d'une chimère, ou bien le reste de la bande ne devait pas être bien loin. Je la soumettais sous ma force et mon poids, pourtant elle ne cessait de geindre, de se débattre comme un animal sauvage. Je n'avais pas le choix, c'était ça ou lui courir après avec mon épée entre ses mains. J'en venais à la retourner plaquant ses épaules contre le sol rugueux d'un gravier éparse mêlant sel, sable et galets en vrac. Difficile de se tenir aussi droit et ferme quand le sol se dérobe et se tasse sous l'impulsion des mouvements de nos corps dont le sol prend la forme. Un filet de sang est projeté de sa bouche à mon faciès déjà bien sombre de me retrouver dans pareille situation. « Mais c'est quoi ton problème ? ! »

Ce n'est pourtant qu'une femme. À l'état de son corps j'en ai de plus en plus l'impression. Oui car la chose la plus flagrante c'était que celle-ci soit nue. Quelle genre d'être humain grognerait aussi férocement qu'une louve et serait aussi marqué sur son corps par les stigmates d'anciennes blessures ? C'était un événement aussi surprenant que perturbant. Quoiqu'il advienne je ne pouvais me résoudre à la laisser s'enfuir, elle avait essayé de me voler. La raison ? Je l'ignore encore pourtant je peux sentir son corps contre le mien aussi se raffermir et puis peu à peu lâcher prise. Elle ne se vouait pas si facilement vaincu ? Soumise au sort que je lui réservais ? Mon sentiment sur la question m'avertissait d'être d'avantage sur mes gardes face au comportement étrangement conciliant. Elle n'avait plus l'ère d'air d'une être humaine. C'était bien là le problème que je constatais. Des questions, d’innombrables paroles se mêlaient dans mon esprit, quoi faire ? Et que dire ?  Me comprendrait-elle seulement ? Depuis combien de temps était elle livrée à elle même et comment avait-elle pu survivre seule ainsi ? Concentres toi bon sang ! C'est pas le moment de se poser des questions auquel tu n'as pas de réponse. L'esprit te dis non, il veut te raisonner et ne pas perdre ce juste équilibre. Tu ne veux pas perdre le contrôle, tu veux puiser dans ce regard qui te fixes suppliant la pitié, la bonté de l'homme que tu dois abstenir pourtant de faire resurgir. Le corps lui dit oui, il est prêt à lui écraser la poitrine pour la maintenir plus bas que terre, ta main elle est prête à broyer le moindre petit os de son si fragile petit poignet.

Je peux sentir les battements de son cœur tressaillir, la peur communiquée une force dissimulée et tapis dans l'ombre de ce corps si futilement fragile et docile. Pourtant la raison l'emporte sur la pulsion et rapidement ma prise se fait moins oppressante. Du moins c'est ce que je veux lui faire croire. J'observe sa carrure chétive, scrutant le moindre de ces traits, le moindre détail de son corps aussi imparfait soit-il. Mon faciès n'exprime rien de bon ni de mauvais, il est irascible de vouloir voler un homme qui a le dos tourné. « Si tu avais été un homme je t'aurais déjà tué. » Déclarais-je froidement avant de reprendre plus férocement. Je laisse ma main droite attrapée son visage entre mon index et mon pouce compressant ces joues si creuses pour rendre son visage aussi expressif qu'un poisson mordant à l’hameçon. « Pourquoi ? ! » Haussais-je le ton pour me faire entendre et surtout me faire comprendre de cette sauvageonne. J'avais l'impression de perdre mon temps, cela me rendait plus irritable et puis finalement la température retombe, les pulsions et l'adrénaline s'estompent. « Je ne te ferais aucun mal... Tu comprends ce que je dis ? Mais, tu dois me promettre que tu ne feras... Rien de stupide, d'accord ? » Je voulais m'assurer qu'elle comprenne, je plongeais mes yeux sentant déjà le sang s'écoulant sur ma joue se sécher partiellement.  

_________________


« The world is changing and we must change with it. »

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Men have iron claw (thëldr)   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Men have iron claw (thëldr)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)
» can't help myself but count the flaws, claw my way out through these walls (27/03, 19h25)
» Iron Maiden
» Iron man
» Harley Dowkins " Le Iron Man " miniature : ont est liée Tony !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: ISENSEG-
Sauter vers: