navigation.


 
 Death’s such a good friend (Osten)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t503-i-wasn-t-listening-but-i-


Sjøen Lund
skilgetinn - enfant légitime

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 825
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie
FACECLAIM : w. shields @ eurydie

AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
STATUT CIVIL : Encore loin, très loin des histoires de mariages et d'alliances.
METIER : Fille de roi, dernière née.
LOCALISATION : Solstheim. Là où vit sa famille. Dans ce grand... truc... vide et ennuyeux.

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Death’s such a good friend (Osten)   - Lun 28 Aoû - 22:57

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






L
es couloirs étaient calmes… On pourrait aisément entendre le bruit du vent à travers une porte fermée, et de tous les gens qu’elle croisait, c’était à peine si on remarquait sa présence. Elle, la fille du Konungr ! La guerre se préparait, mais rien ne semblait plus plat. Cette demeure était encore habitée, mais elle semblait si vide. Oh Sjøen pouvait encore voir sa mère qui avait pris la tête de cette cité en l’absence de son père, ou elle pouvait encore rendre visite à sa sœur, encore alitée suite à tout ce qui s’était passé… Mais elle était Sjøen, elle ne pouvait tout simplement pas entrer dans la chambre de son aînée simplement parce qu’elle avait besoin de compagnie. Guiséla avait été bien des choses aux yeux de la benjamine, mais ces deux-là étaient loin d’avoir une relation complice et fraternelle. Sjøen lui avait déjà rendu visite une fois, voire peut-être deux, et c’était bien assez.

Elle ne voulait pas être ici. Chaque fois qu’elle en avait l’occasion, la jeune fille relever son regard au loin, vers les champs qu’elle ne percevait même pas, là où se battront les troupes de son père contre les traîtres. Rien qu’en y pensant, son sang se mettait à bouillir dans ses veines et sa main se resserra sur le manche de son épée, unique cadeau de sa tante. Son père allait se battre, là dehors, contre des hommes pour qui respect et honneur ne sont que du vent. Elle n’avait jamais aimé Detelf, son aîné. Mais le savoir capable de trahir son propre sang, se retourner contre sa propre patrie… Sjøen ne saurait le supporter.

La jeune fille était en colère. Elle l’avait toujours été, pour bien des raisons. Mais en cette période troublée, c’était comme si c’était l’unique sentiment qui lui restait. Ça brûlait dans sa poitrine, comme un feu incontrôlé… mais qu’y pouvait-elle ? Ici, à Solstheim, elle ne restait que l’impuissante petite princesse qu’on garde précieusement, de peur qu’elle finisse comme son traître de frère ou comme sa sœur blessée. De l’entière fratrie Lund, elle était la seule à être encore debout, et du bon côté ! Alors que faisait-elle ici ? Dans les couloirs de la demeure familiale ? Que faisait-elle si loin du champ de bataille ? Dire qu’elle pourrait y être, porter le bouclier de sa lignée, s’élancer dans l’affrontement dont elle connaissait déjà l’issue : contrairement à son frère et au jarl Alderik, sa cause était juste. Et les dieux, de son côté.

Ce serait ridicule d’imaginer qu’ils soutiendraient un homme aussi abject.

Alors qu’elle s’était enfin décidée à revoir sa mère, tenter de la convaincre une nouvelle fois de la laisser partir, un garde lui bloqua finalement le passage. La princesse leva son regard vers lui, et si elle en aurait été capable, elle l’aurait décapité rien qu’avec cela.

« Écartez-vous. Je veux passer. »

Elle avait beau n’avoir que quatorze ans, elle avait une sacrée autorité dans la voix. Cependant, elle savait pertinemment que ça ne suffirait pas… ce qui ne fit que s’additionner à sa frustration.

« Je regrette, la reine est occupée. »

Sa mâchoire se contracta. Elle s’apprêta à répliquer quelque chose de cinglant, mais elle fut immédiatement interrompue par cette porte qui s’ouvrait. Finalement, il semblerait qu’elle soit arrivée à point nommé ! Un homme en sortit, et ce n’était pas un énième garde ou bien un de ces hommes qui géraient quelques affaires de la famille. Ou si, en quelques sortes… La princesse reconnaissait vaguement cette dégaine. Il était jeune, mais il dégageait quelque chose de lointain. Au bout de quelques longues secondes, alors que l’homme était déjà parti de son côté, elle put finalement mettre un nom sur son visage. Osten Fölksonn. Celui qui faisait voler les têtes au nom de la royauté et de la justice. Souvent les deux à la fois. Mais le voir ici… Une nouvelle idée lui vint, et en fin de compte, l’idée de voir sa mère pour une requête impossible lui semblait complètement inutile. Sjøen s’élança alors dans le couloir, cherchant à rattraper le bourreau avant qu’il ne soit complètement hors de portée. Elle ne lui avait pas laissé tant d’avance que ça, de toute évidence.

« Eh, vous ! Bourreau ! » appela-t-elle dès qu’elle l’eut dans son champ de vision, au bout d’un couloir désert.

Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il s’arrête. Et elle fit quelques pas en sa direction. La plupart des gens l’évitaient, surtout les autres enfants… Quelques mois auparavant, quand elle trainait encore avec les gosses des rues, elle avait entendu des tas d’histoires. Cet homme savait tuer, aimait tuer. Et pour être honnête… elle espérait que ces histoires soient vraies.

« Que faisiez-vous à l’instant ? Mère vous envoie tuer quelqu’un ? »

À supposer qu’il restait quelqu’un à tuer dans les environs. Ce qui n’était pas garanti, compte tenu que ceux qui méritaient un tel sort se trouvaient sur le champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Mar 3 Oct - 10:21

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






L
Je suis appelé à la cour. C'est toujours pour la même chose, jamais pour de la courtoisie. J'y plane comme l'ombre même de la mort, les gens au palais ne passent pas la tête dans le couloir quand ils me sentent arriver. Comme si j'allais décider de leur trancher la tête pour cause de curiosité. Après tout, je sais que je suis une attraction pour eux, je ne devrais plus m'en choquer. Pour résumer : rien de nouveau sous le ciel. La guerre se prépare, et malgré tous les morts qui vont partir rejoindre les dieux, j'ai quand même de quoi remplir ma bourse.
Quelle ironie.


Il suffit d'un nom, de quelques pièces, du jour et de la méthode employée, et me voilà reparti. Simple. Efficace. Ivan Kullgorf, 5 pièces dorées, demain soir, l'aigle de sang. Je ne sais pas ce que cet homme à fait, mais sa mort va être un véritable chef d’œuvre. Il montre peut-être l'exemple pour les hommes qui oseront s'opposer au pouvoir royal ? Quel exemple digne de ce nom dans ce cas là. Malgré ce qu'on peut penser, mon métier à beau être un fardeau constant, c'est un artisanat qui demande beaucoup de technique et de précision.
Je ne suis pas qu'un vulgaire boucher. Donner la mort est un art.

Je suis rattrapé peu de temps après ma sortie de la salle par une voix fluette mais déterminée.
- Eh, vous ! Bourreau !
Je m’arrête. Tiens, la petite princesse connue pour son fort caractère voudrait pouvoir se venter auprès des gens de son age d'avoir approché de prés l'affreux bourreau ? Quel courage. Elle s'avance vers moi, ce qui me fait presque sourire. Cette petite est bien différente de l'idée qu'on se fait d'une princesse.
- Que faisiez-vous à l’instant ? Mère vous envoie tuer quelqu’un ?
Touché ! Intelligente en plus de ça, même si ce n'est pas très difficile à deviner. Ne sachant pas si j'ai le droit de discuter ainsi avec une personne de sang royal, je décide d'esquiver et de continuer à marcher :
- Je ne crois pas que ce soit vraiment vos affaires, princesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t503-i-wasn-t-listening-but-i-


Sjøen Lund
skilgetinn - enfant légitime

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 825
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie
FACECLAIM : w. shields @ eurydie

AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
STATUT CIVIL : Encore loin, très loin des histoires de mariages et d'alliances.
METIER : Fille de roi, dernière née.
LOCALISATION : Solstheim. Là où vit sa famille. Dans ce grand... truc... vide et ennuyeux.

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Mar 3 Oct - 15:30

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






C
e qui aurait réellement étonné la jeune fille aurait été d’apprendre qu’on l’ait envoyé faire autre chose que trancher des têtes. Un bourreau était un bourreau, il devait être un spécialiste dans la façon d’ôter la vie ! Un petit peu comme les guerriers, bien que ce soit deux choses complètement différentes dans l’esprit de la princesse. Il avait du sang sur les mains, et la mort comme compagnie. D’ailleurs, d’après les rumeurs, il n’avait pas beaucoup d’amis : les gens passaient leur temps à l’éviter, croyant qu’il apportait le malheur. Sjøen se souvenait de combien certains gamins qu’elle côtoyait craignaient de le croiser dans les couloirs.

Il passa devant elle, comme si elle n’existait pas, l’envoya balader dans une réplique sèche et passa son chemin. Rien que cela, ça mettait dans une colère noire la jeune fille. Qu’on l’ignore et qu’on la laisse pour compte sans trop faire de cas d’une princesse si jeune et si ignare, c’était bien son lot depuis des années. Même maintenant, que sa famille se déchirait en tragédies et trahison, c’était là tout le crédit qu’on lui vouait. « Je ne crois pas que ce soient vraiment vos affaires, princesse. » Encore et toujours la même rengaine. Il était vrai que Guiséla attirait davantage l’attention, elle.

Serrant ses poings, les sourcils froncés à en faire mal, elle s’élança de quelques pas pour le rattraper et le bloquer dans sa progression. Hors de question qu’une personne de plus l’ignore !

« Tout ce qui se passe dans cette demeure sont mes affaires, bourreau ! » répliqua-t-elle en insistant grandement sur son dernier mot.

Elle croisa ses bras d’un geste autoritaire, levant le visage pour pouvoir le fixer dans les yeux. Sans peur. La peur, elle ne connaissait pas. Et quand bien même elle éprouverait un sentiment semblable, ce n’était certainement pas ce boucher qui en serait responsable. Elle était princesse, qui aurait l’audace de demander à cet homme de lui porter malheur ? À elle ? La fille de la femme pour laquelle il travaille ? Ridicule. Et puis à bien le regarder, il ne semblait pas plus effrayant qu’un autre.

« Il paraît que vous savez tuer de mille façons, et que c’est pour ça que Mère vous embauche tout le temps. Si c’est vrai, je vous engage aussi. »

Directe. Son plan semble si sûr dans son esprit, si logique... Il n’y avait aucune raison de tourner en rond et de perdre du temps. D’autant plus que la princesse était parfaitement sérieuse.

« Montrez-moi. C’est tout ce que vous avez à faire. Ça devrait être dans vos cordes, à moins que vous ne mentiez sur vos capacités. Et dans ce cas, je ne verrai pas pourquoi Mère fait appel à vous. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Dim 29 Oct - 11:37

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






E
lle me bloque le passage.
- Tout ce qui se passe dans cette demeure sont mes affaires, bourreau !
Cette petite à du cran, mais elle ne se frotte pas à la bonne personne. Je plaint l'homme qui sera amené à l'épouser.
Elle se planta là, les bras croisés, attendant certainement que je réponde quelque chose, mais comme je ne disais rien à cette enfant, elle fini par ajouter :
- Il paraît que vous savez tuer de mille façons, et que c’est pour ça que Mère vous embauche tout le temps. Si c’est vrai, je vous engage aussi.
Engagé ? Par une môme royale ? J'avais envie de rire mais elle aurait trouvé ça déplacé et je n'avais pas envie de finir je ne sais où pour avoir manqué de respect à une princesse. De plus, elle semblait sérieuse. Que veut-elle que je fasse ? Que je tue un petit camarade qui lui aurait cherché des noises ? Je suis bourreau, pas assassin.
- Montrez-moi. C’est tout ce que vous avez à faire. Ça devrait être dans vos cordes, à moins que vous ne mentiez sur vos capacités. Et dans ce cas, je ne verrai pas pourquoi Mère fait appel à vous.
Elle dit cela comme si elle cherchait à toucher une code sensible et à me faire du mal. Il en faut bien plus, malheureusement pour elle. Mais je rentre quand même dans son jeu : ce sera son problème si elle fait des cauchemars toute la nuit après. Je décide de lui faire peur, de voir jusqu'où elle est prête à aller.  
- Bien. Aller chercher un garçon de cuisine, ou un autre mioche sans importance. Je vous attends dans la cour, je vais affûter mes outils.
Évidement, je n'ai rien sur moi, seulement de quoi me défendre, et je ne vais pas m'en prendre à un pauvre garçon, mais je me délecte de l'expression qui s'affiche sur le visage de la princesse. Je fais mince de me diriger vers la cour, où je vais tenter de dénicher quelque part un poulet ou une vieux chien à abattre, si vraiment elle veut voir la mort de ses yeux.
- Et dépêchez vous, j'ai d'autres choses à faire moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t503-i-wasn-t-listening-but-i-


Sjøen Lund
skilgetinn - enfant légitime

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 825
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie
FACECLAIM : w. shields @ eurydie

AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
STATUT CIVIL : Encore loin, très loin des histoires de mariages et d'alliances.
METIER : Fille de roi, dernière née.
LOCALISATION : Solstheim. Là où vit sa famille. Dans ce grand... truc... vide et ennuyeux.

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Dim 29 Oct - 15:50

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






I
l ne la prenait pas au sérieux. C’était plutôt évident après tout, rares étaient les personnes à vraiment l’écouter et la prendre en considération. Un jour, cela changera. Elle les forcerait à changer. Tous autant qu’ils sont... Mais pour l’heure, elle comprenait bien qu’elle n’était pas encore prête. Trop faible. Bien qu’elle enrageait à cette conclusion, il fallait bien qu’elle se rende à l’évidence : elle n’avait combattu jusqu’ici que dans des guérillas de gosses quand elle réussissait à échapper à la surveillance de ses gardes. Aujourd’hui, son objectif allait bien plus loin. Il lui fallait la tête de son frère. La tête de tous les traîtres.

« Bien. Allez chercher un garçon de cuisine, ou un autre mioche sans importance. Je vous attends dans la cours, je vais affûter mes outils. »

Avait-elle bien entendu ? Cette raclure lui demandait d’aller chercher un serviteur ? Un esclave ? Comme Valgeir ? Le regard de la princesse changea d’un coup, augmentant encore plus son choc et sa rage en entendant ces mots. Comment pouvait-il oser dire ça, cette ordure ! Valgeir avait été son seul ami, son meilleur ami... Mort quand que personne ne sache pourquoi. Tout le monde s’en moquait, ce n’était qu’un esclave. Serait-ce possible que... que ce soit lui ? Que ce soit le bourreau ? Ça semblait si simple pour lui.

Non, impossible. Valgeir était mort noyé. Noyé... ça ne ressemblait pas à une exécution, ça ressemblait à un accident. Et un bourreau n’accepterait jamais que son travail ressemble à un accident.

Ce n’était pas Osten. Elle ferma les yeux, elle inspira un coup... Si jamais elle ne s’était pas fait cette réflexion-là, elle lui aurait sauté à la gorge sans hésiter. Peu importait qu’elle ait des ennuis par la suite, elle aurait vengé Valgeir. Elle se serait vengée. Enfin, il fallait croire qu’elle resterait dans le flou encore un long moment... Allez Sjøen, reprends-toi. Impose-toi. Tu es la fille de ton père, ne te laisse pas marcher dessus.

« Non. » déclara-t-elle fermement. « Pas d’esclave, pas d’innocent. C’est ma seule règle. »

Et elle n’y dérogerait pas. Hors de question de tuer quelqu’un qui n’est pas coupable de quelque chose. Après tout, elle ne veut pas être un boucher, seulement un bourreau. Comme lui, mais selon ses propres règles. Au moins, elle saurait tuer efficacement, et elle ne demandait rien d’autre. Il partit, prenant le couloir qui dirigeait vers la cour... Elle devait trouver une solution, quelque chose à tuer. S’il devait lui apprendre maintenant, elle n’allait pas laisser passer cette chance ! Alors elle réfléchit. Rapidement. Un animal ? Pas une mauvaise idée. Mais quoi ? Une chèvre ? Non, on ne lui laissera jamais l’occasion de la sortir de l’enclos. Elle partit dans l’autre direction, espérant trouver quelque chose. Odin l’avait peut-être entendue, car dès qu’elle leva la tête, elle trouva un gros chat sur le rebord de la fenêtre. Il était gris, les poils longs et emmêlés... Sjøen l’avait déjà vu plusieurs fois, mais pas d’aussi près. Lentement elle s’approcha, levant son bras vers lui prudemment. Ce chat avait d’abord l’air méfiant, mais il se laissa finalement séduire, et la princesse put le caresser... Puis le prendre dans ses bras.

« On va faire un tour dans la cour, toi et moi... »

En espérant que le bourreau ne soit pas parti. Arrivée à destination, elle le chercha du regard, prête à le maudire si elle ne le trouvait pas.

« Bourreau !! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Osten Fölksonn
Bondi - le peuple vikings.

behind the shield.
POSTS : 221
SEPTIMS : 875
ARRIVAL : 24/02/2017
IDENTITY : verveine.
FACECLAIM : maxirons + ISHTAR.

AGE : vingt-quatre ans.
STATUT CIVIL : seul, et c'est mieux comme ça.
METIER : bourreau, abatteur, bûcheur, béquillard, boucher, coupe-tête, exécuteur, sadique, tortionnaire, tranche-tête. Il fait le sale boulot, celui que tout le monde acclame lorsqu'il est face à la foule, mais que jamais l'on ne remercie.
LOCALISATION : dans les hauteurs de Solstheim.

INVENTAIRE : (joker n°1) Un poignard toujours bien aiguisé dans un fourreau accroché à sa ceinture, une besace dans lequel il range divers choses : un gourde d'eau, de quoi allumer un feu et des friandises pour son chiot. Pour le travail, il utilise très souvent la hache de son père qui commence à se faire vieille et pour chasser, il fabrique des pièges ou utilise une arbalète.

NOT A LOVER
A DISASTER
☾ Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse; ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins, qui d'une main distraite et légère caresse avant de s'endormir le contour de ses seins. Sur le dos satiné des molles avalanches, mourante, elle se livre aux longues pâmoisons. Et promène ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraisons.
@charlesbaudelaire ✔️

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Dim 29 Oct - 19:47

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






-Non. Pas d’esclave, pas d’innocent. C’est ma seule règle.
Ces sur ces mots, je continue sur ma lancée et me dirige tout de même vers la cour. Il fait frais, et le jour commence à décliner. Je caresse mon chiot qui m'a bien sagement attendu près des gardes, comme je le lui ai demandé, et je n'ai même pas le temps de me mettre en quête d'une cible pour la princesse qu'elle revient :
- Bourreau !
Je me retourne vers elle et l'observe, les bras chargés d'un gros chat gris. Elle est donc vraiment décidée à voir ce que ça fait de tuer... Vaïle grogne contre le félin mais je le fait taire immédiatement, et lui fait signe de se coucher.
- Si son altesse à décidé que ce chat devait mourir, qu'il en soit ainsi.
J'ajoute à mes paroles un sourire narquois et lui prends le chat des bras en sortant mon poignard de ma botte, que je pose par terre, le chat avec, mais je maintient ce dernier d'une main. Accroupis au dessus de l'animal, je m'assure que Sjoen regarde bien ce que je fais, et lui dit :
- Donner la mort n'est pas annodin. On doit respecter la vie qu'on retire. Ne surtout pas y prendre du plaisir, il faut rester neutre quand on est bourreau. Innocent ou coupable, peu importe, si il l'est pour ceux qui dirigent, tu n'as pas ton mot à dire... Mais je sais que ce n'est pas ce qui t’intéresse.
Je place mon pouce entre les deux yeux du chat, qui se met à ronronner, et prends ma dague de l'autre main tout en disant à la princesse :
- Il faut surtout faire ça proprement. Tu peux lui planter un couteau juste là, entre les deux yeux, et ce sera tellement rapide qu'il ne souffrira pas. Tu peux aussi lui briser la nuque avec les mains, mais il faut plus de force que tu n'en as...

Je passe ma main libre sur la gorge du chat, qui ronronne alors encore plus, mimant de l'autre main ce que j'explique :
- Tu peux lui trancher la gorge, mais ce n'est justement pas trés propre et si tu y vas assez fort, lui couper la tête, mais il te faut une grosse lame, bien aiguisée. Comme une épée. Et il ne faut pas qu'il bouge, et il faut que la lame touche la nuque en premier, c'est plus simple.
Je tends ma tague à Sjoen. Je ne sais pas vraiment pourquoi elle me demande ça, et pourquoi elle veut faire du mal à ce pauvre chat, mais j'ai la conviction que ce que je lui dit pourrait lui servir à nouveau un jour, si on s'en prends à elle. Je ne compte pas en faire une guerrière au bouclier, juste qu'elle sache où viser pour faire un peu plus que mal.
- Je t'ai dit et montré, à toi maintenant. A quelle sentence condamne tu ce chat ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.afjarniogis.org/t503-i-wasn-t-listening-but-i-


Sjøen Lund
skilgetinn - enfant légitime

behind the shield.
POSTS : 90
SEPTIMS : 825
ARRIVAL : 31/03/2017
IDENTITY : Eurydie
FACECLAIM : w. shields @ eurydie

AGE : Quatorze printemps. Tout juste.
STATUT CIVIL : Encore loin, très loin des histoires de mariages et d'alliances.
METIER : Fille de roi, dernière née.
LOCALISATION : Solstheim. Là où vit sa famille. Dans ce grand... truc... vide et ennuyeux.

INVENTAIRE : joker n°1.

there's a warrior.

FEUILLE DE PERSONNAGE.
compétences :


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   - Lun 30 Oct - 0:15

Some use long-winded speeches to reach the heart of people
but I prefer a blade.

Death’s such a good friend






À
mesure qu’elle avançait vers le bourreau, la princesse sentit son cœur s’accélérer. Il tambourinait, comme s’il était pressé ou qu’il voulait au contraire retarder ce moment. Mais dans son esprit, c’était très clair : elle voulait voir. Elle voulait sentir ce que ça faisait. Elle voulait imaginer ce que ça ferait si c’étaient les personnes qu’elle détestait le plus au monde. Le fait qu’il s’agissait d’un chat ne changeait rien à l’histoire, et tant pis pour cette créature.

Enfin... dire que ça ne lui faisait rien de voir la perceptive de tuer cet animal, c’était en partie un mensonge. Elle l’avait déjà vu, de loin. Il faisait partie du paysage. Alors forcément, elle eut un léger pincement dans la poitrine. Mais écouter le bourreau balaya tout ça. C’était si... propre, neutre, professionnel. Elle l’écouta comme elle écoutait rarement : avec intérêt, avec sérieux, retenant le moindre de ses mots.

« Donner la mort n’est pas anodin. On doit respecter la vie qu’on retire. Ne surtout pas y prendre du plaisir, il faut rester neutre quand on est bourreau. Innocent ou coupable, peu importe, si il l'est pour ceux qui dirigent, tu n'as pas ton mot à dire... Mais je sais que ce n'est pas ce qui t’intéresse. »

Non, en effet. Car cela voudrait dire qu’elle devrait respecter les morts de ce traître de jarl, de son traître de frère. Et ça, oh si jamais elle réussissait à avoir son épée sous leur gorge, elle ferait en sorte d’y ressentir du plaisir.

« Et les traîtres ? » demanda-t-elle alors, comme pour se donner une bonne conscience derrière sa colère.

Elle le fixa un instant du regard, avant de finalement continuer d’écouter ses paroles, ses instruction. Du regard elle suivait le moindre de ses gestes au-dessus du chat, faisant de son mieux pour enregistrer dans sa mémoire tout ce qu’il lui disait. Toutes les instructions, tous ses conseils.

Le bourreau lui tendit finalement son arme, une dague. Son souffle s’accéléra. Il voulait qu’elle tue ce chat. Elle n’avait encore jamais rien tué jusqu’à présent. Une grande inspiration. La lame semblait extrêmement coupante, elle brillait sous les dernières lueurs. Une grande expiration. Le chat semblait commencer à se débattre sous la main ferme d’Osten.

Sjøen approcha lentement la dague, se répétant intérieurement les différentes méthodes qu’il venait d’évoquer. Mais ce n’était qu’un chat, pas un criminel. Comme hypnotisée par ce qu’elle s’apprêtait à faire, elle regarda le chat dans les yeux, son cœur faisait un bruit monstre, elle leva la lame. Et la planta du plus fort qu’elle put dans la petite tête de l’animal. La seconde d’après, elle réalisa. Sa main tremblait, et elle peinait à desserrer ses doigts du manche.

« Je... Je ne me sens pas très bien... »

Une odeur qui ne semblait exister que dans sa tête lui monta au crâne, et elle fut prise de nausées. Elle eut à peine le temps de se tourner que son dernier repas se retrouva sur le sol de la cour.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

behind the shield.
there's a warrior.


Sujet: Re: Death’s such a good friend (Osten)   -

Revenir en haut Aller en bas
 
Death’s such a good friend (Osten)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Death’s such a good friend (Osten)
» - TO EAT FOR RESSOURCE ME WITH A GOOD FRIEND - {Arizona}
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Goodbye my old friend...
» Good Morning England - Demande de partenariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: NORWAY :: SOLSTHEIM :: PALAIS ROYAL.-
Sauter vers: