navigation.


 
 and above all family blood △ esja
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: and above all family blood △ esja   - Ven 26 Mai - 23:03


L
e retour jusqu’à Isenseg s’était déroulé sans encombre. Le chemin vers le nord était d’ordinaire plutôt tranquille, mais maintenant que les camps s’affairaient entre Skogen et Solstheim, le village natal des Strøm était quelque peu oublié. Oublié des voyageurs, peut-être, mais pas oublié des éventuels conspirants. Chacun donnait leurs meilleurs arguments pour rallier les deux autres camps à leur cause. Isenseg était devenu un allié de choix, ses frontières se trouvant à mi-chemin entre les deux nouveaux adversaires. Sa discussion avec Verdandi, à l’aube de cette annonce, avait été bien plus révélatrice que la plupart des nouvelles qui circulaient, entachées par les ambitions des uns et des autres. En arrivant le matin même, Ástvar avait vu ses doutes confirmés : son jarl s’était officiellement rangée du côté de Solstheim. Ça ne l’étonnait pas plus que ça. Elle avait fait le bon choix en s’alliant au favori tout désigné, mais il ne pensait pas se tromper en se disant que cette histoire allait révéler d’intéressantes surprises. À commencer par la trahison de Detelf de la famille royale même. Le SkuldaÞing de la fin du mois arrivait à point nommé : des dettes allaient être payées et le cartographe avait comme l’impression que le sang allait devenir la meilleure monnaie de cette période. Maintenant que les cartes étaient en train d’être distribuées, c’était alors à lui de se constituer son propre jeu et rien de mieux qu’un foyer paisible pour réfléchir à ses prochains mouvements. Il avait profité de la fin de matinée pour déposer ses affaires chez lui, se sustenter et laisser Lundr récupérer de ce long périple de deux jours. En ces temps difficiles, il n’avait besoin de personne sinon de ses propres opinions et des vérités qu’il avait pu déceler en traînant ses yeux et ses oreilles dans la capitale. Il s’était toujours promis de ne rien consigner. Tout était dans sa tête, sa mémoire était sa plus fidèle compagne. Il avait du mal à faire confiance sur un sujet sitôt que sa mémoire lui suggérait autre chose. Ça lui avait évité bien des déroutes et encore aujourd’hui, il s’appliquait à ne jamais laisser une trace écrite ou orale de ce qui pouvait se passer dans sa tête. Comme tout le monde, il allait suivre, le moment venu, les habitants d’Isenseg guidés par Silke. Il n’allait certainement pas se battre sous ses ordres, à moins que la survie de son village soit en jeu, mais il avait besoin d’être au plus près de ses troupes et de ses loyaux serviteurs pour avoir un meilleur aperçu de l’échiquier. Pour l’heure, un peu de réconfort ne serait pas de refus. Ástvar ne redoutait pas de mourir, mais si tel était son destin, il tenait à profiter de ces derniers moments en compagnie de la personne qui lui était le plus cher.

Le temps des raids avait repris et Svana était certainement auprès de ses frères et sœurs d’armes à prévoir le prochain périple. Peut-être même que Silke s’était offert ses services, après tout, en toute objectivité, elle était une des meilleures skjaldmös de leur communauté. Malgré le fait qu’il ne soit plus que le père de son enfant, il acquiesçait chacun de ses choix et ne ressentait pas le besoin de lui parler outre mesure. Il lui faisait confiance. Non, celle qu’il désirait voir plus que tout, après presque un mois d’absence, c’était Esja. Il trouverait certainement sa fille chez elle, ou bien à fouiner quelque part. Il gardait jalousement un portrait d’elle qu’il avait réalisé pour ne jamais oublier le devoir le plus important de sa vie d’homme. À chaque début d’hiver, il renouvelait ce portait afin de ne jamais oublier son visage et ce qu’elle était en train de devenir. La rouquine se prêtait à l’exercice avec plus ou moins d’enthousiasme mais du moment qu’il avait ce souvenir d’elle dans son sac, Ástvar était prêt à supporter toutes les ronchonneries. En début d’après-midi, ce fut Lundr qui annonça l’arrivée du père en prenant les devants et courant comme un fou vers son ancien foyer. Esja se trouvait devant l’entrée et fut aussitôt assaillie par les léchouilles zélées du chien qui, quand il prenait appui sur ses deux pattes arrière, faisait presque sa taille. Ce tableau arracha un sourire au monstre de pierre. « Crois-moi, je suis plus ravi que lui de te revoir. » lança-t-il avant de les rejoindre. Il fit mine d’essuyer la joue de sa fille avec le revers de sa manche avant de glisser sa main dans ses cheveux et de déposer un baiser sur le sommet de sa tête. Chaque fois qu’il la voyait, elle paraissait un peu plus femme et cette réalité l’angoissait chaque jour davantage. Le temps était-il donc passé si vite ? « Va falloir que tu me racontes tout ce qui s’est passé durant mon absence. » Les yeux innocents d’Esja était également une très bonne source d’informations et il fallait croire qu’elle avait hérité du don de son père de reconnaître les choses intéressantes des détails à oublier. Il la prit un instant dans ses bras, se moquant de savoir qui pouvait bien assister à cette étreinte affectueuse. « J’espère que tu vas bien. » ajouta-t-il, sur un ton véritablement concerné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: and above all family blood △ esja   - Sam 27 Mai - 11:08


L
es premiers rayons du soleil perçaient déjà depuis longtemps à travers la couche nuageuse au-dessus d’Isenseg. C’était une matinée en soi identique à toutes les autres dès lors qu’Esja s’extirpait de son monde des rêves et où elle revenait à sa réalité monotone. La jeune femme s’était contentée d’un frugal repas composé d’une galette et d’un peu de légumes. Comme d’habitude, elle avait quitté sa demeure pour une petite promenade au marché. Elle n’acheta rien, mais elle appréciait de voir de nouvelles marchandises maintenant que l’hiver tenace se faisait plus doux. Puis elle était rentrée chez elle à s’affairer sur la confection d’une nouvelle tunique. Mais ce jour était différent. Alors qu’elle se battait contre une couture récalcitrante, elle entendit un aboiement. Celui-ci Esja pouvait le reconnaître entre mille. Sans s’y tromper, elle savait qu’il s’agissait de Lundr, le chien de son père, et que ce dernier ne devait pas être loin. Une joie lumineuse envahit la jeune femme qui arrêta sitôt son travail pour se précipiter à l’entrée, les portes grandes ouvertes.

Elle ne s’était pas trompée, car l’animal eut tôt fait de lui sauter dessus afin de lui montrer son bonheur de la revoir. Esja dut se montrer forte pour soutenir la bête aussi grosse qu’un loup. Là où autrefois Lundr la faisait chuter sur le sol, la jeune femme parvenait à contenir sa puissance sans tressaillir.  « Moi aussi je suis contente de te revoir Lundr. » Elle laissa l’animal la lécher un instant avant de le faire regagner le sol et de lever les yeux sur son père qui rentrait enfin à la maison après de si longs jours. « Père, comme je suis heureuse de te revoir. » Elle accepta avec joie le baiser qu’il déposa sur son front et lâcha même un rire en voyant qu’il avait toujours ces gestes bienveillant comme si elle avait été encore une enfant. Malgré sa carrure de berserkr – c’était comme ça que ses yeux de fille voyaient son père – il savait se montrer aussi doux qu’un agneau envers sa progéniture. « Oui, je vais bien et toi tu dois me raconter ton voyage avant. » Oui, elle avait beaucoup à lui raconter, car il semblait y avoir du mouvement du côté de la Jarl qui préparait ses troupes pour rejoindre Solstheim. Esja y avait vu là une opportunité d’y aller afin de retrouver peut être son agresseur et de réclamer sa vengeance. Mais la partie la plus difficile sera de convaincre son père de la laisser partir. Elle devrait attendre le bon moment pour lui avouer son idée afin d’éviter une dispute pourtant inévitable. Cependant, la jeune femme savait pertinemment qu’elle ne parvenait pas à cacher quoi que ce soit à son père qui décèlerait tôt ou tard qu’elle avait quelque chose dans la tête.

Elle invita Ástvar à entrer. Bien que ce soit sa demeure, les choses étaient devenues ainsi tant il était absent. La seule qui habitait vraiment l’endroit était Esja, car sa mère non plus n’était pas très présente et cela d’autant plus que la saison des raids avait débutée. À l’intérieur, elle tira le banc pour que son père puisse s’installer à table afin qu’elle lui serve un peu de gruau qui restait dans la marmite et une bonne cervoise. Elle lança ensuite un os à Lundr pour qu’il puisse s’occuper de son côté. Assise en face de son père, Esja lui laissa un instant pour se sustenter. Ses yeux brillaient d’impatience tant elle avait hâte qu’il lui raconte son voyage. C’était une habitude entre le père et la fille. Ce dernier devait lui expliquer dans les moindres détails ce qu’il avait fait et ce qu’il avait vu dans les autres contrées qu’Esja ignorait totalement. Sa tête appuyée dans ses mains, elle attendait son histoire, comme elle l’avait fait depuis sa plus tendre enfance. « Alors, comment c'était ? Je veux tout savoir. Tout ce que tu as vu, entendu et ce que tu as fait. Est-ce que tu m'as rapporté quelque chose ? » Elle ne tenait plus en place. C'était bien là un caractère qu'elle n'avait pas abandonné de son enfance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: and above all family blood △ esja   - Mer 14 Juin - 22:16


À
ses côtés, Ástvar n’était plus le même. Lorsqu’Esja était auprès de lui, toute la haine, toute la véhémence et la violence qu’il accumulait en lui s’envolait. Elles ne disparaissaient pas à jamais – non ces trois émotions-là faisaient partie intégrante de son être tout entier – mais elles se tapissaient momentanément au fond de lui. Il savait pertinemment qu’en sa présence, elles n’étaient pas nécessaires. Avec elle, il était incroyablement paisible. Jusqu’ici, à Isenseg, personne n’avait eu l’audace de s’en prendre à la fille de l’aîné Strøm. Personne n’avait encore eu l’occasion d’expérimenter la rage d’un père bafoué et personne n’était suffisamment fou pour en ressentir le besoin. Sitôt qu’on s’approchait d’elle, Ástvar grinçait des dents. Il examinait chacune de ses fréquentations, qu’elle soit au courant ou non. Il s’inquiétait des ambitions de chaque personne qui l’abordait, de crainte qu’on ne déteigne sur elle. Selon lui, Esja était pure et tant qu’il serait vivant, rien ne saurait entacher cette innocence. Malgré tout, l’homme avait toujours tenu à ne rien lui cacher du monde. Il la préservait des dangers, certes, mais elle n’ignorait pas que leur existence même sur Terre suscitait des rivalités, des crimes, des vils desseins et des abominations. L’humain vivait peut-être sous l’œil aguerri des Dieux qui prenaient parfois la peine de se mêler à eux, mais sa survie et son évolution ne tenaient qu’à eux. L’influence avait beau peser sur leurs épaules pour toutes leurs choix, ils n’en restaient pas moins les décisionnaires finaux. C’est pourquoi il ne fut pas étonné quand elle lui rappela qu’elle attendait également le récit de son voyage. Elle s’était toujours montré curieuse, avide de l’inconnu. Elle tenait ça de lui et il ne pouvait pas l’en blâmer. Il était important de lui faire comprendre que la situation du pays était précaire et que plus que jamais, Isenseg était un lieu de refuge. S’il ne pouvait pas l’empêcher de briguer les contrées lointaines, il pouvait la dissuader de passer à l’acte en des temps incertains. « On verra. » lança-t-il sur un ton volontairement énigmatique, afin de la laisser gamberger. Il semblait déceler une étrange lueur dans ses prunelles brillantes, une lueur qui n’avait rien à voir avec la joie de revoir son vieux père.

Il lui emboita le pas et retrouva le foyer qui avait été le sien durant près de vingt années. Chaque chose était à sa place, comme s’il n’était jamais parti. Ástvar savait que Svana était plutôt du genre à ne pas s’embarrasser de tels détails. Elle ne ressassait pas le passé, bien trop tournée vers ses objectifs personnels. L’homme n’était que rassuré de remarquer qu’Esja était dans son élément ici et qu’elle avait fait de cette maison trop souvent vide, son propre territoire. Il profita de la nourriture et de la boisson qu’elle déposa devant lui, bien trop content de se faire servir. Il n’était pas faignant, à déléguer la tâche aux autres. Au contraire, Ástvar préférait avoir la main sur tout, quitte à ne rien laisser aux autres. Mais voir sa fille prendre de telles initiatives prouvait bien qu’elle grandissait beaucoup trop vite. Bientôt, on la lui arracherait… Il n’avait plus qu’à faire en sorte que son ravisseur soit digne d’elle. Il se délecta du gruau en silence jusqu’à ce que la jeune femme ne le relance sur le voyage dont il revenait. Il haussa les épaules, en prenant un air volontairement désintéressé : « Oh, tu sais, la routine. » Officiellement, aux yeux d’Esja, il n’était qu’un cartographe. Il se gardait bien d’évoquer devant elle, les missions d’espionnage et d’écoute qu’on pouvait lui confier, de même que les quelques informations confidentielles qu’il pouvait recueillir çà et là. Même si sa réputation de stratège et d’observateur lors des raids le précédait, c’était une partie de lui qu’il préférait garder privée. Il attendit de lire l’impatience sur son visage avant d’ajouter : « Je suis allé boire une bière à la Chèvre rieuse, j’ai vu des amis. J’ai entendu le pire conteur se prendre pour un scalde émérite. J’en ai encore les oreilles qui bourdonnent. Ah et j’ai failli te ramener un chien, mais Lundr a protesté. » Cuillère en main, il suspendit son geste pour guetter la réaction de sa fille. Bien entendu, il n’en avait eu nullement l’intention, à moins de trouver un chien de garde férocement éduqué et dédié à sa cause. « J’y ai croisé une amie de longue date, c’était plutôt inattendu. » Mensonge. « La capitale recherche activement des cartographes qui ont balisé les reliefs de la côte est. On peut s’attendre à quelque chose, je crois. Je me suis contenté de vendre mes cartes à un très bon prix. » Elle n’était pas bête. Elle avait entendu les rumeurs, autant lui révéler la vérité et passer à autre chose. « Comme tu as pu entendre, Solstheim est agité. On approche d’un conflit mais a priori, Isenseg devrait ne pas être trop impliqué. » Il l’espérait, du moins. De toute manière, Esja serait à l’abri. Il reposa son couvert puis fourra sa main dans son manteau. « Oh, et puis c’est tombé dans ma poche avant de repartir. Je crois que ça vient de Skogen. Un reste, je suppose… » Sous son nez, il ouvrit sa paume sur un morceau de minerai d’un bleu éclatant. Il avait été poli, lissé et taillé dans une forme incroyablement ronde qui n’avait rien de naturel – de surnaturel, peut-être. Dans la pierre, se reflétaient mille nuances, s’agrémentant même de lueurs dorées quand la lumière s’y prêtait. Dès qu’il l’avait vu, Ástvar avait su qu’elle aimerait cet objet terriblement inutile mais qui prêtait à l’imagination. « Tu me conteras son histoire dans quelques jours... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: and above all family blood △ esja   - Mer 28 Juin - 19:24


L
a jeune femme restait fidèle à elle-même. Comme elle l’avait toujours fait depuis toute petite, elle avait attendu avec impatience le retour de voyage de son père, avide de ses récits témoignant d’un monde qu’elle ignorait presque totalement. Encore enfant, elle courait vers Ástvar, grimpait sur ses genoux et buvait chacune de ses paroles durant de longues heures jusqu’à rechigner d’aller dormir quand sa mère le lui ordonnait. Rêveuse de ces contrées, parfois jusqu’à l’obsession, Esja allait même jusqu’à demander ces histoires que son père avait déjà raconté une bonne centaine de fois. Mais ce dernier s’exécutait tout le temps pour faire plaisir à sa petite fille. Désormais, si elle ne pouvait plus s’asseoir sur ses genoux, la jeune femme posait toujours ses coudes sur la table et se régalait de ses récits.

Ses yeux pétillaient de malice quand son père se décida à commencer. Elle pouffa légèrement de rire quand il évoqua ce conteur en l’imaginant s’humilier dans la taverne. Esja savait qu’elle devait mieux retenir ce genre de réaction, car ce n’était pas digne d’une femme, mais sa nature vive et éveillée refaisait toujours surface malgré ses efforts. L’âge la rendrait plus sage, espérons-le. « Tu aurais pu le ramener, ça m’aurait fait un peu plus de compagnie dans cette maison. » Un peu d’amertume dans le son de sa voix. Il était vrai que ses jours se ressemblaient terriblement. Il ne se passait jamais rien à Isenseg, mais elle comptait bien changer tout cela. Elle n’écoutait plus vraiment, emportée par ses songes où un chien était entré dans sa vie et où elle se voyait courir dans la forêt avec lui.  Elle n’en voulait pas à son père ni à sa mère de la laisser seule, la jeune femme regrettait cependant le fait qu’elle n’accomplissait rien. Elle avait la terrible impression de passer à côté du destin que les dieux lui ont dessiné pour elle. Désormais, Esja était décidée à ce que cela change quand bien même elle devrait faire de la peine à son père. Son attention se réveilla soudain lorsqu’il parla de Solstheim – c’était là sa chance de pouvoir y aller. Après tout, la jarl avait décidé de rassembler ses troupes pour aller défendre le roi. Elle devait demander à son père de pouvoir l’accompagner. Mais avant qu’elle ne puisse lui répondre, il lui montra le présent qu’il lui avait ramené. Se penchant légèrement, elle prit délicatement la pierre bleue entre ses doigts fins et l’admira durant quelques secondes. Elle était incroyablement belle et une énergie étrange s’en dégageait. Elle la releva devant son visage et l’approcha de son œil. « C’est une goutte d’eau provenant du puit du Destin, échappée du sot d’Urd, Verdandi et Skuld. » Fascinée, elle l’approcha de ses lèvres pour y déposer un baiser en signe de reconnaissance aux dieux. « Nous verrons bien ce qu’elle a à nous révéler. Merci, père. » Elle se leva doucement et alla enlacer son père. Bien que pudique, elle savait qu’il ne refuserait pas ce geste d’amour. Retournant à sa place, ses yeux restaient posés sur Ástvar. « Cela signifie que tu vas devoir repartir pour Solstheim ? Pourquoi la capitale aurait besoin de cartographes ? » Elle jouait avec la pierre. « Tu sais, il y a beaucoup de rumeurs qui courent dans les rues d’Isenseg. Elles me font peur, car elles ne disent pas que ce village sera éternellement à l’abri des conflits. » Il fallait le prendre par les sentiments, peut être accepterait-il qu’elle l’accompagne afin qu’il la protège. « J’ai entendu dire que la Jarl voulait envoyer des milices jusqu’à Solstheim. Comment Isenseg pourrait être en sécurité si ses meilleurs combattant s’en vont ? »
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: and above all family blood △ esja   -

Revenir en haut Aller en bas
 
and above all family blood △ esja
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: END OF THE STORY :: RPS ABANDONNÉS.-
Sauter vers: