navigation.


 
 FIGHT AND FATE / ASTVAR.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t118-every-scar-will-build-my-


Njall Strøm
Conseiller du Jarl.

behind the shield.
POSTS : 1519
SEPTIMS : 3051
ARRIVAL : 16/08/2016
IDENTITY : datnavy. (sarah)
FACECLAIM : charlie hunnam + winter soldier ♥/montclaire.

AGE : trente-quatre hivers glacées enserrant ton cœur.
STATUT CIVIL : volage, palpitant libre et sans attache, solitude amère.
METIER : jadis combattant à la svart, tu es revenu dans les froides contrées d'isenseg pour y conseiller ta demi-soeur devenue jarl.
LOCALISATION : isenseg, aux côtés de jarl silke.

INVENTAIRE : joker n°1.


READY FOR THE FIGHT AND FATE.


NJALLOU LE NARVAL.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: FIGHT AND FATE / ASTVAR.   - Ven 26 Mai - 18:12

I want to feel the pain and the bitter taste
of the blood on my lips again.
astvar & njall.


stekktid, an 795.
Les ténèbres s’étaient emparées du village, assombrissant les jours de ce mauvais augure qui planait au dessus des toits accolés. Depuis les sommets enneigés, l’on ne voyait plus l’étendue dorée que formait la capitale, d’ordinaire si chatoyante depuis la demeure de Bertha – sans doute présage de ce qui allait arriver, une destiné baignée dans le sang s’annonçait et la Jarl t’avait d’ores et déjà prévenu que la guerre viendrait. À peine rentrés de Solstheim et de ce désastreux banquet, les rumeurs inquiétées étaient allées bon train, nourrissant de nouvelles histoires à se murmurer sur les chemins. Bientôt, tous les royaumes de Norvège, et par delà les horizons, ne parlaient plus que de l’imminence de cette bataille qui allait opposer le Roi à ce Jarl fou, perdu au cœur des forêts de l’Est. Et pourtant, nul n’était préparé, et Isenseg avait beau se trouver protégé dans les montagnes escarpées, aucune prière, aucune louange ne pourrait sauver qui que ce soit. L’heure était à la mobilisation, et Silke – à défaut d’être reconnue pour ses qualités de combattante – avait fini par t’accorder le commandement des maigres troupes de son village, qu’elle avait offertes, de par son allégeance, au Roi. Bien que maussade à la seule idée de devoir risquer les vies des soldats d’Isenseg – qui étaient en grande majorité des femmes – pour la survie d’une royauté, tu te sentais cependant gonflé d’orgueil et reconnaissant de la confiance que t’accordait ta sœur, prête à confier entre tes mains aguerries l’entraînement de ses skjaldmös. Enfin te débarrassais-tu de ton rôle de simple conseiller pour enfiler de nouveau celui de guerrier, de meneur de troupe.

Harnaché de Fjôrsváfi, ta fidèle épée, tu t’extrais de la demeure du Jarl, bravant l’épais brouillard s’étant endormi sur la Place d’Argent – les villageois s’y sont déjà rassemblés, animés de ce fort esprit d’unité qui resserre les liens en ces temps troublés, et déjà ils posent sur toi un regard déterminé et pourtant empli de doute. Tu te faufiles parmi la foule, te frayant un passage jusqu’au centre de la Place, afin que chacun puisse voir et entendre ce que tu t’apprêtes à leur dire. Une inspiration profonde, qui arrache à tes lippes des volutes embuées, et tes opales qui parcourent ces visages familiers. « Mes amis. Les rumeurs que vous entendez sur une bataille imminente ne sont pas que vulgaires fabulations d’ivrognes au détour des tavernes – les faits sont là, et bientôt devrons-nous prendre les armes. Telle est la décision des Dieux. » Tu marques une pause, et déjà tu observes les têtes se baisser, les mains se nouer. L’on serre les enfants plus fort encore, et les regards se croisent, alors que l’évidence est montrée en plein jour. « Notre Jarl a décidé d’allier nos forces à celles du Roi, et c’est donc en son nom que nous nous battrons demain, et les jours qui suivront. La guerre approche, aussi devons-nous nous y préparer dès aujourd’hui. »

Dans un bruit de ferraille, tu dégaines ton épée, brandie haut au dessus de ta tête. Chacun porte alors une main à la garde, le bois des boucliers choque contre le sol. « Valeureux vikings, guerrières au bouclier, ensemble unissons nos forces. Battons-nous en ces lieux qui sont notre foyer, partageons les connaissances que jadis nos maîtres d’armes nous ont inculquées. L’unité fera la force d’Isenseg, mais sans entraînement, sans tactique, nous ne sommes rien. » Ton épée vient abattre la terre, et tu empoignes la garde à deux mains, la pointe plantée dans le sol, tandis que les soldats de demain mêlent leurs cris. Ton palpitant remue à vive allure dans ta poitrine et c’est non sans fierté que tu observes hommes et femmes de fer empoigner leurs armes dans un même tintement et se préparer à l’entraînement. Et dans le fracas du métal qui s’entrechoque, dans le gong du bois épais qui cogne, tu sais qu’ils donneraient leur vie pour leur Jarl, à défaut de réellement s’engager pour leur Roi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: FIGHT AND FATE / ASTVAR.   - Mer 14 Juin - 23:11


S
ur Isenseg, l’aube avait une nouvelle saveur. Elle avait des arômes d’instabilité, des vapeurs de désarroi. Au petit matin, chaque membre de la communauté vaquait à ses occupations, mais on sentait que le village était empreint de trouble. L’heure de la confrontation approchait à grands pas et quand bien même, Isenseg n’était pas instigatrice de ce conflit, elle n’en demeurait pas moins un élément important. La jarl avait officiellement prêté son allégeance et offert ses troupes par la même occasion. La poignée de guerriers affutaient leurs armes et les nombreuses skjaldmö renforçaient leurs boucliers, sans savoir de quoi demain était fait. Le temps s’était suspendu à Isenseg, et tous étaient dans l’expectative. L’attente d’un mot de Silke, d’un appel à l’unité et de la revendication de son implication. Tout le monde briguait cette vague de solidarité qui gonflerait les cœurs et revigorerait les forces de chacun. En attendant le lendemain incertain, les villageois réclamaient la cohésion de ces frères et sœurs qui périraient peut-être dans un intérêt qui n’était pas le leur. Qu’y gagnerait-on ? Qu’avait-on eu à craindre de l’impartialité, sinon un possible retour de flammes ? Alors que tous s’étaient réunis sur la Place d’Argent pour entendre l’annonce officielle de leur chef, d’autres avaient préféré le réconfort de l’ombre. Ástvar avait pris la meilleure place, s’était glissé sans un bruit, à l’écart de la foule, à l’abri d’un toit de chaume. Là, il aurait tout le loisir de contempler tantôt les mines déconfites, tantôt les regards survoltés. Il voulait palper l’atmosphère de son village natal auquel il devait loyauté, sans toutefois se déclarer ouvertement à son service. Dans cette histoire, il n’avait pas encore trouvé ce qu’il tirerait d’une éventuelle implication. Alors que Thorsen recrutait des bras et de la docilité guerrière, lui n’avait que ses yeux et son insolence à proposer. Si la situation l’exigeait, peut-être prendrait-il alors les armes, mais il tenait à ne pas éveiller son goût pour la violence, autant que faire se peur. Ici, en simple spectateur, il se réjouit d’autant plus quand il vit Njall se présenter devant l’assemblée. On avait évoqué une réunion sérieuse et voilà qu’on leur servait une farce.

Satisfait du divertissement, Ástvar écouta son bâtard de frère se lancer dans un discours qui se voulait fédérateur. Il confirma officiellement les rumeurs et les murmures s’élevèrent aussitôt, plongeant chacun dans la peur du lendemain désormais affirmé. L’homme esquissa un sourire en coin, épiant chacune des réactions qui était offert à ses prunelles avides. L’homme se tournait en ridicule. Isenseg n’était pas réputée pour être une cité guerrière. Elle savait se défendre, mais elle possédait surtout d’autres atouts qui lui permettaient d’être généralement écartés de toute rivalité. Il allait falloir beaucoup d’entraînement et d’abnégation. Comme si malgré lui, il était lié à son demi-frère, au fur et à mesure que celui-ci se sentait pousser des ailes, Ástvar ressentit une certaine exaltation naître dans ses entrailles. La voix de Njall portait de plus en plus dans l’air, accompagnée par des cris d’encouragement. L’aîné lisait l’excitation dans ses iris semblables aux siennes et à son tour, il sentait la véhémence poindre. Les lames résonnèrent contre le bois dur des boucliers. Les cris de ralliement se mêlaient aux manifestations de soutien. La détermination sur le visage de Njall trahissait sa pensée d’avoir réussi. L’assurance du soldat était de plus en plus palpable et la sienne atteignit un point de non-retour lorsqu’il finit par s’immiscer dans les festivités. « On nous envoie les sbires, maintenant, pour jouer les chefs de troupe ? » Sa voix, reconnaissable entre mille par ses tons graves et ce pincement éraillé, interrompit quelque peu l’enthousiasme ambiant. « C'est notre jarl que nous voulons pour les beaux discours. » Douce ironie lorsqu'on savait que l'animosité qu'il ressentait envers Silke était seulement jugulée par son statut de chef. Certains se turent, d’autres choisirent d’ignorer son intervention. Personne n’ignorait l’adversité qui avait toujours ponctué la relation entre l’aîné Strøm et sa fratrie indésirable, tout comme tout le monde était fort au courant des penchants volages du père. Lorsqu’Ástvar et Njall étaient dans la même pièce, on décidait de tourner le dos ou d’ignorer les provocations, dans l’espoir d’apaiser les tensions. Mais jamais elles ne s’étaient apaisées. Voilà trente-quatre ans que le brasier durait, toujours plus alimenté chaque jour. Personne n’osa rabrouer Ástvar qui était aveuglément obnubilé par Njall. Certains s’écartèrent légèrement du chemin qui les reliait, comme par crainte d’être un dommage collatéral, tandis que d’autres décidèrent qu’il était temps de rentrer. Mais parmi ceux qui demeurèrent sur la Place d’Argent, en cet instant de solidarité commune, tous reportèrent leur attention sur le soldat. Ástvar esquissa un sourire carnassier. Alors, qu’allait dire le toutou si dévoué à sa mission ? Continuerait-il de se montrer incroyablement digne et serein ou allait-il oser sortir ses tripes devant tout le monde, comme son frère ?
Revenir en haut Aller en bas
 
FIGHT AND FATE / ASTVAR.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WINNIE ROSE ; I'm ready for the fight and fate.
» Jamaica struggles to fight crime
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» Bite fight...
» fate testarossa,vita chan et les autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: