navigation.


 
 ≈ CULTURE & TRADITIONS.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


The Ancient One
PNJ - maître du jeu.

behind the shield.
POSTS : 433
SEPTIMS : 1177
ARRIVAL : 04/08/2016
IDENTITY : a god has no name.
FACECLAIM : (c) nanda parbat.

compte pnj, ne pas mp.

there's a warrior.


Sujet: ≈ CULTURE & TRADITIONS.   - Mer 21 Déc - 23:29

vie quotidienne
mener sa vie comme un bon gros viking.



vivre comme un viking
Afin de faciliter votre compréhension de l'univers et de la vie d'un viking et de ce qu'il est possible - ou non - de faire, voici quelques éléments qui vous seront utiles : l'alimentation, la mode, l'hygiène, ainsi que les animaux domestiques.


alimentation
Vous trouverez ci-dessous :

I. La vaisselle utilisée.
II. Les ingrédients consommés.
III. Les principales boissons vikings.



I. VAISSELLE ≈ Contrairement aux idées reçues, on mange dans des assiettes ou des bols faits de poterie ou de bois, avec une cuillère et un couteau (qui sert à la fois de couteau et de fourchette). Les couverts, eux, sont faits de bois, de corne ou d'os d'animal. Les verres les plus "primitifs" sont de simples cônes taillés dans du bois ou dans l'écorce. Les plus courants sont faits de corne de bovin ou de chèvre, ornés de détails de métal censés les personnaliser et les rendre uniques. On se sert également de bols en forme d'oiseaux appelés öl-gass avec lesquels on se sert l'alcool chaud ou la soupe directement dans la marmite.

II. INGREDIENTS ≈ Le menu quotidien se compose généralement de gruau (préparation de grains de céréales dépouillés de leur enveloppe corticale par une mouture incomplète), à base de céréales, de pain et de produits laitiers. La viande et le poisson restent des mets rares, qu'on réserve notamment aux célébrations et jours spéciaux. Cela varie d'un endroit à l'autre, selon les ressources disponibles à proximité de l'habitat. Un village côtier aura plus facilement accès au poisson qu'un village dans les terres. L'importation étant pratiquée à petite échelle, il est malgré tout possible de se procurer des ingrédients venus de l'ensemble du pays et d'ailleurs. Parmi les céréales et graines consommées par les Vikings, on trouve :

L'orge, le seigle, l'avoine, l'épeautre, le blé (plus rare), les graines de lin, les graines de chanvre, les graines de colza.

Le lait de chèvre ou de vache est très peu consommé en tant que tel. On s'en sert de matière première pour créer des produits laitiers qu'il est possible de conserver et consommer durant les hivers les plus rudes, puisqu'il n'y a plus de production de lait à cette époque. Parmi ces produits, on trouve :

Le beurre, le babeurre, le fromage (très salé pour être conservé), le skyr (à mi chemin entre le yaourt et le fromage), le lait caillé, le petit-lait.

L'élevage des bovins est le plus courant. Les fermes les plus importantes peuvent comporter entre 80 et 100 bêtes. On les apprécie pour la quantité de viande exploitable, ainsi que le lait fourni par les vaches, l'instar de la volaille appréciée pour sa viande et ses œufs. Vient ensuite l'élevage de porcs, privilégié des grosses colonies car ces animaux, omnivores, permettent de recycler toutes sortes de déchets alimentaires. La chasse permet également de se délecter de gibiers, d'oiseaux sauvages, de baleines et de phoques. La viande est un produit consommé de façon saisonnière ; on abat les bêtes en fin d'année pour ne pas avoir à les nourrir durant l'hiver. Parmi les viandes, on trouve :

Le bœuf, la vache, le veau, le mouton, l'agneau, la chèvre, le porc, le cheval (très occasionnellement), le cerf, le wapiti, le renne, le sanglier, l'ours, le lapin, l'écureuil, le phoque, la baleine.
Le poulet, l'oie, le canard, le pluvier doré, le pluvier gris, le vanneau, le tétras.

Les poissons sont pêchés toute l'année, mais les espèces varient en fonction des saisons. De manière générale la pêche est plus mauvaise en hiver, époque à laquelle on conserve le poisson par séchage. On consomme également des fruits de mer en bord de mer ; ceux-ci ne sont pas importés dans les terres car les temps de trajets leur font perdre leur fraîcheur et ils deviennent alors dangereux. Parmi les poissons et crustacés consommés, on trouve :

Le saumon, la morue, le hareng, le chinchard, le lieu noir, le marsouin, l'anguille, le brochet, le gardon, la perche
Les moules, les huîtres, les bigorneaux, les coques, les crevettes

L'agriculture étant la première activité de Norvège, les fermes sont nombreuses et les fruits et légumes consommés toute l'année. A l'instar des poissons, on les conserve par séchage, et les fruits dans du miel. L'utilisation d'herbes et d'épices est également monnaie courante. Les premières importations de pays lointains font peu à peu découvrir des goûts plus exotiques. Parmi les fruits, légumes et épices, on trouve :

La carotte, le panais, le navet, le céleri, le radis, les épinards, le chou, l'endive, les fèves, le pois
La mûre, la myrtille, la framboise, la fraise des bois, la cerise, la pomme, diverses baies, la noisette, l'amande, la châtaigne
L'aneth, la coriandre, le houblon, la menthe, le persil, le thym, ma marjolaine, les graines de pavot, la moutarde, le cumin
Après importation : le poivre, le safran, le gingembre, la cardamome, la maniguette, les clous de girofle, la muscade, le macis, la noix de muscade, la cannelle, l'anis, et les feuilles de laurier

III. BOISSONS ≈ Bien que les Vikings aient parfaitement conscience des dangers que représentent l'alcool et l'ivresse, ces boissons prennent une part importante dans leur culture, leurs célébrations et leur vie sociale en général. Voici donc les trois boissons alcoolisées les plus consommées :

• L'hydromel (mjöðr) L'hydromel est un alcool à base de miel tiré de ruches de paille tressées construites par les hommes, qui déciment les abeilles avant de prélever la récolte de miel. C'est l'alcool le plus ancien de Scandinavie, considéré comme l'alcool des poètes et de l'élégance. Il est du devoir des Jarl et des Rois d'en servir à leurs invités.

• La bière (björr) La bière est alcool fait à base d'orge, ainsi que le plus consommé des vikings. Ce sont généralement les femmes qui la brassent toute l'année, en dehors des fêtes et célébrations ou les hommes leur prêtent main forte pour doubler - voire tripler - la consommation occasionnelle. Cet alcool est accessible à toutes les classes sociales, et même les enfants y ont droit.

• Le vin Le vin est une boisson essentiellement importée du Danemark, fabriquée à partir de la fermentation de raisin. Il s'agit de la boisson la plus recherchée et donc de la plus onéreuse, uniquement réservée aux plus riches, pour ne citer que le Roi et sa cour.
mode
Vous trouverez ci-dessous :

I. Les matières utilisées.
II. Les couleurs.
III. La composition des tenues féminines.
IV. La composition des tenues masculines.
V. Les chaussures.
VI. Les bijoux.




I. MATIÈRES UTILISÉES ≈

• Le lin : il s'agit de la matière la plus répandue. Le lin est produit en quantité quasi-industrielle, puisqu'il faut pas moins de 20kg de plante pour produire une seule tunique. C'est une matière souple et légère qui facilite l'aisance dans les tâches quotidiennes.

• Le laine : elle est tissée pour obtenir une toile appelée vaðmál. Elle peut être naturellement noire, grise, brune ou blanche (souvent teinte dans ce cas-ci), et sert tant de vêtements quotidiens que pour le travail ou le voyage.

• La soie : c'est une matière extrêmement rare et chère, généralement réservée à la famille royale. Elle est le fruit de raids ou de très rares importations.

• Le cuir : il est utilisé pour fabriquer des ceintures, des chaussures, ou des vêtements imperméables après avoir été traités avec de la cire d'abeille ou de l'huile de poisson.

• La fourrure : elle permet de lutter contre le froid et  agrémente les châles des femmes et les capes des hommes. On utilise notamment des peaux d'ours, de rennes et d'écureuils.

II. COULEURS ≈ Les teintures sont des produits tirés d'ingrédients naturels qui servent à décorer les vêtements ou accessoires. Il existe une grande variété de colorants et plusieurs déclinaisons parmi les couleurs présentées ci-dessous, puisqu'il est presque impossible d'obtenir deux fois la même couleur.

• Le jaune, colorant obtenu grâce à l'oignon.

• Le bleu, produit de la guède (plante locale) ou de l'indigo, colorant importé.

• Le vert, fabriqué grâce au mélange de l'oignon et de la guède.

• Le violet, obtenu grâce au lichen pourpre. Cette couleur est la plus rare.

• Le rouge, produit avec l'aspérule odorante. Cette couleur est très prisée et signe - à tort - de fortune.

III. VÊTEMENTS ET ACCESSOIRES FÉMININS ≈

voir un exemple de tenue (@idavoll)

Les tenues des femmes sont composées de plusieurs couches de vêtements, censées protéger du froid en restant agréables à porter et souples pour faciliter les tâches du quotidien.

• La sous-robe ou chemise : faite de lin, elle a valeur de sous-vêtement et dépasse largement de la robe. Elle est fermée au niveau du cou à l'aide d'un ruban.

• La robe : faite de lin ou de laine, elle descend jusqu'aux pieds - il est formellement interdit de montrer ses chevilles ou ses mollets - et est fermée à l'iade d'une fibule (cf bijoux). Généralement simple et droite, elle peut être plus travaillée pour les femmes de haut-rang, et plissée.

• Le châle : il sert à décorer une tenue ou à protéger du froid. Il est noué sur la poitrine grâce à une boucle de métal. Il peut être agrémenté de fourrure.

• Le bandeau : accessoire de tissu porté autour de la tête à la manière d'une couronne. Généralement le fruit d'importation européennes et rehaussé de fils d'or.

• Le foulard : accessoire de tissu noué dans le cou qui descend le long du dos.

• Le capuchon : carré de tissu qui recouvre le cou la tête et descend dans le dos, noué sous le menton à l'aide de lanières.

• La ceinture : plus rare mais autorisée, les femmes peuvent y accrocher les clés de la maison, ou des accessoires utiles de la vie quotidienne mais ces derniers sont plus également attachés aux fibules.

IV. VÊTEMENTS ET ACCESSOIRES MASCULINS ≈

voir un exemple de tenue (@idavoll)

Les tenues des hommes sont composées de plusieurs couches de vêtements, censées protéger du froid en restant agréables à porter et souples pour faciliter les tâches du quotidien.

• La chemise de corps : elle est simple et faite de lin.

• La tunique, ou blouse : il en existe deux types : soit droite et descendant jusqu'à mi-cuisses, soit large et portée avec une ceinture. Elle peut être simple ou brodée, même s'il faut être plutôt riche pour se le permettre.

• La culotte : elle est l'équivalent du pantalon. Faite de lin ou de laine, elle est généralement longue et étroite. Les culottes larges et bouffantes sont des vêtements d’apparat, utilisés lors de fêtes ou de mariages.

• La cape : elle est attachée sur l'épaule droite et fermée à l'aide d'une fibule. Décorée de galon ou de fourrure, elle aide à lutter contre le froid, le vent et l'eau. Elle peut également être doublée de laine ou de duvet.

• Le chapeau : il existe une certaine diversité de chapeaux, allant du simple bonnets de laine au couvre-chef plus travaillé. Il est généralement fait de fourrure. On porte peu de chapeaux pour le plaisir, il s'agit avant tout de se protéger du froid.

• La ceinture : faite de cuir,  plus ou moins travaillé selon les envies. Elle permet d'y accrocher les petits objets utiles du quotidien, une bourse, et un couteau.

V. LES CHAUSSURES ≈ les chaussures n'ont pas ou peu de valeur esthétique et sont fabriquées de façon unisexe. Leur fabrication s'avère des plus simples : toujours faites de cuir, elles sont composées d'une seule pièce maintenue par un ruban pour les fermer, ou de deux pièces auxquelles est cousue une semelle. Les plus riches se sont parfois faire des chaussures plus fines décorées de runes. Les vikings utilisent également des bottes, notamment pendant les voyages et raids, qui tiennent mieux aux pieds.


VI. LES BIJOUX ≈ les bijoux sont très prisés des vikings et remplissent plusieurs fonctions : agrémenter une tenue, marquer le rang social du propriétaire, fermer des vêtements, signe de croyance ou de protection, ou moyen de paiement pour les échanges commerciaux. Ils sont faits de bois, d'ambre, de fer, de bronze et d'or et représentent des motifs géométriques, des têtes d'animaux ou des entrelacs sans signification particulière. La fabrication de bijoux est un art minutieux maîtrisé par peu d'hommes et de femmes qui se transmettent leur immense savoir en matière de moulage, tressage ou encore dans l'incrustation de gemmes. Parmi les bijoux on trouve notamment les broches, les colliers et les anneaux de bras. On ne porte cependant pas de boucles d'oreilles.

Les amulettes, faites de fer, de bronze, d'ambre ou d'argent, sont les bijoux les plus courants, utilisés comme porte-bonheur et portés en sautoir. Le motif le plus récurent représente le marteau de Thor (Mjöllnir). On trouve également :

L'anneau, symbole de souveraineté.
Le bâton magique, symbole du pouvoir souverain prêté à Odin.
Le fusil, symbole de feu purificateur et de source de vie.
Les outils miniatures, symbole d'activité et de fertilité.
La femme, représentant des valkyries tenant une corne à la main.
Le siège cubique, représentant les trônes de Thor et Odin.
La forme ronde ornée de motifs circulaires, représentant le soleil.

Les fibules (voir un exemple (@idavoll)), faites de bronze, d'argent ou d'or, sont des éléments de parure portées par les hommes comme les femmes. Elles permettent de fixer les vêtements, d'y attacher des colliers de perle ou des petits accessoires du quotidien comme des ciseaux, des couteaux, des clés, etc. Les femmes l'utilisent toujours en paire, alors que les hommes, eux, n'en n'utilisent qu'une pour fermer leur cape.
hygiène et esthétique
Vous trouverez ci-dessous :

I. Hygiène et accessoires de beauté.
II. Coiffures masculines.
III. Coiffures féminines.
IV. Les tatouages.



I. HYGIENE ET ACCESSOIRES ≈ Les Vikings ont la réputation d'être des sauvages et d'être sales. C'est parfaitement faux, puisqu'ils prennent un grand soin de leur hygiène corporelle et de leur apparence, du bain à la coiffure. Les époux se lavent parfois mutuellement les cheveux en guise d'affection. Ils changent régulièrement leurs vêtements et font la lessive chaque samedi, jour où ils prennent leur bain hebdomadaire. Cela semble peu, mais c'est pourtant bien plus régulier que dans certaines civilisations qui s'autoproclament "plus évoluées". Il leur arrive également de se laver dans la rivière ou tout autre courant d'eau naturel quand ils sont loin du foyer ou ne disposent pas de baignoire. Ils se lavent en tout cas quotidiennement les mains, le visage, et le plus régulièrement possible les cheveux. La seule raison pour laquelle les Vikings cessent de prendre soin d'eux est le deuil ; ils arrêtent de se laver le corps jusqu'à ce que le chagrin disparaisse.

Ils possèdent de nombreux accessoires qui concourent à une bonne hygiène quotidienne, comme :

Le peigne : fait d'os de baleine ou d'ivoire de morse, le peigne est utilisé durant le bain, sur cheveux mouillés. Il est très résistant, et sert à la fois à démêler et lisser, mais aussi à se débarrasser de la vermine : les poux.

Le cure-oreille : le cure-oreille n'est pas un coton-tige doux mais un instrument fait d'os, d'ivoire, d'argent ou de métal. Les femmes le portent accroché à leur fibule (cf partie mode) car ils sont décorés et considérés comme de beaux objets. Attention néanmoins, car il est facile de se blesser les oreilles avec.

La pince à épiler : à l'instar du cure-oreille, la pince à épiler est faite d'os, de métal, d'argent ou de bronze. On s'en sert pour toutes les parties du corps, y compris les sourcils que les femmes prennent soin d'épiler.

II. COIFFURES MASCULINES ≈ Les Vikings se coiffent d'une multitude de façons différentes. Ils se laissent pousser les cheveux jusqu'aux épaules et la barbe tant que c'est confortable et ne les dérange pas. Certains guerriers préfèrent les couper pour éviter d'être attrapés par les cheveux ou la barbe pendant les batailles. Il n'est pas rare de les attacher en queue-de-cheval, chignon ou tresse, de sorte à concilier cheveux longs et confort durant les raids. Autrement, ce sont les esclaves qui portent les cheveux très courts, signe distinct de servitude. Les hommes pratiquent également la décoloration avec un savon fortement basique, bien plus que les femmes.

III. COIFFURES FEMININES ≈ Les coiffures des femmes sont plus codifiées que celles des hommes : il est possible de connaître leur situation à leur façon de se peigner. Les cheveux blonds sont les plus prisés et appréciés des hommes, raison pour laquelle les femmes pratiquent la décoloration ou tâchent au moins d'éclaircir un peu leurs cheveux.

- Les femmes esclaves portent les cheveux courts ou très courts, comme leurs équivalents masculins, signe de leur servitude.

- Les femmes célibataires gardent les cheveux longs et lâchés sur leurs épaules et dans leur dos, car il s'agit là d'un fort atout de séduction. Elles les attachent parfois en tresse ou avec un bandeau, particulièrement lors de situations solennelles qui ne prêtent pas à la séduction.

- Les femmes mariées sont plus susceptibles d'attacher leurs cheveux avec un lien au sommet de leur tête ou en chignon. Certains époux insistent pour que leur femme aille même jusqu'à porter un couvre-chef mais rien ne les y oblige formellement.

IV. LES TATOUAGES ≈ Le tatouage est plus souvent pratiqué par les guerriers, dans le but d'intimider les adversaires ou de conter sur leur peau leurs exploits guerriers ou encore rendre hommage aux dieux, mais chacun peut y prétendre tant que la douleur est supportée. Les tatouages sont réalisés à l'aide de charbon de bois qui sert de pigment et sont de couleur vert foncé, bleu sombre voire noir. Ils représentent des formes entrelacées sans signification particulière ou sont composés de runes comme vous pouvez en voir ici ou là. Il faut malgré tout garder à l'esprit que la culture du tatouage n'existe pas encore et qu'il est rare d'être tatoué : personne n'en possède des pieds à la tête !
animaux domestiques
Vous trouverez ci-dessous :

I. Les animaux de compagnie.
II. Autres animaux de la vie courante.



I. ANIMAUX DE COMPAGNIE ≈ Proches de la nature, les Vikings respectent les animaux et font de certains d'entre eux des compagnons au quotidien. Il n'est pas question de les traiter comme des moins que rien ou leur faire du mal, c'est d'ailleurs strictement interdit. Le respect qu'ils leur vouent vient tout droit de leur croyance pour les Dieux, à qui on les associe. Vous trouverez à la suite les animaux de compagnie des Vikings :

LE CHAT : Le chat est très apprécié car il éloigne les rongeurs qui font des ravages sur les réserves de graines et de nourriture. Il est très commun d'offrir des chatons en cadeau à sa nouvelle épouse, symbole de la naissance d'un foyer. Le chat est associé à la déesse Freyja, dont on raconte que son char était tiré par deux félins ailés si lourds et forts que même Thor ne pouvait les soulever du sol. Il faut savoir que le chat des forêts - seule espèce de chat native de la région - ou skogkatt (la similitude avec le nom du village ne vous échappera pas), devient très gros et robuste une fois adulte, avec une fourrure assez importante pour le protéger du froid. Le skogkatt aime l'eau, pêche et voyage parfois avec les vikings sur les bateaux pendant les raids. ils vouent une véritable admiration à ces animaux à la fois élégants et puissants.

LE CHEVAL : Le cheval est un animal capital et apprécié des Vikings. Il n'est pas très grand, pas très haut, mais large et robuste.  S'il est capable de se déplacer rapidement dans des conditions extrêmes telles que des fortes neiges ou des courants d'eau d'une grande puissance, il n'est néanmoins pas très efficace durant les batailles. Les vikings ne s'en servent donc que pour se déplacer sur de longues distances, jamais pour faire la guerre. Ils en consomment la viande, censée apporter protection et fertilité. Les ossements, eux, sont utilisés pour pratiquer la magie ou la magie noire lors de rituels ou lors de séances de divination.

LE CHIEN : Le chien est extrêmement apprécié des gens, à tel point qu'on enterre souvent l'animal avec son maître, car l'idée d'une vie après la mort sans son fidèle compagnon est inconcevable pour lui. Le chien nordique (Elkhound) est un croisement entre le loup et le chien du sud, faisant de lui un animal de taille imposante à l'apparence sauvage. Les chiens ont deux fonctions principales :

- Le chien de chasse : certains sont dressés pour la chasse. Ils doivent être capables de traquer et arrêter de gros animaux comme l'élan ou l'ours, ou même des lynx, des loups ou des petits animaux à fourrures. On leur apprend à entourer la bête et aboyer pour la distraire, pendant que le chasseur l'achève.

- Le chien de berger : ceux qui ne sont pas élevés pour chasser sont assignés à la surveillance de troupeaux de bétail. Ils ne sont pas moins redoutables et attaquent les intrus qui s'approchent trop près de leurs protégés.

Parmi les noms les plus fréquemment donnés aux chiens, on trouve : Floki (franc-parler), Garmr (hurleur), Gífr (rapace, sauvage), Geri (vorace), Gramr (colère), Rosta (bagarre, émeute), Sámr (basané, noir), Saurr (boue, saleté), Strútr (capuche), Surtr (noir), Vígi (combattant, tueur). Ces noms, outre leurs significations, ont un rapport avec les rois ou les dieux scandinaves.

LE FAUCON : Même si le faucon n'est pas considéré comme un animal domestique en soit, la Norvège est connue pour son élevage de faucons dans toute la Scandinavie. Ils sont utilisés par les hommes riches de la cour du Roi pour chasser, puisqu'ils sont capables d'attraper toutes sortes d'oiseaux avec une précision et une force étonnantes, là où le peuple chasse les oiseaux avec des filets.

L'OURS : il arrive en de très rares circonstances que les oursons abandonnés, après que leur mère ait été abattue durant la chasse, soient attrapés et domestiqués (attention, nous ne voulons pas qu'un personnage sur deux devienne propriétaire d'un ours !).  Malgré tout, leur instinct sauvage - et ce malgré le dressage - les rend particulièrement dangereux. Les propriétaires de ces animaux sont passibles de très lourdes peines s'ils en viennent à blesser quelqu'un ou faire des dégâts au village, c'est pourquoi peu de monde ose prendre le risque. De plus, leur taille imposante les rend peu pratiques à garder. L'ours constitue néanmoins un très beau cadeau à faire au Roi.

II. AUTRES ANIMAUX ≈ Outre ces animaux purement domestiques, les Vikings possèdent des bêtes qui ont un rôle de production et de consommation, avec lesquels ils n'ont pas ou peu de lien aussi affectif même s'ils les respectent d'autant plus pour les ressources qu'ils leur offrent. Parmi eux, on trouve le mouton, le bouc et la chèvre, le cochon, la vache ou les abeilles, productrices de miel pour l'hydromel. Les enfants apprécient particulièrement les petites chèvres qu'ils s'amusent à promener en laisse.

copyright 2016.


Dernière édition par The Ancient One le Mer 22 Fév - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


The Ancient One
PNJ - maître du jeu.

behind the shield.
POSTS : 433
SEPTIMS : 1177
ARRIVAL : 04/08/2016
IDENTITY : a god has no name.
FACECLAIM : (c) nanda parbat.

compte pnj, ne pas mp.

there's a warrior.


Sujet: Re: ≈ CULTURE & TRADITIONS.   - Mer 22 Fév - 16:45

vie et mort
the dead are not gone, and the living are hungry



une histoire de vie et de mort.
Les Vikings n'ont pas peur de la mort : pour eux, il ne s'agit que d'un prolongement de la vie. S'ils ne la craignent pas, ils mènent en revanche leur vie de sorte à avoir droit à une seconde vie paisible. Vous trouverez à la suite des informations utiles sur l'amour et le mariage Viking, les techniques médicales et les principales maladies à craindre, ainsi que les royaumes des morts et autres informations sur la vie après la mort.

amour, mariage, sexualité.
AMOUR ET MARIAGE. ≈ Même dans une société où la femme est très bien considérée, le mariage reste avant tout un arrangement entre deux familles afin de consolider des alliances ou la richesse des clans respectifs. De ce fait, dans l’idéal, les deux familles doivent être de même classe sociale (jafnroedi) pour n’affaiblir aucun des deux partis. Les fiançailles (festarmál)  sont prononcées un an avant le mariage. A ce moment-là, l'on boit la bière de fiançailles (festaröl) et l’hydromel. Le mariage a lieu le plus souvent vers la fin octobre, durant les trois jours des vetrnoetr qui symbolisent la venue de l’hiver: à cette période, les récoltes sont rentrées, la bière est brassée et le bétail a l’abri – les Vikings connaissent un moment de répit leur permettant de se focaliser sur leur mariage et les devoirs conjugaux.

La mariée est détentrice d'une dot (heimanfylgja), et le mari du tilgjöf (pas d'équivalent dans notre société), auquel il ajoute un douaire (mundr), cadeau à sa future épouse. Malgré tout, donner une femme en mariage n'est pas possible sans qu'elle ait eu son mot à dire – même si, bien souvent, elle finira par accepter, par égard pour sa famille. La mariée peut demander le divorce ou la séparation, tout en restant propriétaire de sa dot ainsi que du douaire offert par le mari. Les membres d'une famille sont solidaires : il arrive souvent que des familles se combattent pendant des générations pour venger l’honneur de l’un de leurs membres.

DÉROULEMENT DE LA CÉRÉMONIE. ≈ Avant la cérémonie, la mariée prend un bain en compagnie de ses demoiselles d'honneur, moment privilégié entre femmes avant l'arrivée d'un homme dans son quotidien. En passant sa tenue de mariée, elle attache alors les clés de la maison des futurs époux à sa ceinture pour devenir la Húsfreyja: la maîtresse de maison.

Une offrande est faite à Frigg pour lui demander d'offrir aux époux le bien-être, la fertilité, fécondité et la paix, et à Freyr dieu du bonheur, du plaisir et des biens. L'on demande pour eux le « til árs ok fridar » pour une année féconde et pour la paix. Puisqu'il n'y a pas de représentant de la religion dans la société Viking, c’est le chef de clan qui s'occupe de faire prononcer les vœux et dispose du marteau de Thor (mjulnir). On cache également un marteau semblable dans le lit de la mariée.

Le banquet (brúđveizla) qui s'en suit a lieu dans la salle commune (skáli) du village. Les mariés jurent de ne pas tenir compte de ce que leur moitié dira durant la soirée, sous emprise de l'alcool. Le lendemain matin, le mari offre un présent à son épouse (morgingjöf). Plus le présent a de la valeur, plus il prouve sa capacité à prendre soin d'elle et de leur foyer.

L’enfant viking (barn), devient adulte (maðr) à treize ans. On le nomme skilgetinn, quand il est l’enfant légitime de l’épouse en titre et oskilgetinn l’enfant des concubines.

LA POLYGAMIE. ≈ Seuls les jarlar et hauts nobles non convertis au Christianisme ont droit d'avoir d'autres épouses, appelées frilla. Leurs enfants bâtards «  oskilgetinn » n'ont pas les mêmes droits de succession que leurs enfants légitimes, ceux nés de la première épouse «  skilgetinn ». Par ailleurs, seule sa première femme détient les clés de la maison: cela fait d'elle la femme la plus importante du foyer.

SEXUALITÉ ET PUDEUR. ≈ Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les vikings ne sont pas des bêtes de sexe et sont, au contraire, très pudique sur leurs rapports charnels. Il n'est pas question pour eux de parler des nuits passées avec leur femme, ou pire de coïter à tous les coins de rue, et chacun considère sa sexualité comme un jardin secret, quand bien même l'individu aurait plusieurs partenaires. De même, la prostitution n'existe pas dans la société vikings, les femmes ne vendent sûrement pas leur corps au plus offrant !

L'HOMOSEXUALITÉ. ≈ L'homosexualité est considérée comme un crime, notamment dans le cas où l'homme est en position de soumission – position déshonorante pour l'homme, qui le renvoie au rang d'esclave. Cela va à l'encontre de l'image de la virilité et des mœurs, et ne peut aucunement être assumé publiquement. Il est possible de pratiquer sa sexualité dans le plus grand des secrets, mais un individu dont il est prouvé qu'il s'exerce à des rapports charnels homosexuels est passible de la peine de mort.
santé et médecine.
GÉNÉRALITÉS SUR LA SANTE. ≈ Le peuple Viking possède à la fois une bonne hygiène et une bonne santé. Les individus sont assez forts pour résister à des conditions climatiques extrêmes, notamment une fois parvenus à l'âge adulte. La mortalité infantile reste cependant élevée.

L'alimentation équilibrée concourt à cette hygiène de vie ; on dénote peu de problèmes dentaires liés au sucre, de diabète ou de cholesterol, maladies qui ne sont bien entendu ni connues, ni nommées, mais qui existent bel et bien pourtant.

Si le froid limite la propagation des maladies, les épidémies touchent plus durement une population concentrée – où l'air et l'eau circulent moins bien – que les petits villages de campagne ou de montagne. Certaines maladies particulièrement dévastatrices subsistent malgré tout, tel que la variole, la peste, la lèpre ou la dysenterie, qui font des ravages lors de grandes périodes d'épidémie. Il n'existe malheureusement aucun traitement, et populations humaines et animales se voient décimées d'une bonne partie des leurs. Heureusement, ces épidémies sont rares et souvent associées à la colère des Dieux. Malgré tout, les maladies et dures conditions de vie sont la première cause de mortalité chez les Vikings, largement devant la guerre.

PERSONNEL MEDICAL. ≈ La médecine est pratiquée par les sorcières (ou sorciers, plus rarement, puisqu'il s'agit d'une chose très mal vue), ou par les guérisseurs (loeknir). Si on a toujours considéré la magie comme étant capable de soigner les pires des maux, la maladie étant pour beaucoup l'oeuvre de dieux mécontents, la médecine traditionnelle prend de plus en plus d'importance au fur et à mesure que les techniques s'améliorent.

On fait surtout appel à une sorcière (völva) pour questionner en même temps les dieux, à propos de l'avenir du blessé ou de la fertilité d'une femme. Les sorcières réclament chance et santé aux dieux, là où les guérisseurs se contentent d'un travail étonnement pragmatique.

La médecine est un travail d'une grande minutie qui nécessite concentration, calme et bienveillance. Les Vikings revenant souvent blessés après la guerre, le guérisseur doit pouvoir se confronter aux blessures et plaies les plus terribles sans sourciller. Ce savoir se transmet de génération en génération : souvent, un ou plusieurs enfants de guérisseurs secondent leur parent médecin dès leurs plus jeunes années pour être formés et prendre la relève le moment venu. Les guérisseurs et sorcières sont particulièrement respectés au sein du village et reçoivent nombreuses offrandes en remerciement de leurs bons soins.

Dès lors que les moyens médicaux évoluent, la médecine voit de nouveaux métiers se développer, tel que l'herboriste qui lui vient en aide en confectionnant onguents et médecines orales, sans participer aux opérations chirurgicales, ou encore l'alleresse – ou sage-femme (bjargrýgr) – qui s'occupe uniquement de l'accouchement et parfois du suivi médical des très jeunes enfants. Ainsi, chacun se partage les tâches et se complète, de sorte à rendre le travail plus efficace.

TECHNIQUES ET AVANCÉES MÉDICALES ≈ Les techniques médicales évoluent et s'améliorent au fil des ans et des voyages. Les guérisseurs apprennent beaucoup par eux-mêmes, mais également en rencontrant des médecins venus d'autres régions, voire d'autres pays. La médecine est uniquement naturelle, à base d'onguents et de potions confectionnés par les herboristes. On maîtrise des méthodes courantes de la médecine comme l'inhalation de vapeur, les saignées censées purifier le sang, le nettoyage de plaies, le bandage ou encore le maintien de membres dont les os ont été brisés, mais également des techniques chirurgicales plus lourdes et essentielles dans certains cas, notamment lors du retour des guerriers au village.

La chirurgie nécessite une connaissance parfaite du corps humain, ce qui rend la tâche plus ardue. Les techniques actuelles ne permettent que rarement de sauver les cas extrêmes : les organes vitaux ne peuvent être soignés, à l'instar des infections les plus graves. Il est malgré tout possible d'extraire des éléments intrus de la chair, comme des éclats de flèches, de ferraille ou de bois, de recoudre des plaies ou de sectionner et faire cicatriser des membres.

Enfin, on peut notamment citer les premiers soins, connus à la fois des guérisseurs mais également de la plupart des femmes et des guerriers. Ces premiers soins peuvent être pratiqués au quotidien, quelle que soit la situation si elle le nécessite : sur l'un de ses enfants, sur un conjoint en difficulté, sur un guerrier sur un champ de bataille, etc. Ainsi, chacun a la possibilité d'être formé à remédier à des situations d'urgence comme un étouffement, une hémorragie avec le garrot, ou même à prodiguer des soins basiques sur un proche atteint d'une maladie bénigne comme le rhume ou la fièvre.  
mort et sépulture.
LA MORT N'EST PAS LA FIN. ≈ Pour les Vikings, la mort n'est pas une fin en soi, il s'agit seulement d'une étape vers une autre forme d'existence. On utilise trois mots pour nommer le mort en vieux norrois : lik (le cadavre), nár (le corps mort), hrœ (la charogne). De ce fait, le mort est aussi respecté que le vivant puisque l'on considère qu'il mène à l'instant même une autre vie, plus ou moins similaire à la notre, quelque part.

Il existe une croyance selon laquelle la connexion entre les vivants et les défunts n'est jamais rompue, d'où l'importance d'honorer ses ancêtres et d'avoir des descendants, afin de continuer à exister à travers eux – on donne d'ailleurs la plupart du temps le prénom du grand-parent à son enfant. Cette éternelle connexion est également la raison principale de rêver de gens défunts ou d'avoir des visions éveillées d'eux : l'idée qu'ils sont toujours là, avec nous, est omniprésente.  

LES ROYAUMES DES MORTS. ≈ L'autre forme d'existence citée précédemment n'est autre que l'accès à l'un ou l'autre des royaumes des morts, que sont la demeure du dieu Odin plus connue sous le nom de Valhalla (Valhöll) et le royaume souterrain de la déesse Hel.

VALHALLA Le Valhalla, ou demeure du dieu Odin, n'accueille que les vaillants guerriers morts au combat. Il est l'objectif que chaque guerrier vise après sa première vie : il s'agirait d'un terrible déshonneur pour lui de ne pas gagner les portes du Valhalla à sa mort.

Le Valhalla se situe dans la partie d'Asgarð nommée Gladsheim. Il s'agit d'une pièce immense dont les murs sont couverts de lances et de boucliers. En son centre s'étend une table gigantesque où les héros morts au combat (einherjar), amenés ici par les valkyries, se voient servir du sanglier préparé par le cuisinier Andhrimnir. Ils festoient et l'hydromel coule à flot des pis d'une chèvre appelée Heidrun chaque soir. Odin, quant à lui, veille sur eux en buvant du vin et en nourrissant ses loups, Geri et Freki.

La journée, les héros du Valhalla s'affrontent à l'épée avant de recommencer à faire la fête le soir. Ils n'en sortent que lors du Ragnarök, pour combattre aux côtés des Dieux.

ROYAUME SOUTERRAIN DE HEL(HEIM) Quand les dieux apprirent la prophétie qui touchait les enfants de Loki, Hel, sa fille, fut envoyée le plus loin possible du territoire divin. C'est ainsi qu'elle fonda le royaume des morts, dans le monde souterrain. Là où le Valhalla est réservé aux guerriers, la déesse Hel accueille ceux qui meurent de cause naturelle - de vieillesse ou de maladie.

Pour rejoindre le royaume de Hel, il faut traverser la rivière Gjoll par le pont Gjallarbu puis la caverne gardée par le loup à la gueule ensanglantée, Garman. Une fois traversés, il est impossible de revenir en arrière. Le royaume des morts est sombre et éternellement froid, à l'instar du palais de Hel, Eliudnir, situé au royaume Niflheim : le monde du brouillard. Les morts peuvent s'y rendre à condition de passer des épreuves terriblement dangereuses.

Contrairement au Valhalla, le Royaume de Hel n'a rien d'accueillant. En plus de la nuit et du froid perpétuels, des animaux terrifiants tel que des serpents s'y promènent, dévorent les morts et boivent leur sang.

LES SÉPULTURES. ≈ Les sépultures sont construites de sorte à servir de maison au défunt et pas de zone d'oubli. Elles se trouvent généralement à proximité des maisons afin que le mort reste proche de sa famille. Il existe plusieurs sortes de sépultures que voici :

Les tombes à crémation : Les tombes à crémation sont toujours orientées est-ouest et contiennent des urnes remplies de cendres du défunt ou des fosses à incinération où se mêlent les os du défunt, les résidus du bûcher et des ossements d'animaux. Elles sont souvent recouvertes de tertre ou de monument en pierre.
Le tumulus : Il s'agit d'une éminence artificielle recouvrant une sépulture. Cette forme de sépulture nécessite une grande place et est généralement réservée aux jarlar, rois, grands marchands ou vrais héros de guerre.
• L'inhumation dans un navire : Elle peut prendre deux formes – soit le navire prend le large en brûlant, soit il est brûlé à terre. Dans ce second cas, les cendres sont ensuite déposées dans une tombe à crémation ou sous un tumulus.
Les bautasteinar : Il s'agit de la forme la plus courante de sépulture. C'est une simple tombe au dessus de laquelle est érigée une pierre d'une grande taille, le bautastein (pierre commémorative), dépourvue d'inscriptions.
• Les pierres runiques : A l'instar des baubasteinar, les pierres runiques recouvrent de simples tombes mais sont, cette fois, gravées d'inscriptions runiques en hommage au défunt, contant parfois son épopée ou l'amour qu'on lui porte. Cette forme de sépulture est beaucoup plus rare.

LE DRAUGR. ≈ Le draugr est une créature mythique et effrayante qui ne parvient pas à trouver le repos après la mort. On lui a fait du mal avant son décès et il cherche à se venger avant de pouvoir quitter ce monde pour le Valhalla ou plus généralement le royaume de Hel. Il se peut également qu'il ne soit pas satisfait de la façon dont ses descendants gèrent le patrimoine qu'il leur a légué. Le draugr s'éveille la nuit. Il a la forme d'un cadavre en décomposition, mais souffre du froid, de la soif et de la faim. Il se repaît de ses victimes qu'il peut transformer en draugar. Pour les vaincre, il faut leur couper la tête ou les brûler. Pour en savoir plus sur les créatures, jetez un coup d'oeil au [url=http://www.afjarniogis.org/t94-bestiaire[/url].
copyright 2016.
Revenir en haut Aller en bas
 
≈ CULTURE & TRADITIONS.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La culture française s'exporte
» La culture UMP
» Test de culture générale...
» Culture littéraire
» Un peu de culture générale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AF JÁRNI OG ÍS. :: THE BEGINNING :: THIS WILL NEVER END. :: CAUSE I WANT MORE.-
Sauter vers: