navigation.


 
 Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t615-marsilia-sorensen-what-do


Marsilía Sorensen
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 838
ARRIVAL : 27/04/2017
IDENTITY : Laura, Illabye
FACECLAIM : Marita Tathariel ©Winter Soldier

AGE : 28 ans
STATUT CIVIL : Célibataire, mais avec Stighr ils prétendent être mariés
METIER : Tisserande, mercenaire
LOCALISATION : Skogen est le village où on la trouve principalement. Mais le plus clair du temps elle voyage avec un groupe appelé "les lames d'Hel"

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)   - Dim 14 Mai - 21:39




Kauna seeps into secrets

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Sonja & Marsilía


La journée avait débuté depuis quelques heures déjà que Marsilía s’éveillait tout juste. Stighr qui était installé à ses côtés était cependant encore profondément endormi. La maisonette était silencieuse, contrastant avec l’agitation extérieure des habitants déjà en train de travailler. Venant se mettre sr le côté, elle se laissa observer son compagnon pendant un moment après avoir dégagé les mèches brunes de devant son visage afin qu’il ne s’étouffe pas avec. Un geste de bienveillance, le sourire fin sur les lèvres, il ne semblait même pas réagir au fait qu’elle soit réveillée. Pour sa part, Marsilía se sentait plutôt bien ; elle qui s’était attendue à ne pas être en capacité de se lever avait déjà envie de faire plein de choses et notamment aller voir Sonja pour la prévenir de son retour. Voilà un moment qu’elle n’avait pas vu son joli minois et le fait qu’ils n’aient rien de prévu pour la journée lui laissait quartier libre de faire ce qu’elle désirait. Cette seule pensée avait ainsi suffit pour la motiver et elle s’extirpa du lit conjugal avec délicatesse, laissant Stighr ronfler et décuver de leur soirée bien arrosée de la veille pour fêter leur retour. Ils avaient eu une longue route avant d’arriver chez eux alors elle souhaitait le laisser aussi récupérer tranquillement, il le méritait après tout. Marsilía prit tout juste le temps d’enfiler une robe avant de recouvrir ses épaules d’une peau dans le but d’aller braver le froid matinal.

Elle prit le temps de s’arrêter pour aller câliner la chèvre qui avait élu domicile chez eux puis slaloma entre les poules pour prendre le chemin qui menait chez la volvä. Marsilía allongea volontairement le chemin pour ne pas croiser trop de monde en passant par d’autres endroits - parce qu’elle se savait parfois cible de regards curieux et n’avait aucune envie d’être au centre des rumeurs concernant ses activités.  Le sourire aux lèvres, elle emplissait ses poumons de l’air frais, il était assez rare qu’elle se lève de bonne humeur en vérité mais pour Sonja elle était toujours dans cette optique là. Quelques minutes de marche en plus et Marsilía arriva tout près de la masure, se faufilant près d’une entrée. Alors elle se glissa discrètement dans la demeure de la volvä, ne souhaitant pas être vue ni entrer ni sortir de celle-ci afin de ne pas éveiller les soupçons sur la petite aventure qu’elles avaient toutes les deux depuis quelques temps maintenant.  Si la guerrière n’était guère le genre de personne à s’attacher, elle se complaisait dans ce lien avec la volvä. Pas d’engagement pour elle, de toute façon tout le monde la croyait mariée alors il y avait de ces choses qu’elle ne pouvait pas se permettre et quoi qu’il en soit elles seraient montré du doigt. Mais cela ne l’empêchait pas de passer de bons moments avec Sonja, d’autant plus qu’elle avait toujours eu un respect immense pour ces femmes qui endossaient le rôle de traductrices de la parole des dieux. Jamais elle n’aurait cru partager quelque chose d’aussi intense avec une femme et encore moins avec une volvä. Lorsque la silhouette élancée de la blonde se dessina de dos, la jeune femme se fit aussi discrète qu’un prédateur et s’approcha d’elle à pas feutrés.

La rousse glissa alors soudainement ses mains à la taille de la volvä, jouant sur la surprise avec l’espoir de la faire sursauter. Un rire enfantin passa alors ses lèvres, mais  Marsilía préférait de pas jouer davantage sur le mystère et se manifesta sur l’instant d’après car le but n’était pas non plus de l’effrayer.  Le regard pétillant de malice, la guerrière s’aventura à déposer un baiser sous l’oreille de son amante, humant le doux parfum de sa peau avant de se détacher pour aller prendre place près du feu. Un soupir s’éleva, elle était contente de la revoir après ces quelques semaines d’absence. Skogen n’avait que peu d’importance pour Marsilía mais il y avait ici certaines personnes qu’elle avait appris à connaitre et à apprécier malgré tout et Sonja en faisait parti sans aucun doute. Il était nécessaire pour la jeune femme de ne pas trop faire confiance aux gens pour ne pas fausser la couverture qu’elle s’efforçait de garder. Le Jarl avait des doutes quand aux activités du couple Sorensen, mais aux yeux des autres habitants, elle était simple tisserande et lui était un humble tavernier. Marsilía n’en avait pas parlé à la Volvä, parce qu’elles n’allaient pas dans de profondes confidences. Elles se tenaient compagnie, elles se portaient des gestes d’affection et pouvaient partager quelques discussions sans que cela n’implique leurs vies privées respectives – avec cela, Marsilía sollicitait régulièrement ses dons pour savoir ce que lui réservaient les dieux. Une relation simple, rafraichissante pour Marsilía qui ne voulait en rien tout ceci. Cette vision des choses n’était pas partagée semblerait-il car Sonja avait encore du mal à le concevoir et la guerrière était tout à fait à même de comprendre que ces penchants pour les femmes la troublaient. Mais le secret était bien gardé et Marsilía faisait tout pour le protéger.

« Nous sommes revenus hier, et nous repartons bientôt, alors je me devais de passer te voir avant ! » Déclara t-elle enfin, proposant à la volvä de venir s’installer près d’elle.








Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)   - Sam 24 Juin - 20:59

Kauna seeps into secrets feat Marsilía SorensenL'aube rieuse s'était levée depuis quelques heures déjà, se moquant des troubles de la volvä. Le temps à Skogen se faisait de plus en plus en froid, présageant d'un hiver sombre et rigoureux. Toutefois, il n'y avait pas que cela : elle le sentait au plus profond de ses tripes et c'était corroboré par le regard sombre de son frère à chaque fois qu'un corbeau déposait un message à ses pieds. Noires ailes, noires nouvelles dit-on toujours. Ainsi, elle méditait sur l'avenir en contemplant les vastes étendues sauvages. Quelques soient les plans qu'ourdissent les dieux, la famille Wilhjelm en fera partie pour le meilleur ou le pire. La fierté la fait se tenir bien droite malgré le vent cinglant qui met en désordre ses cheveux blonds. Elle ne sent pas le froid qui pénètre sa robe bleue. La contemplation a tendance à focaliser tous ses sens vers un endroit précis. Perdue dans ses pensées, elle fait alors plus jeune que ses 30 années révolues. La porte s'ouvrit alors sans qu'elle ne s'en aperçoive.

Des mains douces se glissèrent à sa taille, la faisant sursauter. Le rire cristallin alors de la seule femme que Sonja ait connu, la fit sourire à son tour. Sonja n'arrivait toujours pas à croire qu'elle avait transgressé un interdit défini tacitement à la fois par les dieux et par les hommes. Son frère s'il venait à l'apprendre n'aurait d'autre choix que de la condamner à mort. Mais, elle ne se sentirait coupable que lorsque la belle rousse serait repartie. Encore une fois. Elle était aussi indépendante que Sonja est attachée à son village. Ainsi, si Sonja n'est pas prête à reconnaître la relation qu'elle vit avec Marsilia, elle ne peut nier que sa présence est salvatrice. En effet, en sa présence, elle n'a pas besoin d'enfiler le costume de devineresse au regard froid et cruel. Elle n'a aucun pouvoir à préserver, ici dans l'intimité de sa demeure. Elle a comme seul devoir d'être elle-même et de protéger son amante.

Sonja souleva alors sa robe pour se glisser sur le banc recouvert de fourrure au pied du feu crépitant. Le visage posé contre l'épaule de son amante, elle profitait du moment présent. Un moment encore bien éphémère car Marsilia serait bientôt de retour sur les routes.
<< - Je suis contente que tu sois revenue ici. Je sais que Skogen n'est pas un lieu que tu apprécies même si j'ignore encore pourquoi. Mais, il fait froid ici sans toi. Reste un peu plus longtemps parmi nous cette fois peut-être ? >>

Une note d'espoir transparait alors dans la voix de la volvä. Elle s'est habituée à cette impression de solitude permanente mais l'attention de Marsilia a réveillé certaines choses profondément enfouies. Elle n'a personne d'autre la volvä : juste son frère, sa belle-soeur et sa nièce.Pourtant, Marsilia ne reste jamais longtemps à Skogen, préférant les routes au fait de s'établir définitivement ici. Mais n'est-ce pas mieux ainsi ? Elles s'évitent toutes deux de la souffrance picorant le plaisir de temps en temps. Une idylle inconnue est préférable à l'humiliation comme l'éphémère a le charme particulier d'éviter la routine avec l'une dans le lit d'un mari non désiré.
Elle se love alors plus profondément contre son amante humant son doux parfum ambré mêlé à la senteur plus dure du cuir. Le désir d'être désiré est une faiblesse mais c'est également le propre de l'Homme. C'est ce qui nous force sans cesse à devenir meilleur, au nom de l'autre. Car l'autre suscite des devoirs auxquels on ne peut se déroger. La volvä frisonne alors, sa poitrine se tend comme une traitresse avide mais c'est aussi une promesse de ce que les heures à venir peuvent être.D'une main derrière la nuque, elle tient avec douceur le visage de son amante et l'embrasse à son tour. Un baiser volé pour un baiser rendu pensa-t-elle furtivement. Leurs souffles se mêle pendant quelques instants avant qu'elles ne se séparent, haletante.
<<- Profitons de ce moment présent, nul ne sait quand les dieux nous l'accorderons de nouveau.>>

Parole d'amante, parole de volvä. Les trames se mêlent et se défont dans un ballet rythmé par le bruit des quenouilles qui s'entrechoquent. Au même rythme que les mains pressées qui souhaitent parcourir les rondeurs de chacune. A la fin, elles ne seront plus couronnées que de leurs cheveux et seulement parées de leur bijoux.
©️ 2981 12289 0

HRP : Ma réponse a vraiment tardé et je m'en excuse J'espère que tu veux quand même bien de moi Et aussi que ma réponse te plaît *-* Si j'ai trop avancé n'hésite pas à me le dire et je rectifierai mon post hein ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t615-marsilia-sorensen-what-do


Marsilía Sorensen
Skjaldmö - les guerrières.

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 838
ARRIVAL : 27/04/2017
IDENTITY : Laura, Illabye
FACECLAIM : Marita Tathariel ©Winter Soldier

AGE : 28 ans
STATUT CIVIL : Célibataire, mais avec Stighr ils prétendent être mariés
METIER : Tisserande, mercenaire
LOCALISATION : Skogen est le village où on la trouve principalement. Mais le plus clair du temps elle voyage avec un groupe appelé "les lames d'Hel"

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)   - Dim 25 Juin - 21:20




Kauna seeps into secrets

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Sonja & Marsilía


Comme à leur habitude, depuis quelques temps déjà, les deux jeunes femmes se voyaient dans le secret et appréciaient leur compagnie mutuelle à leur manière à elles. Ce qui avait fait pencher la guerrière c’était d’avoir remarqué le regard fébrile de Sonja, cette première fois là. Alors elle s’était laissée tentée et lui avait volé un baiser avant que les choses ne dérapent. Et alors, les voici encore, toutes deux contentes de se retrouver et de pouvoir bénéficier de l’attention qu’elles se portaient. Tendre, fugace, ces instants étaient devenus rituels et Marsilía n’avait donc pas pu s’empêcher de passer la voir. Ainsi la volvä très vite rejoignit son amante, et vint déposer sa tête contre son épaule. Marsilía l’entoura de ses bras, dans une étreinte comme un premier contact quand leurs âmes de nouveau se rencontraient. Elle fit part de son désir que Marsilía reste un peu plus longtemps à Skogen, ce qui ne manqua pas de lui étirer un fin sourire, tandis qu’elle glissait ses doigts dans ses mèches blondes.

« Tu sais que je reviens toujours, j’ai ma maison ici, je ne compte pas partir. Alors je pourrais toujours passer te voir. »

Non il n’était pas possible pour elle de trop rester sur place, pas après ce qu’elle avait vécu puisqu’elle détestait toute forme d’impression d’emprisonnement, d’enracinement. S’en aller par delà les terres lui permettait de tout remettre à plat et mieux revenir. Mais ça, c’était un tout autre débat que la jeune femme n’avait pas envie d’avoir. Sonja lui en fit tout aussi vite part en venant lui dérober un baiser. Marsilía se laissa happer par l’intensité de ce contact, elle ferma les yeux afin de savourer les lèvres sucrées de la volvä pressées contre les siennes. Puis la volvä haussa de nouveau la voix, laissant Marsilía dans la frustration de ne plus avoir ce contact. Mais la jeune femme perdit son regard verdoyant sur son visage avant d’étirer un énième large sourire à ses dires. Profiter, oui, c’est ce qu’elles faisaient de mieux quand elles se retrouvaient et surtout depuis que leur attirance physique bouscula toutes barrières pour laisser place à leurs envies respectives. Pour la guerrière il ne s’agissait pas d’amour, ce mot lui était encore partiellement inconnu, il s’agissait d’attraction, de pulsions qu’elle savait satisfaire entre ses bras quand elle n’avait pas Stighr. C’était différent avec lui,  c’était différent avec elle, tous deux lui apportaient des ressentis qui se complétaient mais n’étaient en rien comparables. Elle ne faisait pas ça par frustration car même si Stighr et elle jouaient sur l’ambiguïté, il la satisfaisait amplement, mais pour une toute autre raison dont elle ne parvenait à définir les contours.

Alors il était devenu facile pour Marsilía de porter ses mains sur ce corps qui faisait miroir au sien, sur ses courbures, à travers le tissu imprimant sa volonté de les lui retirer. Ainsi la jeune femme ne se fit pas prier, lorsqu’un baiser entama les hostilités, Marsilía vint l’attirer avec elle, venant attraper les pans du bas de sa robe pour la lui ôter et fit de même avec la sienne avant de se glisser avec elle sur la paillasse. Là entre les peaux de sa couche, leurs corps se livrèrent à une danse sensuelle rythmée par les caresses et les baisers qu’elles se démontraient. Marsilía savoura chaque parcelle de l’épiderme de cette femme aux cheveux d’or, faisant preuve d’une douceur mais sous laquelle l’on percevait la tension résidant dans la hâte et l’empressement. Elle était attentive à la moindre réaction de sa peau, à ses frissons, commençant à connaitre chaque point sensible de son corps et prenait son temps pour lui faire plaisir. Leurs souffles saccadés se firent silencieux dans le cas où des oreilles indiscrètes trainent trop près de sa masure. Alors entre ces murs le secret était bien conservé, le temps arrêté juste pour ce moment où elles deux se consumèrent avec ardeur.  

Passé le désir à son comble quand l'épuisement se fit ressentir, les muscles se décontractèrent, la poitrine de la guerrière se relevait et s’abaissait dans un rythme redevenant d’autant plus régulier avant de finalement souffler longuement pour calmer les battements de son cœur. Il était temps désormais de revenir en ce monde, de retrouver la réalité des choses et l’environnement  alentour. Ses pommettes rougies, Marsilía se mit face à son amante en s’allongeant sur le côté et décida de rester un peu avec elle. Le bout de doigts de la guerrière allait en de doux effleurements de la hanche à la taille de la volvä. Elle n’avait aucune idée de l’histoire de cette femme, mais jamais elle n’aurait cru éprouver tel plaisir avec quelqu’un de son genre et était heureuse de constater que toutes les deux étaient sur la même longueur d’onde et dans cette même optique de rester dans le silence concernant cette relation charnelle en connaissant les enjeux d’un tel défi au regard des dieux et de leur communauté.

Marsilía avait cependant bien deviné que Sonja n’était pas à l’aise avec cela, elle avait vu ces marques rougies sur sa peau comme une punition qu’elle s’infligeait. La jeune femme ignorait comment soulager ses craintes en essayant autre chose que lui promettre de ne jamais rien dire quoi qu’il se passe. Sonja ne lui avait jamais rien dit, mais Marsilía avait bel et bien l’impression que ces lésions apparaissaient à chaque fois qu’elles se voyaient. Cela peinait la guerrière de constater que cela pouvait être vécu comme une véritable souffrance au lieu de célébrer la vie avec avidité avec ses points forts et ses points faibles. Si les dieux les avaient laissées se voir, la rousse de son point de vue n’y voyait nul péché de se laisser tenter. Comment des baisers et des caresses peuvent ils être mauvais et interdits ? Puisque la volvä était dévêtue, la jeune femme remonta ses caresses sur son épaule et redescendit jusqu’à son avant bras marqué par ses tourments.

« Tu ne devrais pas faire ça. Ne rien dire, je suis d’accord, mais ça c’est trop, beaucoup trop












HJ: c'était nickel t'en fais pas ♥
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Kauna seeps into secrets (Sonja & Marsilía)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone
» [Suggestion] Cadeaux Secrets de Noël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: